La bombe flambée de Ratafia

Bar tout sucre

Nouvelle adresse du quartier Petite-Italie, Ratafia propulse le dessert à un autre niveau, dans les hautes sphères du raffinement.

L’endroit, très chic sans être intimidant, s’anime peu à peu en ce mercredi soir. À la table voisine, un retentissant « wow! » se fait entendre lorsque le serveur s’amène avec la bombe flambée, une douceur spectaculaire faite de biscuit Joconde, semifreddo au chocolat noir, grué de cacao et sorbet à l’espresso. 

« C’est un dessert éphémère. Il fait partie de la moitié de la carte qui varie selon les saisons. L’autre ne changera pas », m’explique Jared Tuck, qui a lancé le bar nouveau genre avec son amoureuse, Sandra Forcier.  

L’originale formule sucrée a été un brin nourrie par ce que les deux bourlingueurs ont découvert lors de leurs séjours à l’étranger. Le CODA, un bar à desserts de Berlin, a été particulièrement inspirant. D’autres idées ont fleuri à partir de ce qu’Instagram avait de beau en vitrine.  

« On souhaitait créer un endroit festif, élégant et accueillant. On présente des assiettes très soignées, mais dans une ambiance chaleureuse. »

En cuisine, c’est le très talentueux pâtissier Valentin Rouyé qui est aux commandes. Ses créations, tout en délicatesse et en textures, séduisent autant l’œil que le palais.  

Le kouign-amann (une recette bretonne à base de pommes et de pâte au levain feuilletée) dans lequel je plante ma fourchette est à tomber. Entre les notes caramélisées des fruits et la tuile craquante, il y a du croustillant, du moelleux, du fondant et du délicieux dans chaque bouchée. Tout est savamment dosé, le sucre comme le reste. 

Pour profiter de l’offre gourmande, le visiteur a le choix de s’installer dans l’une des confortables banquettes de la place ou bien autour du magnifique bar central.  

C’est la firme de design Lovasi qui a fait les plans de l’endroit, mais Jared et Sandra ont mis la main à la pâte lors des rénovations.

« On était sur le chantier de 8 h à 23 h. C’est nous qui avons sablé le plancher, peint les murs, installé les luminaires, ces trucs-là. »

On comprend qu’ils ont mis beaucoup de temps et d’amour pour transformer les lieux à l’image de ce qu’ils avaient en tête. 

« On habite le quartier, on s’est lancé dans le projet avec l’idée de redéfinir l’idée du bar à dessert gastronomique », racontent les deux restaurateurs. 

Le mot bar le dit : sur place, on peut aussi simplement déguster un verre de vin ou l’un des créatifs cocktails au menu. Quelques options salées sont également dispos pour qui est moins porté sur le sucre. On parle ici de bretzels, noix, olives chaudes, hummus et falafels de chez Yoni, « les meilleurs à Montréal », assure Jared.

Ça vous intéresse? ratafia.ca