Annie Pedneault est infirmière praticienne spécialisée (IPS) au CLSC de Chicoutimi depuis mars 2015.

Entrevue avec une IPS de la région

«Je voulais aider davantage la population et augmenter l'accessibilité des soins. Lorsque j'étais infirmière clinicienne, il m'arrivait parfois de faire du triage. J'aurais pu aider des patients, mais je n'avais pas la permission de le faire. Mes interventions étaient limitées.»
Infirmière praticienne spécialisée (IPS) au CLSC de Chicoutimi depuis un peu plus d'un an, Annie Pedneault travaille en partenariat avec sept médecins.
À elle seule, elle a pris en charge plus de 250 personnes qui étaient inscrites au guichet d'accès à un médecin de famille. Tout ce beau monde est attitré à un docteur, mais à la base, l'IPS est leur pilier.
Dans son quotidien, Mme Pedneault rencontre une clientèle diversifiée afin de lui administrer les services et soins nécessaires. Lorsque les cas dépassent ses champs de pratique, elle cogne à la porte d'un médecin partenaire afin qu'il effectue le suivi requis, selon les cas et les besoins.
«Les gens prennent rendez-vous avec moi. Je ne peux pas poser de diagnostic officiellement. Je donne plutôt mes impressions cliniques et au besoin, je peux prescrire de la médication», mentionne la Saguenéenne.
Dans une journée type, les cas rencontrés sont variables. Annie Pedneault peut traiter par exemple des personnes aux prises avec une infection quelconque ou encore effectuer des suivis annuels.
«Je ne reviendrais pas en arrière. Mais le chemin n'est pas tracé à l'avance lorsque l'on devient infirmière praticienne. C'est une adaptation. Il faut développer un partenariat avec les médecins et créer un lien de confiance avec eux».