Toute autre tâche connexe

CHRONIQUE / Tout l’été, vivez avec moi mes aventures d’apprentie vigneronne au Domaine Bergeville dans les Cantons-de-l’Est!

Semaine 7 — Savez-vous ce qui pousse aussi comme de la mauvaise herbe? Les roches. Chaque printemps, elles migrent par centaines des profondeurs de la terre jusqu’à la surface, et ce, malgré un dérochement exécuté en bonne et due forme avant la plantation.

Les terres rocailleuses du Québec veillent à garder occupé le vigneron souhaitant mécaniser certaines opérations dans son champ — aussi simples que de passer la tondeuse dans les entre-rangs ou de désherber mécaniquement. Ainsi, pour ne pas abîmer la machinerie, avons-nous ramassé les cailloux de la «grosseur d’une pomme» un à un, à la main.

Eh oui, c’est dans les «toutes autres tâches connexes» que réside tout le glamour de la vie de vigneron!

Nouvelle très excitante cette semaine! J’ai eu la chance de mettre en terre les tout premiers plants de chardonnay du vignoble! Ève et Marc ont sélectionné cinq clones différents du cépage — certains ayant d’ailleurs fait leurs preuves à Chablis, en Champagne et en Ontario. L’idée est de déterminer quel clone produira les meilleurs vins en méthode traditionnelle, et nécessairement, celui qui survivra au climat hivernal particulièrement glacial du Canton de Hatley! Rendez-vous en 2023 pour le savoir!

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.

Cette semaine, je vous invite à mettre la fraîcheur dans votre verre avec un rosé de caractère, un effervescent pour le paternel et un blanc du Sud-Ouest.

1 Tavel 2017, La Dame Rousse, Domaine de la Mordorée

La nouvelle parcelle de chardonnay.

31,25 $ › 12376881 › 14,5 % › 1,3 g/L

Le Domaine de la Mordorée est un incontournable à Tavel. Ce vignoble de la Vallée du Rhône méridionale travaille en bio avec une approche biodynamique très respectueuse de l’environnement. Madeleine et Ambre Delorme mettent la main à la vigne avec instinct, ressenti et passion, et ça se perçoit dans leurs cuvées. Comme elles le soulignent si bien elles-mêmes : « La meilleure qualité possible est évidemment notre objectif, mais pas à n’importe quel prix : il n’y a pas que le résultat qui compte.» Reste qu’ici, la finalité mérite toute votre attention. Le quatuor grenache, syrah, clairette et cinsault possède une bonne dose de caractère, mais n’est pas pour autant dépourvu de finesse. Le fruit est beau, c’est ample et bien bien sec. Oubliez l’apéro, sortez plutôt les couverts du dimanche, car c’est du grand rosé de gastronomie!

2 Prosecco 2018, V8+ Sior Carlo Brut, Ottopiu

19,35 $ › 13734177 › 11 % › 9,6 g/L

Les chardo prêts à être mis en terre.

Pour entamer comme il se doit la célébration de ce dimanche avec le paternel. Des bulles de glera en méthode charmat (cuve close) aux délicates notes de biscuits, de poires et de pommes vertes. L’effervescence se fait fine et discrète. Tout en fraîcheur et tout en fruit, c’est tout à propos pour le brunch ou pour se tiédir sous les chauds rayons du soleil.

3 Gaillac 2017, Les Greilles, Causse Marines

25,50 $ › 860387 › 14 % › 5,1 g/L

Patrice Lescarret et Virginie Maignien œuvrent en bio (sans désherbants et insecticides de synthèse) et en biodynamie dans le Sud-Ouest de la France. Le couple voue un profond respect pour son terroir et se plaît à mettre de l’avant des cépages autochtones de sa région dans leurs cuvées. Voilà donc un assemblage de mauzac, len de l’el, ondenc et muscadelle travaillé avec un minimum d’intervention — sans levurage, avec sulfitage minimum et filtration/collage, si nécessaire seulement. Le nez est expressif sur des notes de cire d’abeille, de noix et de feuilles de tomates. En bouche, l’acidité est délicate et ça possède une bonne dose de caractère. Si vous en avez marre des blancs délicats et légers, courrez vous procurer ça.

Bio végane