Cette année, la vallée du Rhône a particulièrement retenu mon attention et plusieurs de ses vins ont remporté quatre étoiles.

D’excellentes notes pour la vallée du Rhône

CHRONIQUE / Grâce à ma collaboration au Guide Phaneuf, la période estivale est pour moi un vrai marathon : dégustations, rédaction et correction. Tout se passe entre juin et septembre. Bien que je ne fasse que le tiers du travail de l’auteure Nadia Fournier, je peux vous affirmer que c’est un redoutable chantier ! Cette année, la vallée du Rhône a particulièrement retenu mon attention et plusieurs de ses vins ont remporté quatre étoiles.

Avec une grande production de vins rouges (81 %), principalement à base de grenache, de syrah et de mourvèdre (le fameux assemblage appelé GSM dans notre jargon), la vallée du Rhône offre des vins très polyvalents et accessibles qui se consomment à l’année. Voici trois rouges qui seront parfaits pour accueillir l’automne à bras ouverts.

Côtes du Rhône villages 2018, La Montagnette, Estézargues (code SAQ : 11 095 949 ; 17,20 $)

Excellent rapport qualité-prix, ce Côtes du Rhône Villages est d’une constance exemplaire année après année. Issu essentiellement du grenache et complété d’un peu de syrah, de carignan et de mourvèdre, ce vin propose un bouquet aux notes de cuir et de fruits rouges. La bouche est gourmande, l’attaque est soyeuse et les tanins sont arrondis. Des saveurs de cerise, de framboise et de poivre étirent la finale en longueur. Idéal pour prolonger la saison du BBQ de quelques semaines encore.

Costières de Nîmes 2018, Les Galets rouges, Mourgues du Grès (code SAQ : 10 259 753 ; 18,15 $)

Syrah, grenache, marselan et mourvèdre composent ce vin que j’ai qualifié de « pétillant » dans mes notes de dégustation et ce n’était pas au sens propre du terme. Éclatant, étincelant et rassasiant, voilà l’impression que ce vin m’a donnée. Le nez est expressif et la bouche, juteuse, oscille entre les parfums de poivre, d’épices, de notes terreuses et fruitées, terminant son parcours dans une finale très florale aux accents de Kirsch. Complexité, matière et bonne longueur pour un vin sous la barre des 20 $.

Syrah 2016, L’appel des Sereines, François Villard (code SAQ : 12 292 670, 20,45 $)

La syrah qui entre dans l’élaboration de cette cuvée, commercialisée en Vin de France, provient du nord de la région, là où on élabore les grandes appellations issues de ce cépage. Aromatique, le nez évoque le fruit mûr, le poivre et des notes animales. La bouche est profonde, structurée et offre une profusion de notes poivrées et d’herbes séchées. C’est droit, les saveurs sont nettes et l’ensemble est doté d’une belle fraîcheur. Un vin qui a beaucoup de corps pour soutenir une belle viande rouge.