La distillerie de Stoutridge

Alerte aux « geeks »! Si vous pensez tout savoir sur la production de boissons alcoolisées, attendez de rencontrer Stephen, le fondateur du vignoble et distillerie Stoutridge.

Le domaine est situé en plein cœur de la vallée d’Hudson à 90 minutes au nord de New York City, sur des terres plantées de vignes et arbres fruitiers depuis plus de 200 ans. Ces plantations sont aussi vieilles que les ruines qu’il acheta en 2001 avec sa femme avec le projet d’ouvrir un vignoble de vins naturels. Le but était de reconstruire les bâtiments brûlés en 1988 et d’en faire une installation aussi éco consciente que possible. Leurs systèmes de chauffage et de refroidissement sont les plus éconergétiques sur le marché, les opérations sont positionnées de façon à utiliser la gravité pour déplacer les charges lourdes et les toitures exposées au Sud sont entièrement recouvertes de panneaux solaires pour produire la quasi-totalité des besoins en énergie.

En 2017 ils ont ouvert  la distillerie avec un plan en tête : tout produire du grain a la bouteille en utilisant les méthodes les plus artisanales possible. Pour ce faire, il a installé un alambic par type de spiritueux produit. Ils sont donc équipés de 2 alambics Christian Carl à 4 plateaux et un troisième majestueux de 30 plateaux. Mais la plus belle pièce de la distillerie est certainement l’impressionnant alambic traditionnel de 800 gallons spécifiquement construit par Chip Tate et chauffé à la flamme vive afin de produire les Whisky Single Malt.

En parlant de Whisky, c’est justement là ou je voulais en venir : il est l’une des 8 distilleries aux États-Unis à produire son propre Malt et le seul au pays à procéder son propre plancher de Kilning (méthode traditionnelle de production de Malt). C’est grâce à ces procédés que Stephen produit des whiskies uniques, riches en saveurs et grâce auxquels il gagne la reconnaissance des spécialistes ; il a ramené pas moins de 7 médailles aux derniers American Distilling Craft Spirits Awards. Il ne fait aucun doute qu’ils vont devenir une référence dans le milieu des spiritueux artisanaux dans les prochaines années.

Le reste de leurs produits a droit au même traitement passionné, comme par exemple leur vodka qui est faite des queues de distillation redistillées 36 fois pour un résultat riche et doux en bouche. Ils font aussi un Genever très aromatique, des eaux-de-vie et un Amaro très harmonieux. D’ailleurs, à chacune de mes visites je le trouve devant son baril en train de zester des oranges à la main et cette activité est sacro-sainte, personne d’autre que lui n’a le droit de toucher à ses oranges.

Mon moment préféré de la visite reste toujours son énorme laboratoire. Étant docteur en chimie c’est son sanctuaire et vous devriez le voir s’agiter en explications sur la fermentation, le malt ou les extractions de saveurs, un vrai bonheur!

Je vous conseille une visite au printemps, les vergers de la vallée étant tous en fleurs, c’est à couper le souffle!

Ce contenu a été produit par Alfred, expert en gestion de celliers et de caves à vin.