Grappe de pinot meunier biodynamique et 100 % québécoise.

Que se passe-t-il après les vendanges ?

Une page se tourne au Domaine Bergeville. Les vendanges sont enfin terminées! Mais est-ce la fin pour autant pour la vigneronne en herbe?

Le Cidre Original, Cidrerie Hemmingford
13 $ • 5,5 % • 4 x 355 ml
SAQ & dépanneurs et épiceries sélectionnés)

Nous attendions avec grande impatience le retour de ce couple qui nous a fait découvrir le cidre de glace sous toutes ses facettes au cours des 20 dernières années. Après avoir perdu leur cidrerie en 2018, François Pouliot et Stéphanie Beaudoin, pionniers du cidre au Québec, sont un modèle de résilience, et démontrent qu’il est possible de se relever des épisodes les plus difficiles. Ils lancent ainsi deux premiers cidres pétillants en canette : Le Cidre Original (14250174 | 18 g/l) et Le Cidre Framboise (14250182 | 21 g/l). 

Élaborés avec la McIntosh, les cidres sont faciles à boire, désaltérants et légèrement doux. L’acidité vive contrebalance bien les sucres résiduels, ce qui en font de bons candidats pour l’apéro. L’effervescence est maîtrisée avec de fines bulles. Du « prêt à boire » pour nous tenir en haleine en attendant la sortie de leurs nouveaux produits au printemps 2020!

Piemonte 2018, Thou Bianc, Bava
19,95 $ • 14070237
12,5 % • 3,5 g/l

Thou bianc fait référence au sol composé de couches de sable argileux, de craie, de calcaire et de marnes blanches présent dans la province d’Asti, dans le Piémont (tuf blanc en dialecte piémontais). Sol de prédilection pour les cépages noirs, il démontre qu’il peut aussi donner des chardonnay singuliers et de caractère. Ici, aucun passage sous bois, mais un élevage sur lies de 6 mois. Le nez délicat appelle des notes minérales et de clémentines. Un blanc italien sec, frais et souple pour accompagner un sauté de légumes asiatiques.

Péninsule de setúbal 2015, Bacalhôa, Catarina
14,55 $ • 14 064 101
14 % • 2,8 g/l

Un 2015 à moins de 15 $, voilà un rapport qualité-prix difficile à égaler. Ce duo de castelão et d’alicante bouschet élevé à 50 % en fût de chêne français est élaboré au sud de Lisbonne, au Portugal. Des arômes séduisants de cerises, de menthe et de notes grillées. En bouche, la trame est boisée et les tanins plutôt fermes. Un rouge de semaine pour accompagner les mijotés d’automne.

Vigneronne en herbe : semaine 23

Vivez avec moi mes aventures d’apprentie vigneronne au Domaine Bergeville dans les Cantons-de-l’Est!

Les dernières grappes ont pris le chemin du chai. Après tout près d’un mois de vendange, on pose finalement les sécateurs. L’aventure fut riche en nouvelles rencontres, en liens consolidés et en anecdotes juteuses causées par le manque de sommeil. Je vous mentirais si je vous disais que nous n’avons pas fait sauter quelques bouchons pour célébrer l’événement. Un peu plus de 41 tonnes de raisins récoltés et 82 presses, ça mérite bien quelques bulles, non? Ça tombe bien, dans un vignoble en méthode trad’, le fun n’est jamais bien loin. 

Nécessairement, même en mode « vindredi » toutes nos discussions finissent par tourner autour du vin. Jusqu’au moment où Marc, le vigneron, finisse par lancer : « on va-tu déguster sur cuve? » Soudainement, les conversations convergent, les yeux s’illuminent et les coupes se vident. Déguster le vin en cours de fermentation, directement des cuves, a quelque chose de très intime. C’est un peu comme un artiste qui dévoile sa toile inachevée. Surtout quand il s’agit d’un vin de base destiné à faire une seconde fermentation alcoolique en bouteille. C’est un privilège qui exige un travail de la part de l’initié, car il doit faire l’effort de voir au-delà du produit non fini. 

À l’extérieur du chai, le contraste avec l’activité grouillante des dernières semaines est presque déconcertant. La vigne, qui rapatrie les dernières énergies contenues dans son feuillage, se dépouille tranquillement de ses feuilles. Les filets protecteurs, qui ont perdu leur raison d’être, battent au vent. C’est le calme plat. Doucement, la vigne sombre dans son long repos hivernal. Néanmoins, la fin des vendanges est loin de marquer la fin de la saison pour les travailleurs. Car même en dormance, la vigne a encore besoin de nous pour la dépouiller de ses filets, la tailler et la protéger pour la saison froide. 

 Moût fraîchement sorti de la presse.