Le retour du Petit Prince

Brigitte Trudel
Si le célèbre personnage né sous la plume de Saint-Exupéry nous parlait aujourd’hui que souhaiterait-il nous enseigner? Christine Michaud et Thomas De Koninck signent un ouvrage où les réponses à cette question invitent à la réflexion et à la quête de l’essentiel.
Ce contenu est produit par l'Université Laval.

Christine Michaud ne se rappelle pas tout à fait quand elle a lu Le Petit Prince pour la première fois. Mais elle se souvient fort bien de sa première rencontre avec Thomas De Koninck, professeur émérite à la Faculté de philosophie. Un concours de circonstances, chez lui, il y a environ deux ans. «Un gros coup de cœur», décrit la diplômée en droit, animatrice et autrice de plusieurs ouvrages orientés vers le mieux-être. L’homme l’avait impressionnée par l’étendue de ses connaissances, sa mémoire infaillible et la profondeur de ses réflexions.

Ce jour-là, l’épouse du philosophe avait évoqué la filiation entre son mari et le Petit Prince de Saint-Exupéry. En 1942, de passage à Québec pour présenter une conférence, l’aviateur passe la soirée chez les De Koninck. Thomas, alors âgé de 8 ans, lui pose une tonne de questions. De cette rencontre serait né le Petit Prince et le roman du même nom, publié l’année suivante. 

«Thomas, lui, demeurait discret sur le sujet, se rappelle Christine Michaud. Je suis donc repartie avec une aura de mystère autour de cette histoire.»

L’anecdote ne l’a plus quittée. Si bien que durant l’année qui suit, une idée fait son chemin chez elle. Faire prendre la parole au Petit Prince devenu un grand. Un livre où Thomas De Koninck, inspiré par sa filiation avec le charmant personnage, revisiterait à la lumière de son propre bagage les grands thèmes du conte de Saint-Exupéry près de 80 ans après leur rencontre.

À l’automne 2019, elle finit par s’en ouvrir au principal intéressé, qui accepte avec enthousiasme sa proposition. Les bases de Le Petit Prince est toujours vivant étaient établies.

Des réflexions qui tombent à point

Le duo s’entend très vite sur les sujets à explorer. La beauté, la quête de sens, le bonheur, les liens affectifs, la solidarité, la conscience, l’enfance, la Providence, Dieu, l’invisible. Sur une période de quelques mois, tous les lundis, Christine Michaud visite Thomas De Koninck. Chaque rendez-vous est l’occasion de l’interroger et d’échanger sur l’un de ces thèmes. À partir du matériel recueilli, elle rédige un chapitre qu’ils retravaillent et bonifient ensemble. «Je naviguais avec beaucoup d’aisance les propos de Thomas et j’y trouvais des liens étroits avec ma propre formation en psychologie positive», explique-t-elle.

Au final, les 10 thèmes abordés donneront la table des matières du livre, auquel se greffe d’autres contenus dont un chapitre rédigé par le philosophe où il revient notamment sur sa rencontre avec Saint-Exupéry. Les auteurs présentent le résultat de leur projet comme autant de clés mises à la portée de tous pour aider à se bâtir soi-même et à bâtir le monde. Chaque chapitre est appuyé par des exemples concrets, des interrogations personnelles, des citations de grands penseurs. L’ouvrage fait également la part belle à l’œuvre littéraire d’Antoine de Saint-Exupéry dans son entier. Peut-être une occasion pour Thomas de mettre en lumière la pensée de celui dont il garde un souvenir reconnaissant, note Christine. De son côté, elle raconte avoir découvert en cet écrivain un grand philosophe.

Pour l’autrice qui compte à son actif plusieurs publications, il s’agissait d’une première expérience de coécriture, laquelle lui a procuré beaucoup de plaisir, mais plus encore. «Thomas fait partie de ces êtres d’exception, ceux dont la force les pousse à aller toujours au-devant pour faire changer les choses. Baigner dans son univers a été cadeau inestimable. Non seulement j’en retire un regard différent sur ce qui m’entoure, mais cela a fait naître en moi un espoir nouveau, une croyance en quelque chose qui nous dépasse », confie-t-elle.

Elle espère que Le Petit Prince est toujours vivant saura allumer ce genre d’étincelles chez les lecteurs. «C’est un livre qui contient beaucoup de pistes en ce sens. Il nous amène à voir les choses autrement.»  

À cet effet, bien que l’ouvrage ait été commencé avant la pandémie, il arrive à point nommé dans le contexte actuel, croit-elle. «Il trouve sa place dans cette nouvelle réalité. Avec le confinement, et encore maintenant, nous avons tous été confrontés à des changements, à des pertes dans nos existences. Cela nous pousse à les revoir pour en retrouver l’essentiel et leur redonner un sens.»

Un lancement inventif et festif

Pour marquer la sortie de Le Petit Prince est toujours vivant, dont l’année de sortie correspond par hasard au 120e anniversaire de naissance de Saint-Exupéry, Christine Michaud avait préparé un concept. «J’avais prévu faire le lancement au Palais Montcalm. C’est à cet endroit que Saint-Exupéry avait présenté sa conférence lorsqu’il a séjourné à Québec, chez les De Koninck, où il a rencontré Thomas à qui je voulais aussi rendre hommage.» Mais en raison de la pandémie, elle a dû revoir ses plans. «J’ai opté pour un événement en ligne, qui se tiendra entre le 9 et le 13 septembre. Ce seront cinq jours de festivités où tout le monde pourra venir nous rejoindre.» Lectures, extraits du livre, témoignages et concours alimenteront la plateforme pour la durée de l’événement. Au moment d’écrire ces lignes, des centaines de participants étaient déjà inscrits.

Prendre part à l’événement en ligne