Le grand jardin collectif, pierre angulaire du projet Le Circuit, constituera le cœur du Domaine Luxuor.

Un jardin collectif au coeur du Domaine Luxuor

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Le nouveau développement écologique Domaine Luxuor, qui s’est donné pour mandat de favoriser les saines habitudes de vie, a créé un organisme à but non lucratif (OBNL) ayant pour mission de développer Le Circuit. Ce projet à vocation intergénérationnel s’articule autour d’un enjeu majeur, soit la mise en place d’un jardin communautaire.

OBNL «On prend soin du citoyen» s’est adjoint les services de Jérémy Leblanc, de la coopérative Leblanchignon, qui se spécialise dans la production de champignons et qui a pignon sur rue au cœur du centre-ville de Chicoutimi. Ce dernier agit comme coordonnateur du projet Le Circuit. 

Pour les propriétaires de Leblanchignon, la prise en charge du développement du jardin communautaire constitue une opportunité de développement. En effet, depuis quelque temps, les trois jeunes producteurs de champignons étaient à la recherche  d’une terre pour faire de la permaculture. Grâce au partenariat avec l’OBNL «On prend soin du citoyen»,  ils auront accès à 25 000 pi2 de terres cultivables.  

«Lorsque Gilles Dufour, promoteur du Domaine Luxuor et président de l’OBNL « On prend soin du citoyen », m’a rencontré pour discuter de son idée de jardin communautaire, je me suis aperçu que le projet Le Circuit rencontrait les intérêts de Leblanchignon d’éduquer la population à l’agriculture urbaine et aux saines habitudes de vie, de favoriser le développement durable et de valoriser les aînés. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre de prendre en charge le développement du jardin », explique Jérémy Leblanc.

Agriculture urbaine et moderne

Le grand jardin collectif, pierre angulaire du projet Le Circuit, constituera le cœur du Domaine Luxuor. Il sera de forme circulaire et constituera un attrait en soi. Il sera composé d’un potager, formé d’aménagements pour l’autocueillette et de jardins de permaculture communautaire pour environ 100 à 200 personnes, mais aussi d’une forêt nourricière garnie d’arbres fruitiers et de petits fruits. 

C’est l’organisme Eureko, qui possède une expérience considérable en agriculture urbaine et en forêts nourricières, qui sera responsable du potager et de la forêt nourricière. Son équipe en assurera également l’animation.

«En plus du jardin, il y aura un laboratoire de recherche et développement de l’agriculture urbaine qui inclura une champignonnière et une salle de transformation, ainsi qu’une serre où nous ferons de la culture à l’année. Nous y génèrerons notamment les pousses pour les habitants du Luxuor. Car, en plus du jardin collectif, nous offrirons la possibilité aux résidents du secteur de créer des aménagements paysagers comestibles afin de favoriser l’autosuffisance alimentaire. Nous offrirons également toute la formation pour la production de champignons à la maison. Bref, Le Circuit fera la promotion d’une agriculture urbaine et moderne», note le coordonnateur du projet Le Circuit.

«Au delà du jardin collectif, nous voulons devenir un exemple dans le domaine de l’autonomie alimentaire et faire du projet Le Circuit un centre d’interprétation de la «permaculture» pour sensibiliser les gens et les intégrer à ce nouveaux mode vie moderne afin de les encourager à adopter de saines habitudes de vie. Aînés, enfants, familles, immigrants... nous souhaitons favoriser un partage de cultures et un transfert de connaissances et faire du Circuit un projet rassembleur qui laissera un patrimoine écologique pour les générations futures.

Horizon 2020

Jérémy Leblanc ne s’en cache pas, la concrétisation d’un projet d’une telle envergure demande temps et argent. Aussi, ce dernier espère démarrer officiellement le jardin, incluant les installations connexes, en 2020.

«Si tout se déroule comme prévu et que nous recevons les premières subventions cet automne, nous devrions être en mesure d’entamer le travail de défrichage d’ici la fin de l’année. Au final, les mobilisations, le jardin et les structures devraient être en place pour 2020. Pour l’instant, nous priorisons la participation des aînés et nous travaillons à établir les rôles de chaque partenaire pour tirer pleinement profit de l’apport de chacun», conclut le coordonnateur du projet Le Circuit et cofondateur de Leblanchignon.

Jérémy Leblanc de Leblanchignon et coordonnateur du projet Le Circuit de l’OBNL «On prend soin du citoyen».