À s’y méprendre, on pourrait croire que le bâtiment est de construction récente.

Un ancien garage des années 50 complètement métamorphosé

Il faut avoir beaucoup d’audace, de vision et de créativité, sans compter une bonne dose de patience, pour se lancer dans la rénovation d’un bâtiment cumulant plusieurs décennies d’histoire. Il en faut encore plus pour lui offrir une toute nouvelle vocation et en changer littéralement l’essence. C’est ce dont a fait preuve Miville Tremblay, médiateur et conseiller en règlement, lorsqu’il a entrepris de métamorphoser un vieux garage construit dans les années 50 pour en faire un lieu de travail apaisant où se côtoient histoire et modernité.

Le vieux garage en question, ce n’est pas n’importe quel bâtiment. C’est le garage situé sur les terres familiales de M. Tremblay, à Saint-Honorée. Construit au milieu du siècle dernier, non loin de la maison bâtie en 1924 par son grand-père, l’ancien garage a occupé différentes fonctions avant de devenir un bureau d’affaires.

Aujourd’hui, l’édifice de 30 pieds par 30 pieds n’a plus rien à voir avec la boucherie ni  le garage mécanique qui l’occupait autrefois. Il garde néanmoins de nombreux éléments de son passé.

«Tout ce que j’ai pu garder, je l’ai fait, exprime Miville Tremblay. Mon intention était de valoriser le vieux avec du neuf. Je trouvais qu’il y avait une richesse là-dedans et que le garage méritait d’être sauvé».

C’est à deux reprises que l’homme d’affaires a pu tester sa volonté à conserver le bâtiment. D’abord en 2003, il a fait faire la finition extérieure. À s’y méprendre, on pourrait croire que le bâtiment est de construction récente, mais son intérieur nous prouve le contraire.

Afin de conserver les murs de blocs, que son grand-père avait acquis suite à la démolition d’une maison appartenant à la famille Price, l’isolation de deux des murs a été faite par l’extérieure. Ainsi, de l’intérieur on peut encore apprécier le cachet des murs de béton.

Puis en 2013, suite à un retour en région, Miville Tremblay a entrepris la rénovation complète de l’intérieur de l’immeuble.

«J’ai toujours été très créatif et j’aime faire les choses autrement. Aussi, à voyager, on observe ce qui nous entoure et on apprend à voir les choses d’un autre œil. C’est ce qui m’a amené à me faire une idée assez juste de ce que je voulais pour le garage», exprime M. Tremblay.

Il a ainsi entrepris ses recherches pour dénicher une imposante porte d’entrée dont le style n’est pas sans rappeler celui des portes d’église. «J’ai été très chanceux. Je l’ai trouvée sur Kijiji. Elle venait avec une autre porte d’intérieur. Ce sont des portes Bélanger de grande qualité», mentionne-t-il.

Autre élément plus moderne du bâtiment, le plancher en béton poli. Ce dernier, qui sert de chauffage principal, s’intègre parfaitement au décor, rehaussant le côté plus industriel de l’aménagement.

Quant aux vestiges du passé qui décorent toujours le bureau du médiateur, ils sont nombreux, du cadrage de l’ancienne porte de garage aux plafonds de bois d’origine. À la salle de bain, une vieille fenêtre sert même de miroir. Et la pièce maîtresse de l’endroit : l’ancienne porte de garage d’un magnifique rouge patiné qui a été relocalisée, séparant désormais l’espace à aire ouverte.

Miville Tremblay a également inclus à son décor des pièces de bois provenant d’une ancienne grange qui se trouvait, elle aussi, sur les quelque 50 acres de terre de la famille Tremblay. De vieilles poutres qui servent de suspension pour le luminaire de création régionale aussi bien que d’éléments de design se retrouvent ainsi entre les murs du cabinet. Des planches de bois embellissent également les murs de la petite salle de bain.

Un décor au résultat franchement réussi. Les clients de M. Tremblay sont d’ailleurs nombreux à afficher leur ébahissement en y pénétrant pour la première fois. Une visite des lieux est souvent les prémices de rencontres fructueuses.