S’acheter une maison sans s’appauvrir

(EN) En devenant propriétaires, bien des Canadiens sont devenus esclaves de leur maison. C’est peut-être ce qui vous effraie en observant l’évolution du marché immobilier. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Et comment éviter ce piège ?

On dit d’un propriétaire qu’il est «esclave de sa maison» lorsqu’il a acheté une propriété au-dessus de ses moyens et lui consacre une part anormalement importante de son revenu total (30 % ou plus) afin de couvrir notamment les versements hypothécaires, les taxes foncières, l’entretien et les services publics. Si vous avez l’impression de consacrer une part disproportionnée de votre revenu aux dépenses liées à votre maison, vous faites peut-être partie de ce groupe.

Selon l’Enquête annuelle RBC 2019 sur les tendances du marché résidentiel, la moitié des Canadiens affirment qu’ils éviteraient de devenir esclaves de leur maison, considérant qu’une telle situation est stressante et financièrement irresponsable.

Toutefois, un Canadien sur quatre se définit comme esclave de sa maison, et environ un Canadien sur dix est sur le point de le devenir. Voici quelques conseils budgétaires qui vous permettront d’éviter l’appauvrissement du propriétaire.

Modérez vos attentes

L’achat d’une maison est souvent une affaire de compromis. Soyez prêt à déménager dans un autre quartier ou à acheter un appartement ou une maison de ville plutôt qu’une maison isolée. L’Enquête RBC a révélé que la plupart des Canadiens sont prêts à faire des compromis sur le plan de la proximité des transports publics et du lieu de travail.

Prenez votre temps

L’achat d’une maison fait partie des décisions financières les plus importantes. Assurez-vous d’avoir épargné suffisamment pour vivre confortablement, et prenez le temps de comprendre vos besoins afin d’acheter une maison qui vous convient. L’établissement d’un budget et d’un calendrier des paiements vous permettra d’avoir un plan clair.

Élargissez vos horizons

Le taux d’intérêt n’est qu’un aspect du magasinage d’un prêt hypothécaire ; si vous vous souciez uniquement de ce critère, vous risquez d’y perdre à long terme. Il est important de choisir un prêt hypothécaire qui répondra à vos besoins et qui sera suffisamment flexible pour s’adapter aux changements qui peuvent survenir dans votre vie. Considérez le type, la durée et le taux d’amortissement du prêt, ainsi que les autres facteurs pertinents ; par exemple: s’agit-il de votre première maison? Achetez-vous un immeuble de placement? Vendez-vous votre maison actuelle pour en acheter une autre?

Déterminez le montant que vous pouvez vous permettre de payer à la page suivante: rbc.com/60secondes.