Ralentissement des mises en chantier à SaguenayRalentissement des mises en chantier à Saguenay

Le nombre de mises en chantier est légèrement en baisse pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay, nous apprend le rapport mensuel sur les mises en chantier du Canada de la Société canadienne d’hypothèques et de logements (SCHL), publié cette semaine. Chaque mois, la SCHL publie le nombre de mises en chantier pour les RMR du Canada.

Avec les données les plus récentes, on apprend qu’il y a eu au mois de mars six nouveaux logements mis en chantier, quatre maisons individuelles et deux pour la catégorie Autres, qui comprend par exemple les maisons en rangée et les jumelés. Comparativement au même mois l’an dernier, tous les secteurs connaissent une baisse importante. Au mois de mars 2018, le décompte de mises en chantier était de six maisons individuelles, 22 logements et 16 constructions dans la catégorie Autres.

Pour l’analyste du marché de Saguenay de la SCHL, M. Mbea Bell, il est important de prendre en considération une plus longue période, lorsqu’on compare les données, pour avoir un regard plus réaliste sur la situation. Pour lui, il peut y avoir trop de facteurs qui peuvent influencer d’un mois à l’autre. Il conseille donc de se baser sur le premier trimestre de 2018 et de 2019.

Avec ces données, on remarque encore une fois que le secteur de l’habitation de la RMR de Saguenay est globalement ralentit. «On observe un ralentissement pour les maisons individuelles et on constate également la même tendance au niveau des jumelés et des maisons en rangées. Pour ce qui est du locatif, on voit plutôt une légère hausse. On en a un peu plus au début de cette année comparativement au même moment de l’année dernière »,
explique l’analyste.

Selon lui, la baisse du nombre de mises en chantier est due à quelques facteurs. «Le ralentissement de l’emploi qui a commencé en 2018, pour la RMR de Saguenay, est l’un de ces facteurs. Ce secteur est un peu dynamique et il guide la croissance au niveau de l’habitation», a commenté M. Bell.

De plus, il souligne que la stabilité de la population joue aussi un rôle dans ce ralentissement. Puisque la population de la RMR de Saguenay est relativement stable, ce qui veut dire que le nombre de personnes qui arrivent et qui partent de la région est quasiment égal et que le même phénomène pour le nombre de naissances et de mortalité est aussi remarqué, la population de la RMR reste environ la même. Dans les dernières années, elle se dirigeait même vers le déficit, ce qui n’encourage pas vraiment la mise en chantier d’habitation.

Secteur locatif prometteur

M. Bell estime que le secteur locatif est celui qui s’annonce à surveiller et où il y aurait possiblement un potentiel. Puisque le taux d’inoccupation de logements a diminué dans la dernière année, passant de 6,8 % en 2017 à 5 % en 2018, cela pourrait encourager le secteur qui augmenterait son nombre de mises en chantier.

Également, le vieillissement de la population serait aussi bénéfique pour le secteur du locatif. «Le vieillissement de la population va entraîner des changements au niveau du mode d’habitation et va favoriser le secteur locatif », continue l’analyste. Pour lui, il ne serait pas surprenant de voir des mises en chantier de résidences pour personnes âgées, qui entrent dans la catégorie du locatif, dans la prochaine année.