Agrandissement de l’École Dollard-Des-Ormeaux, Shannon. Une réalisation de la firme BGLA.

Qualité des espaces et réussite scolaire vont de pair

RÉDACTION PUBLICITAIRE / La qualité des écoles du Québec est devenue au cours des dernières années un enjeu majeur. Il faut savoir que 69 % des écoles de la province ont été construites avant 1960, ces édifices arrivent donc à une fin de vie architecturale. D’où l’importance, pour les commissions scolaires du Québec, de procéder à des rénovations dans leur parc immobilier.

La qualité des écoles du Québec est devenue au cours des dernières années un enjeu majeur. Il faut savoir que 69 % des écoles du Québec ont été construites avant 1960, ces édifices arrivent donc à une fin de vie architecturale. D’où l’importance pour les commissions scolaires de la province, de procéder à des rénovations dans leur parc immobilier.

D’ailleurs, le 15 janvier 2018, Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, annonçait des investissements de près de 740 millions de dollars pour assurer le maintien en bon état ainsi que la réhabilitation des établissements scolaires à travers la province. Il s’agit du plus grand montant annuel investi à ce jour pour ce type de travaux.

Toutes les commissions scolaires francophones et anglophones du Québec bénéficieront de ces investissements additionnels qui leur permettront d’entreprendre, dans 1 282 écoles, 2 071 projets de rénovation au cours de la saison des travaux de l’été 2018.

Car bien que de nombreuses écoles aient été soigneusement entretenues et qu’elles semblent encore parfaitement aptes à accueillir des élèves, il n’en demeure pas moins que vues de l’intérieur, celles-ci ne sont pas adaptées aux nouveaux besoins des élèves et du personnel.

Par exemple, elles ne sont pas toutes dotées d’espaces suffisants pour accueillir les services de garde, services fréquentés par environ 75 % des élèves du primaire, en 2014. Elles n’ont pas été pensées pour intégrer les nouvelles technologies, les notions de développement durable ou encore pour y aménager des classes flexibles afin de favoriser l’interaction entre les enseignants et les jeunes. Les espaces dédiés au personnel sont aussi souvent manquants, puisqu’à l’époque de leur conception les écoles n’incluaient pas autant de services professionnels et spécialisés.

Tous ces aspects peuvent sembler superflus au premier abord. «Un bon enseignant, des pupitres, une classe bien éclairée et un gymnase, voilà tout ce dont les jeunes ont besoin », vous me direz. Eh bien, détrompez-vous! La réussite scolaire est intrinsèquement liée à la qualité des espaces et à l’environnement d’apprentissage.

Gymnase de l’école primaire Sans-Frontières , Saint-Jérôme.

Bien-être et performance scolaire
Une étude menée par le Britannique Peter Barret, de l’école d’environnement bâti de l’Université de Salford, au Royaume-Uni a démontré que l’environnement physique d’une classe peut avoir un impact de l’ordre de 16 % sur les résultats des élèves en mathématiques, en lecture et en écriture.

Cette étude menée auprès de 3766 d’enfants d’âge scolaire, dans 37 écoles primaires du Royaume-Uni, a aussi révélé que plusieurs aménagements déterminants dans les résultats scolaires des élèves pouvaient être réalisés au sein même d’écoles anciennes. Plus précisément, l’équipe de l’Université de Salford a identifié cinq principaux paramètres ayant une influence significative sur les performances scolaires : la lumière, la qualité de l’air, la température et les couleurs, ainsi que le sentiment d’appartenance de l’enfant à la classe. Ce dernier élément peut facilement être intégré à une école existante, puisqu’il peut simplement prendre la forme de travaux d’élèves affichés aux murs ou au tableau, de meubles au design distinctif, centrés sur les besoins des élèves.

Idem pour la couleur, on peut facilement appliquer ce paramètre dans les écoles existantes.

Là où les améliorations nécessitent des travaux majeurs, et surtout plus coûteux c’est au niveau de la qualité de l’air, de la température (système de chauffage et de climatisation) et de l’éclairage.

La température peut aisément être régulée par l’installation de systèmes de chauffage et de climatisation performants, à condition d’y mettre les investissements requis.

Toutefois, l’apport en éclairage - le principal facteur d’influence sur la performance scolaire des jeunes, d’après les chercheurs de Salford - demande davantage de travail pour permettre de bien adapter les écoles existantes, notamment sur le plan de l’aménagement des environnements d’apprentissage.

La lumière doit être assez abondante, mais il faut aussi doser celle-ci, puisque s’il y en a trop, cela risque de nuire à la concentration des élèves. Il faut donc s’assurer d’un bon éclairage naturel et soigner l’éclairage artificiel dans les classes.

L'école Dollard-Des-Ormeaux, Shannon, vue de l'intérieur.

Schola.ca

Les Commissions scolaires et les différents intervenants appelés à travailler à des dossiers de rénovations d’écoles disposent maintenant d’une ressource pouvant les aider à bien orienter leurs projets. Il s’agit de la plateforme d’expertise en architecture scolaire Schola.ca
Cette plateforme d’aide à la décision a été créée par des groupes de chercheurs de l’Université Laval afin d’accompagner les différents intervenants dans la rénovation des écoles publiques québécoises et vise à optimiser le potentiel des ressources existantes. Pour ce faire, les chercheurs de Schola ont développé des outils d’accompagnement du processus de rénovation des écoles du Québec.

L’approche Schola est véritablement transdisciplinaire. Elle tient compte des disciplines de l’architecture et du design de produits à l’éducation, en plus d’embrasser plus largement les préoccupations éthiques et esthétiques des divers acteurs du milieu scolaire.

Tous les travaux menés par l’équipe de Schola se basent sur une approche participative. Les outils d’aide développés par celle-ci sont mis à la disposition du public via la plateforme Schola.ca. Ces outils sont créés pour venir en appui aux différents acteurs concernés par la rénovation et la modernisation des écoles québécoises et visent ultimement à guider leurs décisions afin qu’ils puissent développer des cadres de vie fonctionnels, confortables, agréables, appropriables et durables.

L’agrandissement de l’école Barclay, à Montréal, a été conçu de façon à s’harmoniser au contexte patrimonial du bâtiment existant, tout en introduisant une expression plus moderne. Ce projet porte la signature de la firme NFOE et associés architectes.
Agrandissement de l’école Éverest, à Québec. Un projet de la firme BGLA.