Mies van der Rohe et Phyllis Lambert avec la maquette de l'édifice Seagram, New York, 1955.

Phyllis Lambert: une grande dame de l'architecture

Voilà maintenant 75 ans que Phyllis Lambert, figure emblématique dans le domaine de l'architecture, effectue un travail de mécène et lutte pour la qualité architecturale, ainsi que la préservation du patrimoine bâti. Cette architecte montréalaise de renommée mondiale, qui a marqué l'histoire de l'architecture alors qu'elle était directrice de la planification du Seagram Building à New York (1954 à 1958), célèbrera le 24 janvier prochain ses 90 ans d'existence.
Phyllis Lambert, architecte montréalaise de renommée mondiale, célèbrera ses 90 ans le 24 janvier prochain.
Pour rendre hommage à cette grande dame de l'architecture, voici un court portrait traçant les principales lignes de sa fructueuses carrière.
Phyllis Lambert, fille de l'homme d'affaires Samuel Bronfman, est née le 24 janvier 1927, à Montréal. Mme Lambert, qui a notamment oeuvré à New-York, Chicago et surtout à Montréal, est reconnue mondialement en tant qu'architecte, auteure, chercheuse, con-férencière, commissaire, critique d'architecture, protectrice du patrimoine, citoyenne engagée, militante et fondatrice du Centre Canadien d'Architecture (CCA). Tout au long de ses 75 ans de carrière, Phyllis Lambert n'aura de cesse de revendiquer qu'il est important de «bâtir un édifice qui témoigne des meilleures aspirations de notre société».
Cette femme d'influence a joué un rôle marquant dans le monde de l'architecture, notamment au Québec. En fait, le legs laissé par Mme Lambert au Canada et au Québec est immense. Si l'architecture occupe une place si importante aujourd'hui dans la métropole québécoise, c'est grâce à Phyllis Lambert.
La femme aux mille oeuvres
La fondation à Montréal, en 1979, du Centre Canadien d'Architecture (CCA), dont elle est directrice fondatrice émérite, constitue assurément l'une des réalisations marquantes de Phyllis Lambert. Mais là ne s'arrête pas la liste des projets et fondations qu'elle a mis sur pied sur le territoire montréalais.
Très active dans l'avancement de l'architecture contemporaine et dans la conservation du patrimoine, Phyllis Lambert a aussi fondé Héritage Montréal en 1975. En 1979, elle a joué un rôle déterminant dans la création de la Société d'amélioration de Milton-Parc, le plus important projet de rénovation de coopératives d'habitation au Canada. En 1996, elle a créé le Fonds d'Investissement de Montréal (FIM), le seul fonds d'investissement privé du pays ayant participé à la revitalisation de quartiers à revenus faibles ou moyens.
Pendant 23 ans, Mme Lambert a été membre du conseil d'administration de la Société du Vieux-Port, où elle a fait de la consultation publique un instrument de planification. À l'origine d'une table ronde en 2005, point de départ de la revitalisation du centre-ville Ouest de Montréal, Mme Lambert continue, fidèle à ses convictions, à façonner la ville en présidant l'Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM).
Une carrière couronnée de succès
Au fil de ses 75 ans de carrière, Mme Lambert a cumulé de nombreux succès et s'est vue décerner plusieurs distinctions. Titulaire d'un baccalauréat du Vassar College de Poughkeepsie (1948) et d'une maîtrise en architecture de l'Illinois Institute of Technology de Chicago (1963), Phyllis Lambert est également détentrice de doctorats honorifiques de 27 universités d'Amérique du Nord et d'Europe. L'architecte montréalaise a aussi reçu les titres de Compagnon de l'Ordre du Canada et Grand Officier de l'Ordre national du Québec; les deux plus hautes distinctions civiles au pays et dans la province. La France l'a quant à elle élevée au titre de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres et l'Assemblée parlementaire de la Francophonie l'a nommée Chevalier de l'Ordre de la Pléiade. Mme Lambert est aussi Fellow honoraire du Royal Institute of British Architects et de l'American Institute of Architects, et Fellow de la Society of Architectural Historians.
En 2014, lors de la 14e exposition d'architecture internationale de la Biennale de Venise, Phyllis Lambert s'est vue décerner un Lion d'or d'honneur couronnant l'oeuvre d'une vie. Ce prestigieux prix lui a été remis pour récompenser son engagement tenace pour la mise en valeur du rôle de l'architecture dans la sphère publique. Paolo Baratta, président du jury, lui avait rendu un vibrant hommage à cette occasion : «Phyllis Lambert a apporté une contribution majeure à l'architecture. Sans sa participation, l'une des rares réalisations architecturales du XXe siècle que l'on puisse qualifier de perfection sur terre - le Seagram Building de New York - ne se serait jamais matérialisée. La création du Centre Canadien d'Architecture à Montréal dans le but de préserver des épisodes cruciaux du patrimoine architectural et de les étudier dans des conditions idéales dénote chez elle une vision d'exception alliée à une générosité peu commune.» Rem Koolhaas, qui dirigeait le jury, avait ajouté : «Les architectes font de l'architecture; Phyllis Lambert a fait des architectes.»
En 2016, la fondation Wolf d'Israël a remis à Mme Lambert le prix Wolf en art pour ses 60 ans de militantisme et d'innovation dans la conception architecturale et la préservation des bâtiments patrimoniaux, autant de décennies passées à redynamiser la profession d'architecte et la recherche en architecture et à y insuffler le questionnement intellectuel et la critique politique.
L'an dernier, elle a aussi reçu l'Arnold W. Brunner Memorial Prize 2016 de l'Académie américaine des arts et lettres de New York.
Citizen Lambert
Pour en savoir davantage sur cette femme influente, je vous conseille de visionner le documentaire Citizen Lambert : Jeanne d'ARChitecture, réalisé par Teri Wehn-Damisch, en 2007. Ce film, propose une incursion unique dans l'univers de Phyllis Lambert.
Source: Centre canadien de l'architecture (CCA)
Pier Associates. Photographie composite de Phyllis Lambert et de David Fix dans leur studio situé au 403-409 East Illinois Street, Chicago, vers 1970. Fonds Phyllis Lambert, CCA. ARCH250446.
Phyllis Lambert a marqué l'histoire de l'architecture alors qu'elle était directrice de la planification du Seagram Building à New York (1954 à 1958). Ce gratte-ciel est situé dans le quartier Midtown.
Exposition Phyllis Lambert : 75 ans au travail
Pour souligner les 90 ans de Phyllis Lambert, le Centre Canadien d'Architecture (CCA), dont elle est la fondatrice et le directrice émérite, présentera jusqu'au 4 juin 2017, une exposition retraçant l'évolution de ses idées et de son travail architectural, curatorial et éditorial, à partir de pièces tirées de la collection et des archives institutionnelles du CCA, ainsi que du Fonds Phyllis Lambert.  
L'exposition Phyllis Lambert : 75 ans au travail, est présentée dans les vitrines du hall du CCA. Cette rétrospective met en relief la profonde implication de Phyllis Lambert en ce qui a trait aux problématiques de la ville, l'environnement bâti et la recherche intellectuelle. Phyllis Lambert, commissaire de l'exposition, y met en lumière de façon chronologique les grands chapitres et réalisations de son existence : ses débuts, l'Édifice Seagram, ses études à l'École d'architecture et premiers pas dans le métier, le projet du Centre Saidye Bronfman, ses missions photographiques, ses projets de conservation et de restauration à Montréal, mais également ceux à l'étranger. Via les oeuvres et les études de cas présentées, on découvre le radicalisme de Phyllis Lambert, un trait caractéristique qui se veut une constance chez elle.
Source : Centre canadien de l'architecture (CCA)