Les meubles novateurs d’Eero Saarinen

Épurés, novateurs et intelligemment dessinés, voilà comment on décrit les meubles créés par Eero Saarinen. L’ameublement imaginé par le designer d’origine finlandaise a traversé toutes les frontières, dont celles de la mode et du temps. Fils du célèbre architecte Eliel Saarinen, on peut dire que Eero avait un brillant avenir tracé devant lui et qu’il a livré la marchandise!

Encore aujourd’hui, notre mobilier est marqué par leurs influences. Dans tous les foyers, on aperçoit des chaises inspirées celle de Charles Eames, des sofas douillets ressemblant à ceux de Florence Knoll et l’extérieur de nos maisons nous rappellent le style unique de Frank Lloyd Wright. Sans le savoir, les designers et architectes d’hier et d’aujourd’hui ont marqué l’intérieur et l’extérieur de nos demeures. L’équipe du Toit et moi vous présentera, au fils des prochaines semaines, une série de ces artistes qui ont changé à jamais l’avenir de nos décors.

Eero Saarinen avait le design dans le sang. Son père était directeur de l’Académie des arts de Cranbook et sa mère, Loja Saarinen, artiste du textile. Le petit Eero avait déjà, à son plus jeune âge, un intérêt marqué pour le design. Il aidait son père à dessiner des meubles et des arrangements pour le campus de Cranbook. Pour suivre la destinée paternel, il choisit d’étudier la sculpture à Paris et l’architecture à Yale. 

Il est, par la suite, retourné à Cranbook. C’est là qu’il a rencontré, quelques années plus tard, Charles Eames, mais également Florence Knoll. Elle était, à l’époque, une protégée de son père et elle souhaitait que Saarinen dessine pour sa compagnie Knoll. Il a accepté et lui a créé quelques-uns de ses meubles les plus marquants.

Reconnu pour son audace dans ses choix de matériau, sa capacité à s’entourer des bonnes personnes et son ajout de sa vision architecturale à ses réalisations d’ameublement, l’homme s’est rapidement taillé une place parmi les plus grands designers du XXe siècle.

Les meubles au pied tulipe

Parmi ses pièces marquantes, on retrouve toute la collection Pedestral, qui comprend les chaises et les tables les plus marquantes des années 1950. C’est leur pied Tulipe, comme un piédestal, qui les a rapidement distinguées des autres. M. Saarinen voulait créer des morceaux d’une seule pièce, avec les matériaux qu’il utilisait à l’époque, soit la fibre de verre et l’aluminium. Il voulait améliorer l’espace sous les meubles, qu’il trouvait inesthétique et voulait le remplacer par quelque chose de plus sophistiqué. Il avait vu des chaises avec deux, trois ou quatre pattes, mais il souhaitait créer quelque chose qui en avait seulement une. 

Aujourd’hui encore, ses chaises et ses tables se retrouvent dans une foule de décor. Autant ensemble que séparées, les différentes pièces de la collection Pedestral attirent l’attention dans les décors sobres. 

La «Womb chair»

Autre pièce de résistance, la «Womb chair» a valu à M. Saarinen bien des honneurs et est encore aujourd’hui présente dans plusieurs décors. Elle a été pensée à la suite d’une demande de Florence Knoll, qui souhaitait voir sur le marché une chaise qui donnait le sentiment de s’asseoir dans une montagne d’oreillers, une chaise où elle pouvait se lover.

Sa «Womb chair» est de loin sa création la plus douillette. Le designer voulait prouver qu’une chaise pouvait être confortable sans avoir nécessairement une tonne de coussins. Elle s’intègre bien dans tous les décors, du classique au contemporain et on l’aime encore plus lorsqu’elle ajoute une touche de couleur aux décors neutres.