Les défauts de construction en baisse

Garantie de construction résidentielle (GCR) a publié, jeudi dernier, les résultats d’une étude sur les défauts de construction. L’organisme à but non lucratif neutre et indépendant, qui a pour mandat d’administrer le Plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs pour l’ensemble du territoire québécois, met ainsi en lumière une amélioration des pratiques en construction résidentielle. Il démontre cependant l’importance de maintenir les efforts en prévention et en surveillance de chantier pour relever le niveau.

«Garantie de construction résidentielle a comme mission première de protéger les acheteurs d’une habitation neuve en prévenant des problématiques avec leur résidence. L’une des façons d’y parvenir est d’amener les entrepreneurs à adopter les meilleures pratiques en construction. Nous avons toujours privilégié la voie de la prévention et cette étude démontre hors de tout doute que cette approche rapporte, tant pour le consommateur que pour l’entrepreneur», affirme Daniel Laplante, président-directeur général de GCR.

À la grandeur du Québec, entre septembre 2016 et décembre 2018, GCR a constaté une baisse importante des défauts de construction sur les chantiers de l’ordre de 54%. Au Saguenay – Lac-Saint-Jean, on parle d’une variation de -40%. C’est donc dire qu’en septembre 2017, GCR identifiait en moyenne 1,88 non-conformité parmi les dix principales non-conformités répertoriées alors qu’en décembre 2018, ce nombre baissait à 1,13.

Parmi les principales non-conformités constatées lors des inspections de chantier, on retrouve :

  1. Solins
  2. Étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau
  3. Lisses d’assise
  4. Protection des mousses plastiques
  5. Ponts thermiques 
  6. Isolation des murs de fondation
  7. Dimension des appuis aux poutres
  8. Protection contre l’humidité
  9. Chantepleures 
  10. Installation de plomberie


Entrepreneurs et acheteurs en sortent gagnants

Il fait nul doute qu’acheter une maison neuve est une source de stress pour les propriétaires. À juste titre, ils souhaitent s’assurer que leur propriété sera conforme au Code du bâtiment et qu’elle répondra à leurs attentes et leurs besoins.

Savoir qu’en cas de non-conformité, leur propriété est couverte par le Plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs est sécurisant.

«L’achat d’une habitation est souvent le plus grand investissement que fera un ménage au cours de son existence. Il faut savoir qu’un retard de livraison d’une habitation ou l’obligation d’effectuer des travaux correctifs peuvent leur causer de nombreux inconvénients et leur générer du stress, que ce soit de devoir vivre temporairement ailleurs ou de devoir entreposer leurs biens. Pour nous, éviter du stress et des désagréments aux acheteurs est la principale raison d’être de notre organisation», indique François-William Simard, vice-président Communications et Relations partenaires de GCR.

Qui plus est, l’étude menée par GCR permet également de constater qu’il est tout à l’avantage des entrepreneurs de bien réaliser les travaux de construction qui leur sont confiés puisque devoir effectuer des travaux corrections peut leur coûter jusqu’à 15 fois plus cher.

Par exemple, selon l’étude, il est près de dix fois plus dispendieux pour un entrepreneur de corriger l’installation et la pose de solins, tous types confondus. Il est également huit fois plus cher de réaliser des travaux correctifs pour l’étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau et il est près de quinze fois plus coûteux d’effectuer des travaux correctifs pour la protection contre l’humidité. L’augmentation significative des coûts s’explique essentiellement par les coûts liés à la démolition pour avoir accès à la zone concernée ainsi que les travaux de rénovation et de finition nécessaire pour remettre le tout en état. Les travaux correctifs requièrent également des matériaux et du temps supplémentaires. 

Pour en savoir davantage sur Garantie de construction résidentielle ou pour obtenir tous les détails de l’étude, visitez le garantiegcr.com