Le vue sur le Fjord a été à nouveau ouverte grâce à l'implantation de l'écohameau sur le Vieux-Chemin.

L'Écohameau du Vieux-Chemin voit le jour

Depuis sa fondation en 1990, l'Écohameau de La Baie intrigue, surprend et attire des visiteurs de partout au Québec et d'ailleurs dans le monde de par l'unicité de son projet à vocation écologique, la qualité de ses installations et la beauté de son site.
Dominique Coulombe et Patrick Déry, respectivement responsable des communications et président du GREB.
Après une deuxième phase de développement en 2012, menée par Les Vallons de Chambreule en collaboration avec le Groupe de recherches écologiques de La Baie (GREB), une 3e vague de construction s'amorce cette année. Une chance exceptionnelle pour ceux et celles qui souhaitent intégrer ce milieu de vie unique.
Cette fois, l'expertise du GREB se déploie du côté du Bas-Saguenay où l'Écohameau du Vieux-Chemin se dessine.
C'est un lotissement de six grands terrains résidentiels qui est rendu disponible, à tout juste trois kilomètres de l'Écohameau de La Baie.
Déjà, une jeune famille s'est portée acquéreuse d'un premier terrain et a amorcé la construction de sa résidence de style alpin. Cinq terrains sont ainsi toujours disponibles.
Renouveau agricole
Les terrains de plus de 4000 m2 chacun profitent d'un sol fertile propice à la culture. Les propriétaires qui s'y installeront pourront cultiver leurs propres légumes, végétaux et arbres fruitiers dans un cadre enchanteur.
En effet, le secteur en est un idyllique avec son panorama majestueux donnant sur le Fjord du Saguenay et sur les montagnes l'encadrant.
«Il s'agit d'une ancienne terre agricole qui fût abandonnée avant d'être reboisée en forêt d'épinettes. Aujourd'hui, grâce à l'Écohameau du Vieux-Chemin, on lui redonne sa vocation agricole et on ouvre à nouveau la vue sur le Fjord. D'ailleurs c'est le seul point de vue facilement accessible sur le Fjord à partir du Vieux-Chemin. Il s'agit d'un paysage patrimonial exceptionnel», affirme Patrick Déry, président du GREB.
En plus des six terrains résidentiels qui prendront place dans l'Écohameau du Vieux-Chemin, on y retrouvera aussi une ferme paysanne servant pour les projets agricoles et artistiques, et plus loin, une terre sylvo-pastoral (mode d'agriculture durable alliant forêt et pâturage)
«L'objectif est de développer de nouveaux projets agroforestiers durables et de dynamiser le Vieux-Chemin, en plus d'accroître sa population», mentionne le physicien de formation.
Évidemment, comme c'est le cas à l'Écohameau de La Baie, certaines conditions d'implantation, d'installation et de construction doivent être respectées par ceux qui souhaitent s'établir dans l'Écohameau du Vieux-Chemin.
«Il s'agit surtout d'assurer la continuité de l'Écohameau de La Baie et de respecter l'architecture alpine qui y prévaut afin de conserver une certaine homogénéité dans le style. Il y a aussi le volet écologique qui est très important, mais les gens intéressés à s'installer dans l'écohameau partagent habituellement déjà plusieurs des valeurs que l'on véhicule [...] Il y a des conditions à respecter, mais les résidants ont aussi beaucoup de latitude pour la réalisation de leur projet», ajoute Patrick Déry.
Vous avez envie d'en savoir davantage sur l'Écohameau du Vieux-Chemin, renseignez-vous en communiquant directement avec Dominique Coulombe, responsable des communications pour le GREB et propriétaire des Vallons de Chambreule, au 418 544-9113 ou via le chambreule@yahoo.ca.
À l'écohameau, le style architectural alpin prédomine. Sur cette photo, la résidence de Dominique Coulombe et Patrick Déry.
L'Écohameau de La Baie, au même titre que l'Écohameau du Vieux-Chemin, offre un panorama exceptionnel à ses résidents.
Un milieu de vie unique au Québec
«Les gens ont besoin de reconnecter avec la nature. Ils veulent être dans la durée et non dans l'éphémère», croit Dominique Coulombe, responsable des communications pour le GREB et propriétaire des Vallons de Chambreule, ferme agro-forestière nourricière.
Chaque année, les demandes fusent de toute part : une famille de l'Ontario qui souhaitent venir passer quelques jours à l'Écohameau de La Baie, des étudiants français qui souhaitent venir y faire un stage... aucune offre d'hébergement n'est offerte et pourtant, ils sont nombreux à approcher Les Vallons de Chambreule pour découvrir ce projet unique.
C'est que l'Écohameau de La Baie est en quelque sorte victime de son succès. Sa vision écologique du mode de vie, les recherches menées par le GREB, les technologies utilisées, la permaculture qui y prévaut sans compter le paysage exceptionnel dans lequel il prend place sont tels que les visiteurs sont nombreux à souhaiter s'y rendre pour s'inspirer, apprendre et découvrir.
Il faut dire que seule une quarantaine de personnes y résident, des gens de tout horizon et surtout de toutes les générations. Ils ont fait le choix de s'y installer, partageant des valeurs et des intérêts communs.
«Les gens intéressés à s'établir dans l'écohameau ont généralement ce besoin de s'éloigner du monde de consommation, de s'autonomiser et de se prendre en main», soutient Patrick Déry, physicien, président du GREB et enseignant au programme TERRE du Cégep de Jonquière.
«Nous vivons dans une sorte de dictature de l'expert où on nous dit sans cesse que nous ne sommes pas capables de faire les choses, qu'il faut nécessairement se référer à un professionnel. Dans l'écohameau, c'est plutôt l'inverse. On souhaite faire les choses par nous-mêmes. Devenir plus autonome, affirme M. Déry.
Évidemment, il y a aussi tout un partage de connaissances qui s'effectue dans la communauté. Les gens s'entraident, partagent leur savoir et font profiter aux autres de leurs compétences et de leur expérience», soutient celui qui fût le premier à construire sa maison écologique pour s'établir à l'écohameau, il y a de cela maintenant 20 ans.
«En s'investissant de la sorte dans la construction de leur maison, tout comme dans la culture de leurs fruits et légumes, les gens accordent une autre importance à leurs biens. C'est en quelque sorte prendre part à quelque chose de plus grand que soi et d'inspirant», renchérit Dominique Coulombe.
Prolongement de l'Écohameau de La Baie, celui du Vieux-Chemin accueillera six nouvelles familles également sensibilisées aux valeurs écologiques. Déjà un terrain a trouvé preneur, cinq sont toujours disponibles.