Pour son nouveau linge de table Quelle Histoire! choisit le pouding chômeur.

Le pouding chômeur, nouvelle vedette de Quelle histoire!

RÉDACTION PUBLICITAIRE / L’entreprise québécoise Quelle Histoire! spécialisée dans la création de linges de maison aussi design que pratiques lance un neuvième linge mettant cette fois-ci le pouding chômeur à l’honneur. Celui que plusieurs qualifient de dessert national est ainsi raconté sur les raffinés linges de table.

Il faut remonter à la Grande Dépression pour trouver les premières traces du pouding chômeur dans l’histoire. En effet, avant 1930, il ne semble n’y avoir aucune mention de ce succulent dessert aujourd’hui devenu un véritable classique québécois.

On raconte que le pouding chômeur, comme son nom l’indique, ferait référence à un dessert «de pauvre». D’ailleurs, si la première recette de pouding chômeur fût imprimée dans un quotidien en 1939 (Le Soleil), ce n’est qu’en 1957 que cette recette se retrouva dans un livre de cuisine soit La Cuisine raisonnée. C’est d’ailleurs cette recette qui figure sur le linge de table.

Au fil des ans, de nombreuses recettes de pouding chômeur sont apparues. Certaines contenant cacao, raisins secs ou encore noix de coco. Le pouding chômeur tel que nous le connaissons aujourd’hui est plutôt simple : un gâteau blanc cuit avec une sauce au caramel.

Un travail de longue haleine

La création d’un nouveau linge de table par Quelle Histoire! nécessite au bas mot pas moins de trois mois de travail. À la recherche historique, il faut ajouter le temps de conception graphique. Plusieurs professionnels sont ainsi mis à contribution pour donner naissance à un seul linge.

Dans le cas de celui mettant à l’honneur le pouding chômeur, Quelle Histoire! a pu compter sur la précieuse collaboration de Mario Robert des Archives de Montréal, du Conservatoire Culinaire du Québec, de la directrice du laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal, Joanne Burgess, de l’illustrateur Marc Tellier et de la rédactrice Julie Adam.

Non seulement les linges de table sont-ils pratiques, leur vocation première étant d’essuyer, mais ils sont aussi de formidables pièces de collection ressassant l’histoire du Québec à travers ses races et semences patrimoniales, mais aussi ses emblèmes culinaires et agroalimentaires. Les linges, constitués de coton à 100% dans un tissage de qualité, finissent d’ailleurs parfois encadrés plutôt qu’utiliser.