La citrouille, bien plus qu’un fruit décoratif

Alors qu’elle figure parmi les symboles les plus représentatifs de l’Halloween et de l’automne, la citrouille, membre de la famille des cucurbitacées, est un fruit qui n’est hélas que trop peu cultivé pour ses propriétés alimentaires, sa valeur nutritive et ses bienfaits pour la santé. C’est peut-être justement dans l’optique d’inviter les jardiniers à la redécouvrir que le National Garden Bureau, cet organisme à but non lucratif faisant la promotion du jardinage, l’a choisi comme plante comestible de l’année 2019.

Un peu plus sur la citrouille

Originaire d’Amérique centrale, la citrouille est associée aux courges, aux concombres ainsi qu’aux melons. Telle que nous la connaissons aujourd’hui, elle appartient à l’espèce des Cucurbita Pepo. On la reconnaît par ses fruits de forme arrondie à la coquille épaisse, la peau lisse, légèrement côtelée et de couleur jaune jusqu’à orangée.

Cuisinée traditionnellement pour l’Action de grâce, surtout aux États-Unis, elle est pour plusieurs «LE« fruit annonçant l’arrivée de l’automne.

Riche en nutriments, elle procure de nombreux bienfaits pour la santé. Elle est notamment une excellente source de fibres, de potassium, de fer et de vitamines A, B et C. Elle est de surcroît faible en calories, en gras et en sodium.

On la cuisine en potage, en plat d’accompagnement, comme sauce et même comme dessert.

Cultiver la citrouille

Si l’envie vous prenait de cultiver des citrouilles afin d’avoir votre propre récolte cet automne, sachez qu’il vous faudra un jardin somme toute assez grand pour accueillir vos protégées.

En effet, pour permettre à une seule citrouille de se développer à pleine maturité, il lui faut un espace d’environ 1m2, et ce, pour un fruit de petite taille seulement. Une citrouille de taille moyenne aura quant à elle besoin de près de 2m2 alors que pour une citrouille de grande taille, il faut prévoir de 3 à 4 m2 de jardin.

Les graines de citrouille peuvent être semées une fois que la température du sol avoisine les 21°C ou plus, car comme les autres plantes de la famille des cucurbitacées, les citrouilles tolèrent très mal le gel. On les plantera alors vers la mi-juin, à un pouce de profondeur, dans un sol bien drainé et exposé au plein soleil.

Pour faciliter, voire stimuler leur croissance, il est recommandé de fertiliser les citrouilles tout au long de la saison estivale. Elles produiront par ailleurs de plus gros et de plus beaux fruits si leurs fleurs sont pollinisées, d’où l’importance d’attirer les pollinisateurs à votre jardin en plantant, dans vos différents aménagements, des fleurs et autres végétaux appréciés des abeilles, des papillons, des colibris et autres.

Quant à son besoin en eau, la citrouille n’est pas bien difficile. À l’instar des courges et des concombres, elle tolère bien la sécheresse. Il est même préférable d’éviter qu’elle ne soit en contact avec un sol trop humide qui risquerait de faire pourrir son fruit.

Récolter la citrouille

C’est au moment où le fruit commence à changer de couleur et où la tige se dessèche que l’on sait que la citrouille est mûre pour la récolte. Il suffit alors de couper la tige au point où elle rencontre le fruit en prenant soin de laisser un nœud à l’extrémité, soit un petit bout de tige dont on se sert comme poignée. Ce nœud protègera le fruit en minimisant les risques d’infection.

Pour conserver les citrouilles sur une plus longue période suivant la récolte, il est possible de les laver à l’eau de Javel dilué. On les laisse ensuite sécher et on les place dans un endroit frais et ombragé.

Il ne vous restera plus qu’à les utiliser en cuisine pour concocter de délicieux mets aussi savoureux que riches en nutriments.

Source : National Garden Bureau