Contenu commandité

Immobilier

Qui dit nouveau domicile, dit changement s’adresse

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Vous déménagez? Voici une liste utile pour effectuer rapidement et facilement vos changements d’adresse.

Gouvernement du Québec
Le Service québécois de changement d’adresse permet d’aviser par Internet six ministère et organismes, en une seule démarche. En quelques minutes, vous ferez votre changement d’adresse auprès: du Directeur général des élections du Québec, du Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS), de Revenu Québec, de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), de la Régie des rentes du Québec et de la Société de l’assurance automobile du Québec. Il suffit de visiter le site Internet du Service québécois de changement d’adresse au www.adresse.info.gouv.qc.ca

Agence du revenu du Canada
Vous pouvez changer vos adresses et numéro de téléphone qui figurent dans votre dossier de l’Agence du revenu du Canada (ARC) par Internet (www.cra-arc.gc.ca).Si vous avez un epass avec l’ARC, il vous suffit d’ouvrir une session dans la rubrique «Mon dossier» et de choisir l’option «Changer mon adresse».

Si vous n’avez pas un epass avec l’ARC, vous devez changer votre adresse par téléphone. Pour ce faire, appelez le service des Renseignements sur l’impôt des particuliers au 1-800-959-7383.

Poste Canada
Changez d’adresse et faites réexpédier votre courrier, ou faites retenir ce dernier, avec demenageur.ca de Postes Canada. Vous pouvez aussi utiliser ce service Internet pour aviser vos amis, votre famille ainsi que les entreprises avec lesquelles vous faites affaires, en un seul clic. Pour accéder à demenageur.ca, consultez la section «Changer mon adresse» au www.postescanada.ca

Immobilier

Culture de plants de cannabis : les propriétaires de logements font entendre leur voix

RÉDACTION PUBLICITAIRE / La légalisation du cannabis et la culture de plants à domicile constituent un dossier épineux pour les propriétaires d’immeubles locatifs. Et le fait que la Chambre haute ait finalement donné son feu vert à la version réamandée du projet de loi C-45 - s’inclinant du même coup devant la volonté du gouvernement Trudeau de ne pas reconnaître aux provinces le droit d’interdire la culture à domicile - vient amplifier l’inquiétude qui règne chez les propriétaires d’immeubles de logements locatifs du Québec.

Selon un sondage réalisé par la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), en juin 2018, 84 % des propriétaires d’immeubles de logements locatifs sondés se disent très inquiets face à une éventuelle légalisation du cannabis à des fins récréatives ; alors qu’en janvier 2017, la CORPIQ a réalisé le même sondage et 74% des répondants affirmaient être très inquiets.

Délais de 3 mois pour modifier les baux
Cependant, le fait que le gouvernement du Québec ait amendé son projet de loi 157 pour permettre aux propriétaires d’interdire le cannabis dans leurs baux existants vient quelque peu conforter les proprios. Ces derniers disposeront de trois mois, après l’entrée en vigueur de la loi provinciale, pour envoyer un avis de modification de bail unilatéral aux locataires afin d’interdire le cannabis dans leurs logements. Toutefois, une personne consommant du cannabis à des fins thérapeutiques serait dans le droit de refuser l’ajout de cette interdiction au bail. Dans ce cas, le propriétaire devra introduire une demande à la Régie du logement et ce sera au tribunal de statuer sur le bien-fondé ou non du refus du locataire.

Les données de la CORPIQ indiquent que parmi les propriétaires ayant au moins un bail permettant de fumer, 86% se prévaudront du délai de trois mois prévu dans la loi québécoise pour ajouter une clause interdisant le cannabis.

Immobilier

Locataires, assurez vos arrières

(EN) Les locataires ne réalisent pas toujours que la police d’assurance de leur propriétaire ne couvre pas leur propriété et leurs biens personnels en cas d’incendie ou de tout autre incident causant des dégâts. Seule une assurance locataire peut le faire.

Pour être certain d’être couvert adéquatement, vous devrez vous procurer une police qui répond à vos besoins particuliers. Voici à quoi penser si vous souscrivez une assurance locataire pour la première fois :

Vous valez plus que vous ne le pensez 

De nombreuses personnes sous-estiment la valeur de leurs biens et pensent parfois qu'elles n'ont pas besoin de les assurer. Pour mieux comprendre la valeur réelle de vos effets personnels, commencez par faire l'inventaire de tout ce que vous possédez. Le coût total grimpera rapidement.

Sachez ce que vous devez couvrir  

Toutes les polices d'assurance ne sont pas identiques, et une police inadéquate pourrait vous rendre vulnérable. Il pourrait être sage de considérer une police contre les inondations ou les dégâts d'eau, ou vous assurer que certains de vos biens, comme votre vélo, soient couverts. Les fournisseurs d'assurance comme Belairdirect vous permettront facilement de comprendre ce qui est couvert et ce qui ne l'est pas, et vous aideront à cerner vos besoins.

Sous-louer ne vous décharge pas de vos responsabilités  

Si vous sous-louez votre logement plutôt que de le louer directement, vous devez tout de même assurer vos biens en souscrivant une police qui vous est propre ou en vous ajoutant à celle du locataire initial. Parler à un fournisseur d'assurance vous aidera à savoir quoi faire.

Visitez belairdirect.com pour plus d'informations.

Immobilier

La renégociation de votre prêt hypothécaire

(EN) Il y a tant de choses auxquelles il faut penser lors de la renégociation d’un prêt hypothécaire. Vous êtes peut-être à la recherche du taux le plus bas. Aussi, peut-être aurez-vous à payer des frais pour changer de prêteur. Il est également fort probable que votre banque vous offrira un prêt hypothécaire sur la valeur nette de votre maison.

Certaines banques intègrent des produits financiers, tels que des prêts automobiles ou des cartes de crédit, au prêt hypothécaire sur la valeur nette; il s’agit d’une hypothèque à terme combinée avec une marge de crédit hypothécaire (MCH). Ce prêt est généralement offert à un taux d’intérêt avantageux.

Même si un prêt hypothécaire sur la valeur nette offre certains avantages, informez-vous des frais et des risques associés au regroupement de divers produits de crédit avant de signer le contrat.

Une dette sur une MCH diffère de toute autre forme de dette. Contrairement à une carte de crédit ou à une marge de crédit non garantie, une MCH est garantie par votre bien résidentiel. Même si les taux d’intérêt de la MCH sont souvent bas, ils sont aussi variables. À tout moment, une banque peut réclamer le remboursement de votre MCH ou augmenter votre taux d’intérêt. Si vous n’êtes pas en mesure de rembourser ce que vous devez, vous pourriez perdre votre maison ou n’avoir d’autre choix que de la vendre.

Comparativement à un prêt sur la valeur nette d’une maison, soit un prêt d’un montant forfaitaire dont le taux d’intérêt, le terme et le calendrier de remboursement sont fixes, une MCH fonctionne plutôt comme une carte de crédit. En effet, le montant disponible sur votre MCH diminue lorsque vous empruntez et augmente lorsque vous remboursez le prêt, et jusqu’à une certaine limite de crédit. Parfois, les limites de crédit d’une MCH augmentent automatiquement à mesure que vous remboursez votre hypothèque.

Si vous désirez changer de prêteur au renouvèlement de votre hypothèque, vous pourriez avoir à rembourser d’abord le solde de tous les produits de crédit associés à votre prêt hypothécaire sur la valeur nette. De plus, vous devrez assumer des frais juridiques supplémentaires qui ne s’appliqueraient pas à une hypothèque conventionnelle.

Alors avant de prendre une décision, pensez à long terme. Comptez-vous utiliser la valeur nette de votre maison pour financer votre retraite? Combien de temps pensez-vous rester dans votre maison? De quelle façon utiliserez-vous votre MCH? L’utiliserez-vous pour des rénovations, des placements, une consolidation de dettes à taux d’intérêt élevé, des urgences, l’achat d’une résidence secondaire ou des vacances? Quelle incidence une hausse du taux d’intérêt, une perte d’emploi ou une maladie auraient-elles sur votre capacité à rembourser votre dette? Une MCH vous inciterait-elle à utiliser votre maison comme un guichet automatique?

Si une MCH est le produit qui vous convient, dressez un plan de remboursement et respectez-le pour éviter de continuellement emprunter sur la valeur nette de votre maison. Pour en savoir plus, veuillez consulter canada.ca/sinformer-cest-payant.

Immobilier

Avant d'acheter, informez-vous sur la propriété

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Avec la fonte des neiges vient la fameuse fièvre immobilière du printemps. Le marché immobilier est en pleine effervescence et de nombreux futurs acheteurs en profitent pour prendre d’assaut les visites libres. Mais que regardent-ils exactement lorsqu’ils visitent une propriété ? Tiennent-ils compte de tous les aspects importants, notamment en ce qui a trait aux risques de dommages potentiels?

Ce que vous devez savoir

Avant de déposer une offre sur la propriété de vos rêves, prenez le temps de vérifier tous les éléments importants qui touchent celle-ci. L’achat d’une maison constitue un investissement majeur, il ne faut rien laisser au hasard et voir au-delà de la première impression. Il faut s’attarder aux aménagements et au design, mais aussi à la mécanique du bâtiment et à son historique.

Renseignez-vous sur les risques de refoulement des égouts ou d’infiltration d’eau.

Vérifiez si la propriété est située dans une zone inondable, près d’un grand plan d’eau douce ou sur d’anciens terrains marécageux.

Informez-vous à propos des dommages ou des réclamations d’assurance antérieures découlant d’inondations ou d’incendies.

Assurez-vous qu'il n'y a eu de plaintes, de recours collectifs ou de poursuites contre l’entrepreneur qui a construit la propriété.

Tenez aussi compte du développement urbain environnant. Ce dernier pourrait-il affecter la propriété que vous envisagez acheter ?

Bref, avant de vous engager dans l’achat d’une nouvelle maison vous avez tout intérêt à effectuer des recherches et à consulter un expert afin de mener une inspection ou une évaluation de la propriété avant l’achat.

Immobilier

La première phase du quartier des Cinéphiles prête en juin

L’entreprise régionale Claveau et Fils a lancé, au début 2018, un tout nouveau développement domiciliaire, situé sur les terrains de l’ancien ciné-parc de Chicoutimi. Le quartier des Cinéphiles, auquel on accède via le rang St-Paul, offrira un total de 54 terrains pour construction de maisons unifamiliales, de maisons jumelées et de résidences à quatre logements.

La première phase de cet important projet débutera dès juin. Déjà quatre terrains sur les 12 rendus disponibles pour ce printemps ont trouvé preneur.

Situé près de tous les services, au cœur même de Saguenay, le quartier des Cinéphiles sera un milieu de vie attrayant notamment pour les familles.

Les terrains sont offerts pour tous les types de construction, autoconstruction ou construction par un entrepreneur général. Le prix des terrains pour construction unifamiliale débute à partir de seulement 60 000$.

Des prix préférentiels sont offerts aux contracteurs. Informez-vous!

Les Habitations Cépal

Parallèlement aux travaux du quartier des Cinéphiles, Claveau et Fils continue la construction des Habitations Cépal.

L’entreprise en est maintenant à la phase 4B comprenant un total de huit unités desquelles trois sont toujours disponibles.

Ce projet unique, sis en plein cœur de la nature, à deux pas de la Rivière-aux-Sables, propose des condos luxueux avec entrée indépendante. On y retrouve des planchers chauffants, des comptoirs de granite, des plafonds de neuf pieds de hauteur, l’air conditionné, etc.

Les condos de la phase 4B ont en moyenne une superficie de 1300 pieds carrés.

Quartier des Joyaux

Le constructeur offre toujours quelques terrains du côté de Saguenay. Dans le quartier des Joyaux, secteur Jonquière, certains terrains des phases 4A et 4B sont toujours disponibles.

Pour plus d’information, visitez le claveauetfils.ca ou contactez Stéphane Truchon au 418 817-4828.

Immobilier

Secteur Shipshaw - Plusieurs terrains prêt-à-construire disponibles

Pas moins de 22 terrains dont la superficie varie de 16 576 pieds carrés à 107 790 pieds carrés sont actuellement en vente du côté de Shipshaw. C’est sur la rue des Loutres et du chemin de la Baie-des-Castors que se situent les terrains prêts-à-construire. À seulement 10 minutes de Jonquière, ils offrent un parfait mélange entre la vie urbaine et celle de villégiature.

Vous songez depuis un moment à déménager et aimeriez trouver un terrain, à la fois intime et près des services de proximité, vous permettant de construire la maison de vos rêves? Les terrains de Shipshaw répondront certainement à vos attentes.

Ce qui est intéressant avec ces derniers, c’est qu’ils sont déjà reliés au réseau électrique et au service d’eau de la municipalité. Il ne vous reste qu’à installer un système septique Écoflo et à vous construire. Même la route pour se rendre devant votre résidence sera asphaltée, une fois les terrains vendus.

Qui plus est, vous profiterez d’une vue imprenable sur la rivière Saguenay de même qu’un accès à celle-ci. Les propriétaires des terrains auront effectivement accès à une descente de bateaux privée.

Par ailleurs, le secteur est idéal pour les familles. L’autobus scolaire s’y rend sans problème et la construction d’un parc à proximité est déjà prévue.

Réalisez votre projet de construction

Sur les terrains de la rue des Loutres et du chemin de la Baie-des-Castors, vous n’aurez aucun mal à réaliser votre projet de construction, quel qu’il soit. Vous pourrez en effet construire vous-même votre résidence ou en confier la réalisation à l’entrepreneur de votre choix.

Aucune règle de construction ne régit d’ailleurs le secteur. Vous ne serez donc pas obligé d’installer de la pierre en façade ou autre règlement du genre.

Envie d’en savoir davantage sur les terrains disponibles? Communiquez avec Gilles Boily, courtier immobilier chez REMAX.

Informez-vous également sur les possibilités de financement par le promoteur, sur mise de fonds de 20%.

Immobilier

Le quartier du futur Sourceia

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Le projet de quartier résidentiel avec maisons écoénergétiques Sourceia de Saint-Félicien prend son envol après une période de flottement.

Le PDG de ce projet innovateur M. Jérôme Simard mentionne qu’il y a eu un retard d’un an dans la livraison planifiée. L’entreprise souhaitait ériger 3 maisons par année, mais pour la première c’est seulement deux qui ont été construites et vendues.

Le projet va tomber en vitesse grand V en 2018 alors que six maisons seront aménagées dans ce quartier. Aussi, un bloc appartement de 6 logements sera construit. « Les lampadaires sont installés et la ville va asphalter bientôt, ça va être beaucoup plus invitant de venir vivre dans le quartier. Sur les treize terrains, il en reste cinq à vendre », mentionne le promoteur.

Comme le concept est nouveau, les gens attendaient de voir à quoi ressembleraient les maisons et voulaient connaître les réels coûts énergétiques avant d’investir. Selon le promoteur, la maison et les installations permettraient de réduire de 70% la consommation d’énergie.
Les résidences sont orientées vers le sud ce qui permet de capter la chaleur du soleil le jour et de maintenir la chaleur pour la nuit. « Ce que l’on nomme l’énergie solaire passive. Le solaire fournit gratuitement le chauffage de base à chaque bâtiment. La meilleure énergie est celle que nous ne consommons pas », expose-t-il.


Immobilier

Le gouvernement investit dans l'accès à la propriété

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Le Plan économique du Québec, présenté par le 27 mars dernier par le ministre des Finances Carlos J. Leitão, comporte des annonces importantes pour les propriétaires d’habitations et les familles. Parmi les faits saillants, soulignons la mise en place, dès cette année, d’un crédit d’impôt non remboursable pour l’achat d’une première habitation et la prolongation d’une année du crédit d’impôt remboursable RénoVert.

Au total, c’est quelque 431 millions de dollars que le gouvernement du Québec investira pour favoriser l’accès à des habitations de qualité et abordables, dont 140 millions $ (28 M$/an sur 5 ans) pour favoriser l’accès à la propriété et réduire l’endettement des premiers acheteurs.

Crédit d’impôt pour les premiers acheteurs
Le crédit d’impôt non remboursable pour l’achat d’une première habitation pourra rapporter jusqu’à 750 $. À noter que pour être admissibles les nouveaux propriétaires devront avoir acheté une résidence principale depuis le 1er janvier 2018.

Selon le ministre des Finances, Carlos Leitão, environ 47 000 familles québécoises devraient bénéficier de cette mesure.

Reconduction de RénoVert
Le programme RénoVert qui donne droit à un crédit d’impôt remboursable de 20% sur les coûts engendrés par des travaux de rénovations écoresponsables ayant été prolongé, les propriétaires ont désormais jusqu’au 31 mars 2019 pour prendre entente avec un entrepreneur qualifié afin de réaliser leurs travaux. En ce qui a trait aux frais reliés aux travaux de rénovation, ils ont jusqu’au 31 décembre 2019 pour acquitter leurs paiements.

Soulignons que pour être admissible au programme, la facture des travaux doit s’élever à au moins 2 500$. La valeur maximale du crédit est quant à elle de 10 000$.

Pour en savoir plus sur ce programme, consultez le lien suivant :
Revenu Québec-RénoVert.

Immobilier

Les risques du radon

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Le radon vous connaissez ? Ce gaz radioactif d’origine naturelle provient de la désintégration de l’uranium présent dans la croûte terrestre. On le retrouve dans plusieurs types de roche, dans certains sols et même dans l’eau sous-terraine. Bref, on le retrouve partout à la surface du globe et nous sommes quotidiennement exposé à ce gaz.

À l’extérieur, le radon se dilue rapidement à l’air ambiant et ne représente aucun risque. Cependant, ce gaz peut comporter un important risque pour la santé, lorsqu’il s’infiltre dans les bâtiments et qu’il atteint un taux de concentration élevé.

En fait, selon Santé Canada, 16 % des décès par cancer pulmonaires, au Canada, seraient associés à l’exposition au radon. Cela signifie que plus de 3000 personnes par année meurent d’un cancer provoqué par le radon. Au Québec, 10 % des décès par cancer du poumon seraient associés au radon.

Au Canada comme dans la province, il s’agit de la deuxième principale cause du cancer du poumon, après le tabagisme. C’est pourquoi le radon est si préoccupant. D’autant plus qu’il est difficile à détecter dans les habitations du fait qu’il est inodore, incolore et sans saveur, donc impossible à percevoir par les sens.

Comment le radon entre dans les bâtiments ?
Le radon peut facilement s’introduire dans les bâtiments. Les fissures dans les murs de fondation et la dalle de béton du sous-sol, les planchers en terre battues, les joints de construction, les ouvertures autour des conduits d’évacuation, les écarts autour des tuyaux de branchement et les montants de supports ainsi que les vides sanitaires, les siphons de sol et les puisards sont autant de sources d’infiltration.

Quelles sont les zones à risque ?
Contrairement à la croyance populaire le radon ne se concentre pas dans quelques zones bien précises du Québec et du Canada. Comme le souligne Santé Canada, on retrouve ce gaz dans toutes les régions et ce gaz est présent dans pratiquement tous les édifices, en concentrations plus ou moins importantes.

Le radon peut provenir directement du sol, mais aussi de sources indirectes. Par exemple le lit de pierre concassée sous la fondtion d’une maison peut être une source de radon. C’est pourquoi, même si on croit que le sol sur lequel repose notre habitation ne constitue pas une zone à risque, mieux vaut vérifier la concentration de ce gaz dans notre maison, car il peut tout de même y avoir à proximité des sources de radon insoupçonnées.