Habiter la maison de ses rêves

On a tous, un jour ou l’autre, succombé pour le charme d’une maison. S’exclamant devant celle-ci : « c’est la maison de mes rêves ! ». Pour Félix Forrest, ce rêve est devenu réalité.

L’église et le presbytère Saint-Jacques, à Arvida, font partie de la vie de Félix depuis sa tendre enfance. Sa grand-mère habitait à quelques pas du lieu de culte, ses parents y ont célébré leur mariage et Félix a même vendu des disques du chœur Amadeus sur le perron de l’église, lorsqu’il avait 7-8 ans. 

«Mes grands-parents chantaient dans le Chœur Amadeus et chaque fois que nous venions à un concert, je voyais le presbytère et je disais que j’aurais une maison comme cella là quand je serais grand. Depuis 2016, j’habite cette merveilleuse résidence ancestrale», raconte Félix.


Passionné d’art de vivre et de décoration, Félix a aménagé et décoré le presbytère pour lui redonner son cachet d’antan. Et quel intérieur ! Ne négligeant aucun détail, Félix a travaillé en partenariat avec différentes entreprises de la région pour décorer et meubler l’intérieur du presbytère. Le résultat est à couper le souffle!

Le presbytère, qui a longtemps été utilisé par des organismes, a été transformé en une magnifique demeure. Le décor recèle de petits clins d’oeil au passé. Des meubles d’époque, de la vaisselle et différents éléments décoratifs antiques ont été harmonieusement agencés à des articles plus contemporains pour créer un effet d’ensemble recherché.

Félix Forrest a fait du presbytère Saint-Jacques sont havre de paix.

Un édifice bien préservé

L’imposante bâtisse de pierre calcaire,  qui s’inspire de l’architecture régionaliste, est aussi exceptionnelle à  l’extérieur, qu’à l’intérieur. Le presbytère, qui a été érigé en 1947,  a bien résisté aux épreuves du temps et a conservé ses caractéristiques architecturales d’origine.

Cet édifice, réalisé par les architectes Léonce Desgagné et Paul Boileau, présente un intérêt historique indéniable et constitue un témoin de l’influence de l’architecture régionaliste.

En outre, le presbytère Saint-Jacques se distingue par son plan rectangulaire à deux étages et demi, son toit aigu à deux versants à larmiers retroussés percé de lucarnes à croupe, ses murs en moellons et sa large souche de cheminée à deux têtes. Ces éléments évoquent l’architecture régionaliste, un style qui s’inspire de l’architecture traditionnelle et met en valeur les identités locales.  La couverture du toit, en tôle à baguettes, les fenêtres rectangulaires à petits carreaux ainsi que le porche en pierre de taille surmonté d’un fronton, forment également des traits caractéristiques du bâtiment.

Autre particularité, le presbytère est relié à l’église Saint-Jacques par une annexe à pans coupés, d’un étage. De plan rectangulaire, l’annexe est coiffée d’un toit à deux versants.  Ce lien entre le lieu de culte et la maison curiale s’harmonise donc parfaitement à l’architecture du presbytère.

Un projet inspirant

Le projet de Félix Forrest d’habiter le presbytère Saint-Jacques a permis de redonner ses lettres de noblesse à cette bâtisse ancestrale.  Comme quoi, il est possible de donner un second souffle aux bâtiments anciens qui forment le patrimoine bâti de notre région.