Les 5 commandements du parfait voisin

Avec la pièce de théâtre plutôt loufoque de Claude Meunier et Louis Saia, Les Voisins, présentée un peu partout cet été au Québec, on en vient à se questionner sur la relation que l’on entretient avec nos propres voisins. Comme le dit si bien le synopsis de la pièce « (…) les banlieusards se croisent sans se voir et se parlent sans s’écouter (…) amoureux des haies trop bien taillées, des piscines trop bleues et des formules vides de sens. » Voisin courtois, social à souhait, trop bruyant ou même envahissant, nous sommes en proie à nous demander quelles sont les règles de bienséance en matière de voisinage. Pour une relation des plus harmonieuses, nous vous proposons quelques recommandations!

1. Éviter le tapage

Vous êtes une personne matinale et souhaitez tondre votre gazon à l’aube? Prenez votre mal en patience et ayez une pensée pour le voisin, qui lui, désire profiter de la quiétude du matin sans avoir à endurer en bruit de fond le vacarme de votre tondeuse. Bien que le bruit ambiant fasse partie des inconvénients légitimes du voisinage, le règlement sur le bruit en vigueur à Saguenay stipule que toute musique ou bruit nocturne provenant d’un bâtiment ou audible de l’extérieur entre 23 heures et 7 heures est interdit. Ainsi, tout bruit susceptible de troubler la paix, la tranquillité, le confort, le repos ou le bien-être d’un ou plusieurs citoyens, constitue une nuisance et est prohibé. Pour en savoir davantage à ce sujet, référez-vous auprès de votre municipalité. 

2. Un chien qui hurle à la lune 

Le chien du voisin pratique ses vocalises à la journée longue et vous retrouvez à l’occasion de petits cadeaux malodorants sur votre terrain? Glissez-lui en un mot et discutez avec lui de la situation. Peut-être n’est-il pas au fait de la situation… 

3. Respirer le même air 

Votre voisin accumule des détritus sur son terrain et des odeurs nauséabondes s’en dégagent? Sachez qu’il est interdit d’entasser des déchets dans sa cour ou encore même de les abandonner sur la voie publique. Les riverains sont également tenus d’entretenir leur espace.

4. Agir de façon responsable 

Vous ne voudriez certainement pas devoir recourir aux services d’un avocat pour avoir planté un arbre ou érigé une clôture. Avant d’entreprendre un tel geste, renseignez-vous sur la responsabilité civile qui vous incombe. Par exemple, dans le cas d’une plantation d’arbre, vous êtes généralement responsable de vos arbres et des dommages que ceux-ci peuvent causer par leurs branches et leurs racines. Par conséquent, il est de votre responsabilité de vous assurer que votre arbre n’incommode pas votre voisin, notamment en ce qui a trait à la visibilité et l’empiètement.

5. Des indésirables 

Selon le Code civil du Québec, il est de votre responsabilité de vous assurer que l’eau, la neige et la glace qui s’écoulent du toit tombent sur votre terrain et non sur celui du voisin. Dans le cas contraire, votre voisin est en mesure d’exiger l’installation d’un garde-neige ou d’une gouttière qui garderont la neige et l’eau de votre côté. Dès lors, sachez qu’il est interdit de souffler, de déplacer ou même de transporter la neige chez votre voisin immédiat ou face à votre demeure. 

Mettre des gants blancs

En cas de litige, essayez d’abord d’ouvrir le dialogue avec la personne concernée pour arriver à un arrangement à l’amiable. Vous pouvez également vous tourner vers la méditation citoyenne qui peut être un excellent moyen de régler un conflit de façon calme et posée. Pour en savoir davantage à ce propos, visitez le www.justice.gouv.qc.ca