Préparer son foyer pour la saison froide

Habitation

Préparer son foyer pour la saison froide

Katherine Boulianne
Le Quotidien
Avec les températures qui redescendent tranquillement, la tentation d’allumer un feu de foyer réconfortant se fait de plus en plus sentir. Toutefois, avant de mettre feu à votre première bûche de la saison, assurez-vous que votre foyer soit sécuritaire. Voici cinq étapes à ne pas sous-estimer dans l’entretien de celui-ci, afin qu’il soit fin prêt à vous réchauffer.

1. Vérifiez votre cheminée

Commencez par inspecter l’intérieur de votre cheminée à l’aide d’une lampe de poche. Cette étape est des plus importantes, surtout si vous n’avez pas utilisé votre foyer depuis un certain temps puisque différents animaux ou oiseaux peuvent s’y loger. Vérifiez aussi qu’il n’y ait aucune craquelure et que l’amortisseur s’ouvre et se ferme correctement.

2. Bien choisir son ramoneur

Le ramonage est obligatoire tous les ans pour les propriétaires de foyers, et l’automne est le moment idéal pour y procéder. Il permet d’éliminer la suie et les dépôts inflammables, comme le créosote, qui se sont accumulés dans la cheminée, en plus d’améliorer la performance de votre appareil. Le ramonage permettra aussi une meilleure évacuation des gaz toxiques ou nocifs. Pour procéder à celui-ci, il est fortement suggéré de faire appel à un professionnel agréé.

3. Vos détecteurs sont-ils efficaces?

En plus de vérifier les piles de vos détecteurs de fumée, assurez-vous d’en avoir au moins un à chaque étage. Si ce n’est déjà fait, procurez-vous aussi un détecteur de monoxyde de carbone, à installer préférablement près des chambres de la maison.

4. Dégagez l'espace

Tout objet devrait être placé à au moins trois pieds du foyer. Pensez à dégager l’espace autour de celui-ci, et placez un écran de sécurité autour de celui-ci si nécessaire.

5. Bien utiliser et entreposer son bois

Certaines essences d’arbre dégagent plus de chaleur, comme le chêne, l’érable et le bouleau, tandis que les résineux comme le pin ou l’épinette brûlent plus rapidement. Le bois peint ou traité ne doit jamais être brûlé à l’intérieur en raison de la fumée nocive qu’il dégage. Pour l’entreposage, préférez un endroit éloigné de la maison afin de pas attirer d’insectes nuisibles.

Vacances au chalet: on achète ou on loue?

Habitation

Vacances au chalet: on achète ou on loue?

Katherine Boulianne
Le Quotidien
Vous avez tenté de faire la location d’un chalet cet été, mais mission impossible? Les résidences de tourisme ont littéralement été prises d’assaut dans la région pendant la saison estivale. Vous pensiez avoir plus de chance cet automne? Eh non! À moins d’en avoir fait la réservation il y a quelques semaines, ou encore d’avoir beaucoup de flexibilité dans les dates, vous risquez de vous buter à une réponse négative lorsque vous contacterez le locateur.

Ce genre d’épisode a poussé plusieurs vacanciers cette année à se demander s’ils ne devaient pas acheter un chalet, plutôt que de le louer. Une question qui vaut la peine d’être étudiée sous plusieurs angles.

Court ou long terme

Même si l’acquisition d’un chalet comporte plusieurs avantages comparativement à la location, elle ne devient profitable que si elle s’étend sur plusieurs années. Il est donc d’abord essentiel de se demander s’il s’agit d’une envie passagère ou d’un véritable choix de vie. Certes, 2020 a limité nos options lors du choix des vacances, ce qui place le chalet au #1 des options pratico-pratiques. Mais lorsque les contraintes quant à la COVID seront levées, recommencerez-vous à voyager? À profiter des longs congés pour vous sauver le plus loin possible?

Vous pouvez également vous questionner sur l’utilisation que vous ferez d’une propriété récréative. Recherchez-vous une résidence secondaire à proximité où vous échapper tous les weekends, ou encore souhaitez-vous vous évader dans une destination plus lointaine, donc accessible moins fréquemment?

En avez-vous vraiment les moyens?

Vous avez des économies bien placées qui fourniraient amplement la mise de fonds nécessaire à l’achat d’un chalet. Ou même, vous faites partie des chanceux qui ont gagné à la loto et qui pourraient se permettre un achat comptant? Félicitations! Mais même une fois l’hypothèque payée, de nombreux frais s’ajoutent pour l’entretien d’une deuxième résidence, à commencer par les taxes de bienvenue, municipales et scolaires, les frais d’assurance, d’ameublement, les frais d’électricité et de chauffage, de télécommunications et d’entretien paysager, etc. Bref, avez-vous les reins assez solides pour faire vivre une deuxième propriété, aussi rustique soit-elle? Et est-ce que toutes ces dépenses supplémentaires valent la peine si vous ne prévoyez habiter ce chalet que quelques fois par année?

La sous-location, pas pour tout le monde 

Afin d’augmenter leur budget, des futurs acheteurs se lanceront dans l’acquisition d’une résidence avec en tête l’idée de la sous-louer lorsqu’ils ne l’utilisent pas. Il peut s’agir d’une excellente solution pour certains, alors que l’idée peut rapidement se transformer en cauchemar pour d’autres. Avant de se rabattre sur la sous-location, il faut d’abord s’assurer qu’elle soit permise dans notre secteur, puisque de nombreuses régions n’acceptent pas les résidences de type Airbnb. Et au-delà des lois, la sous-location peut aussi devenir source de conflits avec les voisins immédiats, qui n’apprécient pas toujours côtoyer la clientèle que cela peut amener.

De plus, il faut bien mesurer les possibilités de sous-location au calendrier. Les moments de l’année les plus convoités par les vacanciers sont souvent ces mêmes moments où vous aurez envie de profiter de votre chalet. Devrez-vous alors sacrifier vos projets personnels, dans le but de vous assurer un revenu de location, nécessaire à votre budget?

Finalement, tout en revient toujours à l’utilisation que vous en ferez, versus les coûts engendrés. Afin de visualiser concrètement ce qu’un tel achat pourrait représenter pour votre portefeuille, L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie un outil très pratique sur son site Web. Cette calculatrice vous permet de comparer l’achat et la location d’une propriété, selon les valeurs fournies (ex. : prix d’achat/ location, montant de la mise de fonds, les frais d’entretien estimés…). Un graphique vous indique après combien d’années il serait avantageux pour vous d’acheter, plutôt que de louer. À vos calculatrices! Disponible à lautorite.qc.ca

Comment entretenir sa piscine lors des premières journées froides?

Habitation

Comment entretenir sa piscine lors des premières journées froides?

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Alors que la température devient de plus en plus fraîche, plusieurs ménages ne sont pas prêts à dire au revoir à leur piscine. Même si les derniers jours ont montré un mercure à la baisse, le mois de septembre apporte souvent quelques journées chaudes où une baignade est toujours appréciée. Comment faire pour entretenir sa piscine afin de s'y baigner le plus longtemps possible?

Martine Tardif a travaillé pendant 14 ans au laboratoire du Club Piscine Super Fitness de Chicoutimi, où elle était gérante de département. Elle travaille maintenant au service à la clientèle pour les piscines et les spas. Selon elle, il n’est pas très compliqué de s’occuper de sa piscine lorsque le temps est un peu plus frais, il ne suffit que de suivre quelques étapes.

« Le truc, c’est de donner du chlore à sa piscine jusqu’à la fin de l’été. Il faut aussi faire marcher la filtration 12 heures par jour. On peut fermer le chauffe-eau quand on ne se baigne plus. C’est aussi très important de ramasser les feuilles qui tombent dans la piscine à cette période de l’année », a-t-elle expliqué dans un entretien téléphonique avec Le Quotidien. Elle mentionne également que si on veut garder sa piscine prête pour la baignade en tout temps, il faut également continuer de lui donner les soins usuels, comme l’ajout d’algicides.

Puisque l’eau de la piscine est plus fraîche au début de l’automne, et qu’elle reçoit peu de baigneurs, il est plus facile de l’entretenir. Avec le chlore, le tour est joué!

Elle mentionne entendre souvent des ménages qui décident de fermer leur piscine lorsque l’école commence, puisque les enfants ne sont plus à la maison. « Plusieurs regrettent de fermer leur piscine au complet très vite, car lorsqu'arrivent les belles chaleurs de septembre, l’eau de leur piscine est verte puisqu’ils ont arrêté de lui donner du chlore et de la filtrer », continue-t-elle. Dépendamment des étés et de la température, les baignades peuvent s’étirer jusqu’à la fin du mois de septembre dans la région, pour les personnes qui ont un chauffe-eau.

La fermeture

Lorsque les gens sont vraiment certains qu’ils ne se baigneront plus, c’est l’heure de la fermeture. C’est évident qu’à ce moment, certains soins sont nécessaires. Mme Tardif explique : « La journée qu’on décide de fermer notre piscine, c’est là qu’on arrête de la filtrer. On baisse le niveau de l’eau, on met nos protecteurs et notre trousse de fermeture, pour qu’au printemps, ce soit beaucoup plus facile de faire l’entretien. » Elle mentionne également que le ramassage des feuilles à l’automne joue un grand rôle sur la facilité du redémarrage de la piscine le printemps venu.  

Les influences de la pandémie dans nos décors

Habitation

Les influences de la pandémie dans nos décors

Katherine Boulianne
Le Quotidien
Il y a fort à parier qu’au fil des derniers mois, vous avez remarqué quelques changements dans l’organisation de votre demeure. D’abord subtils, comme le dépoussiérage du coin bureau autrefois inutilisé, ces changements sont devenus plus importants, et surtout nécessaires au bon fonctionnement de la maisonnée en ces temps de Covid-19. C’est qu’en design aussi, la pandémie a laissé des traces.

Les espaces ouverts, moins attirants qu’autrefois L’aire ouverte! Ce par quoi jure une grande partie de la population quand vient le temps de concevoir un espace de vie. Les Pinterest de ce monde regorgent d’ailleurs d’intérieurs lumineux de style loft, où tout se mélange. Jusqu’à tout récemment, le « hiving » (courant déco ayant les aires ouvertes à l’honneur) avait la cote chez la plupart des gens. Une tendance qui change pourtant depuis les derniers mois, selon la firme NGD Interiors de Philadelphie. Vous l’avez peut-être vécu, tenter de gérer une crise au bureau, avec pour trame sonore les jeux vidéo de votre ado ou les envolées lyriques de votre plus jeune, ce n’est pas l’environnement de travail idéal. C’est ce genre d’exemple de la vie quotidienne qui amène maintenant les gens vers le cloisonnement. Alors qu’on souhaitait décloisonner autrefois, le retour d’une architecture plus traditionnelle, où chaque pièce et chaque chose a sa place, se fait déjà sentir.

Le mobilier, un investissement

La maison fait aussi office pour plusieurs de bureau, de garderie, ou encore de salle de sport…On y passe beaucoup plus de temps qu’auparavant. Toujours selon NGD Interiors, une seconde tendance qui émerge est le fait d’investir davantage dans le mobilier et les accessoires. Par exemple, cette table d’appoint qui était purement décorative est maintenant devenue nécessaire pour votre travail de bureau.

Vous investirez donc davantage pour la remplacer, en privilégiant des matériaux et un fini plus durable. Idem pour les habillages de fenêtres ou l’éclairage.

Vivre à l’extérieur

La terrasse et la cour arrière n’ont jamais été autant appréciées que cet été. Cuisiner, bouger et recevoir à l’extérieur sont devenus des besoins essentiels, ce qui a motivé bien des gens à transformer leur budget «vacances» en budget « construction ». L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) dénote à ce sujet que la demande pour le bois traité, utilisé entre autres pour les patios et terrasses, a été tellement forte qu’il n’y en a actuellement pratiquement plus sur le marché. Également, la forte demande pour le bois en général, jumelée aux différentes restrictions liées à la COV ID-19, a provoqué une flambée des prix d’une rapidité inédite. Le traditionnel «2x4», qu’on payait 2,49 $ en décembre 2019, se détaille aujourd’hui à 5,25 $.

Finalement, il serait difficile de parler des impacts de la pandémie sur notre aménagement extérieur sans mentionner les piscines qui se sont multipliées dans nos quartiers… À un point tel que l’Association des commerçants de piscines du Québec parle d’une année record, certains marchands ayant triplé leur chiffre d’affaires. Ajoutez à cela tous les achats entourant la piscine, tels que les jouets gonflables, l’ameublement extérieur et les écrans d’intimité, qui ont eux aussi gagné en popularité.

Alors que la preuve de l’influence de la pandémie sur notre chez-soi n’est plus à faire, il restera à voir si ces tendances sont là pour rester. Après tout, tant qu’à avoir investi autant sur notre propriété, aussi bien en profiter longtemps!

Aménager un coin devoir

Habitation

Aménager un coin devoir

Katherine Boulianne
Le Quotidien
Dans les derniers mois, nous avons créé, peaufiné et habité notre coin bureau. Avec la rentrée, c’est au tour des plus jeunes d’avoir besoin d’un endroit à eux, puisque c’est prouvé, un endroit spécifique voué aux devoirs augmente la productivité. À moins que vous ne préfériez jongler avec un bol de pâtes et un bocal de sauce tomates entre deux manuels scolaires,voici quelques essentiels qui vous permettront d’offrir à votre plus petit, ou votre ado, un endroit propice à la concentration.
  • Un bon éclairage. La lampe doit être placée à gauche pour les droitiers et à droite pour les gauchers.
  • Une chaise confortable
  • Un pot à crayons
  • Bibliothèque ou rangement mural

Au primaire

  • Privilégiez un endroit à proximité des pièces de vie commune, les plus jeunes ayant besoin de plus d’encadrement.
  • Une minuterie ou un sablier permettra de mieux prendre conscience de la durée de la période des devoirs
  • Ajoutez de la couleur, les enfants y sont particulièrement réceptifs

Au secondaire

  • Un babillard permettra à votre ado de personnaliser davantage son espace
  • Préférez un coin plus intime
CAMO, un cache-fils québécois et écolo

Maison

CAMO, un cache-fils québécois et écolo

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
Pour dissimuler les amas de fils électriques qui trainent sur le plancher et accumulent la poussière, la compagnie montréalaise BRÖXS a développé une solution écoresponsable fabriquée localement : le cache-fils CAMO.

Fait à partir de plastique 100% recyclé, le CAMO se fixe facilement au mur et comporte quatre ouvertures pour la gestion des fils électriques entrants et sortants. «Même les déchets de plastique qui servent à le produire proviennent du Québec», souligne l’entrepreneure Stéphanie Poirier, qui a fondé BRÖXS en 2018 avec Brigitte Lespérance. 

L’objet de forme ronde, d’un diamètre de 7 po et d’une profondeur de 2,25 po, est disponible en blanc (16,99$ l’unité), mais les commandes de 100 unités et plus peuvent être personnalisables (couleur au choix et ajout de logo). 

Commande en ligne au broxs.ca ou au ressourcelaser.com dès septembre (aussi en vente dans les quincailleries Patrick Morin de la province).

Animaux et distanciation: Postes Canada demande aux citoyens d’être vigilants

Habitation

Animaux et distanciation: Postes Canada demande aux citoyens d’être vigilants

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
C’est un temps particulièrement occupé pour les employés de Postes Canada. Les ventes en ligne n’ont jamais été aussi nombreuses, ce qui fait que le nombre de livraisons a connu une hausse importante dans les derniers mois. Afin de pouvoir continuer à les effectuer en toute sécurité, Postes Canada demande aux citoyens de ne pas laisser leurs animaux approcher ses employés, lors des livraisons. Le nombre d’interactions entre les animaux et le personnel a considérablement augmenté au cours des derniers mois.

« Il est difficile de respecter la distanciation physique avec les propriétaires qui doivent récupérer leur chien, et cela augmente le risque de morsures de chien », a écrit Postes Canada, par voie de communiqué de presse, lundi. L’organisation demande de laisser l’animal dans une autre pièce, tout au long de la livraison, en plus de ne pas ouvrir la porte. L'organisation souligne qu'elle a besoin de l’aide des citoyens pour assurer la sécurité de son personnel.

Respecter la distanciation

Postes Canada rappelle également aux citoyens de respecter la distanciation physique lors des interactions avec ses employés, qu'ils soient à la maison ou encore au bureau de poste. Lors d’une livraison à domicile, l’organisation invite les citoyens à garder la porte fermée, afin d’éviter de saluer les employés de trop près. La distanciation doit aussi être appliquée lorsque le facteur dépose le courrier dans une boite aux lettres communautaire.

« Dans les bureaux de poste, respectez les mesures de distanciation physique et suivez toutes les autres mesures qui ont été mises en place pour assurer votre santé et votre sécurité », continue l’organisation.

En suivant ces recommandations, la sécurité autant du personnel que de la population pourra être assurée. Postes Canada tenait à remercier ses clients pour leur précieuse collaboration.

Un premier partenariat entre Corbeil et Potvin & Bouchard de Jonquière

Habitation

Un premier partenariat entre Corbeil et Potvin & Bouchard de Jonquière

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Depuis la fin du mois de juin, un nouvel espace destiné aux électroménagers Corbeil a pris place dans le Potvin & Bouchard de Jonquière. C’est la première fois que Corbeil s’allie avec le Groupe BMR, propriétaire de Potvin & Bouchard, un partenariat québécois plus que naturel selon Anthony Amiel, président de Corbeil. De ce fait, les clients pourront trouver sous un même toit tout ce qui touche à la quincaillerie, la rénovation et les électroménagers.

En prenant les rênes de Corbeil, M. Amiel avait une mission : changer la formule de magasinage classique des électroménagers. «Nous voulions oublier les labyrinthes de réfrigérateurs et les lignées de cuisinières et de lave-vaisselles. Nous avons travaillé à créer un environnement de cuisine où le consommateur peut se projeter, qu’il puisse rêver », explique-t-il. Dans l’espace Corbeil de Jonquière, les produits sont plutôt classés selon les besoins auxquels ils répondent dans un environnement réel de cuisine. Ceux qui ont différents critères, comme le design, la fonctionnalité ou le meilleur rapport qualité-prix, pourront être plus facilement dirigé vers les produits qui les conviennent.

Les clients sont accueillis par de nombreuses technologies et conseillers dans l’espace Corbeil de Jonquière. « Les clients retrouvent dans l’espace Corbeil des conseillers, pas des vendeurs, qui sont là pour les guider dans leur réflexion », continue M. Amiel. Le président sait que l’offre de produits n’a jamais été aussi dense, ce qui fait que chaque conseiller a une tablette électronique pour aider les acheteurs à parcourir les milliers d’appareils offerts par Corbeil. Le service client continue même après l’achat, où c’est alors le Centre d’expérience client qui prend la relève pour s’assurer de la satisfaction des clients et pour répondre à leurs questions.

Des investissements dans la région

L’implantation de ce nouvel espace Corbeil a nécessité des investissements de près d’un demi-million par la compagnie. Le Groupe BMR a lui aussi investi une somme semblable pour la rénovation de son magasin. La création de cet espace de vente a aussi permis de créer une dizaine d’emplois, avec des conseillers, un directeur, un directeur adjoint et plus. « Nous avons aussi fait des partenariats avec des compagnies locales, avec la livraison par exemple, puisqu’elles connaissent tout aussi bien la région que la manipulation des gros électroménagers », continue le président.

Avec ce nouveau concept, les possibilités sont infinies pour l’entreprise d’électroménagers. L’espace de Jonquière pourrait encourager l’entreprise à implanter d’autres magasins dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il pourrait y avoir, dans ces nouveaux emplacements, une cuisine laboratoire comme celle déjà en place à Montréal. Dans celle-ci, les clients peuvent venir sur rendez-vous essayer différentes technologies pour découvrir celles qui leur conviennent et mieux comprendre la différence entre les appareils. La compagnie espère aussi y donner des cours culinaires et de sommellerie très bientôt.

AppLOAD : aider les personnes handicapées à se loger

Immobilier

AppLOAD : aider les personnes handicapées à se loger

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) a lancé récemment l’outil AppLOAD, qui permet aux personnes ayant des limitations fonctionnelles de rechercher plus facilement un logement adapté à leurs besoins dans le centre métropolitain de Québec.

Tout d’abord, l’utilisateur peut calculer son indice d’autonomie avec un court questionnaire. Ensuite, avec la géolocalisation, l’application Web est en mesure de trouver un logement adapté à proximité d’un lieu précis de son choix, que ce soient des commerces, hôpitaux, institutions scolaires, et plus.

« Selon l’autodétermination souhaitée, l’outil offrira une recherche appropriée. Toutes les annonces peuvent être visualisées facilement sur les téléphones portables permettant d’accéder aux informations, et ce, autant sur les appareils iPhone qu’Android », écrit le CAPVISH, dans son communiqué de presse.

En parcourant les choix de logis, l’utilisateur tombera sur un profil détaillé de chaque potentielle résidence, en plus d’avoir accès aux informations concernant son accessibilité. Il y a également une personne à contacter pour avoir plus d’informations.

« Trouver un logis n’était déjà pas une chose facile avant même la crise de la COVID-19. Imaginez maintenant la recherche d’un logement accessible et adapté en pleine pandémie. Sans oublier que depuis quelques années nous parlons de pénurie permanente de logements adaptés à Québec », indique Dominique Salgado, directeur général du CAPVISH, par voie de communiqué de presse.

Cette application Web est seulement offerte à Québec pour le moment, mais à plus grande échelle, une initiative de ce genre pourrait grandement améliorer la recherche de logements adaptés ici comme ailleurs dans la province.

IKEA lance son catalogue 2021

Maison

IKEA lance son catalogue 2021

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
Pour son 70e anniversaire, IKEA revient à l’essentiel en offrant du mobilier abordable et inspirant pour optimiser les espaces, petits ou incongrus.

L’entreprise suédoise s’est intéressée aux besoins des personnes et des familles vivant sur une superficie restreinte, notamment dans un contexte où de plus en plus d’individus effectuent du télétravail. Sans prétention, ce sont des meubles polyvalents et faciles à déplacer qui sont présentés aux côtés de crochets, de patères et d’étagères murales aux designs variés qui décorent les murs tout en ajoutant des options de rangement.

En plus d’astuces pour garder le foyer en ordre, IKEA partage ses idées pour aménager des bureaux de travail qui n’envahissent pas tout le milieu de vie.

Rafraîchir sa maison sans climatiseur

Maison

Rafraîchir sa maison sans climatiseur

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Cet été, les canicules s’enchaînent et ces vagues de chaleur ne semblent pas être sur le point de s’arrêter. Chez ceux et celles qui sont contraints de rester à la maison, pour le télétravail ou la garde des enfants, ces journées chaudes peuvent être bien difficiles, surtout s’ils n’ont pas de climatiseurs. L’envie de s’en procurer un ne cesse d’augmenter. Avant d’ouvrir son portefeuille pour l’achat d’un de ses appareils, il faut savoir que certaines dispositions de la maison peuvent compliquer l’évacuation de la chaleur et que quelques ajustements peuvent grandement améliorer la situation.

Les conseillers en habitation de CAA-Québec proposent une foule de conseils, sur leur site Internet, afin de rafraichir sa maison sans casser sa tirelire. Pour eux, il est clair que certaines vérifications doivent être faites avant d’acheter un climatiseur. « Avant de courir au magasin choisir un climatiseur, voyez d’abord comment votre maison laisse pénétrer la chaleur. Des mesures alternatives, dites passives, pourraient bien améliorer la situation et vous procurer le confort tant recherché », expliquent-ils, sur leur site Internet.

La couleur foncée du revêtement extérieur peut en être la cause. « Les couleurs foncées absorbent les rayons du soleil. En fait, jusqu’au tiers de la chaleur captée par un bâtiment peut être transférée à l’intérieur par conduction », peut-on lire sur le site de CAA-Québec. Les couleurs claires sont plus convenables, car elles réfléchiront une grande partie de la chaleur indésirable.

Les fenêtres sont également un facteur important à considérer. « Elles peuvent transformer votre maison en véritable four, particulièrement celles qui sont orientées vers le sud et le sud-ouest, car elles sont responsables d’environ 40 % du réchauffement de votre maison par le soleil », poursuit CAA-Québec.

Leurs solutions ? L’achat de rideaux opaques de couleur pâle placés le plus près du vitrage, l’installation de pellicules pare-soleil qui diminuent jusqu’à 75 % l’induction de chaleur par les fenêtres et l’ajout d’auvents ou persiennes afin de créer de l’ombrage. Les experts suggèrent également de planter des feuillus d’une bonne hauteur sur le terrain pour la même raison et de prolonger, si possible, les débords de toit.

Il faut également permettre l’évacuation de la chaleur vers l’extérieur. Pour ce faire, CAA-Québec conseille, entre autres, de privilégier les fenêtres à battants, car elles attrapent l’air au passage qui peut ensuite plus facilement pénétrer dans la maison. Aussi, l’organisation suggère d’ouvrir toutes les portes et les fenêtres du côté venteux et un peu moins celles de la face opposée, lors des grandes chaleurs, afin de faire circuler l’air dans la maison. En gardant ouvertes toutes les portes à l’intérieur, il est aussi plus facile de profiter de la ventilation naturelle de la demeure.

+

 Des conseils pratiques, en bref 

  • Réduire l’utilisation d’appareils d’où émane de la chaleur. Le four, la sécheuse et le lave-vaisselle sont des appareils qui dégagent un lot important de chaleur. Lors des journées chaudes, ces appareils ne devraient fonctionner qu’en soirée.
  • Chaque geste compte. Par exemple, saviez-vous que les ampoules fluocompactes génèrent 90 % moins de chaleur que les incandescentes ?
  • Investir dans des ventilateurs. CAA-Québec indique : « Le coût d’un ventilateur de plafond en énergie est minimal : seulement 0,08 $ à 1,50 $ par mois, contrairement au climatiseur, qui fera grimper votre facture de 6,75 $ à 40,50 $ pour la même période. »
  • Déposer un bac d’eau rempli de glaçons devant votre ventilateur portatif. Certains conseillent également de mettre des lingettes humides près des fenêtres ouvertes.

Sur le site d’Hydro-Québec, on peut retrouver des conseils similaires qui feront en plus, économiser de l’énergie pendant la belle saison. Par exemple, on recommande le séchage sur la corde à linge lors des journées ensoleillées et aussi de laver son linge à l’eau froide, ce qui est 18 fois moins cher qu’à l’eau chaude. Les experts recommandent également de profiter de l’une des joies de l’été, le barbecue, et de favoriser l’appareil le plus souvent possible. Même le simple fait d’éteindre toutes les ampoules de la maison durant la nuit peut faire une différence. En plus de réduire la chaleur dans la demeure, c’est un geste qui fait économiser. Ils indiquent : « ce simple geste pourrait vous permettre d’économiser jusqu’à 25 $/ampoule/année. »

Les ventes de thermopompes en hausse en temps de pandémie

Habitation

Les ventes de thermopompes en hausse en temps de pandémie

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Un récent sondage de CAA Québec démontre que plusieurs Québécois choisissent cette année de délaisser leurs plans de vacances estivales et de s’affairer plutôt aux rénovations de leur maison. Plus d’une personne sur quatre a répondu vouloir dépenser son budget vacances autrement cet été et une personne sur cinq a répondu vouloir augmenter son budget de rénovations et travaux domiciliaires pour la belle saison.

«Piscines, climatiseurs, rénos… les Québécois ont des projets plein la tête! Nos experts des services-conseils en habitation sont fiers d’aider les membres à les réaliser et de les aiguiller vers des entreprises d’ici avec lesquelles ils sont entre bonnes mains», a indiqué Nadine Bernard, directrice des services-conseils habitation de CAA-Québec, par voie de communiqué de presse. Parmi eux, on retrouve de nombreux ménages qui ont décidé de s’occuper du changement ou de l’installation d’une thermopompe.

Le nombre de conseils offerts par les experts des services-conseils en habitation de CAA Québec relatifs aux thermopompes a augmenté de façon significative, soit de 67 % par rapport au même moment l’année dernière. Le nombre de références faites vers les entreprises recommandées CAA qui installent des thermopompes est également quatre fois plus élevé que l’an dernier.

Augmentation de 140 % pour certains programmes de TEQ

Chez Transition énergétique Québec (TEQ), cette hausse en popularité a également été remarquée. Rappelons que c’est cette organisation qui coordonne les programmes tels que Chauffez vert, Rénoclimat et Novoclimat. Ces programmes accordent une aide financière aux ménages qui font l’achat de certaines thermopompes considérées plus écologiques. Selon Transition énergétique Québec, les bonifications de leurs différents programmes, tout comme l’été chaud qu’a connu la province jusqu’à maintenant, a sans aucun doute incité des Québécois à faire le choix de changer ou d’installer une thermopompe.

«À titre d’exemple, le taux de participation à notre programme Rénoclimat a connu une augmentation de 140 % par rapport à la même période en 2019. De plus, depuis le 11 mai, le programme Chauffez vert a été bonifié et amélioré. Ce programme offre maintenant une aide financière pour des équipements mécaniques, dont les thermopompes. En date d’aujourd’hui, le programme Chauffez vert a reçu plus de 1500 demandes de participations pour l’installation ou le remplacement de thermopompes», a noté la conseillère de TEQ

Bonifications des programmes

C’est depuis mai dernier que cette série de bonification des programmes de TEQ a vu le jour. Elle a été créée afin de soutenir la reprise des activités et de stimuler les domaines de la construction et de la rénovation écoénergétique dans la province, qui ont durement été touchés par la crise sanitaire.

La conseillère encourage les Québécois qui pensaient faire le changement de leur thermopompe à passer à l’acte le plus rapidement possible, puisque ces bonifications apportent une différence significative à la facture des clients. Par exemple, une bonification de 1 000$ de l’aide financière peut être accordée pour l’installation d’une thermopompe basse température reconnue, d’un système géothermique ou d’une thermopompe géothermique. Ce montant s’ajoute aux 650$ déjà accordés pour les propriétaires qui achètent une thermopompe homologuée Énergy Star. «Pour ceux et celles désirant faire le changement ou installer une thermopompe, c’est effectivement le bon moment puisqu’il est possible d’obtenir une aide financière totale de 1 650 $, et ce, jusqu’au 31 décembre.»

Augmenter la sécurité dans les résidences pour aînés

Habitation

Augmenter la sécurité dans les résidences pour aînés

Emilie Gagnon
Le Quotidien
Que diriez-vous de terminer vos beaux jours dans une résidence pour personnes âgées dans laquelle un assistant intelligent y est intégré ? En plus d’assurer votre sécurité et votre santé, cette nouvelle technologie aiderait également à briser l’isolement.

C’est ce qu’offre entre autres l'assistant intelligent Evey, développé par une jeune entreprise montréalaise fondée en 2014. Pour une toute première fois, la jeune pousse intégrera sa technologie domotique dans une résidence du Québec : la résidence évolutive et intelligente des Habitations Bordeleau située au 125 Roméo-Gaudreault, à Joliette, dont la construction, totalisant 203 appartements, a officiellement débuté le 16 juin dernier.

Les Habitations Bordeleau et la jeune compagnie Evey collaborent depuis un an et demi afin de maximiser les fonctionnalités du produit intelligent Evey. Non seulement l’aspect sécurité et économie d’énergie ont attiré Sébastien Buisson, directeur général adjoint chez les Habitations Bordeleau, mais tout le système de communication augmentée et la détection de dégâts d’eau sont également des éléments qui l’a poussé à aller de l’avant dans ce projet.

Technologie domotique

Lorsqu’on parle de «technologie domotique», on parle également de «maison intelligente.» Selon Keavin Martin, PDG d’Evey, ce sont deux expressions qui veulent dire la même chose.

«On [l’entreprise Evey] fonctionne justement avec des produits de la maison intelligente. C’est-à-dire que vous avez les produits Evey installés dans la résidence, mais vous avez aussi des produits connectés installés dans les différents appartements qui communiquent sans fil. On parle entre autres d’interrupteur connecté, de thermostat connecté, de détecteurs de dégâts d’eau connectée ou même de télévision connectées», explique Keavin Martin. Au final, tous ses produits dits «connectés» communiquent avec Evey qui lui, communique avec la résidence.

Evey et ses multiples fonctionnalités... 

«Evey est capable d’apprendre les préférences des résidents, leurs habitudes et adapte leur environnement automatiquement afin d’améliorer leur santé et leur sécurité», fait savoir Keavin Martin. Ce n’est pas tout! L’assistant intelligent apporte plusieurs autres fonctionnalités.

Evey est capable de détecter, en temps réel, quel résident est actuellement à l’intérieur de l’établissement, mais est également capable de détecter les comportements inhabituels. Les responsables sont alors alertés par SMS lorsque par exemple, «quelqu’un est dans sa salle de bain et n’a pas bougé depuis au moins deux heures», informe Keavin Martin.

La compagnie a développé un produit qui s’installe en remplacement d’un interrupteur de lumière. «On peut le voir comme un super détecteur de mouvements, lance le PDG. De l’intelligence artificielle analyse l’information et envoie par la suite une alerte aux responsables lorsqu'il y a un comportement inhabituel.»


De coups de cœur en coup de cœur pour Marie-Christine Vincent

Habitation

De coups de cœur en coup de cœur pour Marie-Christine Vincent

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Les projets s’accumulent pour Marie-Christine Vincent, alias Marie-C Vincent, et son conjoint. Après avoir terminé les rénovations et trouvé un locataire pour ce qu’ils appellent la Petite maison, ces derniers sont tombés sous le charme d’une propriété de la rue Monseigneur-Bégin. Ce n’est qu’après avoir acheté cette dernière, que la maison de leur rêve, celle qu’ils avaient longuement attendue, a finalement été mise en vente. Ne reculant devant rien, le couple a alors décidé de l’acheter, elle aussi, et de mettre la première en vente, à la fin des rénovations.

Il est important de savoir que le couple ne rénove pas des maisons comme travail. Ce sont plutôt des bricoleurs passionnés, toujours à la recherche de nouveaux défis. Lorsque leur dernier projet, celui qu’ils appellent la Petite maison, a été terminé, les amoureux ont donc cogité sur la suite. Ils avaient une maison de rêve en tête, mais elle n’était pas à vendre. En marchant sur la rue Monseigneur-Bégin, ils sont tombés sous le charme d’une autre demeure qu'ils ont décidé d’acheter.

Bien qu’ils avaient l’intention de s’y établir, la vie en a voulu autrement. Mme Vincent raconte : «Ça fait cinq ans qu’on avait en tête celle qu’on appelle la Maison jaune. On avait vraiment eu un coup de cœur pour cette maison. J’avais laissé mon numéro à la propriétaire et je lui avais dit que quand elle allait être prête à la vendre, elle n’avait qu’à m’appeler». Un mois après avoir acheté la maison sur Monseigneur-Bégin, la femme d’affaires a reçu l’appel. Que faire? Celle qui est derrière l’entreprise Marie-C Vincent Art et maison et son conjoint ont décidé d’acheter leur maison de rêve et de mettre celle sur Monseigneur-Bégin en vente, après les rénovations.

Les déménagements en temps de pandémie

Habitation

Les déménagements en temps de pandémie

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Pour de nombreux ménages, le déménagement approche à grands pas. En temps de pandémie, il peut s’avérer encore plus stressant qu’à l’habitude de déménager, alors qu’une foule de recommandations sont à respecter. Pour l’entreprise Déménagement Avantage Blackburn, qui n’a jamais cessé ses opérations au cours des derniers mois, la préparation reste la clé pour un déménagement réussi, surtout en ce temps de crise sanitaire.

Pour Maxime Lachance, directeur chez Déménagement Avantage Blackburn inc., si la COVID-19 a apporté de nombreux changements, elle n’a pas eu d’influence sur le chiffre d’affaires de l’entreprise. Les prochaines semaines s’annoncent toutes aussi intenses que les précédentes, alors qu’approche le premier juillet, date à laquelle le plus grand nombre de Québécois déménageront. Plusieurs ont d’ailleurs réservé les services de l’entreprise de Saguenay depuis plus de trois mois pour l’occasion, ce qui fait qu’elle ne peut plus prendre de clients pour encore les trente prochains jours à venir. Selon M. Lachance, la pandémie n’a pas fait diminuer ni augmenter le nombre de déménagements à ce temps-ci de l’année.

Le plus important : la préparation

Le directeur n’a qu’un seul conseil à donner à ceux qui s’apprêtent à déménager : bien se préparer ! Si les boites sont déjà faites, qu’elles sont bien identifiées et que les frigos sont vidés, tout se passera comme sur des roulettes. Ce qui fait qu’un déménagement prend plus de temps que prévu, c’est lorsqu’il y a des oublis comme un congélateur plein ou un propriétaire qui omet de signaler que son mobilier ne passe pas sans que la porte de l’entrée soit retirée. «Nous offrons un service clé en main, donc même si ce sont des choses qui peuvent arriver, notre équipe effectuera le service quand même, sauf que ça prendra plus de temps et coutera plus cher aux clients» continue-t-il.

Maxime Lachance rappelle aussi que la bonne humeur des clients fait toute la différence et qu’elle est plus qu’appréciée par les employés. Elle facilite grandement leur travail.

De l’adaptation

Le directeur a vu de nombreux changements aux quotidiens de ses employés en lien avec la COVID-19. Par exemple, le port du masque est maintenant prescrit en tout temps, ce qui n’était pas usuel avant. De plus, les clients sont beaucoup à l’affut du nettoyage du matériel utilisé. «C’est la première fois que nous recevons des questions concernant la désinfection des couvertures que nous utilisons et  celle de nos camions. C’est quelque chose que l’on prend très au sérieux», explique le directeur. Il a effectivement une personne affectée à la désinfection, mais cette dernière a vu sa charge de travail s’alourdir au cours des derniers mois, avec le nettoyage additionnel des camions et des outils entre les déménagements, en plus du soir ou du matin.

Le respect de la distanciation, lors d’un déménagement, n’est pas toujours facile à respecter. Les gens qui déménagent doivent oublier cette année l’aide de tous leurs amis et de leurs familles et compter sur un plus petit groupe. Le port du masque est fortement conseillé lorsque la distance entre deux personnes est de moins de deux mètres. Déménagement Avantage Blackburn inc. a demandé à ses clients que seulement deux personnes qui déménagent soient présentes à l’arrivée des déménageurs, afin de faciliter la distanciation sociale.

La main d’œuvre, un enjeu majeur

Ce qui a été le plus difficile pour l’entreprise de Saguenay, c’est la rétention de sa main d’œuvre. Parents malades, problèmes d’asthme ou autres, pour différentes raisons, certains employés ne se sentaient pas à l’aise de rentrer travailler. En plus, il est difficile de trouver de nouveaux employés à ce temps-ci de l’année, surtout à cause de la PCU, pense le directeur. «Le métier de déménageurs est loin d’être facile, souligne-t-il, surtout avec la chaleur, le masque et les tâches physiques demandées».

Le taux de logements inoccupés est toujours élevé au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Habitation

Le taux de logements inoccupés est toujours élevé au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte encore une fois un taux d’inoccupation de ses logements parmi les plus élevés au Québec, selon le dernier sondage de la Corporation des Propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ). Il est de 4,8 %, tandis que le niveau provincial se situe plutôt à 1, 6 %. Ce sondage révèle également que le taux d’inoccupation provinciale a grimpé de manière significative dans les dernières semaines, en raison de la COVID-19.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte 3,4 % des logements qui sont occupés, mais disponibles, ce qui veut dire que leur bail n’a pas été reconduit. Il y a également 1,1 % des logements qui sont vacants dès maintenant et 0,3 % que la cession de bail est en cours et qu’un nouveau locataire prendra bientôt possession des lieux.

«Il y a des milliers de logements vacants présentement et d’autres seront disponibles sous peu. Une crise économique a généralement pour effet de hausser le taux d’inoccupation des logements. Cette hausse pourrait donc se poursuivre à moyen et même long terme. Il y aura davantage de colocation et les jeunes pourraient choisir de demeurer plus longtemps chez leurs parents», a indiqué par voie de communiqué de presse le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, Hans Brouillette.

Au niveau provincial, le taux d’inoccupation est passé de 1 % à 1,6 %, entre le mois de mai et la deuxième semaine de juin. La hausse du taux d’inoccupation s’expliquerait par plusieurs facteurs. La COVID-19 a fait changer bien des plans pour des locataires, dont plusieurs qui ont finalement dû décider de quitter leur logement. La CORPIQ nomme en exemples, que ces locataires puissent être des gens qui ont perdu leur emploi ou encore des étudiants qui n’ont plus eu à se déplacer physiquement pour se rendre à leurs cours.

Il y a également, pour plusieurs, des locataires qui détiennent plusieurs baux et qui n’ont plus de touristes à qui sous-louer, ce qui fait que plusieurs logements reviennent sur le marché. De nombreuses entreprises n’ont plus à louer de logements meublés pour leurs employés en déplacement, ce qui fait qu’elles n’ont pas toutes renouvelé leurs baux. Finalement, la CORPIQ souligne que de nombreux locataires ont déguerpi avant de se faire expulser pour non-paiement.

Moins de logements impayés

En avril, le sondage réalisé par la CORPIQ démontrait que 14 % des loyers québécois étaient impayés. En mai, il y en avait 9 %. La situation provinciale continue de s’améliorer puisque le dernier sondage a plutôt démontré que seulement 5 % des loyers étaient impayés lors de la première semaine de juin.

«La reprise graduelle de l’emploi et le versement de la Prestation canadienne d’urgence ont certainement permis à beaucoup de locataires dont le revenu a chuté en raison de la crise de régulariser leur situation pour le paiement du loyer. Par contre, un bail est un engagement financier qui dure généralement douze mois et l’avenir inquiète. Nous ne savons pas ce qu’il adviendra de la Prestation canadienne d’urgence ni comment évolueront l’emploi et l’immigration», a continué M. Brouillette.

La CORPIQ rappelle que le gouvernement du Québec offre un Programme d’aide financière aux locataires pour le paiement de leur loyer dans le cadre de la COVID-19. C’est un prêt de 1 500 $ remboursable d’ici août 2021, sans intérêt. La demande doit être soumise par le locataire tandis que l’argent est versé au propriétaire directement.

KORHANI lance une gamme de tapis antimicrobiens

Habitation

KORHANI lance une gamme de tapis antimicrobiens

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La marque canadienne KORHANI home s’est lancée un nouveau défi, celui de fabriquer des tapis antimicrobiens jolis, abordables et surtout sécuritaires pour les foyers canadiens. C’est dans cette optique que l’entreprise dont l’usine est établie à Sorel-Tracy présente ses deux premières collections, KO2 et KORHANI Black. Ces dernières comprennent une dizaine de tapis au look moderne, qui priorisent la santé de tous.

Les tapis antimicrobiens sont habituellement utilisés dans les établissements médicaux où ils permettent de maintenir les espaces propres et hygiéniques KORHANI les rend accessibles à tous les foyers. Des traitements antimicrobiens sont incorporés dans les tapis offerts dans les deux nouvelles collections de KORHANI afin de ralentir la croissance des bactéries, des champignons et de la moisissure.

Normalement, les tapis contiennent des centaines de milliers de bactéries. Et pourtant, il arrive à plusieurs d’en négliger le nettoyage. Ces microbes ne sont pas considérés comme une menace pour la majorité des gens, mais peuvent l’être pour les bébés, les jeunes enfants, les personnes âgées ou immunodéprimées ou encore les animaux domestiques. Ce sont surtout pour eux qu’il est bénéfique d’avoir en sa possession des tapis antimicrobiens.

«Tous les Canadiens se sentent responsables de faire leur part en ce qui concerne la santé et le bien-être de leur famille et de leurs amis. Nous sommes ravis d’avoir un produit qui puisse rendre leur foyer plus confortable et plus sûr», a indiqué Moji Korhani, président exécutif de l’entreprise, par voie de communiqué de presse.

Tous les tapis sont dotés d’une garantie de deux ans, afin que les clients aient l’esprit tranquille «sachant qu’ils ont fait le bon choix pour leur maison et que leurs tapis KORHANI résisteront à ces microbes». 

Les deux collections comptent ensemble une foule de choix de couleurs, de grandeurs et de styles afin que tous puissent intégrer les tapis KORHANI dans leur salle à manger ou leur salon.

KORHANI est fier de présenter des tapis 100 % canadiens qui permettront aux consommateurs d’obtenir des produits à plus faible impact écologique.

L’entreprise de textile considère également que les produits faits au Canada ont «un niveau de qualité plus élevé et qu’ils sont rigoureusement testés et certifiés pour répondre à des règles gouvernementales strictes».

Cela fait maintenant plus d’un siècle que la maison KORHANI a vu le jour et qu’elle se spécialise dans les revêtements de sol et dans les tapis d’appoint intérieurs et extérieurs.

La marque veut s’assurer d’avoir des produits de haute qualité, avant-gardistes, fonctionnels et abordables. L’esthétisme et l’écoresponsabilité sont deux qualités importantes pour l’entreprise de textile. Plusieurs produits KORHANI sont vendus dans les magasins à grandes surfaces.

Les mouches à fruits, comment s'en débarrasser?

Habitation

Les mouches à fruits, comment s'en débarrasser?

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Chaque été, c’est la même histoire. Vous vous installez confortablement à la maison et c’est à ce moment que vous en voyez une passer. Bien vite, elles s’accumulent à une vitesse fulgurante. Il ne suffit que de quelques bananes achetées à l’épicerie ou d’un fond de vin dans une coupe pour que des mouches à fruits se multiplient dans votre maison. Par où sont-elles arrivées et comment s’en débarrasser une bonne fois pour toutes ?

Les mouches à fruits, de leur véritable nom les drosophiles, sont de petites mouches de 3 mm de long et 2 mm de large. Elles aiment la luminosité et l’humidité, ce pour quoi on les voit davantage l’été. De couleur brune et jaune, elles sont reconnues pour être envahissantes, et ce, très rapidement! Les femelles peuvent pondre entre 25 et 35 œufs par jour, et l’éclosion de  ceux-ci survient en à peine 24 heures après la pondaison. Comme quoi une infestation peut bien vite arriver, mais soyez sans crainte, elles sont inoffensives.

Les mouches à fruits cherchent les substances organiques en décomposition pour se nourrir. Elles en ont également besoin pour pondre leurs œufs. Qu’est que ça peut être ? Des légumes et des fruits mûrs, un fond d’alcool dans un verre à la traîne, ou dans des bouteilles qui attendent le recyclage; elles peuvent même se reproduire dans les poubelles qui restent un peu trop longtemps sans être changées. De nouvelles plantes entrées dans la maison peuvent aussi les inviter à l’intérieur.

5 solutions de rangement pour le hall d’entrée

Habitation

5 solutions de rangement pour le hall d’entrée

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Quelle est la toute première pièce que l’on voit en entrant dans une demeure? Il s’agit bien sûr du hall d’entrée que d’autres appellent vestiaire ou encore vestibule, lorsqu’il s’agit d’une pièce fermée. Cet espace dédié principalement à y déposer nos effets personnels est le tout premier lieu que l’on découvre en pénétrant dans une propriété et pourtant, il s’agit souvent du plus négligé.

Espadrilles, sandales et bottes de pluie en pagaille. Sacs d’école trainant sur le sol. Manteaux désordonnés. Qu’à cela ne tienne, il est temps de remettre un peu d’ordre au hall d’entrée. Voici cinq astuces qui vous aideront à tout réorganiser.

1- Une garde-robe bien pensée

La plupart des halls d’entrée possèdent une garde-robe, mais encore faut-il s’assurer que celle-ci soit utilisée à son plein potentiel pour dire qu’elle nous est vraiment utile. Ne vous contentez pas d’une tringle pour y suspendre les manteaux. Aménagez plutôt l’espace, aussi petit soit-il, avec des tablettes, des tringles, des paniers et des étagères pour les chaussures. Les quincailleries, les magasins spécialisés et même certains magasins à grande surface offrent un vaste choix d’accessoires de pose, de tringles et de supports qui vous permettront de placer chaque objet à sa juste place.

2- Un banc d’entrée à double fonction

Si l’espace vous le permet, faites l’ajout d’un banc d’entrée qui servira également de rangement. D’une part, le banc sera grandement apprécié par tous ceux et celles qui ont besoin de s’asseoir pour enfiler ou enlever leurs chaussures et d’autre part, ce rangement additionnel vous permettra de cacher différents articles dont vous faites régulièrement usage (sacs à dos, parapluies, sacs à main, casquettes, etc.). 

3- De petits accessoires esthétiques et pratiques

Il suffit parfois d’un tout petit ajout à une pièce pour que celle-ci devienne soudainement beaucoup plus fonctionnelle. Une patère située à proximité de la porte d’entrée et voilà que les manteaux trouvent pratiquement leur place tout seuls. Un panier placé dans un coin de la pièce et hop, les mitaines, les tuques, les casquettes et les foulards s’y accumulent. Un vide-poche placé bien en vue dans la garde-robe et finit le jeu de qui trouvera les clés en premier. Un joli tapis d’entrée et vous n’aurez plus à ramasser sable et petites roches jusqu’au salon.

4- Du mobilier qui se fond dans le décor

À l’instar des autres pièces de la maison, le hall d’entrée se doit d’être judicieusement aménagé tout en demeurant chaleureux et invitant. Après tout, c’est lui qui accueille les visiteurs et leur donne accès au reste de la maison. On peut ainsi y ajouter quelques pièces de mobilier qui meubleront l’espace tout en se faisant discrètes: un fauteuil d’appoint, une table basse ou mieux encore une console. N’oubliez pas que l’important est avant tout qu’il demeure facile de circuler dans le hall d’entrée. Il ne faut surtout pas encombrer le vestiaire. Vous devez aussi penser à ces soirées où vous aurez plusieurs invités qui arriveront ou quitteront en même temps.

5- Du plancher au plafond

Il existe toute sorte de façon d’aménager un hall d’entrée, même le plus petit d’entre eux. L’une d’elles consiste à exploiter l’immense potentiel des murs. Pourquoi se limiter à ce qui se trouve au sol quand on a la possibilité d’ajouter du rangement jusqu’au plafond? On peut bien entendu opter pour un meuble d’entrée qui comprend des crochets et une tablette, mais il est aussi possible de suspendre tout simplement des paniers ou des boites en bois au mur pour y ranger les accessoires extérieurs. On retrouve également en magasin des unités murales  pour les chaussures. Finalement, il est possible d’installer, sur un ou plusieurs murs, des tablettes sur lesquels on déposera des paniers ou boites de rangement.

Déménager en pleine pandémie : les précautions à prendre

Habitation

Déménager en pleine pandémie : les précautions à prendre

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Changer de logis durant la crise de la COVID-19 n’est pas une mince affaire. Néanmoins, comme c’est le cas chaque année, des dizaines de milliers de Québécois le feront le 1er juillet prochain et combien d’autres d’ici là? Afin d’aider les locataires et les propriétaires qui déménageront durant la pandémie, la Société d’Habitation du Québec (SHQ) a produit le Guide des bonnes pratiques sanitaires à adopter lors d’un déménagement. Ce dernier renferme toute l’information pratique afin de respecter l’ensemble des recommandations de la Santé publique.

La SHQ recommande notamment de se préparer adéquatement en vue du jour «J». Que cela signifie-t-il? Eh bien, le succès de tout déménagement repose sur une bonne préparation, mais cela est d’autant plus vrai à l’heure actuelle. Il faut ainsi préparer un maximum de boites de déménagement et idéalement les regrouper dans une même pièce près de l’entrée. Ainsi, le jour venu, les déménageurs n’auront pas à circuler dans toutes les pièces pour les récupérer.

Il est également conseillé d’éviter de demander l’aide de la famille et des amis pour le déménagement. Si vous le pouvez, faites plutôt affaire avec une compagnie enregistrée qui mettra en place les mesures sanitaires nécessaires comme la désinfection du camion avec une solution hydroalcoolique.

Assurez-vous également de planifier votre déménagement de sorte que vous n’aurez pas à croiser l’ancien locataire ou propriétaire ainsi que ses déménageurs.

Appliquez les mesures d’hygiène

En tout temps, avant, pendant et après le déménagement, les mesures prescrites par la Santé publique doivent être respectées. Gardez deux mètres de distance avec autrui, évitez de porter les mains à votre visage, lavez-vous les mains fréquemment pendant au moins 20 secondes et toussez et éternuez dans votre coude si vous avez à le faire. Vous pouvez aussi porter un masque et des gants lors du déménagement. En pareil cas, assurez-vous de mettre et de retirer ces équipements de protection de la bonne façon.

Nettoyez et désinfectez

Avant d’entreprendre le déballage de vos effets personnels et de vous installer pour de bon dans votre nouveau chez-vous, prenez le temps de nettoyer chacune des pièces en profondeur et de désinfecter les surfaces, particulièrement celles fréquemment touchées. N’oubliez pas les électroménagers et le mobilier qui auront sans doute été transportés par les déménageurs. Accordez également une attention particulière à la salle de bain.

5 façons d’embellir l’extérieur de sa maison

Habitation

5 façons d’embellir l’extérieur de sa maison

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
On met généralement beaucoup d’énergie à embellir et à entretenir l’intérieur de notre maison. Après tout, c’est là que nous passons le plus clair de notre temps. Mais qu’en est-il de son extérieur? N’est-ce pas l’extérieur de notre résidence que tous peuvent observer? N’est-ce pas l'apparence qui donne la première impression? Ne devrait-elle pas, elle-aussi, refléter notre personnalité et nos goûts?

Il serait faux de penser qu’il est nécessairement complexe et couteux d’embellir l’extérieur de sa propriété, car il y a de ces petits changements qui peuvent avoir un gros impact. Il n’est évidemment pas question d’un nouveau revêtement extérieur ou de fenêtres toutes neuves, mais plutôt de petits travaux qui peuvent réalisés en une journée, voire en quelques heures, et qui rehausseront à tout coup la beauté de votre maison.

1. Peindre sa porte d’entrée

Une porte d’entrée colorée donne de l’éclat à la façade d’une propriété. Véritable ouverture sur la maison, elle accueille les visiteurs avec élégance, dynamisme ou sobriété. Que votre porte soit en bois ou en acier, avec les bons outils et la bonne peinture, il est possible de lui offrir une toute nouvelle apparence qui s’harmonisera à votre revêtement extérieur ainsi qu'au décor intérieur de votre propriété.

Entretien printanier – Le tour du propriétaire

Habitation

Entretien printanier – Le tour du propriétaire

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Chaque année, deux périodes sont particulièrement importantes  pour les propriétaires de maison :  le printemps, où l’on vérifie l’état de notre propriété et où l’on effectue les travaux nécessaires à sa remise à niveau; et l’automne, où l’on prépare la maison à affronter l’hiver , le froid et le gel. Ces périodes et les travaux que l’on y effectue sont déterminants pour protéger nos installations et en assurer la longévité. Ce printemps, assurez-vous donc de faire l’entretien complet de votre résidence et évitez du même coup les mauvaises surprises.

Fondation

Les périodes de gel et de dégel que l’on connait au Québec peuvent avoir des conséquences sur le solage de votre maison. Chaque printemps, vérifiez si des fissures sont apparues dans le béton. Si tel est le cas, faites-les réparer par une entreprise qualifiée sans tarder pour ainsi éviter les infiltrations d’eau.

Gouttières

Avec la fonte des neiges, il est primordial que vos gouttières soient exemptes de détritus pour bien effectuer leur travail. Assurez-vous qu’aucune feuille, branche ou autres matières ne les obstruent. Vérifiez aussi que leurs ancrages soient toujours en place.

Portes et fenêtres

Le calfeutrage des portes et fenêtres n’est hélas pas éternel, bien qu’un scellant de qualité, appliqué selon les instructions du fabricant puisse durer une quinzaine d’années.  Il importe donc de vérifier au moins une fois l’an les joints sur le pourtour des portes et fenêtres. En cas de bris, retirez le scellant en place et refaites le calfeutrage adéquatement.

Pavé

Après quelques années, il est possible que les joints de votre pavé commencent à s’effriter. Avant que les mauvaises herbes de s’y infiltrent ou que les fourmis décident d’y faire leur nid, appliquez une nouvelle couche de sable polymère.

Toiture

Faites une inspection visuelle de votre toiture. Les bardeaux semblent-t-ils en bon état? Ondulent-ils? Observez-vous des traces de moisissures ou la formation de lichen sur votre toiture? En pareilles situations, contactez un couvreur qui viendra faire une vérification plus approfondie.

Grilles de ventilation et filtres

Afin d’améliorer la qualité de l’air de votre demeure et de protéger vos équipements (échangeur d’air, thermopompe, climatiseur, réfrigérateur et autres), il est nécessaire de nettoyer les grilles de ventilation et les filtres de vos appareils. En une année, il peut s’y accumuler poussières, acariens et matières graisseuses. En les nettoyant, vos préserverez la santé de votre famille et améliorerez le rendement énergétique de vos appareils ainsi que leur efficacité.

Réouverture des écocentres de la région

Habitation

Réouverture des écocentres de la région

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Dès le lundi 27 avril, les écocentres du Saguenay – Lac-Saint-Jean ouvriront leurs portes selon l’horaire estival. Seuls les écocentres de Saint-Ludger-de-Milot et de Saint-François-de-Sales demeureront fermés.

Alors que le printemps est pour plusieurs synonyme de grand ménage et d’entretien extérieur, la fermeture des écocentres liée à la pandémie de la COVID-19 compliquait la vie de nombreux citoyens. Le Quotidien rapportait le 13 avril dernier plusieurs situations désolantes sur le territoire de Saguenay, notamment,  où des monstres ménagers, des matelas et autres rebuts étaient jetés sur le bord des routes. L’annonce de la réouverture des écocentres était donc très attendue.

Il faudra toutefois s’armer de patience sur les sites insistent la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean et Ville de Saguenay, responsables des écocentres. Le temps d’attente risque d’y être plus long qu’à l’habitude. Il faudra par ailleurs respecter les consignes de sécurité.

Les personnes présentant des symptômes grippaux sont notamment sommées de rester à la maison. Une distance minimale de deux mètres devra également être conservée en tout temps entre les usagers et le personnel. Il est par ailleurs conseillé de trier les matières avant de se présenter à l’écocentre et les usagers devront s’assurer d’être en mesure de décharger eux-mêmes leur véhicule une fois sur place.

La grande majorité des écocentres seront ouverts quotidiennement de 8h à 18h.

Plus écolo au quotidien

Habitation

Plus écolo au quotidien

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Réduire son empreinte environnementale est à la portée de tous. Petit à petit, un geste à la fois, il est possible de changer ses habitudes à la maison au profit de l’environnement et pour le bien commun. À l’occasion des 50 ans du Jour de la Terre, confiné à votre résidence, pourquoi ne pas amorcer le changement? Bien que l’achat d’aucun produit ne soit nécessaire pour passer à l’action, laissez-nous vous présenter quelques produits qui pourraient vous simplifier la vie et vous aider à atteindre vos objectifs.
Station de barbecue Weber Connect

Habitation

Station de barbecue Weber Connect

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
C’est à l’occasion du Consumer Electronic Show de Las Vegas, tenu en janvier dernier, que le fabricant de barbecue Weber, en collaboration avec la société June, pionnière de la technologie de cuisine intelligente,  dévoilait sa plus récente innovation, la station de barbecue Weber Connect.

Avec pour objectif de faciliter la cuisson au barbecue et de permettre aux maîtres du grill comme aux cuisiniers amateurs de réussir en tout temps la cuisson de leurs viandes, la station Weber Connect mise sur les 70 ans de savoir-faire en matière de grillades de Weber combinés à l’intelligence artificielle.

L’accessoire de cuisson se compose d’une sonde à viande et d’une sonde ambiante connectées, via Wi-Fi ou Bluetooth, à l’application mobile Weber Connect. De la préparation à la dégustation, il accompagne les chefs de grillades à toutes les étapes. Des alertes sont notamment envoyées pour surveiller la température du barbecue en temps réel, effectuer le suivi de la cuisson et rappeler aux cuistots à quel moment il est préférable de retourner leurs viandes.

L’application comprend également des conseils et des techniques pratiques pour atteindre la cuisson parfaite en fonction des plats cuisinés, des recettes et plus encore.

«Disposer de la bonne information au bon moment est un outil puissant. C'est la clé de l'obtention de résultats parfaits, et ceci vous aide à développer vos aptitudes en tant que chef de grillades. La station de barbecue Weber Connect tient sa promesse et rehausse l'expérience de grillade, affirmait Chris Scherzinger, chef de la direction chez Weber-Stephen Products LLC dans un communiqué émis en début d’année. Peu importe le type de barbecue que vous possédez, la station de barbecue Weber Connect le transformera en barbecue intelligent doté d'une technologie de grillade de pointe.»

La station de barbecue Weber Connect est compatible avec tous les types et toutes les marques de barbecues. Elle est offerte chez les détaillants de produits Weber. L’application est quant à elle disponible en versions iOS et Android. Via son site Internet, le fabricant informe les consommateurs que l’application pourrait ne pas être compatible avec les appareils Huawei et Xiaomi.

Comment désinfecter la maison efficacement?

Habitation

Comment désinfecter la maison efficacement?

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Le coronavirus nous amène à revoir plusieurs de nos façons de faire. À la maison, même si toute la famille se porte bien et ne présente aucun symptôme lié à la COVID-19, il est notamment pertinent, voire recommandé, de désinfecter les surfaces dures plus régulièrement qu’à l’habitude. Après tout, comme nous le rappelle la santé publique, le virus peut survivre de quelques heures à quelques jours sur différentes surfaces et les coronavirus sont parmi les types de virus les plus faciles à tuer avec un produit désinfectant approprié. Vaut donc mieux mettre toutes les chances de notre côté.

Surfaces à forte sollicitation

Les surfaces que l’on touche le plus régulièrement sont celles desquelles il faut le plus se préoccuper. S’il est impossible d’affirmer hors de tout doute que les désinfectants  sont efficaces pour tuer la COVID-19, ils peuvent à tout le moins limiter la propagation des micro-organismes.  Ainsi, le téléphone cellulaire, les jouets des enfants, les poignées de portes et d’armoires, la télécommande, les tables  et la chasse d’eau de la toilette, entre autres, devraient être régulièrement désinfectés à l’aide d’un nettoyant qualifié dans le cadre de l'approche de Santé Canada relative aux pathogènes viraux émergents. On en retrouve la liste complète sur le site de Santé Canada. Celle-ci est régulièrement mise à jour.

Il est aussi possible d’utiliser une solution d’eau de javel diluée. «Cette solution d'eau de javel doit être préparée selon le mode l'emploi sur l'étiquette ou dans une proportion de 1 c. thé (5 mL) par tasse (250 mL). Les instructions sont basées sur de l'eau de javel à 5% d'hypochlorite de sodium, pour donner une solution d'hypochlorite de sodium de 0,1 %.» - Santé Canada.

Locataires et propriétaires devront s’entendre

Habitation

Locataires et propriétaires devront s’entendre

Rédaction publicitaire
Durant la pandémie, qu’advient-il des paiements de loyer, doivent-ils être honorés comme à l’habitude? Voilà une question que se posent bon nombre de locataires pour qui le 1er avril est arrivé un peu trop vite cette année. Bien que les gouvernements aient mis sur pied plusieurs mesures d’aide jusqu’ici, aucune ne touche directement le logement. La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec, la CORPIQ, rappelle d’ailleurs qu’il est nécessaire de verser les sommes dues aux propriétaires malgré ces temps difficiles.

Dans un communiqué émis le 25 mars, la CORPIQ tenait à mettre en garde les locataires face aux messages de propagande véhiculés sur Internet qui encouragent le non-paiement des loyers.

«Les locataires n’ont aucune raison de croire que les loyers impayés seront effacés. Aucun programme d’aide pour acquitter directement le loyer à leur place n’a été annoncé. Quant aux propriétaires qui peuvent financièrement et qui veulent généreusement renoncer à un loyer de 800$ par mois en moyenne, ils sont rares. C’est la réalité dans un Québec où sept propriétaires sur dix n’ont qu’un duplex ou un triplex. Ils comptent sur ce revenu pour vivre et acquitter leurs obligations», a expliqué le directeur des affaires de la CORPIQ, Hans Brouillette.

Il est conseillé aux locataires de communiquer directement avec le propriétaire de leur logement pour trouver un terrain d’entente. À la vieille du 1er avril, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, lançait d’ailleurs un message aux propriétaires québécois leur demandant de se montrer compréhensifs envers leurs locataires qui auraient des difficultés à effectuer leur paiement mensuel.

«Je suis consciente que la situation exceptionnelle que nous vivons actuellement peut inquiéter les locataires et les propriétaires. C'est pourquoi notre gouvernement s'assure de trouver des solutions pragmatiques pour rassurer tout le monde afin qu'il y ait le moins de bouleversements possible dans le quotidien de tous et de chacun. Il ne faut pas hésiter à contacter son institution financière afin d'obtenir des conseils ou du soutien. Ce sont des moments difficiles, mais ensemble, nous passerons au travers en nous serrant les coudes», a souligné Mme Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation.

Pour l’heure, il faut rappeler que :

  • La Régie du logement (RDL) continuera à suspendre ses audiences tant et aussi longtemps que l'état d'urgence sanitaire sera décrété. Ainsi, à moins que, pour des motifs exceptionnels, le tribunal ordonne la tenue d'une audience, seules les audiences relatives aux matières soulevant un risque pour la santé ou la sécurité d'une personne et celles concernant l'émission d'une ordonnance d'accès au logement sont maintenues.
  • La suspension des effets de toute décision de la RDL ne s'applique pas dans le cas où un logement a été reloué par un locateur avant l'entrée en vigueur de l'arrêté ministériel du 17 mars 2020 et que cette action empêcherait le nouveau locataire de prendre possession des lieux.
  • En ce qui a trait aux déménagements, rappelons que de bonnes pratiques sanitaires doivent être adoptées afin d'éviter la propagation du virus. Nous demandons aussi aux déménageurs de continuer à offrir leurs services à un prix abordable durant la situation d'urgence sanitaire.
À l'affût

Habitation

À l'affût

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Un nouveau service de livraison mensuelle de repas gourmands québécois

Dorothée l’Épicurienne et Maturin ont tout récemment lancé un nouveau service de livraison mensuelle de repas gourmands locaux. Ce sont des boîtes qui sont envoyées une fois par mois et qui comprennent deux repas à cuisiner pour quatre personnes. Tous les aliments sont sains, variés et 100 % locaux. De la gastronomie traditionnelle à la cuisine du monde, les recettes ont été pensées pour suivre les saisons et offrir des repas gourmets de qualité à saveur locale tout au long de l’année. 

Avec cette initiative, l’épicurienne espère faire connaître les produits de chez nous et de développer l’automatisme d’en acheter chez ses clients. Les boîtes sont disponibles en commande en ligne. Elles contiennent tous les aliments, mais également les recettes à suivre proposées par Dorothée. La livraison est disponible partout au Québec.

Des kiosques qui font tourner les têtes à l'Expo Habitat

Habitation

Des kiosques qui font tourner les têtes à l'Expo Habitat

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
La première édition du concours «Un kiosque presque parfait» a fait bien des heureux, lors de l’Expo Habitat, tenue du 5 au 9 mars au pavillon sportif de l’UQAC. Une quinzaine d’exposants ont pu avoir droit à une mention honorifique, décernée par un jury composé d’experts du domaine de l’habitation, pour l’originalité, la présentation et l’esthétisme de leur kiosque. Les lauréats touchaient à plusieurs domaines, comme l’habitation, la rénovation et la décoration.

Pour le 35e anniversaire de l’Expo Habitat, l’organisation tenait à organiser un nouveau concours. «Auparavant, l’Expo Habitat organisait un concours où c’était le public qui votait pour son kiosque préféré. Les résultats étaient dévoilés quelques jours après le salon. Nous voulions, cette année, organiser une activité qui permettrait aux exposants de bénéficier d’une visibilité lors de l’événement», explique le responsable des événements et des réseaux sociaux de l’APCHQ Saguenay, Michaël Gagnon.

Des experts ont été sélectionnés pour composer le jury. C’est Émilie Ouellet, coordinatrice marketing chez DuProprio qui a premièrement sélectionné quinze finalistes, qui se sont démarqués par la beauté de leur kiosque. Ensuite, Marco Lasalle a eu la lourde tâche de choisir les trois finalistes du concours. Le directeur technique de l’APCHQ, technologue professionnel et juge pour l’émission «Maitre du chantier» a sélectionné les gagnants en visitant leurs kiosques finalistes à titre de visiteur. Il a donc fait son choix sur son expérience client et sur le design du kiosque en général.

À l'affût

Habitation

À l'affût

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Toujours plus d’appartements dans la RMR de Saguenay

Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay, les logements locatifs continuent d’avoir la cote. C’est ce que nous apprend le tout dernier bilan des mises en chantier du mois de février de la Société d’hypothèques et de logements (SCHL). En effet, sur les 21 fondations qui ont été coulées lors du dernier mois, 20 étaient consacrées à la mise en chantier d’appartements. 

En février 2019, il y avait eu 16 mises en chantier dans la RMR, soit 12 pour des appartements, deux pour des résidences individuelles et deux pour des jumelés. Le mois de février 2020 montre donc une légère augmentation, comparativement au même mois de l’année précédente. Au mois de janvier 2020, il y avait eu un véritable regain de l’activité, avec 59 mises en chantier d’appartements. Il est difficile de donner des raisons exactes à cette hausse soudaine, puisque plusieurs facteurs entrent en jeu, mais on peut remarquer que le nombre de mises en chantier de logements locatifs semblent être légèrement en hausse pour l’année 2020.