Habitation

La vie en colocation; entre discorde et compromis

Vivre en colocation de façon harmonieuse exige une certaine période d’adaptation. Pour arriver à trouver un certain équilibre qui tend à respecter l’environnement de l’autre, des règles de base se doivent d’être établies dès le départ, sans quoi la discorde risque de compromettre cette nouvelle promiscuité avec vos nouveaux locataires. Que vous soyez deux ou quatre, la cohabitation comporte son lot de défis, mais rien ne vaut quelques petits compromis pour arriver à vivre sereinement dans un même environnement.

Le choix des colocataires

Si vous en avez l’opportunité, prenez le temps de bien choisir la ou les personnes avec qui vous partagerez votre espace de vie. La compatibilité entre votre mode de vie et celui de vos colocataires vous permettra entre autres d’éviter les conflits. Vous souhaitez vivre dans un environnement zen et préférez les petites soirées cocooning aux soirées arrosées? Le profil recherché n’est certes pas celui d’une personne fêtarde et exubérante. Pour espérer que vos violons s’accordent, prévoyez une rencontre préliminaire au cours de laquelle vous aurez la chance de poser vos questions et de partager votre vision de la colocation. 

Prévenir les conflits

Qui fait le ménage, qui s’occupe de faire les courses, qui s’occupe de payer les comptes? Voici autant de questions qui peuvent être la source de débats enflammés. Pour prévenir les potentielles disputes, établissez un plan sur papier et distribuez les différentes responsabilités. Assurez-vous que chacun cautionne cette attente en demandant à tous de signer le papier en question, comme un engagement à respecter. Ce document sera une preuve irréfutable en cas de dispute puisque chacun sera imputable de ses actes. 

L’argent, source de conflit

L’aspect financier peut également créer des tensions entre les colocataires. C’est pourquoi il est judicieux de déterminer préalablement les coûts qui devront être partagés mensuellement. Aussi, il est essentiel de déterminer si vous souhaitez diviser l’intégrité des dépenses entre les différents habitants ou si vous préférez vous acquitter de vos dépenses personnelles uniquement. C’est le cas notamment pour les aliments, les produits ménagers, le papier sanitaire, les essuie-tout, etc., qui doivent être renouvelés régulièrement. 

La discussion, la solution

Une communication fluide en toute franchise est la clé pour éviter de cumuler les frustrations. Ainsi, s’il existe des irritants, n’attendez pas que la colère vous gagne avant d’engager la conversation, au risque que l’émotion ne prenne le dessus sur la discussion. Pourquoi ne pas instaurer des réunions hebdomadaires avec vos colocataires afin de soulever les insatisfactions et d’enrayer les problèmes. 

À chacun son cocon

Il va s’en dire que l’intimité se fait plus rare lorsque vous partagez votre habitation avec d’autres gens. Le salon, la cuisine ainsi que la salle de bain sont des espaces communs où tous peuvent aller et venir. Toutefois, votre chambre demeure votre sanctuaire privé, votre petit cocon dans lequel vous pouvez vous retirer pour apprécier un peu de solitude et de tranquillité. Par extension, vous pouvez aménager et personnaliser cet endroit comme bon vous semble.   

Tout compte fait, la colocation requiert des ajustements constants pour arriver à maintenir une ambiance positive et conviviale, dans laquelle tous pourront vivre harmonieusement. 

Habitation

Sofa, causeuse, canapé, comment s’y retrouver?

Au même titre que la table dans la salle à manger, le sofa occupe une place centrale dans le salon. Choisir l’assise de vos rêves, celle qui conviendra à tous vos besoins, peut cependant s’avérer complexe puisqu’il existe sur le marché une variété impressionnante de modèles. Ainsi, avant de partir à la recherche du parfait sofa, celui que avez imaginé trônant au centre de votre pièce, il est essentiel de tenir compte de certains éléments phares comme les matériaux, les dimensions, les couleurs, l’emplacement, etc. Voici donc un petit guide d’achat afin de guider vos choix et de profiter des années durant de votre sofa!

Le bon terme 

Sofa, causeuse, sectionnel, autant de termes, qui à première vue, semble tous définir ce qu’on appelle plus communément un « divan ». Or, toutes ces significations représentent des déclinaisons des différents modèles que l’on retrouve dans les magasins. Par exemple, le sectionnel, qui prend la forme d’un L, se différencie du modulaire dont les sections indépendantes et amovibles permettent plus de latitude dans la configuration des pièces. Un fauteuil, quant à lui, est un siège d’une place composé d’un dossier et d’accoudoirs, alors qu’une causeuse, est composée de deux assises. Le sofa, le divan et le canapé, sont trois termes utilisés pour désigner un trois places dont les dimensions se situent entre 78 et 90 pouces.  

Utilisation 

Quelle utilisation ferez-vous de votre nouvel achat? Est-ce qu’il se retrouvera dans le salon, dans la salle familiale ou le cinéma maison? Est-ce que votre animal de compagnie aura la permission de faire la sieste sur le sofa? Toutes ces questions d’ordre pratique vous aideront à être plus pragmatique dans votre sélection. Les choix préliminaires que vous aviez réalisés en feuilletant les magazines de décoration ne correspondent peut-être pas à la réalité. Bien que l’esthétisme d’un sofa représente un critère d’achat, il ne doit pas altérer votre choix final, car tôt ou tard, le côté pratique de la chose vous ramènera à la raison! Ceci étant dit, un divan en tissu pâle, des jeunes enfants et une grosse boule de poils, ne font assurément pas bon ménage. 

L’espace 

Le jour de la livraison est enfin arrivé, les livreurs déposent la pièce maîtresse de votre salon et à cet instant, vous réalisez que le mobilier choisi ratisse l’entièreté de la pièce… Pour éviter cette situation des plus fâcheuses, assurez-vous de mesurer l’espace et de visualiser l’emplacement où vous souhaitez recevoir votre divan. Un meuble massif et foncé dépouillera assurément votre pièce de tout espace de vie habitable. 

Le revêtement 

Les tendances actuelles sont aux velours et aux couleurs éclatantes comme le vert émeraude ou le jaune safran. Toutefois, l’achat d’un canapé est une dépense substantielle et demande que l’on se questionne sur la longévité du meuble en question. Ainsi, faites 

votre en choix en conséquence de vos habitudes de vie et de vos besoins. Le cuir, le coton, le suède et les tissus synthétiques ont tous leurs lots d’avantages et d’inconvénients. Si vous prévoyez utiliser quotidiennement votre sofa et que vous avez de jeunes enfants, le cuir et le vinyle, connus pour leur robustesse et leur facilité d’entretien, sont des choix avisés. À l’antipode, si vous comptez utiliser votre canapé de façon périodique, vous pouvez oser pour des matières plus riches qui nécessitent plus d’entretien.   

Budget

Comme dans plusieurs sphères de l’ameublement, l’échelle de prix est sujette à changement selon la gamme de produits sélectionnés. L’achat d’un canapé est un investissement important qui peut osciller entre 2000 à 10 000 dollars, c’est pourquoi il importe d’établir un budget qui orientera par la suite votre magasinage. Les prix des sofas peuvent varier, notamment en fonction du style de recouvrement, de leur provenance ou de leur style. Néanmoins, un mobilier de bonne qualité aura une durée de vie pouvant s’étendre jusqu’à 15 ans. 

L’essayer, c’est l’adopter

Afin de vérifier la solidité et le confort du canapé, n’hésitez pas à essayer la marchandise en magasin. Vautrez-vous dans les coussins et essayez-le comme si vous étiez à la maison! Visitez plusieurs magasins à titre comparatif et renseignez-vous comme il se doit auprès des professionnels avant d’élire définitivement le divan qui se retrouvera dans votre logis. Une réflexion s’impose, prenez le temps d’analyser les différentes options et évitez les coups de tête, car vous pourriez le regretter pendant les 15 prochaines années! 

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Des abris de jardin entièrement québécois

L’entreprise québécoise Jardin de Ville, qui figure parmi les leaders en design et en commercialisation de mobilier de jardin haut de gamme, a tout dernièrement dévoilé ses nouveaux modèles d’abris de jardin pour l’été 2019. Ces mobiliers, alliant le style contemporain et minimaliste, embelliront les aires de vies extérieures en apportant un brin d’élégance et de raffinement.

La Sleek : simplicité et minimalisme 

Jardin de Ville propose désormais un nouveau modèle d’abri de jardin conçu par Cuscini Design : La Sleek. Entreprise manufacturière de Jardin de Ville depuis 1988 et fabricant des abris depuis 1996, Cuscini Design conçoit entièrement ses produits au Québec respectant les plus hauts standards de qualité.

La Sleek est un modèle très minimaliste composé d’un toit fixe. Cet abri rejoint par le fait même la famille du Square One, abri à toit fixe avec système de gouttière intégré pour la pluie, lui aussi d’un style épuré. 

Close-up : lames orientables

Parmi les nouveautés, ont retrouve également l’abri Close-up, dont les lames du toit sont ajustables, permettant ainsi d’ajuster la quantité de luminosité souhaitée. Facile à installer, cette structure autoportante est idéale pour les terrasses sur les toits.  

Pergola : entre auvent et véranda 

Pour compléter ces trois nouveaux modèles d’abris, Jardin de Ville offre également à sa clientèle les indémodables pergolas de Solicanada. Cet abri modulaire permet de nombreuses configurations pour des espaces plus spacieux.

Source : V2com 

Habitation

Un pinceau, plusieurs travaux!

Combien de fois avez-vous pris soin de laver soigneusement vos pinceaux ou vos rouleaux de peinture pour ensuite les retrouver quelques mois plus tard dans un état lamentable, secs et inutilisables. La conservation du matériel de peinture semble être un secret bien gardé! Au moment de réaliser vos travaux, vous multipliez ainsi les allers-retours à la quincaillerie à la recherche du PINCEAU, qui de par de son prix plus qu’onéreux, vous laisse présager une durabilité assurée. Ne soyez pas dupe et voyez plutôt comment faire pour entretenir votre matériel de peinture et ainsi assurer sa longévité. En plus de réaliser des économies considérables, vous diminuerez votre empreinte environnementale!

Entretien des pinceaux 

Pour donner une seconde vie à vos pinceaux et les remettre à l’état neuf, faites-les tremper dans du vinaigre chaud pendant environ 30 minutes et rincez-les abondamment à l’eau tiède par la suite. Attendez qu’ils soient entièrement séchés avant d’entreprendre vos travaux. Ainsi, vos pinceaux regagneront en souplesse et retrouveront leur allure de jeunesse! De plus, cette méthode se veut beaucoup plus écologique que l’utilisation de solvants.  

Entre chaque couche de peinture, enveloppez vos pinceaux dans un sac en plastique et placez-les au réfrigérateur pour un maximum de 24 heures. Cette méthode vous permettra de sauver du temps et diminuera considérablement la quantité d’eau nécessaire pour le rinçage. 

Si vous utilisez de la peinture au latex, retirez d’abord l’excédent de peinture sur les poils du pinceau. Trempez ensuite le pinceau dans une solution d’eau savonneuse et rincez ensuite à l’eau claire. En terminant, brossez le pinceau sur un vieux papier journal afin d’enlever le surplus d’eau. Évitez surtout de tordre votre pinceau pour ne pas endommager les soies. 

Lorsque vos travaux sont terminés, veillez à ce que vos pinceaux soient rangés dans un endroit sec et à l’abri de la poussière et des débris de tous genres. Idéalement, placez-les dans une boîte étanche. 

Entretien des rouleaux 

Avant de vous atteler à la tâche, assurez-vous de toujours nettoyer vos rouleaux. Qu’ils soient neufs ou usagés, plongez-les dans l’eau chaude pour enlever les poussières et les particules blanches de fibres susceptibles de se détacher. L’étape du séchasse nécessite un temps d’attente, prévoyez donc de faire l’entretien de vos rouleaux la veille ou quelques heures avant l’application de la peinture.  

Vos coups de rouleaux sont apparents et laissent leurs traces sur les murs? Pensez à tailler légèrement les bouts afin d’éviter le détachement des particules et une application défectueuse. 

Pour nettoyer vos rouleaux après utilisation, roulez dans un premier temps l’excédent de peinture sur votre mur. Essorez ensuite votre rouleau avec l’aide d’une spatule de bois, retirez le manche du rouleau et plongez-les dans l’eau savonneuse. Répétez cette étape autant de fois que nécessaire pour éliminer toute trace de peinture, puis faites sécher pour la prochaine utilisation. 

Conserver les contenants de peinture 

S’il vous reste de la peinture, remettez-la dans son contenant d’origine en prenant soin d’essuyer les rebords du contenant ainsi que les rainures du couvercle, car elles pourraient empêcher la fermeture hermétique du contenant. Pour vérifier que le couvercle est bien positionné, cognez doucement sur celui-ci à l’aide d’un marteau tout en suivant le contour du contenant. Aussi, afin d’éviter qu’une pellicule sèche ne se forme sur le dessus du contenant, placez-le à l’envers. De ce fait, la pellicule se formera au fond du contenant empêchant ainsi que cette peinture se retrouve sur vos murs lors de la prochaine utilisation.

Un contenant de peinture entreposé dans un endroit sec et frais peut se conserver jusqu’à deux ans après quoi, vous pouvez les apporter dans un point de dépôt près de chez vous. Depuis 2011, 92 millions de kilos de peinture ont été détournés des sites d’enfouissement grâce au programme d’Éco-Peinture qui vise à faciliter la récupération des résidus de peinture. Au total, ce sont 7 millions de kilos de résidus et de contenants de peinture qui sont récupérés au Québec chaque année.  

Pour localiser le point de dépôt le plus près de chez vous,  visitez le www.ecopeinture.ca

Source: ecopeinture.ca

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Concours d’architecture pour le projet Lab-École

L’équipe du Lab-École a tout récemment fait l’annonce officielle des modalités reliées au concours d’architecture qui sera lancé le 12 août prochain. Au terme de ce concours, cinq lauréats seront dévoilés et la construction des écoles de demain pourra enfin débuter.

Rappelons d’ailleurs que l’ancienne école primaire Marguerite-D’Youville est l’élue de la région. Au cours des prochaines années, une somme de 15 000 sera allouée pour démolir le bâtiment afin de permettre l’érection d’une toute nouvelle école qui comptera 15 classes de la maternelle quatre ans à la sixième année.

« C’est en consultant et en travaillant avec les intervenants de tous les milieux sélectionnés pour recevoir un Lab-École que nous avons déterminé les spécificités des différents projets. C’était une étape importante pour nous en vue du déploiement du concours d’architecture. Il est reconnu que les projets réalisés par voie de concours contribuent à élever les standards de qualité en design. Ainsi, nous pourrons concevoir de nouveaux modèles d’écoles innovantes, axées sur les meilleures pratiques, qui favoriseront la réussite des élèves », a affirmé Pierre Thibault, architecte et cofondateur. 

Un concours en deux temps

Présentement en analyse pour des fins d’approbation de la part de l’Ordre des architectes du Québec, le concours sera officiellement ouvert le 12 août prochain. Les firmes qui désirent participer pourront se référer à la plateforme SEAO pour toutes informations. Les architectes sont invités dans un premier temps à soumettre leur proposition de façon anonyme, via SEA, selon les modalités prescrites et spécifiques à chacun des cinq projets, soit celui de Gatineau, Shefford, Maskinongé, Rimouski et Saguenay. Les jurys se pencheront après coup sur les propositions reçues et sélectionneront quatre finalistes par projet pour l’étape deux. Ces derniers seront connus en octobre 2019.

Finalement, c’est au début de l’année 2020 que les jurys dévoileront enfin les cinq lauréats. Les écoles issues de cette première vague ouvriront leurs portes entre septembre 2021 et septembre 2022.

Le Lab-École

Organisme à but non lucratif, le Lab-École s’est donné comme mission de rassembler une expertise multidisciplinaire afin de concevoir les écoles de demain. Les trois fondateurs : Pierre Thibault, Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée, souhaitent intégrer le savoir du personnel scolaire à celui des professionnels d’autres horizons pour créer les meilleurs écoles et favoriser le bien-être des élèves et de tous ceux qui gravitent autour. Le Lab-École est appuyé financièrement dans sa missive par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Pour plus de détails concernant le concours, visitez le www.lab-ecole.com/concours 

Habitation

Apprivoiser un nouvel espace

Emménager dans une nouvelle demeure exige une période d’adaptation. Soudainement, vos repères disparaissent, l’odeur familière de votre petit nid douillet n’est plus et vous vous sentez imposteur dans ce nouvel espace de vie. Certains petits gestes fort simples peuvent vous aider dans cette transition pour recréer ce sentiment d’appartenance dans votre nouvelle habitation.

Déménager les souvenirs

Une maison recèle de souvenirs et d’anecdotes, et en déménageant vous faites en quelque sorte le deuil de cet espace significatif qui représente des périodes charnières de votre vie. Vous emportez dans vos boîtes des objets, mais également des souvenirs contenants une importante charge émotionnelle. Pour faciliter votre arrivée dans votre nouvelle demeure, tentez de recréer un espace familier en accrochant des photos de familles ou en installant une horloge dont le tic tac est source de réconfort. Graduellement, vous prendrez vos aises dans cette maison et les nouveaux souvenirs s’accumuleront pour s’ajouter à ceux que vous avez transportés lors du déménagement. 

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

JennAir redéfinit les produits de luxe

JennAir a dernièrement dévoilé sa nouvelle campagne au Canada « Des possibilités infinies ». Créée à partir de données recueillies auprès de consommateurs de produits haut de gamme, la campagne met l’accent sur l’innovation en présentant de nouveaux appareils ménagers qui démontrent une vision progressiste du luxe. 

« JennAir existe pour faire progresser l’industrie des appareils ménagers en offrant des possibilités illimitées à nos consommateurs haut de gamme et en les aidant à créer la cuisine de leurs rêves », affirme Janice Ryder, directrice principale du marketing chez Whirlpool Canada. « Notre nouvelle gamme de produits se caractérise par un design innovateur, un savoir-faire méticuleux et une technologie sans contact. Grâce à celle-ci, nous réalisons un progrès et des innovations dans la catégorie. »

Des designs audacieux

« Les nouveaux designs provocateurs de JennAir RISE™ et NOIR™ défient les conventions tout en ajoutant style et luxe moderne à la cuisine », déclare Mme Ryder. « Consommateurs et designers pourront y trouver l’esthétique d’avant-garde qui leur convient. » Voici les deux nouveaux designs de JennAir

Rise™ :    Cette collection inaugure une nouvelle ère de proportions avec des lignes robustes, des boutons revêtus de laiton, des poignées texturées asymétriques et antidérapantes qui redéfinissent les produits de luxe. 

Noir™ :    Ce style minimaliste et audacieux présente des lignes épurées avec des matériaux conçus pour durer notamment des surfaces en acier inoxydable mates et miroitantes et des brûleurs doubles superposés en laiton. 

La gamme JennAir®, disponible dans les designs RISE™ et NOIR™, propose également de nouvelles caractéristiques innovantes : 

•    Colonnes de réfrigération : Les bacs et cadres de tablettes, en verre solide et en métal, mettent l’accent sur la qualité des matériaux et du design. Le refroidissement Trinity des réfrigérateurs à colonnes JennAir permet de créer trois zones de température distinctes et personnalisables grâce à des capteurs de précision calibrés chaque seconde, qui assurent le maintien de températures optimales.

•    Fours muraux et cuisinières de style professionnel : Les fours muraux et les cuisinières de style professionnel offrent à la fois performance et design. Vous pouvez cuire au four, griller et garder au chaud en appuyant sur un seul bouton. Enfin, les consommateurs ne sont plus liés à la cuisine : contrôlez à distance votre four mural ou votre cuisinière de style professionnel connecté grâce à l’application JennAir.

•    Lave-vaisselle : La marque de lave-vaiselle de luxe la plus silencieuse ne fait aucun compromis en matière de puissance et de connectivité technique. Ses caractéristiques comprennent le système de lavage JennAir Trifecta™, l’éclairage cinématique et l’option Precision Dry®, plus efficace avec les plastiques difficiles à sécher. 

Pour plus de détails visitez le www.jennair.ca

Habitation

Viva Scandinavia arrive au Canada

L’entreprise danoise Viva Scandinavia se lance à la conquête du marché canadien. C’est par le lancement de sa boutique en ligne ca.shopviva.com qu’elle entend séduire les consommateurs.

Fondée en 2010, Viva Scandinavia s’est donnée pour mission de moderniser la tradition millénaire qu’est celle de consommer du thé en en faisant une expérience détente hors du commun. Concrètement, cela se traduit par la création d’une collection d’accessoires au design sobre et élégant fabriqués à partir de matériaux durables de qualité supérieure.

Ils sont le plus souvent faits de verre, de liège, de silicone et de porcelaine. Les produits sont conçus à Copenhague et fabriqués à la main par des artisans qualifiés et passionnés.

Chaque détail de chaque pièce est d’ailleurs soigneusement pensé, du bec verseur des théières à la prise en main des tasses. Ainsi, non seulement le design des produits fait honneur au style scandinave, mais le désir de les rendre agréables et faciles à utiliser s’inscrit également dans la tendance nordique. 

Plusieurs produits liés à la préparation et à la dégustation du thé sont offerts sur la boutique en ligne. C’est le cas de tasses et verres de formats variés, de théières et carafes, d’infuseurs, d’ensembles de pots à lait et de sucriers et bien plus encore.

Source : v2com

Habitation

Les 5 commandements du parfait voisin

Avec la pièce de théâtre plutôt loufoque de Claude Meunier et Louis Saia, Les Voisins, présentée un peu partout cet été au Québec, on en vient à se questionner sur la relation que l’on entretient avec nos propres voisins. Comme le dit si bien le synopsis de la pièce « (…) les banlieusards se croisent sans se voir et se parlent sans s’écouter (…) amoureux des haies trop bien taillées, des piscines trop bleues et des formules vides de sens. » Voisin courtois, social à souhait, trop bruyant ou même envahissant, nous sommes en proie à nous demander quelles sont les règles de bienséance en matière de voisinage. Pour une relation des plus harmonieuses, nous vous proposons quelques recommandations!

1. Éviter le tapage

Vous êtes une personne matinale et souhaitez tondre votre gazon à l’aube? Prenez votre mal en patience et ayez une pensée pour le voisin, qui lui, désire profiter de la quiétude du matin sans avoir à endurer en bruit de fond le vacarme de votre tondeuse. Bien que le bruit ambiant fasse partie des inconvénients légitimes du voisinage, le règlement sur le bruit en vigueur à Saguenay stipule que toute musique ou bruit nocturne provenant d’un bâtiment ou audible de l’extérieur entre 23 heures et 7 heures est interdit. Ainsi, tout bruit susceptible de troubler la paix, la tranquillité, le confort, le repos ou le bien-être d’un ou plusieurs citoyens, constitue une nuisance et est prohibé. Pour en savoir davantage à ce sujet, référez-vous auprès de votre municipalité. 

2. Un chien qui hurle à la lune 

Le chien du voisin pratique ses vocalises à la journée longue et vous retrouvez à l’occasion de petits cadeaux malodorants sur votre terrain? Glissez-lui en un mot et discutez avec lui de la situation. Peut-être n’est-il pas au fait de la situation… 

3. Respirer le même air 

Votre voisin accumule des détritus sur son terrain et des odeurs nauséabondes s’en dégagent? Sachez qu’il est interdit d’entasser des déchets dans sa cour ou encore même de les abandonner sur la voie publique. Les riverains sont également tenus d’entretenir leur espace.

4. Agir de façon responsable 

Vous ne voudriez certainement pas devoir recourir aux services d’un avocat pour avoir planté un arbre ou érigé une clôture. Avant d’entreprendre un tel geste, renseignez-vous sur la responsabilité civile qui vous incombe. Par exemple, dans le cas d’une plantation d’arbre, vous êtes généralement responsable de vos arbres et des dommages que ceux-ci peuvent causer par leurs branches et leurs racines. Par conséquent, il est de votre responsabilité de vous assurer que votre arbre n’incommode pas votre voisin, notamment en ce qui a trait à la visibilité et l’empiètement.

5. Des indésirables 

Selon le Code civil du Québec, il est de votre responsabilité de vous assurer que l’eau, la neige et la glace qui s’écoulent du toit tombent sur votre terrain et non sur celui du voisin. Dans le cas contraire, votre voisin est en mesure d’exiger l’installation d’un garde-neige ou d’une gouttière qui garderont la neige et l’eau de votre côté. Dès lors, sachez qu’il est interdit de souffler, de déplacer ou même de transporter la neige chez votre voisin immédiat ou face à votre demeure. 

Mettre des gants blancs

En cas de litige, essayez d’abord d’ouvrir le dialogue avec la personne concernée pour arriver à un arrangement à l’amiable. Vous pouvez également vous tourner vers la méditation citoyenne qui peut être un excellent moyen de régler un conflit de façon calme et posée. Pour en savoir davantage à ce propos, visitez le www.justice.gouv.qc.ca


Habitation

Juillet sans plastique : un mois pour entreprendre le virage

Vous y songez depuis un moment; le mouvement zéro déchet vous interpelle. Qu’à cela ne tienne, embarquez dans le défi Juillet sans plastique. Peut-être que l’essayer vous permettra de l’adopter…ou du moins de faire un pas dans la bonne direction.

Instiguée par les Australiens en 2011, la campagne Juillet sans plastique (Plastic free july) a pour objectif de réduire l’utilisation du plastique à usage unique dans le monde, mais plus globalement de sensibiliser la population à la cause environnementale.

Le concept est simple. Durant tout un mois, des millions de personnes à travers le globe font le pari de dire non au plastique à usage unique, qu’il s’agisse de gobelets de café, d’ustensiles en plastique, de pailles, de contenants de nourriture prêt-à-manger, etc.

En 2018, ils sont plus de 120 millions d’individus provenant de 177 pays à y avoir pris part. La Plastic Free Foundation qui chapeaute désormais la campagne invite les personnes intéressées à embarquer dans l’aventure à s’inscrire via le plasticfreejuly.org/take-the-challenge/. Elles recevront ainsi des conseils et de l’information tout au long du mois de juillet pour les aider à garder le cap sur leur objectif.

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Le quiz des aliments

Les vacances d’été approchent et vous êtes à la recherche d’un petit quelque chose pour occuper les enfants durant les longs déplacements en voiture? Oubliez la tablette et le lecteur DVD. Optez plutôt pour un jeu-questionnaire qui permettra à toute la famille de se divertir tout en approfondissant ses connaissances.

C’est par une approche à la fois amusante et pédagogique que le livre pour enfants Le quiz des aliments amène les tout-petits à découvrir le monde de l’alimentation. Au nombre des 220 pages que contient l’ouvrage, on retrouve pas moins de 270 questions-réponses, 54 quiz imagés, 90 faits insolites, 90 défis et plus encore!

Écrit par Ricardo Larrivée et publié au Éditions Auzou, le livre Le quiz des aliments est disponible en librairie depuis mai 2019.

Habitation

Flairer les aubaines avec vigilance

En se baladant dans les quartiers de la ville, on devine que la saison des ventes de garage bat son plein. Des affiches annonçant les événements en question trônent sur les arrêts-stops et plusieurs personnes en profitent pour flairer des articles à prix modiques. Certaines aubaines très alléchantes permettent non seulement d’économiser des sommes substantielles, mais également de redonner vie à des objets laissés-pour-compte. Néanmoins, quelques précautions sont à prendre pour magasiner avec prudence tout en faisant de bonnes affaires! Voici quelques recommandations tirées de Santé Canada.

D’abord, Santé Canada rappelle de toujours faire passer la sécurité avant les économies et d’être vigilant lorsque vous achetez ou vendez des articles dans une vente de garage ou dans un magasin de produits usagés, surtout si ces produits sont destinés aux enfants. À ce sujet, la Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation (LCSPC), en vigueur depuis le 20 juin 2011, vise à protéger la population en remédiant au danger pour la santé et la sécurité humaine que présentent certains produits de consommation vendus au Canada. Ainsi, toute personne qui vend, distribue ou donne un produit de consommation non conforme à la loi commet une infraction. 

Acheteurs

La prudence est toujours de mise lorsqu’il s’agit d’acheter du matériel usagé, notamment pour les articles de bébé, comme les jouets, les meubles, le siège d’auto, etc. Par conséquent, avant d’entreprendre une féroce négociation pour obtenir l’objet convoité à un prix moindre, renseignez-vous sur l’historique du produit, vérifiez s’il est endommagé et s’il possède toujours l’étiquette d’origine. Certains objets qui vous font de l’œil peuvent sembler en parfait état, mais ne soyez pas dupe et procédez à une inspection pour éviter de vous retrouver avec des produits non sécuritaires entre les mains. 

Pour l’achat de lits d’enfant, de berceaux et de moïses, Santé Canada recommande d’abord de faire une inspection complète afin de repérer tout signe apparent de dommage. Il est également déconseillé d’acheter des lits d’enfants de plus de dix ans, car ceux-ci risquent davantage d’avoir des pièces brisées, usées, desserrées ou manquantes et de ne pas être accompagnés de mises en garde ou d’instructions. D’ailleurs, il n’est pas improbable que les lits d’enfants fabriqués avant septembre 1986 ne respectent pas les exigences règlementaires actuelles. 

Dans le cas des sièges d’auto et des sièges d’appoint, ceux fabriqués avant le 1er janvier 2012, sont susceptibles de ne pas répondre aux récentes exigences établies par Santé Canada et Transport Canada. De plus, aucun siège n’ayant subi le choc d’une collision routière ne devrait être utilisé et donc, vendu. 

En ce qui concerne les jouets, puisque de nombreux jouets ont été rappelés en raison de la teneur élevée en plomb présent dans la peinture, vérifiez auprès du fabricant et de Santé Canada s’ils ont fait l’objet d’un rappel (www.santecanada.gc.ca/rappels-spc). Assurez-vous également de les désinfecter soigneusement et de les inspecter pour éviter qu’ils ne se retrouvent en morceaux. 

Vendeurs

Puisqu’il incombe à tout vendeur de s’assurer que les produits vendus respectent la Loi, il est de votre responsabilité de vérifiez leur conformité. 

•    Assurez-vous que tous les articles sont conformes aux règlements actuels, qu’ils ne sont pas endommagés et qu’ils ne font pas l’objet d’un rappel. 

•    Assurez-vous qu’il ne manque aucune pièce, que les instructions concernant l’utilisation et l’entretien de l’article soient existants et que l’article de dépasse pas la durée de vie prescrite par le fabricant. 

•    Assurez-vous que les étiquettes d’avertissement sont toujours fixées à l’article et qu’aucune pièce ne constitue un danger.

Pour plus de renseignements concernant les risques associés à l’achat de produits usagés, référez-vous au www.canada.ca

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Armarii Design 

Armarii Design ouvre ses portes au 1426 rue Bagot, à La Baie. L’entreprise, spécialisée en design d’intérieur pour le secteur résidentiel et commercial, accueille à compter d’aujourd’hui ses clients dans un nouvel espace plus convivial et inspirant.

Aux services déjà offerts par la designer Ingrid Thibeault s’ajoute un large choix  de produits pour la maison : couvre-plancher, accessoires décoratifs et plus encore.

Le commerce se veut par ailleurs une vitrine pour les artisans régionaux. Un espace est en effet dédié aux artisans qui proposent des articles pour la maison, une façon pour la designer de soutenir les créateurs d’ici.

Habitation

À quelques boîtes du déménagement

Au Québec, le premier juillet, les rues sont assaillies de camion de déménagement, le ruban adhésif devient une denrée rare et les boîtes de carton se multiplient dans les logis. Puisque, le scénario parfait du déménagement parfait ne s’écrit pas en un claquement de doigts, une bonne préparation ainsi que la présence de personnes ressources sont de mises pour éviter de vous retrouver le bec à l’eau le jour J. Déménager en toute « zénitude », est-ce que cette idée relève de l’IMPOSSIBLE? Voici quelques suggestions pour sortir vainqueur de cette journée tout en évitant les sources de stress inutiles. Parce que rien n’est impossible!

Désencombrer l’espace

Faire des boîtes est une tâche fastidieuse qui requiert de la patience, de l’organisation et encore de la patience! Avant de vous atteler à la tâche, faites un tri des objets que vous avez accumulés au cours des dernières années. L’exercice est fort simple, déterminez en trois piles distinctes si vous souhaitez donner, vendre ou garder l’objet en question. Ainsi, vous diminuerez le nombre de boîtes à transporter et éviterez d’encombrer votre nouvel espace.

Bien équipé

Comment maximiser votre temps lors de la journée venue? Soyez prévoyants et ayez en main tout l’équipement nécessaire afin d’éviter les allers et retours dans les magasins. Ruban adhésif, boîtes supplémentaires, crayons, papier d’emballage, coffre à outils, produits ménagers, balais, vadrouille, sacs à ordures, dressez une liste exhaustive de tout le matériel dont vous aurez besoin. 

Identification des boîtes

Des boîtes éparpillées et non identifiées sont source de chaos et puisque vous êtes en quête d’un déménagement zen et organisé, l’identification des boîtes s’avère plus que nécessaire! Inscrivez sur plusieurs surfaces de la boîte la pièce où elle sera déposée (cuisine, salon, salle à manger, etc.), inscrivez également les éléments contenus dans la boîte (vêtements, jouets, assiettes, etc.). Utilisez un crayon rouge pour identifier les boîtes qui contiennent des objets fragiles et surtout, évitez de les surcharger afin de minimiser les risques de blessures. 

Vous pouvez également prévoir une boîte « emménagement » dans laquelle vous mettrez vos effets personnels pour vous laver, des serviettes ainsi que des vêtements de rechange pour passer la première nuit dans votre nouvelle habitation. 

Bien s’entourer

Entourez-vous de gens fiables en qui vous avez pleinement confiance. Des membres de la famille, des amis, qui seront fidèles au poste le jour du déménagement. Étant donné que votre logis se transformera en petite fourmilière, il est préférable de répartir les différentes tâches à accomplir selon le nombre de personnes. Ainsi, vous évitez les bombardements de questions à savoir qui fait quoi et où vont les choses. Cette organisation participera à créer une ambiance détendue loin de toute cacophonie! 

Surtout, n’oubliez pas d’offrir des rafraîchissements à vos acolytes ainsi que de la nourriture pour garder le moral des troupes! 


Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Lancement de la 12e édition du guide 300 adresses design pour aménager et rénover

Index-Design a dernièrement dévoilé la toute nouvelle édition du guide «300 adresses design pour aménager et rénover» lors d’un lancement qui a eu lieu à l’atelier-boutique de Céragrès, à Québec. Plus de 250 designers d’intérieur, architectes et fournisseurs ont assisté à l’événement afin de découvrir cette nouvelle édition qui se veut un outil de référence pour les professionnels de l’industrie.

Le tout nouveau guide répertorie 300 adresses design incontournables au Québec afin de guider et d’inspirer les professionnels de l’industrie. Pour permettre une recherche efficace en toute rapidité, chacune des entreprises est classée parmi douze catégories de produits et présentée à l’aide d’une courte définition, de mots-clés liés à son offre de produits, de son site Internet et des coordonnées de sa salle d’exposition. Les catégories se déclinent ainsi : bureaux, cuisines et salles de bain, déco et accessoires, design de présentation, éclairage, extérieur, matériaux, mobilier, produits architecturaux, revêtements de sols et muraux, services et technologie ainsi que textiles. 

Tendances et inspirations

L’équipe de rédaction présente dans la rubrique éditoriale du guide des tableaux d’inspiration guidés par les tendances des plus grands salons internationaux et des entreprises spécialisées en design. Cette rubrique « Inspirations » présente en image les tendances actuelles relatives au mobilier, aux revêtements ainsi qu’aux accessoires.  

Pour découvrir les photos de la soirée de lancement, rendez-vous sur la page Facebook d’Index-Design. 

Habitation

Des trouvailles à petits prix

La saison des ventes de garage bat son plein. Partout au Québec, les fameuses pancartes rouges annonçant les adresses où faire de bonnes affaires se multiplient. Sur les médias sociaux, le phénomène est sans doute encore plus marqué. Nombreux sont ceux et celles qui procèdent au grand ménage du printemps et à voir les annonces d’items variés mis en vente sur le WEB, on comprend qu’ils sont aussi nombreux à en profiter pour désencombrer la maison. Grand bien leur fasse! Si l’exercice leur permet d’aller chercher une piastre ou deux au passage, il permet aussi à une pléiade d’acheteurs de mettre la main sur de véritables trésors pour la maison offerts à petits prix.

Meubles en bois

À la recherche d’une table de chevet, d’un bureau de travail ou d’une nouvelle bibliothèque? Il n’est pas rare de trouver de très belles pièces en bois dans les ventes-débarras. Après tout, les modes passent et les goûts changent! Ainsi, après avoir profité quelques années ou plusieurs décennies de leur mobilier, certains propriétaires décident de les offrir aux suivants.

Que ce soit des meubles plutôt récents ou encore de belles pièces vintage, il suffit parfois d’une simple couche de peinture ou d’un nouveau vernis pour leur redonner fière allure.

Des précautions sont cependant à prendre pour éviter les punaises de lit, car oui, elles peuvent aussi se cacher dans les fissures des meubles de bois. Pour éviter d’infester votre maison, inspectez minutieusement votre meuble et tous les recoins où les punaises pourraient se cacher. Vous pouvez aussi laisser votre nouvel achat au soleil, les punaises de lit ne tolérant ni les grands froids ni la chaleur. 

Accessoires de cuisine

Votre enfant quittera bientôt le nid familial. Quel beau cadeau à lui offrir qu’un «trousseau» qui lui permettra de bien démarrer sa vie d’adulte. Afin de lui donner un maximum de produits indispensables pour la maison, pensez acheter du seconde main.

Que ce soit pour faire de la place dans leurs armoires, pour se départir des articles dont ils ne se servent plus ou pour faciliter leur déménagement, nombreux sont ceux et celles qui mettent en vente des articles de cuisine. Verres, tasses à café, bols à mélanger, petits électroménagers, plats de service, voilà autant d’articles usagés qu’il est facile de dénicher en parfaite condition, .

Meubles de jardin

Allez savoir pourquoi, il semble que nous nous lassions vite de nos meubles de jardin. C’est peut-être aussi que les besoins changent, selon la dimension de notre cour arrière ou le nombre de personnes composant notre famille. Dans tous les cas, plusieurs ensembles extérieurs se retrouvent sur le marché de l’usager à notre plus grand bonheur. Pour agrémenter un ensemble de seconde main, on s’offre de nouveaux coussins et le tour est joué!

Tupperware

Vous êtes un adepte des plats Tupperware? Saviez-vous que plusieurs des articles de la réputée marque ont été produits pour la première fois il y a de cela plusieurs années? Si vous ne vous montrez pas trop sélectif sur la couleur et si vous ne souhaitez pas à tout prix avoir le modèle dernier cri, vous pourriez trouver de beaux plats à jus vintage, des plats pour cuisson à vapeur ou encore des plats à trempette dans les ventes de garage. Au fond, qu’ils soient oranges, verts, bruns ou beige, un Tupperware, ça demeure un Tupperware.

Musique et films

D’autres objets que l’on retrouve en abondance dans les ventes de garage sont les films (DVD, Blueray, VHS) et les CD de musique. Envie de découvrir de nouveaux groupes musicaux ou d’agrandir votre collection de DVD? Gâtez-vous! À des prix aussi bas qu’un ou deux dollars, vous ne risquez pas grand chose sauf peut-être de passer d’agréables moments à profiter de vos nouveaux achats.

Articles vintage

Les accessoires vintage ont la cote. Si on peut s’en procurer auprès des antiquaires et des brocanteurs, sachez qu’il est aussi possible d’en dénicher dans les ventes-débarras, mais ils partent vite! Que ce soit les lampes chromées des années 50, les meubles d’appoint d’inspiration scandinave, les boites en métal des années 70 ou encore les figurines en porcelaine du milieu du siècle dernier, ces accessoires sont de plus en plus recherchés par les collectionneurs ou les amateurs du genre. La petite astuce pour réussir à mettre la main dessus : faire la chasse d’aubaine dès le petit matin et surveiller les ventes de fermeture de maison.

Habitation

Whirlpool Canada récompensé pour son engagement écoresponsable

Whirlpool Canada s’est dernièrement vu décerner le prix Constance dans l’excellence ENERGY STAR 2019 octroyé par Ressources naturelles Canada (RNCan). Ce prix récompense une organisation ayant maintenu ou dépassé ses réalisations et son degré d’engagement à l’égard d’ENERGY STAR compte tenu des années précédentes. Il s’agit pour Whirlpool Canada du quatorzième prix ENERGY STAR remporté, dont trois prix Constance dans l’excellence, un prix Participant ainsi que dix prix Fabricant de l’année.

ENERGY STAR Canada en bref

Depuis 18 ans, ENERGY STAR Canada est un modèle de réussite en matière d’efficacité énergétique. Le programme se veut un partenariat volontaire entre le gouvernement du Canada et plus de 1500 organisations qui s’engagent à utiliser de façon plus judicieuse, les ressources naturelles en misant notamment sur l’efficacité énergétique. La certification ENERGY STAR apposée sur un produit, une maison, un bâtiment ou une installation industrielle atteste de l’engagement des diverses compagnies à réduire leur empreinte écologique grâce à leur faible consommation d’énergie. Pour en savoir plus visitez le www.energystar.gc.ca 

ENERGY STAR

En 2018, Whirlpool a vendu plus d’un demi-million de produits certifiés ENERGY STAR. « Nous sommes fiers de poursuivre notre engagement de fabriquer des produits efficaces et performants qui permettent aux consommateurs d’économiser de l’argent et qui ont un impact positif sur l’environnement» a affirmé Gary Power, vice-président et directeur général de Whirpool Canada. Voici d’ailleurs les principaux accomplissements de l’entreprise en matière d’environnement au cours de la dernière année : 

-    De nouveaux modèles de laveuses avec connexion sans fil Whirlpool et Maytag avec pompes à rendement amélioré et des configurations de sécheuses à condensation.

-    Les nouveaux appareils électroménagers de toutes marques et catégories sont connectés avec l’application mobile.

-    L’outil de recherche d’électroménager de Whirlpool et Maytag a permis aux consommateurs de choisir de nouveaux produits écoénergétiques. 

«Investir dans l’efficacité énergétique de nos maisons et immeubles est l’un des moyens les plus simples de combattre les changements climatiques tout en procurant des avantages sociaux et économiques concrets pour les Canadiens. Je félicite Whirlpool Canada pour son engagement continu envers l’amélioration de l’efficacité énergétique au Canada »,
a déclaré Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles du Canada. 

Habitation

Des électroménagers qui agrémentent le quotidien

Et si en un claquement de doigts vous pouviez partir une brassée de lavage, décoller le lave-vaisselle et faire cuire votre repas en même temps? Plusieurs tracas s’envoleraient soudainement et ces tâches occuperaient une proportion beaucoup moins importante dans votre quotidien. Cette pensée, qui peut sembler plutôt illusoire, est pourtant à nos portes avec l’avènement de la technologie qui s’invite dans de nombreuses sphères de notre vie, notamment dans l’habitation et plus précisément pour les électroménagers. Buanderie, cuisinière, réfrigérateur, lave-vaisselle, plusieurs modèles intelligents sont maintenant disponibles afin de simplifier et d’agrémenter notre quotidien. Et si vous étiez à un clic de démarrer vos électroménagers? Voici ce que vous réserve l’année 2019 en matière d’électroménagers, de quoi vous surprendre!

Des électroménagers adaptés à votre mode de vie

L’efficacité ainsi que la durabilité sont des critères de choix qui influencent grandement les consommateurs lors de leurs achats. « Les gens veulent des produits qui collent à leur mode de vie actif. Aujourd’hui, tout se déroule à vitesse grand V, le domaine des électroménagers s’adapte à l’ère du temps, à la rapidité d’exécution des tâches, notamment en diminuant les temps de cuisson ainsi que l’entretien des appareils », explique François Léveillé, directeur des achats chez Ameublements Tanguay. 

Pour les cuisinières, les surfaces à induction gagnent en effet en popularité. Elles offrent un contrôle uniforme et précis de la température et permettent une cuisson plus rapide. « Étant donné que le dessous de la cuisinière reste relativement froid, celle-ci est beaucoup plus sécuritaire. L’entretien se fait aussi plus facilement, puisque les éclaboussures ne peuvent se carboniser sur la surface », ajoute M. Léveillé.  

Les fours à convection, dont la cuisson est dite véritable ou européenne, se retrouvent de plus en plus sur le marché. La circulation d’air, rendue possible grâce aux ventilateurs arrière, assure une répartition de la chaleur et donc une cuisson plus égale et plus rapide des aliments. 

L’économie de temps est également valable dans le cas des laveuses et des sécheuses à vapeur qui font à la fois office de nettoyeur et de repasseur. 

Des électroménagers à la fine pointe

Depuis quelques années, la technologie s’installe dans le monde des électroménagers. Les marques Coréennes telles que Samsung et LG sont d’ailleurs très en avance dans le domaine. « On pense entre autres aux réfrigérateurs possédant un écran tactile, aux cuisinières qui, lors de leur utilisation, entraînent le démarrage de la ventilation, aux fours que l’on peut contrôler à l’aide de son cellulaire, pour augmenter la température ou éteindre l’appareil, ou encore aux réfrigérateurs qui nous permettent de voir leur contenu à distance », donne en exemple M. Léveillé. Certains appareils peuvent également détecter les bris. L’utilisateur recevra une alerte qui pourra ensuite être transmise au fabricant pour que l’appareil soit réparé sans toutefois qu’un technicien n’ait à faire une première inspection. 

L’acier inoxydable noir

Même si le blanc et l’acier sont des couleurs encore très en demande, l’acier inoxydable noir ne cesse d’augmenter en popularité. L’acier inoxydable noir prend en effet une part de marché de plus en plus importante et nombreux sont les consommateurs à opter pour ce fini qui s’agence à merveille aux décors modernes et industriels.  

En toute discrétion

Les appareils ménagers, dont les lave-vaisselles, se font beaucoup plus discret qu’avant. « Il y a de cela 7 à 8 ans, le niveau de décibels pour un lave-vaisselle était de 50. Aujourd’hui, des appareils haut de gamme atteignent à peine 39 dB.
Les appareils que l’on retrouve couramment oscillent entre 44 et 48 dB, ce qui est considéré comme très silencieux », conclut M. Léveillé. 

Pour en apprendre davantage sur les nouveautés 2019 dans l’électroménager, référez-vous aux spécialistes de chez Ameublements Tanguay et bénéficiez de leurs conseils avisés! 

Habitation

Formations gratuites sur le compostage domestique

Que ce soit pour faire leur part dans la lutte pour la protection de l’environnement, par sens des responsabilités ou par intérêt, de plus en plus de citoyens s’adonnent au compostage. Conscients que l’arrivée imminente des bacs bruns nous amènera tôt ou tard à modifier nos pratiques, ils sont en effet de plus en plus nombreux à choisir de s’initier dès maintenant au compostage domestique, une façon simple et efficace de réduire jusqu’à 50% des matières envoyées vers les sites d’enfouissement.

Il faut dire que le compostage résidentiel n’a rien de bien sorcier et est à la portée de tous. Sans compter qu’il procure de nombreux avantages dont la production d’un riche compost 100 % naturel pouvant servir à nourrir notre jardin aussi bien que nos plates-bandes.

Néanmoins, plusieurs fausses idées continuent de circuler au sujet du compostage et force est d’admettre qu’un nombre encore trop élevé de citoyens ne possèdent pas les connaissances de base pour s’y initier.

C’est précisément pour cette raison que Saguenay, en collaboration avec l’organisme Eurêko!, offre depuis déjà plusieurs années des formations entièrement gratuites sur le compostage domestique.

D’une durée d’environ une heure, les formations s’adressent à tous ceux et celles qui désirent passer à l’action et apprendre à bien le faire. Qu’est-ce que les matières vertes et les matières brunes? Que devrait-on éviter de mettre dans notre composteur résidentiel? Comment entretenir son compost? Toutes ces questions et bien d’autres trouvent réponses auprès des formateurs.

Deux formations sont encore à venir soit celle de l’arrondissement de Jonquière, qui aura lieu le 22 mai à 19 h, et celle de l’arrondissement Chicoutimi, qui se tiendra le 29 mai à 19 h. Il est possible de s’inscrire en téléphonant au 418 545-9245 poste 503.

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Le futur de la rénovation immobilière à nos portes

Les technologies s’invitent chez les amateurs de rénovations! Malheureusement, les applications ne feront pas les rénovations à votre place, mais elles vous faciliteront amplement la tâche.

C’est dans cet ordre d’idées que la compagnie Paradigm a annoncé sa toute dernière application visant à révolutionner la construction et la rénovation de maison. Son produit aidera les clients à configurer, tarifier et commander les produits de construction extérieurs en les visualisant sur leur maison réelle.  

En effet, l’application permettra d’identifier les produits extérieurs d’une maison, en prenant une photo. En seulement quelques secondes, le cliché deviendra configurable et pourra être utilisé pour sélectionner, placer et tarifier de manière rapide et interactive les produits qu’on souhaite installer sur le bâtiment. L’application permettra aussi de mesurer également ces produits instantanément et avec précision. 

«Nous voulons rendre les expériences d’achat aussi simples et amusantes que possible», explique Kari Tamminga, directrice de produit Paradigm et responsable de l’équipe de science des données. «Traditionnellement, l’achat de produits du bâtiment nécessite souvent une longue visite à domicile pour mesurer avec précision les options et en discuter. De plus, il est difficile pour les consommateurs de visualiser de nouveaux produits à la maison», a-t-elle continué.

La sortie de l’application est prévue pour la prochaine année. 

Habitation

Vrai ou faux? Le compostage domestique pour les nuls

Alternez les matières sèches et humides, mélangez une fois par semaine pour bien aérer, voilà les principes du compostage. Facile, pas vrai? Au-delà de ces deux actions, d’autres règles doivent tout de même être respectées alors que certaines croyances ne sont que de purs mythes. Le Toit & Moi s’est penché sur la question et vous aide à y voir plus clair entre le vrai et le faux.

Composter, ça pue.

FAUX - Le compostage domestique n’est pas censé libérer de mauvaises odeurs. Si une telle situation se produit, c’est qu’un aliment que vous n’auriez pas dû mettre au compost s’y retrouve ou que le ratio matières vertes/matières brunes n’est pas respecté. Vous pouvez alors ajouter de la matière sèche si votre compost est trop humide ou ajouter de la matière humide si votre compost est trop sec.

Il n’est pas obligatoire d’acheter un composteur pour composter.

VRAI - Il est possible de composter à l’air libre. Par exemple, si vous habitez près d’un bois, sans voisin arrière, vous pourriez composter directement sur le sol. Pour des questions esthétiques et pour éviter d’attirer les animaux, on conseille cependant l’utilisation d’un composteur. Celui-ci peut être en plastique, comme ceux vendus en quincaillerie, mais il pourrait tout aussi bien être fait en bois de façon artisanale. 

Le compost, ça ne sert à rien.

FAUX - Le compost, aussi appelé «or brun des jardiniers» est riche en nutriments. Il s’agit d’une matière naturelle qui améliore la qualité des sols et favorise la croissance des végétaux. On l’emploie généreusement au potager, dans les plates-bandes, les jardinières et même sur la pelouse.

Composter demande beaucoup de temps et d’énergie.

FAUX - Composter est beaucoup plus simple qu’on le croit. Tout comme on trie les matières recyclables des déchets que l’on jette à la poubelle, il est facile de séparer les matières organiques des autres rebuts. Il suffit d’ajouter un contenant à compost à l’intérieur de la maison, d’y accumuler la matière compostable et de la transvider dans le composteur. Il ne reste alors qu’à mélanger le compost environ une fois par semaine.

Je ne peux pas composter chez moi. J’habite dans un quartier résidentiel.

FAUX - Qu’importe le secteur où vous vivez, il est possible de composter. Il suffit en fait d’avoir un petit coin de terre ou de pelouse pour installer votre composteur. Lorsque réalisé selon les règles de l’art, le compostage n’engendre aucune odeur et n’attire pas la vermine. 

Il est possible de mettre tous les restants de table au compost.

FAUX - Lorsqu’on parle de compostage domestique, il faut à tout prix éviter l’utilisation de plusieurs matières dont les résidus d’origine animale et ses dérivés, le poisson et les matières grasses. Pourquoi? Principalement parce que ces dernières attirent les rongeurs, les moufettes et autres animaux sauvages. Elles pourraient également causer de mauvaises odeurs. 

Habitation

Récompenser l'excellence

La 5e édition des Prix du Patrimoine de Saguenay est officiellement lancée. Le Centre d’histoire Sir-William-Price et le Centre d’histoire Arvida, mandatés pour l’organisation de ce concours triennal, en ont officiellement fait l’annonce en avril dernier. Ainsi, les citoyens et organismes de Saguenay ayant réalisé des travaux de rénovations patrimoniales entre octobre 2016 et septembre 2019 sont invités à déposer leur candidature.

S’inscrivant dans le cadre de l’entente de développement culturel entre le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la Ville de Saguenay, les Prix du patrimoine visent à souligner et à promouvoir l’excellence et les bonnes interventions en matière de mise en valeur et de préservation du patrimoine sur le territoire de Saguenay. C’est aussi l’occasion de sensibiliser la population à l’importance du respect et de la préservation du patrimoine bâti.

«Chaque édition, nous constatons une augmentation du nombre de candidatures déposées, signe d’un intérêt grandissant de la population, souligne Josée Bergeron, directrice générale du Centre d’histoire Sir-William-Price et du Centre d’histoire Arvida. À titre d’exemple, en 2013, ce sont 19 candidatures qui avaient été soumises contre 29 en 2016. C’est une augmentation importante compte tenu du créneau très spécifique auquel touche le concours», explique-t-elle.

Site patrimonial d’Arvida

Cette année, une sous-catégorie s’est ajoutée au concours. Ainsi, on fait désormais la distinction entre le site patrimonial d’Arvida et les autres secteurs de Saguenay.

«Pour le site patrimonial d’Arvida, les exigences en matière de rénovations patrimoniales sont plus grandes tout comme les subventions pouvant être accordées. C’est donc dans un souci d’équité que nous avons fait l’ajout de cette sous-catégorie», souligne Mme Bergeron.

Pour chacune des deux catégories, des prix seront décernés pour le volet Résidentiel (Rénovation majeure, Rénovation mineure et Entretien exemplaire), Commercial, Institutionnel, Industriel et Paysage.

Comment s’inscrire?

Les Prix du Patrimoine de Saguenay s’adressent à tous les propriétaires de résidence, commerce, industrie et institution qui ont réalisé des travaux de rénovations patrimoniales à leur bâtiment et/ou à leur aménagement paysager entre octobre 2016 et septembre 2019. 

Pour s’inscrire, il suffit de remplir le formulaire d’inscription disponible dans les bureaux d’arrondissements de la Ville de Saguenay ou directement au sirwilliamprice.com, avant le 30 septembre 2019.

Suivant la fin du dépôt des candidatures, un jury composé de professionnels évaluera les différents projets soumis selon les critères suivants : l’intérêt patrimonial de la candidature, la qualité de l’intervention, son rayonnement et son impact sur la collectivité. 

En février prochain. le public sera aussi appelé à voter pour son candidat Coup de cœur via le site des Prix du patrimoine. Les lauréats des différentes catégories seront connus en avril 2020. Ils se verront remettre une plaque honorifique.

Habitation

Aménager ses espaces de vie extérieurs

C’est peut-être le fait que l’été ne dure pour ainsi dire que deux mois ou encore cette impression qu’il faut à tout prix maximiser le temps passé au grand air, mais force est de constater que les Québécois sont de plus en plus nombreux à voir leur cour arrière comme le prolongement de l’intérieur de leur maison. Preuve à l’appui, les cuisines et les salons extérieurs, les espaces de détente et les aires de feu n’ont jamais été aussi populaires.

Conscient de ce besoin qu’ont désormais les consommateurs de meubler leurs espaces de vie extérieurs, Ameublements Tanguay propose maintenant des produits saisonniers. Ensembles patio, foyers extérieurs, barbecues, fumoirs, l’éventail de produits offerts continue de croître permettant à tout un chacun d’y trouver ce dont il a besoin.

Mobilier extérieur

Acheteuse meubles pour Ameublements Tanguay, Alexandra Jacques est catégorique, les consommateurs veulent avant tout du confort. Ils souhaitent également être en mesure de recevoir bon nombre d’invités pour les soirées barbecue comme pour les 5 à 7 autour du feu.

«La tendance est là! On aime recevoir les amis, la famille et on veut suffisamment d’espace pour le faire ce qui implique d’avoir suffisamment de places pour assoir tout le monde», mentionne-t-elle.

Les ensembles patio se font ainsi de plus en plus volumineux, proposant des places assises sur tabourets, sur chaises et même sur sofa.

D’autres modèles de plus petites dimensions continuent tout de même d’être offerts. Ils conviennent notamment à ceux et celles vivant en condominium ou possédant de plus petites terrasses.

Pour ce qui est des matériaux favoris, le rotin et l’osier synthétique de même que le métal et le verre continuent de ravir les consommateurs qui optent généralement pour des produits aux teintes plutôt neutres. Ils peuvent ensuite dynamiser leur aménagement avec des accessoires colorés : carpettes, coussins, lanternes, cache-pots, etc.

habitation

Ménage du printemps : la salle de jeux

Afin de vous aider dans cette fastidieuse tâche qu’est celle du grand ménage du printemps, le Toit & Moi vous propose une série d’articles vous donnant trucs et astuces pour venir à bout de la poussière et insuffler un vent de fraîcheur dans votre intérieur.

Alors que les enfants s’étaient dernièrement épris des jouets à l’effigie de la Pat’Patrouille, ils en sont déjà à quémander le tout nouveau Playmobil. Vous en conviendrez que les jouets, la plupart du temps, sont éphémères, puisque les enfants grandissent et que leurs intérêts changent au fil du temps. Un grand ménage annuel de la salle de jeux permet d’avoir une vue d’ensemble sur les jouets accumulés et ainsi procéder à un inventaire et éventuellement à un triage. 

Impliquer les enfants 

Pourquoi ne pas transformer cette corvée en une activité ludique en impliquant les membres de la famille. Afin de motiver les troupes, établissez des règles, avec des défis à relever. Par exemple, en 10 minutes, les enfants devront rassembler dans un même bac les jouets qu’ils utilisent le plus souvent. L’organisation d’une vente de garage peut également être une source de motivation. Avec la somme amassée, prévoyez une activité familiale afin de remercier toute la famille d’avoir participé au ménage. 

Désencombrer et réaménager de l’espace 

Parmi les tonnes de jouets qui gisent sur le sol, certains d’entre eux sont déjà passés aux oubliettes. Même s’il y a des classiques qui ne se détrônent pas comme Monsieur Patate, plusieurs jouets, associés à une mode, ne seront que passagers. Profitez donc de ce grand ménage pour procéder à un triage et donner ceux qui ne servent plus. Une fois l’opération désencombrement accompli, vous pouvez réaménager l’espace et classer les jouets par catégories. L’organisatrice professionnelle Sarah Barrette suggère une classification simplifiée, adaptée aux enfants : « Je vois souvent des parents qui catégorisent les objets de manière trop pointue, constate-t-elle. Par exemple, au lieu de placer tous les accessoires de poupées dans le même grand bac, ils en prévoient plusieurs petits pour les vêtements, les chaussures, etc. Avec des enfants, ce genre d’organisation ne tient pas la route. » Pour que les enfants saisissent bien le concept, elle propose donc d’établir un système visuel facilement repérable avec un de code de couleur, des dessins ou des pictogrammes. Vous pourrez même réaliser ce système d’étiquetage avec eux pour accentuer leur compréhension!  

Dites au revoir à la poussière 

Maintenant que l’espace est désencombré et que les jouets sont à leur endroit respectif, il ne faut pas négliger l’étape du nettoyage. Pour le nettoyage des jouets en plastique, placez-les dans le panier supérieur du lave-vaisselle, ainsi ils seront désinfectés et bien nettoyés.  Les jouets en tissu peuvent quant à eux contenir un nombre incalculable de bactéries, de virus, de mites et d’acariens, il est donc primordial de les laver régulièrement. Plusieurs d’entre eux sont lavables à la machine. Pour les jouets qui ne peuvent pas aller dans l’eau, comme les casse-têtes ou les livres, utilisez des lingettes désinfectantes et passez ensuite un linge d’eau pour enlever le produit. 

Un éternel recommencement 

Pour éviter que votre pièce passe d’extrêmement propre à totalement chaotique en l’espace d’une seule journée, instaurez une routine de rangement à la fin de chaque journée. Pour rendre le tout amusant, équipez les enfants de leur propre matériel (un petit balai, des gants, un vaporisateur, etc.). 

Donner au suivant 

Donnez à vos jouets une seconde vie et faites des heureux en allant les porter dans un comptoir vestimentaire ou tout simplement en les donnant aux gens de votre entourage! 


habitation

Douche ou bain lequel est le plus écologique ?

Avec ses dizaines de milliers de rivières qui sillonnent son territoire, le Québec possède 3 % des réserves d’eau douce renouvelables de la planète. Or, pour préserver cette richesse et permettre aux générations futures d’en bénéficier, il importe de se questionner sur notre consommation quotidienne. Selon le Rapport annuel de l’usage de l’eau potable 2016, le Québec a réduit sa consommation d’eau potable de 29 % au cours des 15 dernières années. Ce gain important se traduit par l’adoption de plusieurs comportements responsables, dont celui de réduire sa consommation, notamment lors du bain ou de la douche.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

35 % de l’eau utilisée dans les ménages québécois est réservée à l’usage de la salle de bain. Même si se prélasser longuement dans un bain chaud garni de mousse est le moment tant attendu après une dure journée, il vaudrait mieux opter plus souvent pour la douche afin de réduire notre consommation d’eau potable.  

Selon des chiffres publiés par le site Espace pour la vie, on prétend qu’un bain peut contenir entre 150 et 200 litres d’eau alors qu’une douche consommerait entre 17 et 20 litres par minutes. Pour une douche de cinq minutes, le nombre de litres d’eau utilisés varie donc entre 85 et 100 et pour une douche de dix minutes, jusqu’à 200 litres. 

Réduire sa consommation

De petites actions bien simples peuvent aider à réduire considérablement la consommation d’eau. Nul besoin de transformer votre bain en piscine olympique, remplissez plutôt votre bain avec modération, le résultat sera tout autant satisfaisant! Étant donné qu’une seule minute passée sous la douche représente une dépense moyenne de 20 litres d’eau, 15 minutes équivalent alors à quelque 300 litres. Cette quantité, beaucoup plus importante, signifie donc qu’une douche prise rapidement est donc synonyme d’économie. Pour une réduction maximale, évitez de laisser couler l’eau en continu, par exemple lorsque vous vous savonnez.  Il existe également sur le marché des régulateurs à débit limité qui permettent de réduire de moitié le volume d’eau qui s’écoule lors de la douche. Les éléments à considérer lors de l’achat d’une nouvelle pomme de douche sont la certification Watersense ainsi que le débit spécifique du modèle. Ainsi, une pomme de douche dont le débit se limite à 6 litres par minute vous fera économiser une somme considérable.  

Bain ou douche? Rappelez-vous que la modération est la règle d’or pour diminuer au quotidien la consommation d’eau afin de continuer à bénéficier de cette richesse pendant plusieurs années!

Habitation

Peinture ou teinture pour redorer votre terrasse ?

Sous les montagnes de neige fondue, vous retrouvez enfin votre patio. Cependant, le rude hiver, que l’on laisse dernière nous avec plaisir, a possiblement laissé ses traces sur votre terrasse qui a perdu un peu de son éclat. Le revêtement qui s’écaille et la surface décolorée signifient qu’il est de temps de vous mettre au travail et de redorer votre terrasse. Selon le résultat souhaité, le choix du produit appliqué est très important. Peinture ou teinture? Voici une question tout aussi embêtante que celle de Shakespeare « Être ou ne pas être? ». Heureusement, nous avons la réponse à cette interrogation!

Une température optimale

D’abord et avant tout, il est impératif de jeter un coup d’œil aux prévisions météorologiques avant d’entreprendre un tel projet. Un soleil éclatant peut nuire à l’adhésion du produit et également à l’uniformité de la couleur. Il est donc préférable d’opter pour une journée plus nuageuse avec un taux d’humidité respectable qui oscille entre 40 et 70 %.
Avec un taux d’humidité trop élevé, le temps de séchage risque d’être beaucoup plus long en plus d’altérer la couleur ainsi que la brillance. Le temps de séchage recommandé par le fabricant s’applique lors de conditions optimales avec une température s’approchant des 20°C
ainsi qu’une humidité d’environ 40 %.Pour obtenir le résultat escompté, vous devez compter trois jours après l’application du produit sans qu’il n’y ait de pluie, de rosée ou de gel. L’étanchéité du bois ainsi que sa teneur en humidité doivent aussi être prises en considération. Pour respecter le taux d’humidité de 15 %, utilisez un hygromètre qui permet de mesurer avec exactitude le degré d’humidité du bois. 

Les deux côtés de la médaille

Tout dépendamment du fini désiré, la peinture et la teinture offre un résultat différent. Si vous voulez garder l’essence du bois et le grain naturel, choisissez alors la teinture. Si en contrepartie vous voulez donner un éclat sans pareil à votre terrasse en appliquant des couleurs vives, alors vous serez servis avec les multiples teintes de peintures disponibles. Peu importe votre choix, les deux produits ont à la fois des avantages ainsi que des désavantages.  

Avantages de la teinture

•    La teinture n’écaille pas et protège généralement mieux le bois contre les intempéries et lui permet de respirer. 

•    La teinture permet au bois de garder sa couleur naturelle. 

Désavantages de la teinture

•    Avec l’usure, la teinture change de couleur. 

•    Il existe une moins grande variété de couleurs pour la teinture.

•    La teinture doit absolument être appliquée au pinceau, ce qui peut rendre la tâche assez colossale. 

Avantages de la peinture 

•    La peinture offre un vaste choix de couleurs.

•    Les couleurs apportent un effet de brillance et de fraîcheur pour un effet plus lumineux.

Désavantages de la peinture

•    Au fil des saisons, la peinture risque de s’écailler.

•    L’application d’un apprêt est nécessaire afin de bien sceller le bois.

•    L’écaillement de la peinture peut apporter son lot de désagrément, notamment le risque plus élevé des échardes.  

Préparer la surface

Avant de vous armer de votre pinceau, vérifiez que la surface est prête à recevoir le nouveau produit. Tâches, écailles, moisissures, il existe des produits spécifiques pour nettoyer, régénérer et décaper le bois. Informez-vous auprès d’un professionnel avant de commencer le travail, car une surface adéquate permettra de prolonger la durée de vie du revêtement.  

Habitation

Un ancien garage des années 50 complètement métamorphosé

Il faut avoir beaucoup d’audace, de vision et de créativité, sans compter une bonne dose de patience, pour se lancer dans la rénovation d’un bâtiment cumulant plusieurs décennies d’histoire. Il en faut encore plus pour lui offrir une toute nouvelle vocation et en changer littéralement l’essence. C’est ce dont a fait preuve Miville Tremblay, médiateur et conseiller en règlement, lorsqu’il a entrepris de métamorphoser un vieux garage construit dans les années 50 pour en faire un lieu de travail apaisant où se côtoient histoire et modernité.

Le vieux garage en question, ce n’est pas n’importe quel bâtiment. C’est le garage situé sur les terres familiales de M. Tremblay, à Saint-Honorée. Construit au milieu du siècle dernier, non loin de la maison bâtie en 1924 par son grand-père, l’ancien garage a occupé différentes fonctions avant de devenir un bureau d’affaires.

Aujourd’hui, l’édifice de 30 pieds par 30 pieds n’a plus rien à voir avec la boucherie ni  le garage mécanique qui l’occupait autrefois. Il garde néanmoins de nombreux éléments de son passé.

«Tout ce que j’ai pu garder, je l’ai fait, exprime Miville Tremblay. Mon intention était de valoriser le vieux avec du neuf. Je trouvais qu’il y avait une richesse là-dedans et que le garage méritait d’être sauvé».

C’est à deux reprises que l’homme d’affaires a pu tester sa volonté à conserver le bâtiment. D’abord en 2003, il a fait faire la finition extérieure. À s’y méprendre, on pourrait croire que le bâtiment est de construction récente, mais son intérieur nous prouve le contraire.

Afin de conserver les murs de blocs, que son grand-père avait acquis suite à la démolition d’une maison appartenant à la famille Price, l’isolation de deux des murs a été faite par l’extérieure. Ainsi, de l’intérieur on peut encore apprécier le cachet des murs de béton.

Puis en 2013, suite à un retour en région, Miville Tremblay a entrepris la rénovation complète de l’intérieur de l’immeuble.

«J’ai toujours été très créatif et j’aime faire les choses autrement. Aussi, à voyager, on observe ce qui nous entoure et on apprend à voir les choses d’un autre œil. C’est ce qui m’a amené à me faire une idée assez juste de ce que je voulais pour le garage», exprime M. Tremblay.

Il a ainsi entrepris ses recherches pour dénicher une imposante porte d’entrée dont le style n’est pas sans rappeler celui des portes d’église. «J’ai été très chanceux. Je l’ai trouvée sur Kijiji. Elle venait avec une autre porte d’intérieur. Ce sont des portes Bélanger de grande qualité», mentionne-t-il.

Autre élément plus moderne du bâtiment, le plancher en béton poli. Ce dernier, qui sert de chauffage principal, s’intègre parfaitement au décor, rehaussant le côté plus industriel de l’aménagement.

Quant aux vestiges du passé qui décorent toujours le bureau du médiateur, ils sont nombreux, du cadrage de l’ancienne porte de garage aux plafonds de bois d’origine. À la salle de bain, une vieille fenêtre sert même de miroir. Et la pièce maîtresse de l’endroit : l’ancienne porte de garage d’un magnifique rouge patiné qui a été relocalisée, séparant désormais l’espace à aire ouverte.

Miville Tremblay a également inclus à son décor des pièces de bois provenant d’une ancienne grange qui se trouvait, elle aussi, sur les quelque 50 acres de terre de la famille Tremblay. De vieilles poutres qui servent de suspension pour le luminaire de création régionale aussi bien que d’éléments de design se retrouvent ainsi entre les murs du cabinet. Des planches de bois embellissent également les murs de la petite salle de bain.

Un décor au résultat franchement réussi. Les clients de M. Tremblay sont d’ailleurs nombreux à afficher leur ébahissement en y pénétrant pour la première fois. Une visite des lieux est souvent les prémices de rencontres fructueuses.

Habitation

S’acheter une maison sans s’appauvrir

(EN) En devenant propriétaires, bien des Canadiens sont devenus esclaves de leur maison. C’est peut-être ce qui vous effraie en observant l’évolution du marché immobilier. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Et comment éviter ce piège ?

On dit d’un propriétaire qu’il est «esclave de sa maison» lorsqu’il a acheté une propriété au-dessus de ses moyens et lui consacre une part anormalement importante de son revenu total (30 % ou plus) afin de couvrir notamment les versements hypothécaires, les taxes foncières, l’entretien et les services publics. Si vous avez l’impression de consacrer une part disproportionnée de votre revenu aux dépenses liées à votre maison, vous faites peut-être partie de ce groupe.

Selon l’Enquête annuelle RBC 2019 sur les tendances du marché résidentiel, la moitié des Canadiens affirment qu’ils éviteraient de devenir esclaves de leur maison, considérant qu’une telle situation est stressante et financièrement irresponsable.

Toutefois, un Canadien sur quatre se définit comme esclave de sa maison, et environ un Canadien sur dix est sur le point de le devenir. Voici quelques conseils budgétaires qui vous permettront d’éviter l’appauvrissement du propriétaire.

Modérez vos attentes

L’achat d’une maison est souvent une affaire de compromis. Soyez prêt à déménager dans un autre quartier ou à acheter un appartement ou une maison de ville plutôt qu’une maison isolée. L’Enquête RBC a révélé que la plupart des Canadiens sont prêts à faire des compromis sur le plan de la proximité des transports publics et du lieu de travail.

Prenez votre temps

L’achat d’une maison fait partie des décisions financières les plus importantes. Assurez-vous d’avoir épargné suffisamment pour vivre confortablement, et prenez le temps de comprendre vos besoins afin d’acheter une maison qui vous convient. L’établissement d’un budget et d’un calendrier des paiements vous permettra d’avoir un plan clair.

Élargissez vos horizons

Le taux d’intérêt n’est qu’un aspect du magasinage d’un prêt hypothécaire ; si vous vous souciez uniquement de ce critère, vous risquez d’y perdre à long terme. Il est important de choisir un prêt hypothécaire qui répondra à vos besoins et qui sera suffisamment flexible pour s’adapter aux changements qui peuvent survenir dans votre vie. Considérez le type, la durée et le taux d’amortissement du prêt, ainsi que les autres facteurs pertinents ; par exemple: s’agit-il de votre première maison? Achetez-vous un immeuble de placement? Vendez-vous votre maison actuelle pour en acheter une autre?

Déterminez le montant que vous pouvez vous permettre de payer à la page suivante: rbc.com/60secondes.

Habitation

La buanderie du futur est à nos portes

L’exposition mondiale des appareils électroménagers et des appareils électroniques (AWE 2019) de Shanghai en Chine, a récemment dévoilé une innovation en matière de technologie. En effet, Haier, l’un des plus grands fabricants d’appareils électroménagers au monde, y a dévoilé sa toute première salle de buanderie intelligente, qui prend soin de nos vêtements aussi bien qu’un professionnel, directement de la maison.

Comment ça fonctionne?

 Trois appareils sont inclus dans cette buanderie, soit une machine à laver, un séchoir à air et une machine à plier.  La laveuse effectue une analyse du matériau des vêtements, calcule la quantité d’eau et sélectionne le type de détergent approprié.  La machine à plier intelligente, qui est fixée sur le séchoir à air, détecte lorsque les vêtements sont secs. Elle envoie une notification à l’utilisateur avec l’application U+, afin de l’inviter à activer la fonction de pliage automatisé. L’appareil évalue les vêtements pour les plier adéquatement. En tout temps, les utilisateurs peuvent suivre l’avancement des étapes du lavage en direct de leur téléphone.

«En plus de mettre à niveau les technologies de nos appareils électroménagers de lessivage, nous voulions créer une salle conceptuelle de buanderie intelligente qui aide la clientèle à organiser les tâches de manière sans précédent. Les appareils électroménagers du réseau interagissent désormais les uns avec les autres pour suivre efficacement l’avancement du lavage et du séchage, offrant ainsi une expérience de buanderie pratique et sans tracas», affirme M. Li Yang, vice-président et directeur général de la division des machines à laver à Haier, par voie de communiqué de presse.

De nombreuses propositions

La compagnie Haier, qui est la première à avoir créé un écosystème et plateforme appelé Internet des vêtements (IdV), a aussi mis en place des technologies qui rendront le classement et le choix des vêtements encore plus faciles. 

Avec son système, Haier aide les utilisateurs dans tous les aspects de leurs vies avec les vêtements, de l’achat à l’entretien, jusqu’à la lessive. Parmi les innovations proposées qui ont été présentées à l’AWE 2019, on retrouve un service d’essayage 3D pour les détaillants de vêtements, des conseils mode intelligents qui tiennent en compte la température, les finalités et les préférences de l’utilisateur ainsi que le repassage professionnel avec analyse automatique des matériaux. 

La technologie permet aussi de localiser précisément les vêtements dans la penderie intelligente avec son système de gestion. Également, un cabinet intelligent permet le nettoyage de chaussures en prenant soin de les laver et de les entretenir.

Source : Haier Appliances

Habitation

Ralentissement des mises en chantier à SaguenayRalentissement des mises en chantier à Saguenay

Le nombre de mises en chantier est légèrement en baisse pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay, nous apprend le rapport mensuel sur les mises en chantier du Canada de la Société canadienne d’hypothèques et de logements (SCHL), publié cette semaine. Chaque mois, la SCHL publie le nombre de mises en chantier pour les RMR du Canada.

Avec les données les plus récentes, on apprend qu’il y a eu au mois de mars six nouveaux logements mis en chantier, quatre maisons individuelles et deux pour la catégorie Autres, qui comprend par exemple les maisons en rangée et les jumelés. Comparativement au même mois l’an dernier, tous les secteurs connaissent une baisse importante. Au mois de mars 2018, le décompte de mises en chantier était de six maisons individuelles, 22 logements et 16 constructions dans la catégorie Autres.

Pour l’analyste du marché de Saguenay de la SCHL, M. Mbea Bell, il est important de prendre en considération une plus longue période, lorsqu’on compare les données, pour avoir un regard plus réaliste sur la situation. Pour lui, il peut y avoir trop de facteurs qui peuvent influencer d’un mois à l’autre. Il conseille donc de se baser sur le premier trimestre de 2018 et de 2019.

Avec ces données, on remarque encore une fois que le secteur de l’habitation de la RMR de Saguenay est globalement ralentit. «On observe un ralentissement pour les maisons individuelles et on constate également la même tendance au niveau des jumelés et des maisons en rangées. Pour ce qui est du locatif, on voit plutôt une légère hausse. On en a un peu plus au début de cette année comparativement au même moment de l’année dernière »,
explique l’analyste.

Selon lui, la baisse du nombre de mises en chantier est due à quelques facteurs. «Le ralentissement de l’emploi qui a commencé en 2018, pour la RMR de Saguenay, est l’un de ces facteurs. Ce secteur est un peu dynamique et il guide la croissance au niveau de l’habitation», a commenté M. Bell.

De plus, il souligne que la stabilité de la population joue aussi un rôle dans ce ralentissement. Puisque la population de la RMR de Saguenay est relativement stable, ce qui veut dire que le nombre de personnes qui arrivent et qui partent de la région est quasiment égal et que le même phénomène pour le nombre de naissances et de mortalité est aussi remarqué, la population de la RMR reste environ la même. Dans les dernières années, elle se dirigeait même vers le déficit, ce qui n’encourage pas vraiment la mise en chantier d’habitation.

Secteur locatif prometteur

M. Bell estime que le secteur locatif est celui qui s’annonce à surveiller et où il y aurait possiblement un potentiel. Puisque le taux d’inoccupation de logements a diminué dans la dernière année, passant de 6,8 % en 2017 à 5 % en 2018, cela pourrait encourager le secteur qui augmenterait son nombre de mises en chantier.

Également, le vieillissement de la population serait aussi bénéfique pour le secteur du locatif. «Le vieillissement de la population va entraîner des changements au niveau du mode d’habitation et va favoriser le secteur locatif », continue l’analyste. Pour lui, il ne serait pas surprenant de voir des mises en chantier de résidences pour personnes âgées, qui entrent dans la catégorie du locatif, dans la prochaine année.