Gare aux pratiques frauduleuses dans la vente de thermopompes

COLLABORATION SPÉCIALE / Dans les dernières années, plusieurs centaines de Québécois ont été pris au piège par des vendeurs itinérants utilisant des pratiques frauduleuses de vente de système de chauffage.

Par des appels ou par Internet, différentes compagnies ont rejoint des consommateurs, en leur promettant des économies d’énergies exceptionnelles s’ils achetaient leurs appareils à bas prix. Ils assuraient aux potentiels clients des subventions du gouvernement, puisqu’en achetant leurs technologies dites écologiques, ils pourraient bénéficier de crédits d’impôt. Ces vendeurs présentent souvent des factures d’Hydro-Québec, qui sont fausses, pour montrer des preuves aux futurs clients. «Ils misent sur la confusion, se prennent pour des organismes gouvernementaux ou sans but lucratif. Il faut toujours se méfier», ajoute Charles Tanguay, porte-parole pour l’Office de la protection des consommateurs (OPC).

Il y a quelques façons de savoir si on fait affaire avec un entrepreneur illégitime. «La règle d’or, c’est de ne jamais signer un contrat le jour même» conseille M. Tanguay. Ces entreprises veulent souvent signer le contrat le plus rapidement possible. «Demandez toujours de garder leurs papiers pour y penser. Très souvent, ils ne vous les laisseront pas, ce qui est un très bon signe de pratiques frauduleuses», ajoute M. Tanguay.

Cette situation n'est pas seulement problématique dans la vente de thermopompes, plusieurs personnes ont appelé l’Office pour signaler des pratiques frauduleuses qui touchaient l’efficacité énergétique. Cela pouvait être la vente de panneaux solaires ou encore des travaux pour améliorer l’isolation de sa maison, par exemple. Ils inventent des problèmes dans votre demeure qui doivent absolument être réglés le plus rapidement possible. Bien souvent, les factures sont beaucoup plus salées que si c’était une entreprise légitime qui s’en occupait. Le porte-parole rappelle qu’il faut toujours vérifier la source.

Quelques trucs peuvent aider les gens à détecter une situation louche. Si la facture montre un taux d’économie de plus de 50 %, sachez que c’est impossible. Une nouvelle thermopompe peut normalement faire diminuer les prix de chauffage entre 25 et 35 %. Aussi, à titre informatif, sachez que plusieurs experts ont cité que les prix d’une thermopompe de qualité vont entre 3000 $ et 4000 $. Pour une qualité plus modique, il y en aurait entre 1800 $ et 2400 $. 

Soulignons également qu’Hydro-Québec et Transition énergétique Québec ont rappelé à maintes reprises qu’ils ne faisaient jamais de sollicitations téléphoniques ou de portes à portes liées à leur programme en efficacité énergétique. Ils ne font pas non plus de vérifications non annoncées.

Comment bien choisir ? 

Afin de choisir l'entrepreneur le plus qualifié pour répondre à vos besoins, l’OPC recommande de demander conseil à vos parents ou amis afin d’obtenir un contact de confiance. Sinon, elle recommande de consulter les listes d’entrepreneurs que l’on retrouve sur Internet, comme celle de la Régie du bâtiment (RBQ).

La RBQ publie un registre des détenteurs de licence, mis à jour quotidiennement. Ce dernier vous informe «des qualifications professionnelles et [de] la solvabilité de l’entrepreneur. Elle assure aussi, dans certains cas, qu’il a fourni un cautionnement. Il s’agit d’un montant qui pourrait servir à vous indemniser en cas de problème, par exemple pour un vice de construction», explique l’Office de protection du consommateur sur son site Internet. Si le professionnel y est introuvable, cela signifie qu’il ne possède pas de licence, ou qu’elle n’est pas valide. 

L’outil Se renseigner sur un commerçant, sur le site Internet de l’OPC, permet aussi de vérifier si l’entrepreneur possède un permis, si l’Office est déjà intervenu auprès de lui et s’il a déjà reçu des mises en demeure par d’autres consommateurs.

Que faire si vous recevez un appel de sollicitation frauduleuse ? 

Si quelqu’un pense avoir eu affaire avec un vendeur qui utilise des pratiques frauduleuses, Charles Tanguay recommande d’appeler l’OPC le plus rapidement possible. «Cela nous permet de savoir où ils sont et d’envoyer des messages aux médias pour qu’ils publient des mises en garde. Bien évidemment, cela nous permet aussi de commencer le processus de poursuite et de donner à la personne dupée les conseils requis pour se défaire de son contrat, lorsque c’est possible », a-t-il renchéri.