Le foyer Stûv 30-Compact avec la grille BBQ

Sublimer le feu

L’hiver s’installe pour de bon. Et l’envie de se blottir au coin du feu est irrésistible. Mais sortons un peu de l’image rustique du poêle à bois. Voici une incursion dans l’univers du foyer 2.0.

Simplicité, sobriété, chaleur. Parmi les gammes de foyers qui se distinguent pour leur modernité, Le Soleil a remarqué la compagnie belge Stûv au dernier Salon Expo habitat. Depuis 10 ans, elle vend ses produits au Québec et vient tout juste d’installer une usine à Bromont.

«C’est européen. Il y a une multitude de marques là-bas. Et si vous naviguez sur les sites, ce qui prévaut, c’est le style épuré, plus contemporain», commente Nadia Gilbert, directrice opérations et marketing chez Stûv America. Elle qui visite différents salons internationaux constate qu’en matière de poêles et foyers, l’Italie et la Belgique ont 10 ans d’avance.

Et elle ne parle pas que de design. «En Europe, l’énergie coûte très cher, le foyer a une place importante.» Stûv allie donc esthétisme et performance dans ses foyers au bois, au gaz et éventuellement aux granules en Amérique, glisse-t-elle.

Le foyer Stûv 21-135 SF

Sylvain Moreau, gérant poêles et foyers au Rona Durand sur le boulevard de l’Ormière, est impressionné par la flamme des produits Stûv qu’il distribue depuis quelques années. Il évoque une fascinante «boule de feu». 

Nadia Gilbert explique le phénomène par la chambre de combustion des appareils. «L’intérieur est conçu avec des injecteurs d’air qui permettent de rebrûler les gaz, de ralentir la combustion. La flamme passe parfois en vague près de la vitre et évite que les particules de poussière viennent se coller.»

Technique d’allumage inversée

Mais, pour avoir un bon résultat, il faut du bois sec, insiste la directrice. Elle affirme même qu’on procède à l’envers pour allumer un feu au Québec et qu’il y a un travail d’éducation à faire. Pour obtenir un feu efficace, elle conseille plutôt de mettre les grosses bûches au départ, sur un lit de cendres, les plus petites par-dessus, ainsi que le bois d’allumage. Avec cette technique inversée, la chambre de combustion se réchauffe et crée un effet de tire rapidement. Inutile ensuite d’ouvrir la porte du foyer pour ajouter les grosses bûches, ce qui refroidit l’âtre. Le feu consume le bois peu à peu, du haut vers le bas, comme une bougie.

«Les gaz résiduels se retrouvent dans la flamme incandescente et sont presque entièrement brûlés», explique-t-on sur le site de stuvamerica.com. L’objectif de nos jours, explique Nadia Gilbert, est de rebrûler les gaz pour avoir le moins d’impact possible sur l’environnement.

Le foyer au gaz Stûv B60 avec brûleur à effet feu de bois

À ce sujet, la marque belge s’adapte sans cesse aux demandes grandissantes, indique Sylvain Moreau, en montrant un appareil qui convient même aux normes plus sévères de la Ville de Montréal, qui limitent l’émission de particules fines.

Pivotement et cuisson BBQ

Certains modèles de foyers proposés par Stûv ont aussi des caractéristiques intéressantes. Comme un système de pivotement qui permet d’orienter à sa guise l’appareil.

Il existe également en option une grille de cuisson barbecue à installer près des braises. «Ça fait une cuisson par radiation, comme un shish-taouk», explique Nadia Gilbert. Elle explique que les graisses tombent dans la lèchefrite, ce qui évite de carboniser les aliments. «On ne reçoit pas sept convives avec ça», prévient la directrice qui l’a expérimenté. Elle suggère plutôt une utilisation pour un souper en famille ou pour des minibrochettes en fin de soirée. Quant aux odeurs, elles sont aspirées par le tirage de la cheminée.

«Ça sort de l’ordinaire, mais ce ne sont pas juste des gadgets. Toutes ces fonctionnalités performent bien», commente Sylvain Moreau de chez Durand.

Impact sur les prix

Les foyers au bois Stûv se détaillent entre 4000 $ et 10 000 $, sans compter les frais d’installation et les composantes de cheminée. Ceux au gaz débutent à 6700 $. Sylvain Moreau constate une baisse de prix de 10 % à 15 % sur certains appareils, depuis l’achat d’une usine à Bromont l’an dernier et une production Stûv qui commence de ce côté-ci de l’Atlantique. Le but est de démocratiser les appareils, convient Nadia Gilbert.

Info et points de vente au Québec : stuvamerica.com

***

FOYER DU FUTUR

Inspiré du soleil couchant, le foyer au gaz Solaris de Heat & Glo surprend. Circulaire comme un hublot, doté d’un brûleur, d’un éclairage à la DEL et de verre miroir, il crée l’illusion de flammes en lévitation qui se déplacent à l’infini. Il peut être installé sur presque tous les murs grâce à une ventilation spécialisée et à sa faible profondeur, précise le fabricant américain dans son dépliant. 

Comparé à une oeuvre d’art, le Solaris est souvent positionné à la hauteur des yeux. Offert dans une combinaison de 32 couleurs, il existe en deux modèles, dont un double-face.

La technologie au gaz du Solaris répond aussi aux normes de divers programmes environnementaux, notamment à la certification LEED habitations, mentionne Heat & Glo.

Ce produit novateur peut être commandé à Québec chez NovaFlamme, sur le boulevard Wilfrid-Hamel. Il faut prévoir un budget d’environ 15 000 $ selon la façade choisie, en plus d’un montant pour l’installation et l’évacuation, indique Philippe Montfort, représentant aux ventes.

Il n’a que de bons mots pour la compagnie Heat & Glo, qui propose une belle gamme de produits, dont certains «beaux, bons, pas cher». Tous les modèles sont conçus et fabriqués à Lake City, au Minnesota, où les frères Ron et Dan Shimek ont lancé l’entreprise dans leur garage en 1975. Alexandra Perron

Info : heatnglo.com et novaflamme.com

***

DU STYLE JUSQUE DANS LES ACCESSOIRES

En arpentant le plancher du Rona Durand, sur le boulevard de l’Ormière, Le Soleil a remarqué quelques outils et accessoires de poêle et foyer plus modernes.

Ce porte-bûches en acier avec poignées intégrées est fabriqué au Canada. Il s’assemble rapidement en entrecroisant les deux panneaux et se range facilement une fois la saison de chauffage terminée, à moins d’en faire un porte-journaux. Une bande de caoutchouc taillable est offerte pour protéger le plancher. Vu 130 $ chez Durand, détaillant Rona
Cet ensemble d’outils de foyer contemporain Duplex fabriqué en France combine bois et acier. Il comprend quatre accessoires : tisonnier, balai, pelle et pince. Vu 229 $ chez Durand, détaillant Rona
Ce porte-bûches Fusion fabriqué en France mélange acier et hêtre. Avec sa forme de demi-lune, il permet d’entreposer le bois de chauffage selon deux dispositions. Vu 139 $ chez Durand, détaillant Rona.

***

LA BONNE PÉRIODE POUR ACHETER?

«Les gens continuent d’attendre qu’il fasse froid pour acheter un foyer. On est humain, c’est le même phénomène qu’avec les pneus d’auto, tant qu’il n’y a pas de neige...», commente Sylvain Moreau, gérant poêles et foyers au Rona Durand. Pour une installation rapide, il est préférable d’y voir plus tôt dans l’année, car en cette période active, les délais sont plus longs. Il faut compter quatre à six semaines chez Durand en ce moment pour l’installation d’un appareil au bois et de deux à trois semaines pour un appareil au gaz.

***

BOIS CONTRE GAZ

Si 45 % des acheteurs choisissent un foyer au bois au Rona Durand, 35 % optent pour le gaz, le reste privilégie les granules ou autre. Mais le foyer au gaz prend de plus en plus de place dans les moeurs, remarque Sylvain Moreau. «Est-ce que c’est la population vieillissante qui fait que les gens préfèrent la facilité et le confort du gaz?» questionne le gérant poêles et foyers. Il explique en partie cet engouement par la «génération manettes». «Avec le gaz, on allume notre feu au bout des doigts, on le met à l’intensité désirée, on fait ce qu’on veut rapidement.»