Michel Plamondon, de Rembourrage Plamondon, cumule 37 ans de métier. Il recouvre notamment les chaises du Cercle de la Garnison de Québec.

Le b.a.-ba du rembourrage et du recouvrement

Entre tissus à la mode, tissus faciles d’entretien, tissus technologiques, le cœur balance? Voici d’autres questions à se poser avant de choisir un recouvrement de chaise.

Frottements et usure

Pour bien guider ses clients, François Fréchette, designer chez Poliquin Décor, veut savoir combien de personnes utilisent les chaises de cuisine ou de salle à manger et à quelle fréquence. «Est-ce qu’on s’y assoit trois fois par jour ou une fois toutes les deux semaines quand il y a de la visite? Est-ce qu’il y a des enfants?» Selon les besoins, il recommandera la cote d’usure la plus élevée possible.

La résistance à l’abrasion d’un tissu est calculée en doubles frottements (DR pour double rubs). Elle figure au dos des échantillons ou dans les catalogues de commandes. L’indication 30 000 DR signifie qu’on peut s’asseoir et se relever 30 000 fois au même endroit avant que le tissu montre un signe de faiblesse.

Pour une utilisation commerciale, «on ne va pas en bas de 100 000 doubles frottements», mentionne le rembourreur Michel Plamondon, de Rembourrage Plamondon à Limoilou. Il ajoute qu’à travers leur gamme de produits, toutes les grandes compagnies offrent des tissus de qualité qui peuvent durer une quinzaine d’années.

En contrepartie, il montre des étoffes texturées et doublées qui affichent 15 000 DR ou 18 000 DR. «C’est beau, mais ce sont des tissus plus fragiles, qui n’ont pas une grosse résistance.» Ces produits ne coûtent pas moins cher, prévient le rembourreur. Ceux présentés frisaient les 60 $ à 75 $ le mètre.

On choisit ce tissu pour sa beauté plus que pour sa résistance de 15 000 doubles frottements, indique Michel Plamondon.
Celui-ci a une résistance de18 000 doubles frottements. Les deux épaisseurs créent la texture, mais elles frottent l’une sur l’autre et s’usent plus rapidement, explique le rembourreur.

Ce qui n’empêche pas les gens de les choisir, parce qu’ils ont un coup de cœur. «On vit à une époque acheter-jeter. Après cinq ans, on change de décor. Alors la majorité des tissus font la run

Pour le recouvrement de meuble, il déconseille toutefois la rayonne, une fibre très fragile. «C’est elle qui donne la brillance dans un tissu et le brillant, c’est ce qui part en premier.» 

Du côté de Fabricville, l’assistante-gérante Marjorie Vaillancourt recommande de se pencher sur la composition du tissu. Elle explique que la matière synthétique est plus durable et elle suggère d’exiger 50 % de polyester et plus. Il est aussi préférable de choisir une étoffe assez épaisse.

Parmi les tissus d’ameublement très vendus chez Fabricville, elle mentionne Les essentiels Mederos, munis d’une petite pellicule de tissu blanc au dos qui augmente la résistance.

Les essentiels Mederos chez Fabricville sont munis d’une petite pellicule de tissu blanc au dos qui augmente la résistance.

Une photo, SVP!

Une photo vaut mille mots. Les experts interrogés invitent les gens à montrer une image de leur salle à manger pour les aider à choisir le tissu de recouvrement. Le designer François Fréchette se fie au mobilier, puisque le recouvrement en fera partie intégrante. Il cherche aussi à créer une harmonie avec le décor autour.

Le rembourreur Michel Plamondon ne joue pas au designer, mais il est capable de faire des suggestions. «On voit la couleur de départ et on essaie de savoir si les gens veulent garder la même chose ou aller ailleurs.»

Il s’inspire du plancher, du mobilier, des murs de brique s’il y en a, de tous les éléments qui ne changent pas vraiment dans le temps.

Calcul de tissu

S’il n’y a que le siège à recouvrir, les experts estiment qu’il faut acheter entre 1,3 mètre et 1,5 mètre de tissu pour quatre chaises, un peu plus de 2 mètres pour six chaises. Un siège et un dossier demanderont environ 1 mètre de tissu.

Confier à un pro

Le rembourrage et le recouvrement sont encore très populaires, constate François Fréchette. «On tient nos rembourreurs occupés», lance le designer de Poliquin Décor, qui confie le travail en sous-traitance. Les délais peuvent aller d’une semaine à deux mois, selon les périodes de l’année. 

Faire recouvrir une chaise coûte souvent le même prix qu’en acheter une neuve, de moindre qualité, indique François Fréchette. Si la structure est solide, ça vaut la peine de lui donner un second souffle, selon lui.

Même son de cloche du côté du rembourreur Michel Plamondon. Les tissus qui recouvrent les chaises vendues à bas prix en magasin sont «presque donnés» et sont de moins bonne qualité. Lui recouvre avec des tissus de 40 $ le mètre ou plus. «Ça prend le même ouvrage», dit-il, mieux vaut investir dans une matière qui va durer.

À partir d’une photo, il est capable de donner un prix. «Quand on fait du rembourrage, c’est normalement pour un meuble hérité, auquel on tient beaucoup ou qui convient parfaitement à notre intérieur et qui est confortable.»

Si la mousse s’est creusée, il la renforcera. Il lui arrive d’ajouter simplement un demi-pouce de mousse neuve plutôt que de tout remplacer. Ou de la garder au dos, par exemple, si elle n’est pas compressée. «Le foam est dispendieux. C’est fait à base de pétrole.»

Pour rembourrer une chaise, Fabricville vend des carrés de mousse de différentes grandeurs et épaisseurs, et de la mousse au mètre.

Couvrir soi-même

Fabricville réfère les clients à des rembourreurs. «Mais monsieur et madame Tout-le-monde peuvent le faire», indique Marjorie Vaillancourt. «On enlève le tissu de base, qui devient notre patron. On vient le tracer sur le nouveau tissu, on découpe, puis on broche.» Le détaillant offre une brocheuse à cet effet vendue 23,99 $, broches incluses. Tout comme la toile sous la chaise, qui s’abîme parfois en enlevant les broches. Noire ou blanche, elle coûte 1,49 $ le mètre.

Pour rembourrer une chaise, Fabricville vend des carrés de mousse de différentes grandeurs et épaisseurs, et de la mousse au mètre (21,99 $ le mètre). Marjorie Vaillancourt mentionne qu’il existe différentes qualités - basse ou haute densité -, que la mousse est hypoallergénique, qu’elle sèche rapidement et qu’elle peut aller à l’extérieur.

Entretien

Le détaillant de tissus recommande de passer l’aspirateur sur les meubles rembourrés une fois par semaine pour enlever la poussière de surface et empêcher la saleté de s’incruster dans les fibres. Il conseille de recourir à un service de nettoyage professionnel tous les deux à trois ans pour conserver un meuble en bonne condition. Plus une chaise est souillée, plus il sera difficile de la nettoyer.

Carnet d'adresses

Fabricville : 325, rue Soumande, Québec, fabricville.com/fr
Poliquin Décor :
437, boul. Armand-Paris, 418 667-6454, Québec, poliquindecor.com
Rembourrage Plamondon :
417, 1re Rue, Québec, 418 523-7363