<em>Allium hollandicum</em> ‘Purple Sensation’
<em>Allium hollandicum</em> ‘Purple Sensation’

Des cousins de l'ail et de l'oignon? Découvrez les alliums ornementaux

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Vous connaissez sûrement l’ail, l’oignon et la ciboulette et avez sûrement deviné, par leur odeur soufrée et leur goût piquant, qu’il y a un lien de parenté. Effectivement, tous sont dans le genre Allium, un genre de plus de 750 espèces, de la famille des Amaryllidacées (autrefois des Liliacées). Et bien que tous les alliums soient comestibles, plusieurs sont surtout cultivés comme plantes ornementales.

La plupart des alliums sont des plantes à bulbe, souvent avec des fleurs étoilées portées en ombelle ronde. Les teintes de violet dominent chez les alliums, bien qu’il existe aussi des variétés à fleurs blanches, roses, jaunes et bleues. Typiquement, les alliums ornementaux portent des feuilles basales en forme de lanière et le feuillage disparaît après quelques mois, souvent au moment de la floraison.

Il existe des alliums à floraison printanière, mais la plupart des variétés ornementales fleurissent plutôt après les tulipes, les narcisses et les autres bulbes, donc plutôt au début de l’été qu’au printemps. Typiquement, elles produisent une haute tige florale coiffée d’une boule de fleurs, un effet appelé «baguette de tambour». Curieusement, les fleurs des alliums ne sentent pas l’ail et peuvent même sentir bon.

Les tiges florales persistent après la floraison et, mêmes brunes, sont attrayantes et intrigantes. On peut donc les laisser debout tout l’été. Ou encore, on peut les couper et les faire sécher pour les arrangements floraux.

En magasin maintenant

C’est la saison pour acheter et planter les bulbes d’allium. Ils sont vendus en jardinerie avec les autres bulbes à floraison printanière.

On les plante alors entre septembre et novembre, comme un bulbe de tulipe, dans un emplacement ensoleillé à une profondeur égale à environ trois fois la hauteur du bulbe et un espacement égal à trois fois son diamètre, dans tout sol : riche ou pauvre, glaiseux, loameux, rocailleux ou sablonneux, acide, neutre ou alcalin. Contrairement aux tulipes, il n’y a pas à craindre que les écureuils déterrent les bulbes ou que les cerfs mangent les fleurs, car ils n’en apprécient pas l’odeur.

Aucun entretien n’est nécessaire à la plantation. «Dig, drop, done», comme disent les Américains. C’est l’horticulture à son plus simple!

Quelques variétés de choix

› Grands alliums

• Dans la catégorie «baguette de tambour», l’allium géant (Allium giganteum) impressionne par sa taille, car il atteint 1,25 à 1,50 m de hauteur et porte une boule violette de jusqu’à 20 cm de diamètre, mais ce n’est pas un bulbe facile à cultiver et il manque un peu de rusticité. Un paillis est donc nécessaire. Zone 5.

<em>Allium giganteum</em> produit une grosse boule de fleurs sur une tige épaisse.

• A. hollandicum ‘Purple Sensation’ est le plus populaire des grands alliums, car il est à prix modique. On peut en planter 10 pour le prix d’un seul allium géant! Ses fleurs étoilées pourpres forment une boule de 8 cm sur une tige de 60 à 100 cm de hauteur. Zone 4.

• A. ‘Mount Everest’ (ombelle de 12 cm, fleurs blanches, 100 cm) est le plus populaire des grands alliums blancs. Zone 4.

› Alliums intermédiaires

A. cristophii (étoile de Perse) est populaire aussi. Pas aussi haut que les précédents, mais son énorme ombelle mesure 40 cm. Les fleurs violet pâle ont un reflet métallique saisissant. 30 à 50 cm. Zone 4.

<em>Allium cristophii</em>

• L’allium de Schubert (A. schubertii) est fort original. Son énorme ombelle de 40 cm porte des fleurs minuscules violettes à plusieurs niveaux, donnant un «effet de Spoutnik» qui est, très franchement, plus bizarre que joli! À la fin de la floraison, l’ombelle séchée se détache de la tige et se met à rouler au vent, laissant tomber les graines çà et là, une façon innovatrice de disperser ses graines! Il est un peu plus exigeant que les autres, nécessitant un emplacement très ensoleillé, un sol parfaitement drainé et un bon paillis. 30-60 cm. Zone 5.

› Petits alliums

Moins connus, les petits alliums sont aussi plus hâtifs.

<em>Allium karataviense</em>

• L’allium du mont Kara-Tau (A. karataviense) est dans une catégorie à part. Il produit deux à trois feuilles bleutées larges et pourprées l’envers et offre une boule de fleurs violettes à blanches sur une courte tige épaisse. Fleurit à la mi-printemps. 25-30 cm. Zone 3.

• L’allium à tête ronde (A. sphaerocephalon) produit de petites boules de 5 cm aux fleurs pourpres sur une mince tige de 20 cm. Zone 3.

• L’allium oréophile (A. oreophilum, syn. A. ostrowskianum) est tout petit et bon marché. Petites ombelles lâches de fleurs rose magenta. Intéressant en rocaille. 25 cm. Zone 3.

Évidemment, il y a beaucoup plus de choix que cela. Allez en jardinerie et régalez-vous! Et vous vous régalerez encore davantage quand vous verrez l’effet de ces plantes extraordinaires dans votre jardin au printemps prochain!

<em>Allium oreophilum</em>

****

ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Pour protéger les bulbes de tulipe fraîchement plantés des écureuils, couvrez le sol d’un morceau de grillage à poules.
  • Il est encore temps de planter arbres, arbustes, vivaces, etc. Souvent les jardineries les offrent à bon prix à l’automne.
  • Il n’y a pas de presse pour récolter choux, choux de Bruxelles, poireaux et topinambours; le gel ne fait qu’améliorer leur goût.
  • Ramassez les feuilles et fruits qui tombent sur la pelouse. Elle est encore en pleine croissance et a besoin de lumière et d’aération.

*****

Le sédum âcre est un joli petit couvre-sol.

J’ai un gazon qui fait pitié, mais j’ai beaucoup de sédum sur le terrain. Est-ce possible de semer des graines de sédum partout sur le terrain où il y a moins de gazon? J’ai un sol assez sec et ensoleillé. Est-il mieux de semer à l’automne ou au printemps?
— Étienne

Le petit sédum couvre-sol qu’on voit habituellement dans les gazons au Québec est le sédum âcre (Sedum acre), aussi appelé poivre des murailles. C’est une petite plante succulente bien rustique (zone 3) à minuscules feuilles vert moyen placées si serrées qu’on ne voit pas la tige. Elle atteint rarement plus de 10 cm de hauteur. Effectivement, le sédum âcre préfère les sols secs et le plein soleil et peut facilement remplacer le gazon qui, justement, ne réussit pas dans les sols secs. Et plus, contrairement au gazon, ce sédum fleurit joliment en juin, se couvrant de petites fleurs jaunes.

Le principal avantage du sédum âcre comme composant d’un gazon est, bien sûr, qu’aucune tonte n’est requise (d’ailleurs, pas d’arrosage ni de fertilisation non plus), mais il ne convient pas aux gazons où l’on marche souvent, car il résiste mal au passage des pieds.

Par contre, les semences de sédum âcre seront difficiles à trouver et coûteront assez cher. Toutefois, cette plante se multiplie facilement par bouturage de tiges. Au printemps ou au début de l’été (il est trop tard pour cette année), prélevez quelques tiges de vos plantes existantes et laissez-les tomber sur le sol dans les endroits dénudés. Même sans arrosage, elles prendront racine et donneront rapidement de nouvelles plantes, comblant les trous dans votre gazon.­­­

+

Pour protéger le gazon près d’une rue, est-il nécessaire d’utiliser des toiles dispendieuses qu’on voit dans le commerce ou si une toile de jute peut faire l’affaire?
— Mario

D’abord, vous vous trompez sur le but de ces toiles, habituellement vert pâle, que certains propriétaires plus travaillants que moi posent à la fin de l’automne sur les gazons. Les vendeurs de ce produit allèguent, faussement, qu’elles protègent contre les sels de déglaçage, mais en fait, le sel, étant soluble, passe facilement à travers la toile et endommage les graminées quand même. Ces toiles ne protègent pas plus contre la neige et le verglas, deux autres fausses prétentions des vendeurs.

Leur seule utilité est qu’elles attrapent le sable et les pierres lancées sur le gazon par la souffleuse. Cela étant le cas, j’aurais peur que la jute, qui a des ouvertures relativement larges, laisse passer le sable qui s’accumulera alors sur le gazon. Le sable en petites quantités n’est pas nuisible au gazon en soi, mais semble beaucoup déranger les propriétaires de pelouse.

Pour une bonne économie, n’achetez ni toile ni jute, car aucune «protection hivernale» n’est nécessaire pour un gazon. À la place, à la fonte des neiges, passez un aspirateur d’atelier (du genre Shop-Vac) sur le gazon. Il ramassera rapidement sable, pierres et autres débris. Cela nécessitera beaucoup moins de travail de votre part et sera aussi efficace qu’une toile tout en ne vous coûtant qu’un peu d’électricité.

Si vous décidez de poser une toile quand même, assurez-vous de le faire tard à l’automne, juste avant l’arrivée de la neige, et de l’enlever très rapidement au printemps, dès la fonte des neiges, sinon elle peut endommager le gazon.

+

Des questions, svp!
Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com ou par courrier à :
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)
G1K 7J6

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Formations en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : compostage domestique, fines herbes de la terre à la table, potager et trucs de culture des légumes. Coût : 25 $ et 30 $ + taxes. Info : lilimichaud.com

À la radio
L’émission radiophonique et virtuelle Le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM 88,3 et sur facebook.com/JardinierParesseux.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.