Nage, nage, nage, tu n’as pas peur de l’eau!

La piscine est un réel terrain de jeu pour les enfants, qui parfois, peuvent y passer toute la journée jusqu’à en avoir la peau toute ratatinée et les yeux rabougris. Malheureusement, faute de vigilance, de nombreux accidents surviennent chaque été au Québec. La Société de sauvetage nous apprenait d’ailleurs dernièrement qu’en date du 18 juillet, 35 noyades avaient déjà été recensées pour l’année 2019, comparativement à 32 à pareille date en 2018. Il ne faut en effet que quelques secondes pour qu’un enfant se dérobe sous le regard de ses parents et atteigne la piscine. Voici quelques conseils à titre préventif qui pourront vous être utiles afin d’éviter le pire et de profiter en toute sérénité de la baignade cet été.

Une piscine sécuritaire 

Dans un premier temps, il est essentiel de vous assurer que l’accès à votre piscine soit infranchissable pour les enfants. Ainsi, une clôture adéquate ainsi qu’une barrière sont nécessaires pour protéger le périmètre donnant accès à votre piscine. Dans le cas des piscines creusées et semi-creusées, il est obligatoire d’installer une clôture sur tous les côtés. Une clôture règlementaire devrait répondre aux exigences suivantes : 

  • Mesurer 1,2 m ou plus en tous points par rapport au sol ou par rapport au dernier marchepied auquel l’enfant a accès.
  • Empêcher le passage d’un objet sphérique de 10 cm de diamètre entre les barreaux.
  • Être munie de dispositifs de sécurité passifs sur toutes les portes permettant à celles-ci de se fermer et de se verrouiller automatiquement. 

Dans le cas des piscines hors terre, clôturez le patio, la plateforme ou la terrasse qui donne accès à la piscine et installez des pentures à ressorts et à loquets sur chacune des portes donnant accès à la piscine.

Une surveillance accrue 

Toujours selon la même source, il est mentionné que seulement 32 % des Québécois surveillent leurs enfants en tout temps. Cette statistique, somme toute inquiétante, explique l’importance de toujours désigner un adulte responsable qui garde les yeux sur les enfants. Dans une entrevue donnée à Radio-Canada, le directeur général de la Société de sauvetage, division Québec, Raynald Hawkings, offrait une comparaison éloquente quant à la surveillance des différents plans d’eau : « Meilleur parallèle que je ferais, est-ce que vous laisseriez un enfant de moins de 6 ans traverser la rue sans lui prendre la main? Moi, je suis persuadé que la réponse est non. C’est la même chose à côté de l’eau ». À titre comparatif, ce dernier mentionne également que tout comme la notion de conducteur désigné lors des soirées de consommation d’alcool, un sauveteur responsable se doit également d’être désigné lors de la baignade. 

Comme un poisson dans l’eau

La familiarisation avec l’eau se veut progressive, tout comme c’est le cas avec tout genre d’apprentissage. Dès lors, afin que votre enfant développe une certaine aisance dans l’eau, les cours de natation peuvent s’avérer très concluant. Cet apprentissage, qui restera un acquis pour la vie, permet à l’enfant de développer des habiletés pouvant l’aider à se sortir d’une impasse. La prise de contact avec l’eau peut avoir lieu dès un très jeune âge (4 mois selon la Croix-Rouge). En plus de favoriser la motricité, l’enfant aura accès à un éveil sensoriel complet, notamment grâce à l’eau et à l’environnement dans lequel il se retrouve. 

Il est maintenant possible d’avoir recours à des services de cours particuliers à domicile. L’entreprise À l’eau offre en outre des cours individualisés, adaptés aux besoins de chacun, pour tous les âges, de l’initiation à l’eau au niveau intermédiaire ou même avancé. Pour découvrir ce service, rendez-vous au www.aleau.ca.