Mon beau sapin…naturel ou artificiel?

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Question sapin de Noël, il existe plusieurs écoles de pensées. Tout d’abord, il y a ceux qui aiment les traditions et qui n’échangeraient leur sapin naturel pour rien au monde. Ce sont des Québécois purs et durs qui apprécient l’odeur du sapinage et qui ne craignent pas les aiguilles sur le plancher. Puis, il y a ceux qui, chaque année, installent de nouveau leur bon vieux sapin artificiel. De leur côté, pas de surprise, leur arbre en PVC arbore le même aspect d’année en année. Finalement, il y a de ceux qui aiment suivre les tendances et optent toujours pour le dernier produit à la mode. Sapin en plumes, de couleur rose fuchsia ou fait de planches de bois recyclés, ils aiment la nouveauté!

Mais au-delà d’une question esthétique, saviez-vous que le choix de votre sapin de Noël a également des répercussions sur l’environnement? Vous êtes vous déjà demandé si votre sapin représentait un choix écologique?

Voici quelques informations qui pourraient pousser votre réflexion un peu plus loin et qui sait, vous amener à voir votre sapin de Noël sous un regard nouveau.

Empreinte écologique

Les sapins artificiels sont appréciés pour leur esthétique et leur simplicité. Il suffit en effet de les transporter du commerce à la maison une seule fois, pour ensuite en profiter durant des années.

À l’occasion des Fêtes, nul besoin de les arroser. Ils ne perdent pas d’aiguilles et une fois les festivités terminées, il suffit de les démonter et de les ranger au garage jusqu’à l’année suivante.

À l’inverse, il faut se déplacer chaque année pour aller chercher un sapin naturel. Il faut aussi prévoir le déplacement pour aller le porter dans un point de collecte afin de lui offrir une seconde vie.

Néanmoins, lorsqu’on compare l’empreinte écologique laissée par les sapins naturels versus celle laissée par les sapins artificiels, on se rend vite compte que les sapins naturels sont un choix plus «vert».

D’une part, les sapins artificiels sont généralement conçus d’une structure en acier et de sapinage en PVC, une matière très nocive pour l’environnement.

D’autre part, ils finissent généralement par aboutir au site d’enfouissement où ils prendront plus de 200 ans à se décomposer, alors que les sapins naturels, eux, connaissent une deuxième vie. 

Ceux-ci sont en effet biodégradables, recyclables et réutilisables. On peut notamment en faire du paillis, des copeaux de bois pour le chauffage ou autres.

De plus, contrairement aux modèles artificiels dont le transport crée d’importantes quantités de CO2 dans l’atmosphère, la production de sapins de Noël naturels permet l’absorption de CO2. Un plus pour l’environnement.

Il faut cependant être réaliste, si vous parcourez plus de cinq kilomètres pour acheter votre sapin naturel, vous fausserez les résultats des études portant sur les impacts écologiques des sapins de Noël naturels, dont celle de la Firme Ellipsos inc.

Pour être le plus écologique possible, vous devriez vous procurer un sapin cultivé localement, auprès d’un producteur qui minimise, voire évite complètement, l’usage des pesticides et des herbicides.

Parallèlement, si vous optez pour la version artificielle du sapin de Noël, vous pourriez défier les statistiques en conservant votre arbre plus de 20 ans (la vie utile moyenne d’un sapin artificiel étant de sept ans). Ce dernier serait alors un choix plus écologique que les 20 sapins naturels que vous vous seriez procuré au fil des ans.

L'arbre de Noël naturel est plus écologique que celui artificiel s'il est coupé à environ 5 km de votre domicile et si vous lui offrez une seconde vie après les Fêtes. Toutefois, un arbre artificiel que vous garderiez 20 ans ou plus pourrait le surclasser.

Un arbre de Noël resplendissant

Le sapin de Noël naturel a un cachet unique et une odeur qui lui est propre. Malgré tout, vous hésitez encore à opter pour celui-ci, car son entretien vous effraie, vous qui n’avez pas le pouce vert. Voici quelques conseils pour un arbre de Noël en santé  tels que donnés sur le site de l’Association des producteurs d’arbres de Noël du Québec.

  1. Prévoyez! Le pied que vous utiliserez doit avoir un diamètre suffisamment grand pour contenir le tronc de votre arbre et quatre litres d’eau. 
  2. Observez! Si votre arbre est frais, quelques aiguilles à peine devraient se détacher de votre arbre lorsque vous l’agrippez. Ce simple test devrait vous «aiguiller» vers le bon arbre lors de votre passage chez le marchand. 
  3. Entreposez convenablement. Votre arbre doit être gardé dans un endroit frais et sec, à l’abri du vent et du soleil, jusqu’à ce qu’il soit prêt à trôner dans votre demeure. 
  4. Taillez. Quatre heures avant son installation, coupez 1 à 2 centimètres du tronc de votre arbre pour favoriser son hydratation par la suite. De plus, évitez de briser l’écorce, puisque celle-ci est indispensable à la bonne circulation de l’eau dans l’arbre. Notez que les vaisseaux où circule l’eau sont situés près de l’écorce.
  5. Préparez déjà l’après Noël: Installez sous votre arbre un sac de ramassage qui facilitera sa sortie lorsque les réjouissances seront terminées. 
  6. Soignez votre premier arrosage. Afin de faciliter une circulation rapide de la sève, privilégiez un premier arrosage à l’eau de la température de la pièce.
  7. Désignez un responsable. Votre arbre absorbera plusieurs litres d’eau par jour au cours des premières journées avant d’être de moins en moins assoiffé. Il est donc primordial de ne pas oublier de l’arroser quotidiennement. 
  8. Emballez votre arbre. Relevez le sac que vous avez préalablement placé sous votre arbre, recouvrez-en complètement votre arbre, ce qui vous permettra de le sortir de la maison sans tracas.
  9. Recyclez. La plupart des municipalités offrent un service de récupération d’arbre de Noël. Contactez la vôtre pour plus d’information. 

Source : L’Association des producteurs d’arbres de Noël du Québec