Une clôture PACIFIQUE

Bien loin de l’édification du mur de Berlin, la fonction première de la clôture est de séparer les terrains afin de préserver une certaine intimité. Or, elle peut parfois créer une situation conflictuelle et séparer littéralement les voisins. Plusieurs facteurs sont à considérer pour que l’installation de votre clôture se déroule selon les règles de l’art, loin des conflits. Voici quelques recommandations pour une clôture pacifique, qui répond à vos besoins, sans toutefois brimer l’espace de vos voisins.

Vérification de la réglementation

Avant de vous lancer dans le projet, référez-vous aux règlements de votre municipalité. Depuis 2007, la Loi sur la sécurité des piscines résidentielles impose une clôture autour de tout terrain comprenant une piscine. Un règlement effectif depuis 2010, impose également une clôture directement autour de la piscine creusée ou semi-creusée. Votre projet se doit de répondre aux exigences municipales, sans quoi vous devrez recommencer votre travail. Les règlements sont relatifs entre autres à la hauteur et parfois aux matériaux utilisés. Attention, si vous possédez une copropriété divise, la déclaration de copropriété peut également imposer des spécificités à respecter. Pensez à vérifier le certificat de localisation de votre propriété pour valider si une ou des servitudes s’y retrouvent, c’est le cas par exemple d’un droit de passage. 

Le piquetage, une étape importante

Pour respecter les limitations de votre terrain et vous assurer que la clôture respecte la ligne médiane, l’obtention d’un piquetage, réalisé par un arpenteur-géomètre, peut s’avérer très bénéfique. Il vous permettra de garantir que votre clôture est située au bon endroit, et donc, d’éviter les sources de conflits. Le coût approximatif d’un piquetage en zone urbaine s’approche des 1000 $. Ce montant inclut la production d’un rapport (certificat de piquetage). Si votre clôture est installée de votre côté de la ligne de la propriété, vous êtes responsables de défrayer l’entièreté des coûts. Cependant, si elle se retrouve sur la ligne, elle est donc mitoyenne, ce qui signifie que vous devrez vous entendre avec votre voisin pour le choix, le prix et l’entretien. 

Bien définir ses besoins

Plusieurs modèles sont disponibles sur le marché, bois, à maille de chaîne, métallique, de PVC et végétale. Définissez d’abord vos besoins en tenant compte du prix, de la couleur, de la durabilité, de l’entretien, de la pause ainsi que de l’intimité recherchée. 

En bois : la clôture de bois offre une grande robustesse. Il s’agit d’une option très abordable et écologique. Par contre, pour augmenter la longévité de votre installation, un entretien régulier est nécessaire. 

À maille de chaîne : composée de fils galvanisés recouverts de vinyles la clôture à mailles est disponible en différentes couleurs. Simple à installer, elle est abordable, durable et demande peu d’entretien. Si vous souhaitez gagner en intimité, ce type de clôture n’est toutefois pas opaque. Il est néanmoins possible d’ajouter des lattes d’intimité.

En PVC : ce produit, somme toute dispendieux, est offert sous forme de planches ou de panneaux et est reconnu pour sa durabilité. Il est idéal pour ceux qui sont à la recherche d’une quiétude absolue. 

Métallique : ce modèle, de plus en plus populaire, remplace les traditionnelles clôtures en fer ornemental. Raffiné et durable, il n’exige aucun entretien. Un large éventail de couleur est disponible et vous permet de personnalité votre clôture afin que celle-ci s’harmonise avec le revêtement de votre maison. 

Végétale : enfin, si vous désirez préserver l’aspect naturel de votre terrain, la clôture végétale est une solution 100 % écologique et naturelle! Cependant, elle demande un entretien rigoureux et laissera fort probablement filer vos animaux domestiques.