L'intérieur de la propriété d'Alexandra Truchon a été refait pratiquement de fond en comble. De nouvelles ouvertures ont même été créées à l'arrière afin de laisser entrer la lumière naturelle.

Ils l'ont faits

Acheter dans le but de rénover...pas pour tout le monde! Certaines personnes ont néanmoins les reins assez solides pour se lancer dans un projet de la sorte. Remplis d'idées, d'initiatives, avec un certain goût pour l'inconnu, Alexandra Truchon et son conjoint ont osé l'expérience tout comme Nicolas Gagnon.
Le couple a lui-même conçu les plans d'aménagement de la propriété. Il faut dire qu'Alexandra et son conjoint ont un goût certain pour le beau.
Un aperçu de ce à quoi ressemblaient les lieux avant les travaux de démolition.
Alexandra Truchon
Acheter une maison est l'un des évènements les plus marquants dans une vie. Choisir d'en acheter une ayant besoin de beaucoup d'amour et la rénover est un défi supplémentaire. Le faire alors que l'on attend son premier enfant...une folie? C'est pourtant l'aventure dans laquelle Alexandra Truchon et son conjoint se sont lancés il y a de cela 5 ans. Un petit bonhomme plein d'entrain et deux maisons rénovées plus tard, ils profitent aujourd'hui de la vie en famille.
C'est dans le quartier Notre-Dame, à Chicoutimi, que le couple est tombé sous le charme d'une belle des années 60 en 2012. «On a eu un coup de coeur, se remémore la mère de famille et jeune entrepreneure. Au début, je m'attendais à deux semaines de travaux. J'ai vite réalisé que ce serait beaucoup plus long», dit-elle en riant.
Rénover de fond en comble la demeure a en effet pris bien plus que deux semaines. Au total, quatre années ont été nécessaires pour finaliser les travaux. Il faut dire que c'est le conjoint d'Alexandra, travaillant dans le domaine de la construction, qui a réalisé la majorité des rénovations.
«Comme pour notre maison actuelle, nous avons pris notre temps. Au début, il a travaillé deux mois à temps plein sur le chantier, puis nous y sommes allés progressivement, selon ce que notre horaire et notre budget nous permettaient de faire», explique-t-elle.
L'expérience a été concluante pour le couple, puisqu'ils ont finalement décidé, une fois les travaux complétés, de vendre la propriété pour se lancer à nouveau dans un projet de rénovation.
C'est tout près de leur première maison qu'ils ont acquis une propriété datant sensiblement des mêmes années, en piètre état.
«La maison comptait une rallonge et un total de six logements. Elle avait été très mal entretenue. Je crois qu'à la ville, on était ravi qu'on achète le «citron» du quartier pour lui donner une nouvelle vie», mentionne Alexandra Truchon.
Dès le départ, la jeune famille savait déjà mieux dans quoi elle mettait les pieds. Ainsi, elle a fait le choix de ne pas habiter la maison pendant près de sept mois afin d'avancer les travaux plus rapidement.
«Je ne voulais pas emménager tant et aussi longtemps qu'il y aurait de la poussière à l'intérieur. Lors de la rénovation de notre première maison, j'ai été malade dû à la poussière de plâtrage et tout. On a donc pris la décision d'habiter chez ma famille le temps que les gros travaux soient finis à l'intérieur. Pendant ce temps, toutes nos choses étaient entreposées dans un conteneur», explique Alexandra.
Il faut dire que les travaux dans leur résidence actuelle ont été plus qu'importants. Alors qu'ils souhaitent initialement rénover la rallonge pour y habiter durant les travaux de la maison principale, ils ont plutôt été contraints de la détruire.
C'est que plusieurs années auparavant, cette portion de la propriété abritait une piscine intérieure avant d'être convertie en logements. Lorsqu'ils ont ouvert les murs, ils ont eu la mauvaise surprise de voir que tout était couvert de moisissure.
«Mon chum arrachait les planches des murs une à une et on découvrait toujours plus de moisissure. À un moment donné, il faut se demander jusqu'où on va dans nos rénos, c'est quand qu'on arrête. Et là, on a choisi de démolir».
Pour le reste de la propriété, très peu d'imprévus sont survenus. Comme le désir de changer de maison avait aussi pour objectif d'avoir un revenu d'appoint grâce à la location, le couple a décidé de conserver un logement au sous-sol de la maison.
L'appartement a été refait en totalité tout comme la maison. Isolation, électricité, plomberie, fenêtres, tout a été revu et corrigé.
Le couple, bien arrêté sur ses goûts et très artistique, a vu juste sur le design. L'intérieur de la maison est un vent de fraîcheur. Les espaces sont vastes et lumineux. À la cuisine, les espaces de rangement et les surfaces de travail sont nombreux. Et que dire de l'immense ilot qui trône au centre de la pièce!
Alors que la famille y vit depuis novembre 2016, quelques menus travaux restent à faire à l'intérieur comme installer des luminaires et finaliser l'aménagement du sous-sol qui ne leur est guère utile pour l'instant compte tenu de la superficie habitable considérable dont ils disposent.
Les travaux extérieurs se poursuivent aussi. Véritablement, on peut dire que les choses vont bon train pour la famille qui ne regrette en rien ses expériences de rénovation.
Seuls quelques pans de murs ont été démolis afin d'ouvrir l'espace dans la maison de Nicolas Gagnon. La cuisine a notamment été décloisonnée.
La maison, construite en 1955, garde bien son secret. Avec son revêtement extérieur jusqu'ici inchangé, on ne se doute pas de son allure moderne et épuré à Ll'ntérieur.
Nicolas Gagnon
Brillant, entreprenant et surtout motivé, Nicolas Gagnon avait un objectif bien précis en tête, en 2014, alors qu'il se cherchait une nouvelle maison. Ce dernier souhaitait en effet trouver une propriété à rénover lui permettant d'aménager un logement locatif. C'est ainsi qu'il a jeté son dévolu sur sa résidence actuelle de la rue Saint-Dominique, à Jonquière.
Attiré surtout par son vaste terrain offrant tout un monde de possibilités, il a rapidement vu que la maison unifamiliale datant des années 50 était parfaite pour ce qu'il souhaitait en faire.
«J'ai visité la maison et je me suis fait une première idée de ce à quoi ça pourrait ressembler. J'ai ensuite amené mon «contracteur» visiter les lieux avec moi et évaluer si le projet était réaliste, explique Nicolas. L'ancienne propriétaire n'avait jamais vraiment fait de rénovation, alors tout était encore comme dans les années 60 avec du tapis et du prélart ultra ciré», se rappelle-t-il en riant.
Il y avait bien évidemment beaucoup à faire pour remettre la propriété au goût du jour. Mais plus encore, il fallait y ajouter un logement au sous-sol.
Heureusement, Nicolas n'en était pas à sa première expérience en rénovation et comptait sur l'aide et le soutien de sa famille.
Il a également fait le choix de s'entourer d'un professionnel et de confier son chantier à un entrepreneur expérimenté. Quelques mois, on suffit à rénover l'ensemble de la propriété.
«Tout s'est bien déroulé, exprime Nicolas. Nos plans étaient bien pensés. Nous n'avions pas besoin de tout démolir. La configuration de la maison nous permettait déjà de réaliser les projets. Le plus gros du travail était de créer une ouverture à l'avant de la maison pour donner accès au sous-sol et de condamner l'escalier intérieur», explique-t-il.
Outre l'aménagement complet du logement du sous-sol, Nicolas a aussi décidé de transformer son logement du rez-de-chaussée.
Nouveau recouvrement de plancher, nouvelle cuisine à aire ouverte, nouvelle salle de bains incluant l'installation d'une douche, sans oublier la démolition de quelques pans de murs et l'ajout de nouveaux, entre autres pour déplacer la laveuse et la sécheuse, de même que pour créer un walk-in dans la chambre à coucher principal.
Comme il faisait l'ajout d'un logement au sous-sol, il fallait aussi bien isoler et insonoriser le mur mitoyen soit le plafond du sous-sol, un élément important sur lequel Nicolas ne voulait pas lésiner.
«En rénovation, il arrive qu'on souhaite couper certains frais afin d'économiser, mais tôt ou tard, ça nous rattrape. Il vaut mieux investir là où c'est nécessaire dès le début pour éviter de devoir tout refaire quelques années plus tard», avoue celui qui a appris de ses erreurs passées.
Une bonne planification et surtout une bonne attitude sont, selon Nicolas Gagnon, les éléments clés pour réussir un projet de rénovation. Être bien entouré par sa famille et ses amis est également un net avantage comme il a lui-même pu le constater.
«Dans un projet majeur de rénovation, il faut se concentrer sur une étape à la fois. Il ne faut pas être trop pressé et n'attendre que la fin du projet. Il faut se donner du temps et y aller au jour le jour», conseille-t-il.