Contenu commandité

Conseils d'expert

Astuces pour un déménagement réussi

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Au Québec, le 1er juillet est la journée officielle du déménagement. En effet, puisque dans la province, la majorité des baux prennent fin le 30 juin à minuit, le 1er juillet est «LA» journée de l’année où les Québécois sont le plus nombreux à déménager.

Cette année encore, plusieurs familles québécoises perpétueront cette tradition et prendront possession de leur nouveau logement le jour de la Fête du Canada. Il ne leur reste donc que quelques semaines avant le jour J. Puisque la planification est l’élément clé d’un changement de logement réussi, voici quelques conseils pour gagner du temps et faciliter le déroulement de la journée de déménagement/emménagement.

1. Un camion et des bras

Ne tardez pas à retenir les services d’un déménageur ou à louer un véhicule si vous prévoyez effectuer le déménagement vous-même. Dans un cas comme dans l’autre, n’hésitez pas à faire des appels téléphoniques pour obtenir les devis de trois ou quatre entreprises de déménagement ou de location de camion. Informez-vous des assurances qu’elles ont à vous proposer.

C’est aussi le temps de sortir la carte de la pizza à volonté pour remercier vos amis qui vous auront gentiment prêté leurs bras!

2. Triez, jetez, donnez

Au moment de faire des boîtes faites le ménage parmi les biens que vous avez accumulé au fil des ans, vous éviterez ainsi de déménager des choses qui vous sont maintenant inutiles.

Pour sauver du temps, emballez d’avance les articles qui ne seront pas nécessaires avant le déménagement (vêtements d’hiver, literie, jouets, décorations, etc.). N’oubliez pas de clairement identifier ces boites, comme ça vous n’aurez pas à les chercher lorsqu’on vous en aurez besoin.

3. Changement d’adresse

Bien que le facteur ne vous livre souvent que des factures, il est primordial de faire son changement d’adresse dans les règles de l’art. Le Service québécois de changement d’adresse vous permet de joindre six ministères et organismes d’un seul coup. Du côté fédéral, on doit s’adresser à l’Agence de revenu du Canada. Transmettez également vos nouvelles coordonnées à votre banque, aux émetteurs de vos cartes de crédit, à votre compagnie d’assurance et à vos services d’abonnement.

Il est également possible d’utiliser le service de réacheminement du courrier proposé par Postes Canada.

4. Transfert des services

N’oubliez pas de procéder à la fermeture ou au transfert de contrats avec vos principaux fournisseurs de services – électricité, chauffage (gaz, mazout ou huile), télévision, Internet et téléphonie.

Communiquez aussi avec votre compagnie d’assurance pour interrompre le contrat en cours et négocier le prochain.

5. Planification du jour J

Même en planifiant dans les moindres détails le jour du déménagement, des imprévus sont susceptibles de se produire. Prenez chaque situation imprévues qui survient avec calme, il sera ainsi plus facile de trouver des solutions. Voici un aide-mémoire pour vous aider à planifier quelques éléments indispensables:
- Prévoyez le gardiennage des enfants et des animaux domestiques.
- Confirmez les détails (heure du déménagement, adresses actuelle et future, etc.) avec la compagnie de location du camion ou les déménageurs et assurez-vous d’avoir des sangles de déménagement ou un diable à votre disposition, si nécessaire.
- Faites un plan de votre future demeure pour permettre aux déménageurs de s’y retrouver et de savoir à quel endroit déposer les meubles.
- Préparez une boîte pratique dans laquelle vous mettrez les outils et le matériel nécessaires au déménagement : tournevis, marteau, ruban adhésif, ruban à mesurer, essuie-tout, crayons-feutres, couteau à lame rétractable, solution antiseptique, pansements, des comprimés pour les maux de tête, etc.

6. Établissez un budget

Vous aurez certainement pensé aux frais pour la location du camion ou les déménageurs, mais aurez-vous planifié toutes les dépenses?
- Les frais de branchement, d’ajout de prise ou autres qu’entraînera le transfert des services de téléphone, d’Internet et de câblodistribution.
- Un budget pour nourrir les troupes le jour du déménagement.

7. Grand nettoyage

Par respect pour les nouveaux locataires, laissez les lieux aussi propres que possible.

Avant de partir, faites le tour des pièces pour vous assurer que rien n’a été oublié. Nettoyez les planchers et, surtout, ne laissez pas de déchets derrière vous! Enfin, faites la lecture du compteur d’électricité, verrouillez la porte et remettez la clé au nouveau propriétaire.

8. Soyez prêts!

La moindre des choses quand une escouade d’amis vient vous prêter main-forte, c’est d’être prêt! Prévoyez des collations et des rafraîchissements pour les troupes.

Assurez-vous que l’entrée et les couloirs sont dégagés et réservez un espace de stationnement pour le camion de déménagement. Normalement, vos boîtes et vos meubles devraient être prêts à être transportés. Il serait avisé de prendre des photos des meubles au cas où les déménageurs les abimeraient.

Assurez-vous que tous vos amis (et les déménageurs!) ont votre numéro de cellulaire et votre adresse.

Une fois rendus sur les lieux de votre nouvelle résidence, faites la lecture du compteur d’électricité, supervisez le déchargement du camion et assurez-vous que rien n’est brisé. Rappelez-vous que l’on doit attendre au moins une demi-heure avant de rebrancher les réfrigérateurs et les congélateurs.

Source: Société d’habitation du Québec (SHQ)

Conseils d'expert

Barbecue: les meilleurs choix selon Protégez-vous

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Barbecues au propane, au charbon de bois, aux granules, électrique, portatif, 40 000 BTU, 60 000 BTU, 80 000 BTU… choisir un bon barbecue à travers le vaste inventaire disponible sur le marché n’est pas chose évidente.

Pour aider les consommateurs à faire un choix éclairé, Protégez-Vous a testé 41 barbecues. Avant de vous lancer dans le magasinage d’un nouveau poêle destiné à la cuisson extérieure, consultez le dossier barbecue de l’organisme à but non lucratif : protegez-vous.ca/Maison/barbecues.

En plus de profiter de précieux conseils d’achats, vous y trouverez de l’information sur l’entretien du barbecue ainsi que sur les précautions à prendre lors de la cuisson des aliments.

Conseils d'expert

Propane: quelques mesures de sécurité s’imposent

RÉDACTION PUBLICITAIRE / La terrasse est nettoyée et fin prête pour accueillir le barbecue qui dort dans le garage depuis l’automne dernier? Avant d’allumer votre barbecue pour profiter des joies de la cuisine en plein air, quelques précautions s’imposent. Voici les principales mesures à prendre.

Vérification de sécurité

Effectuez une vérification de sécurité pour vous assurer que les tuyaux sont dégagés et en bon état. Si les raccords, les tuyaux souples ou les brûleurs sont usés ou rouillés, remplacez-les. 

Vérifiez aussi la date d’expiration de votre bouteille de propane. Au Canada, les bouteilles de propane doivent être inspectées et requalifiées à une installation de requalification certifiée, ou elles doivent être remplacées tous les dix ans. La date d’expiration et de requalification sont gravées sur le col de la bouteille de propane.  

Si votre bouteille de propane est expirée, ne la jetez surtout pas au rebut. Bien qu’elle puisse sembler vide, la bouteille de propane peut contenir encore assez de propane pour provoquer une explosion. Il existe des endroits pour disposer des vieilles bouteilles de propane. En outre, vous pouvez les disposer dans un écocentre municipal qui accepte les bouteilles de propane. Il se peut que votre fournisseur de propane accepte aussi vos vieilles bouteilles, informez-vous. 

Nettoyage du printemps

À chaque début de saison il importe de procéder à un nettoyage du barbecue afin d’en tirer le maximum d’efficacité en toute sécurité.

Nettoyez délicatement les brûleurs avec une brosse à récurer. Un petit truc pour savoir si vos brûleurs sont bien propres: la flamme produite par le propane doit être d’un bleu inaltéré. Si la flamme est jaune ou lumineuse, c’est signe que les brûleurs sont mal ajustés ou sales. La cuve doit aussi être nettoyée au moins une fois par année.  Pour un bon récurage en profondeur, il est conseillé d’utiliser un dégraissant à barbecue.

Autre pièce à ne pas négliger, les grilles. Afin de profiter d’une surface de cuisson bien propre, faites tremper celles-ci dans une eau savonneuse pour déloger tous résidus qui auraient pu s’y coller. 

Test d’étanchéité

Avant d’allumer le barbecue pour la première fois de la saison, et à chaque remplacement de bouteille, il faut s’assurer qu’il n’y a pas de fuites au niveau des connexions. 

Une odeur de propane, c’est-à-dire une odeur qui ressemble à celle d’œufs pourris, peut être un bon indicateur de fuites. Toutefois, la façon la plus simple de vérifier l’étanchéité des connexions demeure d’appliquer une solution d’eau et de savon liquide. Ce test ne prend que quelques minutes. Il suffit de mettre toutes les commandes de contrôle de gaz à la position fermée (OFF), d’ouvrir le robinet de la bouteille de propane et d’appliquer la solution savonneuse sur le tuyau d’alimentation et ses raccords. Si de petites bulles apparaissent, c’est signe qu’il y a une fuite de gaz. 

Quoi faire en cas de fuites? 

Si vous avez détecté une fuite, resserrez les raccords ou remplacez les pièces défectueuses. Au besoin, faites appel à un spécialiste.

Emplacement sécuritaire

Votre barbecue doit être installé dans un endroit sécuritaire. Placez-le dans un endroit bien ventilé et stable pour éviter qu’il ne renverse. Également, pour réduire les risques d’incendie, tenez-le éloigné des murs, des fenêtres, des portes-fenêtres, des arbres et des arbustes.  

Allumage sécuritaire

Pour allumer votre barbecue en toute sécurité, suivez les étapes suivantes:

- Ouvrez le couvercle de votre barbecue;

- Assurez-vous que les commandes de contrôle de gaz sont en position fermée (OFF);

- Ouvrez lentement le robinet de gaz de la bouteille au maximum;

- Produisez une étincelle à l’aide de l’allumeur intégré à l’appareil ou insérez une source d’allumage, comme un briquet ou une allumette, dans l’orifice d’allumage situé dans le bas de la cuve (si cet orifice est existant), ou à proximité du brûleur que vous voulez allumer.

- Ouvrez lentement une des commandes de contrôle de gaz en position ouverte (ON ou HI).

Surtout, ne jamais utiliser d’essence à briquet, d’essence ou tout autre accélérant sur le barbecue.

Par ailleurs, utilisez toujours votre appareil de cuisson au propane à l’extérieur. Utiliser le barbecue à l’intérieur, même dans le garage avec la porte ouverte, entraîne un risque élevé d’intoxication au monoxyde de carbone.

En mettant en pratique ces quelques conseils, vous profiterez d’un barbecue sécuritaire et pourrez cuisiner en toute tranquillité. Sur ce, bonne saison des grillades!

Conseils d'experts

Alternatives aux brosses métalliques

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Les fils métalliques qui se détachent de la brosse de nettoyage pour le barbecue comportent des risques pour la santé. En effet, des filaments de métal risquent de s’accrocher à la grille et de se retrouver dans les aliments. Résultats : les particules de métal peuvent se loger dans la langue, dans l’œsophage ou ailleurs dans notre système digestif.

Ces risques ne sont pas à prendre à la légère, d’ailleurs plusieurs chirurgiens ont fait des sorties publiques pour inciter les gens à jeter leurs brosses métalliques. Certains ont même demandé que ce type de produit soit retiré du marché.

Voici différentes solutions de remplacement à la brosse à fils métalliques pour le barbecue.

Pierre ponce

La pierre ponce à récurer facilite grandement le nettoyage de la grille du barbecue. Ultra efficace, la pierre de lave permet d’éliminer de façon rapide les matières grasses, d’huile ou les restes de nourriture collés.  De plus, on peut l’utiliser avec tous types de grilles de cuisson : chrome, porcelaine émaillée, acier inoxydable, acier, fonte, etc. Autre avantage notable, la pierre ponce à récurer ne s’encrasse pas. Différents modèles de pierre ponce pour le barbecue sont offerts sur le marché. Informez-vous auprès de votre quincaillerie ou de votre spécialiste en barbecue.

Conseils d'experts

Comment devenir un bon jardinier

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Vous avez décidé de vous lancer dans le jardinage? Certes, il s’agit d’un très beau loisir, mais ce divertissement demande aussi un investissement de temps considérable.

Voici quelques conseils pour vous aider à devenir un bon jardinier.

Avez-vous la fibre jardinière?

La première question que les gens devraient se poser avant de se lancer dans l'horticulture est : «est-ce que j’ai envie de consacrer du temps à mon jardin? Car le jardinage doit être quelque chose d’agréable et non pas une corvée. 

Ensuite, il faut se donner du temps. On ne devient pas jardinier du jour au lendemain. On devient un bon jardinier avec le temps, l’expérience, mais aussi par les erreurs que l’on fait. Tous jardiniers vous le diront : on apprend beaucoup de nos erreurs et surtout, de l’observation de celles-ci. Lorsqu’on est face à un échec,  il ne faut pas se décourager mais plutôt chercher la cause. Pour ce faire, il faut observer notre environnement. Par exemple, une trop grande exposition au soleil ou des pluies abondantes peuvent expliquer pourquoi nos plants n’ont pas survécu.

Une terre de qualité: la clé du succès

Une bonne terre est le secret du jardinage. Il faut donc choisir une terre de qualité, riche en matières organiques et en minéraux. En fait, les minéraux sont d’une importance cruciale car ils constituent les éléments fertilisants naturels. Parmi les principaux minéraux que l’on doit retrouver dans la terre, l’azote, le phosphore, la potasse et le calcium sont essentiels,, car ils forment la base de la fertilisation d’une plante. 

Lorsqu’il y a une carence en minéraux, celle-ci se manifestera généralement de façon visible. Par exemple, si une tache noire apparaît dans la région opposée au pédoncule de la tomate, cela signifie que le plant souffre d’une carence en calcium.

Pour que la plante profite d’une alimentation harmonieuse et équilibrée, le jardinier doit utiliser des engrais ou des minéraux en granules.

Où implanter son potager ?

Puisque les légumes poussent en plein soleil, il faut vérifier qu’il n’y a pas d’arbre ou d’autres sources d’ombre à l’endroit où l’on prévoit aménager son potager. Il importe également de bien délimiter cet espace et de faire un plan de son jardin.

Le plan devra tenir compte de l’espace dont on dispose et pour établir un choix de légumes et de fruits, tenez compte de ce que mange la famille. Si vous êtes de grands consommateurs de tomates, de laitue, de concombre et de fraises, faites pousser davantage de ces variétés. Si vous ne manger jamais de fèves, alors pourquoi sacrifier une partie de votre potager à ce légume? L’idée derrière le potager est de produire des aliments qui contribueront à nourrir la famille de façon saine.

Pour familiariser les jeunes enfants à la culture maraîchère et au jardinage, réservez un coin du potager à des fruits et légumes qu’ils aimeront récolter et manger, par exemple: les carottes, les petits pois, les fraises et les framboises.

Pour les plants de framboises, il suffit de planter 2-3 plants en bordure du côté nord du jardin. En ce qui a trait aux fraises, il faut les planter au sud, pour qu’elles profitent du plein soleil.

À exclure des petits jardins : les betteraves, le maïs et les gourganes. Ces plants prennent beaucoup d’espace.

Cour et jardin

Pour tout savoir sur le jardinage

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Vous êtes à la recherche d’information sur le jardinage ?

Plantes envahissantes, bandes riveraines, pelouse durable, utilisation du compost… La rubrique «Ressources pour jardiner» du site Internet de la Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec (FIHOQ) renferme une mine de renseignements pour aider à jardiner. De plus, cette section est régulièrement mise à jour.

Voici le lien pour la consulter : www.fihoq.qc.ca/jardiniers-amateurs/des-ressources-pour-jardiner

Conseils d'expert

Produire son électricité et se brancher au réseau d’Hydro-Québec, c’est possible

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Il est possible pour un propriétaire d’une résidence de devenir autoproducteur d’électricité et de pouvoir être branché au réseau d’énergie d’Hydro-Québec.

Ce programme, encore méconnu du grand public, existe depuis 2006. Hydro-Québec compte 300 résidences et installations agricoles au Québec qui ont des installations pour produire de l’électricité  tout en étant branchées sur le réseau de la société d’État. Chez Hydro-Québec, on mentionne que la très grande majorité des gens qui utilisent ce programme s’est dotée de panneaux solaires photovoltaïques. Des 300 habitations répertoriées, il y a quelques fermes agricoles. Pour être admissible, la consommation ne doit pas dépasser 50 kw par année.

Hydro-Québec n’avait pas la répartition par région des autoproducteurs d’électricité. Il n’est pas possible de connaître le nombre au Saguenay—Lac-Saint-Jean.  Selon nos recherches, il y aurait une maison dans le secteur du Lac-Kénogami, les résidences de l’Écohameau à La Baie et les maisons du développement résidentiel Sourceia de Saint-Félicien.

Le programme d’Hydro-Québec a l’avantage de permettre aux propriétaires d’une résidence qui s’installe un système d’énergie renouvelable de produire de l’électricité et d’injecter les surplus d’énergie dans le réseau d’Hydro-Québec. Ainsi, le client va recevoir en échange des crédits sous forme de kilowattheures. Cette possibilité évite donc aux propriétaires d’investir dans l’achat de batteries pour stocker l’énergie produite. « Les gens conservent leur autonomie en tant qu’autoproducteurs et peuvent réduire leur facture d’électricité grâce aux kilowattheures qui leur seront crédités. Il n’y a pas de limite à la quantité stocker dans notre réseau », mentionne le porte-parole Louis Olivier Batty.

Autre avantage, comme il semble difficile de produire suffisamment d’énergie pour combler les besoins du chauffage à l’électricité, il est possible de s’alimenter à  partir du réseau d’Hydro-Québec pour les besoins supplémentaires. « C’est très utile dans les périodes de pointes en hiver. Par contre, en été quand la demande en électricité est moins forte, alors les surplus d’énergie réalisés par le client sont injectés dans notre réseau très fiable et il profite d’une capacité de stockage illimité » , précise-t-il.

Les systèmes d’énergie admissibles sont l’énergie éolienne; l’énergie photovoltaïque; l’énergie hydroélectrique; l’énergie géothermique (utilisée à des fins de production d’électricité seulement) et la bioénergie (biomasse forestière ou biogaz).

Les équipements doivent répondre aux standards d’Hydro-Québec et avoir été effectués par un maître électricien.  En plus du système d’énergie, le client doit prévoir l’installation d’un ondulateur et selon le type d’équipement ajouter un ou des transformateurs de puissance.

De son côté, Hydro-Québec installe un compteur spécial bidirectionnel et fournit les équipements nécessaires pour se brancher au réseau.

Pour en savoir davantage consulter le site web d’Hydro-Québec ou téléphoner au service à la clientèle.

Conseils d'expert

Pas rentable pour l'instant d'être autoproducteur d'électricité

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Il n’y a pas encore davantage économique à devenir autoproducteur d’électricité pour un propriétaire de maison résidentielle.

C’est l’avis émis par le professeur de l’UQAC Claude Villeneuve et le spécialiste en énergie du Groupe de recherches écologiques de la Baie et de la Chaire terre du Cégep de Jonquière Patrick Déry.

«Il faudrait que le prix pour les panneaux solaires baisse et que le prix du kilowattheure d’électricité d’Hydro-Québec augmente. Pour l’instant au Québec, il n’y a pas de gain économique à faire, ni d’un point de vue environnemental. L’énergie hydroélectrique est très propre et pas dispendieuse», avance le professeur Villeneuve.

Selon ce dernier, il n’est pas possible pour l’instant de produire de l’électricité sous les 8 cents du kilowattheure avec des panneaux solaires voltaïques. Et l’amortissement des équipements à long terme ne justifie pas encore cette décision de devenir autoproducteur tout en étant branché sur le réseau d’Hydo-Québec. «C’est encore très marginal comme utilisation.  Je crois que c’est plus par plaisir ou défi que les gens le font. Sinon, il faut s’informer comme il faut avant d’investir dans une telle aventure», ajoute-t-il.

Patrick Déry souligne pour sa part qu’il faut aussi se méfier des chiffres évoqués par les vendeurs de panneaux solaires. «La production et les économies ne sont souvent pas aux rendez-vous. Il y a de bonnes performances, mais pour le rentabiliser dans un contexte de maison familiale, ce n’est pas encore le cas. Aussi, d’un point de vue environnemental, l’achat de panneaux solaires provenant souvent de la Chine et l’énergie pour les produire et en disposer en fin de vie a plus d’impact sur l’environnement que la production hydroélectrique», explique-t-il.

Par contre le spécialiste pense que les panneaux solaires pourraient être utiles pour le chauffage de l’eau. Avec son collègue de la Chaire TERRE du Cégep de Jonquière, il a fait une étude sur les avantages  de l’utilisation d’un chauffe-eau à l’énergie solaire voltaïque. «Il est au seuil de la compétitivité avec le tarif résidentiel d’Hydro-Québec. La durée de vie est importante et surtout comme la production d’eau chaude représente entre 12 à 20 % de la consommation totale d’électricité, elle permettrait la baisse de la demande lors des périodes de pointe», expose le physicien.

Utile pour résidence isolée

L’intérêt d’utiliser l’énergie solaire ou éolienne se trouve plutôt pour les chalets, les pourvoiries et camps forestiers situés en forêt. «Nous, à la Chaire TERRE nous accompagnons les propriétaires de pourvoiries dans leurs démarches pour tenter de remplacer l’utilisation d’énergie fossile pour produire de l’électricité. Pour plusieurs, il s’agit d’un investissement payant, car il y a gain économique, mais surtout il y a des gains environnementaux indéniables. Aussi, les clients sont plus sensibles à cet aspect, ça devient donc un avantage concurrentiel», explique Déry. 

Claude Villeneuve partage le même avis. «L’intérêt pour les chalets et les camps qui n’ont pas accès à l’électricité est indéniable. Le coût d’achat versus l’utilisation est à considérer, surtout que pour ces systèmes ça prend des batteries pour stocker l’énergie. Leurs prix sont encore élevés.  C’est surtout l’aspect environnemental, qui doit guider les personnes dans leur choix», déclare-t-il.

Pour preuve, en termes d’émissions de gaz à effet de serre, l’hydroélectricité et l’éolienne émettent de 2 à 10 grammes de CO2 équivalent par kWh, contre 500 à 800  grammes pour les génératrices au propane ou au diesel. 

De plus, en utilisant l’énergie renouvelable les gens n’ont plus à transporter l’essence ou autres combustibles pour faire tourner leur génératrice.

Conseils d'expert

Trois secrets pour rénover ses planchers en beauté

(EN) Rénover vos planchers ne consiste pas seulement à choisir les carreaux que vous aimez et à les faire installer. Pour obtenir des résultats plus beaux et plus durables, nous vous dévoilons trois secrets.

1. Des planchers sans fissures

Quand vous posez des carreaux en céramique ou en porcelaine, vous voulez qu’ils durent longtemps. Vous éviterez les fissures dans le coulis et dans vos carreaux neufs si vous installez d’abord une membrane de désolidarisation. Il s’agit d’une membrane en plastique à fossettes que l’on pose avant les carreaux et qui permet de neutraliser les mouvements horizontaux entre le sous-plancher et la céramique. Ce détail peut sembler futile, mais il pourrait prévenir la présence de fissures sur votre plancher de céramique, surtout si les carreaux sont posés sur un sous-plancher en bois.

2. Moulures de transition

Votre plancher de tuile ne s’appuiera pas complètement contre les murs? Est-ce que le bord des carreaux va être exposé à l’endroit où commence une surface recouverte d’un autre revêtement de sol? Les moulures de transition pourraient être utiles. Les meilleures sont fabriquées dans une variété de métaux, de finitions et de formes, mais toutes ont la même fonction – une finition soignée là où l’arête du carrelage serait normalement apparente.

3. Besoin d’un entrepreneur? Recrutez intelligemment

Vous cherchez un entrepreneur pour embellir votre maison? Demandez toujours un contrat écrit avant le début des travaux. Ce contrat devrait faire état de la garantie sur les travaux réalisés par l’entrepreneur. De cette façon, les problèmes qui pourraient se poser seront résolus correctement. Il est risqué de recruter quelqu’un sans contrat et vous pourriez vous retrouver avec des dépenses imprévues pour effectuer des réparations ou terminer le travail. Les vrais professionnels mettent toujours les choses par écrit.

L’Association canadienne des constructeurs d’habitations offre de l’information gratuite pour vous aider à embaucher un entrepreneur sans risque et selon les règles de l’art. Pour plus de renseignements, veuillez vous rendre à parecritsvp.com.

Conseils

Des Fêtes en toute sécurité

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Le temps des Fêtes est une période riche en émotions, mais aussi en rassemblements de toute sorte. Alors que certains en profitent pour quitter la région, que ce soit pour retrouver la famille ailleurs au Québec ou encore pour célébrer sous le soleil de la Floride, d’autres délaissent sporadiquement leur domicile question de participer aux festivités chez parents et amis.

Dans tous les cas, afin de s’assurer que les Fêtes demeurent un moment de réjouissances, certaines règles de sécurité à la maison devraient être observées question de minimiser les risques d’incendies et de vols.

Mesure de prévention

Les mêmes règles de sécurité suivies durant l’année prévalent à l’occasion des Fêtes : s’assurer du bon fonctionnement de ses détecteurs de fumée et détecteurs de monoxyde de carbone, ne jamais laisser la cuisinière en marche sans surveillance, s’assurer d’avoir un extincteur à portée de main, éteindre les bougies avant de quitter une pièce, etc.

Toutefois, comme durant cette période la maison déborde de décorations diverses auxquelles nous ne sommes peut-être pas habitués de porter attention, d’autres mesures de sécurité doivent être considérées.

On parle ici de s’assurer qu’aucune décoration de Noël ne traine à proximité des sources de chaleur : foyers, plinthes électriques ou autres. On devrait également vérifier que nos jeux de lumières soient en bon état, non endommagés ni effilochés, et certifiés par l’Association canadienne de normalisation (CSA).

Si vous avez un sapin naturel, assurez-vous que ce dernier soit bien hydraté. Il sera ainsi moins vulnérable au feu. Retirez les bas de Noël, le sapinage et toute autre décoration du manteau de cheminée avant d’allumer un feu et ne jetez jamais le papier d’emballage dans le foyer, ce matériau hautement inflammable pourrait produire un embrasement éclair.

Comme si vous y étiez

Puisque vous risquez de vous absenter durant plusieurs heures, voire plusieurs jours, prenez soin d’avertir vos voisins ou vos amis afin qu’ils gardent un œil sur votre résidence. Si vous en avez la possibilité, il peut aussi être une bonne idée de laisser une voiture stationnée dans votre entrée. Les voleurs et les malfaiteurs penseront peut-être que la maison est habitée. Dans le même ordre d’idée, vous pouvez installer un minuteur sur les lampes du salon.

Évidemment, le système d’alarme reste la meilleure protection qui soit pour éloigner les bandits. N’oubliez donc pas de l’activer avant votre départ.

Tentez également de vous faire discret. Nul besoin d’informer la communauté Facebook et Instagram que vous êtes partie pour une semaine chez votre sœur vivant à Montréal. Vous aurez tout le loisir de partager photos et souvenirs à votre retour.

Gardez en tête que les voleurs ont eux aussi accès à Internet!

Rangez vos biens précieux dans un endroit sûr

Ne laissez pas les cadeaux sous le sapin et ne mettez pas vos objets précieux à la vue de tous. Si l’on regarde par les fenêtres de votre domicile, nous ne devrions pas être en mesure de voir l’ordinateur portable traîner sur la table, le iPod sur le divan, ni une montre sur le comptoir.

Rangez vos objets précieux et de préférence à un endroit où d’éventuels voleurs auraient de la difficulté à les trouver. On exclut donc le premier tiroir de la commode et les tables de nuit.