Vanessa Gauthier est propriétaire de la boutique La Réserve.
Vanessa Gauthier est propriétaire de la boutique La Réserve.

Comment s’initier au zéro déchet ?

Couches lavables. Pailles réutilisables. Épiceries en vrac. Le mode de vie zéro déchet gagne en popularité dans la région. Que ce soit pour réduire le gaspillage et l’utilisation de plastique à usage unique ou encore améliorer son empreinte écologique, toutes les raisons sont bonnes pour s’initier à ce mouvement. Mais, plusieurs intéressés se demandent, par où commencer ?

Vanessa Gauthier est propriétaire de la boutique La Réserve, située sur le boulevard Mellon à Arvida. On retrouve dans ce petit local tout pour s’initier au zéro déchet. La première section est constituée de l’épicerie en vrac, où l’on peut se procurer uniquement la quantité dont on a besoin d’une variété d’items, dont le café, les épices, la farine, etc. Une autre partie de la boutique se concentre sur les produits du quotidien réutilisables. Vous trouverez, entre autres, des produits ménagers, des soins corporels, et des utilitaires réutilisables ou compostables.

Chaque semaine, la propriétaire reçoit de nouveaux clients qui ont entendu parler de ce mode de vie. « Souvent, les gens ne savent pas par où commencer donc ils viennent nous demander conseil », explique Mme Gauthier, dans un entretien avec Le Progrès. Ils débutent en essayant l’un des deux volets de la boutique, soit le vrac ou les objets réutilisables. Ils ajoutent ensuite au fur et à mesure différents produits à leur routine.

Une section de la boutique est consacrée aux objets du quotidien réutilisables ou compostables.

Pour la propriétaire, il est difficile de nommer une marche à suivre collective, puisque tout le monde a différentes habitudes. Les changements les plus simples ne seront pas les mêmes à apporter pour tous. Mais, il y a quand même des objets et des façons de faire qui sont faciles d’accès. « Personnellement, je trouve que l’achat en vrac, c’est assez accessible. On regarde dans son garde-manger avant d’aller à l’épicerie et on apporte des bocaux en verres que l’on peut conserver et réutiliser. On remplit ces derniers avec la quantité de produits dont nous avons besoin. Ce sont de petits gestes qui mettront les gens à l’aise pour commencer» suggère la propriétaire.

Les nouveaux adeptes peuvent choisir les gestes à poser qui leur demanderont un minimum d’efforts tout en réduisant leur empreinte écologique, il n’y a pas de mauvais choix. « On prône vraiment une approche où tout le monde contribue et va à son rythme, en adoptant de nouveaux gestes, lorsqu’ils sont prêts. Quand un nouveau geste est adopté, on peut en essayer un nouveau. Ça se fait graduellement », souligne-t-elle. L’important c’est d’y aller une étape à la fois, en se renseignant sur les nouvelles habitudes à adopter.

L'épicerie en vrac est très populaire.

Même si tout le monde a ses préférences, certains produits ont la cote chez les néophytes. Les produits ménagers en vrac, par exemple, sont toujours très appréciés. Tout ce qui se trouve dans l’épicerie en vrac également. Les soins corporels, comme les savons et shampoings en barre, sont aussi de plus en plus populaires. « Il y a vraiment un déclic quand tu commences, tu te rends compte qu’il y a beaucoup de gestes que tu peux poser, qui sont plus faciles que tu le pensais », se réjouit-elle.

Conscientisée depuis longtemps

Pour la propriétaire, l’adoption du mode de vie zéro déchet s’est fait graduellement. « J’ai connu le mouvement zéro déchet il y a trois ans. Mais, sans le savoir, je faisais déjà des gestes qui faisaient partie de ce mouvement depuis longtemps ». Par exemple, elle refusait catégoriquement d’acheter des yogourts individuels et conservait les contenants pour les réutiliser. Elle n’utilisait pas non plus de pailles jetables ni de sacs de conservation à usage unique (de type Ziploc). Les rares occasions où elle utilisait ces types de sacs, elle s’assurait de les réutiliser au maximum en les nettoyant après usage.

Lorsqu’elle a découvert le mouvement, elle a pu consolider ses habitudes et mieux comprendre les points de vue, ce qui l’a également convaincue de vouloir répandre ce mode de vie dans la communauté. « La Réserve, ce n’est pas juste une boutique, pas juste une épicerie, c’est vraiment un endroit pour partager des informations, répandre le mouvement et accompagner les gens », assure Mme Gauthier.

La Réserve est située sur le boulevard Mellon, à Arvida.

Des nouveautés à venir

Questionnée à savoir si l’ouverture d’une deuxième boutique était toujours dans les plans, Mme Gauthier a dévoilé qu’elle planchait sur un projet, sans trop en dire. « On travaille pour pouvoir offrir plus de produits, comme des produits réfrigérés avec un congélateur et un réfrigérateur. Je ne veux pas trop en dévoiler, mais je peux dire qu’il y a un beau projet qui s’en vient ! », avoue la propriétaire pour la première fois publiquement.