Dans la classe de première année, sous le thème de l'environnement, on retrouve des tables de travail en bois brut ainsi qu'une forêt de bouleaux (papier peint) qui s'ouvre sur une sautre salle.

Au Millénaire trace la voie

C'est en septembre prochain que tout près de 170 enfants de la maternelle à la sixième année feront leur entrée Au Millénaire, ce projet d'école trilingue innovateur et audacieux situé à La Baie. Premier de ce que la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay espère être une longue lignée d'écoles nouveau genre, l'établissement stimulera sans l'ombre d'un doute ses futurs écoliers.
«Pour aménager les salles de classe, nous nous sommes inspirés de ce qui se fait ailleurs dans des entreprises comme Google et Facebook. Nous souhaitions allumer et stimuler les élèves». - Chantale Cyr, directrice générale de la Commissions scolaire des Rives-du-Saguenay.
Le projet école Au Millénaire accueillera en septembre prochain près de 170 élèves de la maternelle à la sixième année. Sur la photo, la classe de maternelle ludique et colorée invite à la découverte.
«Nous voulions créer un véritable milieu de vie qui favorisera l'apprentissage de multiples façons, lance Chantale Cyr, directrice générale de la commission scolaire.
Déjà, nous pouvons constater l'engouement autour du projet. Nous avons reçu plus de 480 demandes d'admission. Même au sein de la communauté, on remarque à quel point les gens sont fiers qu'un tel projet se réalise chez eux», exprime Mme Cyr.
Couleurs éclatantes, décors thématiques, équipements technologiques derniers cri, installations innovantes, l'environnement proposé Au Millénaire est à des milles de ce à quoi les écoles traditionnelles nous ont habitués.
Tant par son aménagement et son décor que par son programme éducatif, le projet qui fait partie de l'école primaire Médéric-Gravel s'inscrit dans une vision d'avenir.
Ainsi, langues, technologies virtuelles de pointe, art culinaire, horticulture, arts de la scène, initiation à l'entrepreneuriat sont autant d'apprentissages qui auront lieu dans les locaux complètement revampés de l'ancienne école Georges Vanier.
Bien qu'il n'y ait pour l'instant que cinq classes dont l'aménagement soit terminé, la direction de la commission scolaire des Rives-du-Saguenay assure que l'ensemble des locaux sera prêt pour la rentrée scolaire 2017-2018.
Pensé dans les moindres détails
Fini les petits pupitres alignés dans les salles de classe et les casiers meublant les corridors. Au Millénaire, les espaces sont dégagés et les bureaux des élèves sont conçus de manière à favoriser le travail d'équipe, le partage et l'entraide.
«Pour aménager les salles de classe, nous nous sommes inspirés de ce qui se fait ailleurs dans des entreprises comme Google et Facebook. Nous souhaitions allumer et stimuler les élèves [...] il fallait un milieu de vie modulable et vivant pour les jeunes, tout en étant à la hauteur de ce qu'ils connaissent», explique Mme Cyr.
De la maternelle à la sixième année, les apprentissages sont ainsi développés autour de différents thèmes. En maternelle, on mise sur la découverte, pour les élèves du premier cycle (1re et 2e année) l'environnement, ceux du deuxième cycle (3e et 4e année) la culture et finalement ceux du troisième cycle (5e et 6e année) la communication.
Les thèmes choisis se reflètent jusque dans l'aménagement des lieux. Par exemple, tout récemment, la classe de maternelle ainsi que son espace jeu ont été aménagés avec des blocs de construction géants de type LEGO. Un univers coloré et ludique propice à la découverte.
Pour la classe de première année, les bureaux sont faits de bois brut et une forêt de bouleaux (papier peint) recouvre le mur du fond. Cette forêt s'ouvre par ailleurs sur une autre salle, une salle commune pour les élèves de première et de deuxième année, où la nature se fait également sentir.
«Des espaces communs ont été aménagés afin de permettre le travail par cycle. On se devait de s'assurer que les apprentissages de la première année se poursuivent jusqu'en deuxième année et ainsi de suite», explique Chantale Cyr.
Prochainement, ce sera au tour des classes de 4e, 5e et 6e année d'être finalisées. Les idées d'aménagement pour ces locaux sont tout aussi intéressantes que pour ceux déjà terminés.
Tables en forme d'instruments de musique et lumières suspendues rappelant l'ambiance des festivals, bulles de verre dans lesquels les jeunes pourront s'évader en lecture, décor digne d'un musée, les installations auront de quoi inspirer.
Même chose au niveau des salles principales. Dans le gymnase, on retrouvera une scène qui pourra être cloisonnée par une structure amovible en verre. Sur cette scène, un balcon fera office de bibliothèque et les jeunes pourront en descendre via une glissade, de quoi donner envie d'y aller régulièrement.
Puis, il y aura aussi l'espace cuisine comprenant un coin bistro pour socialiser et déguster les plats préparés. Dans cette vaste pièce, on retrouvera également un petit magasin général permettant entre autres d'inculquer les valeurs de l'entrepreneuriat aux jeunes.
Dans l'optique de créer un milieu de vie profitable à tous, la communauté pourra avoir accès à ces installations puisqu'une entrée indépendante est déjà en place.
Notons qu'une serre sera aussi construite du côté de la cour afin de profiter de l'ensoleillement. On y accèdera via l'espace cuisine.
À la fine pointe de la technologie
Au Millénaire, chaque classe sera dotée d'un écran interactif et tous les élèves auront à leur disposition une tablette numérique.
Aux dires de Mme Cyr, l'utilisation de la technologie comme outil d'apprentissage offre une multitude de possibilités autant pour les enseignants que pour les élèves. Par ailleurs, de nombreuses applications éducatives sont aujourd'hui disponibles et pourront être employées.
L'établissement possèdera également quelques paires de lunettes 3D.
Même au gymnase, les jeunes pourront utiliser la technologie comme plateforme pour les amener à bouger.
Projet audacieux et avant-gardiste
Afin de mettre sur pied un projet tel que celui du Millénaire, toute une équipe de professionnels a dû travailler de pair. Il fallait en effet s'assurer que l'enseignement dispensé réponde aux besoins pédagogiques des jeunes tout en favorisant l'apprentissage d'autres aptitudes telles que les langues et l'entrepreneuriat. L'aménagement des lieux devait également faciliter le mode de travail collaboratif et amener un sentiment de bien-être aux jeunes.
Ainsi, l'un des acteurs mis a contribution pour ce projet unique est l'architecte Carl Hovington de la firme Les Maîtres d'Oeuvre. Pour lui, il s'agit d'un travail très stimulant, comportant évidemment son lot de défis.
«C'est en quelque sorte plusieurs projets en un seul. Il faut penser à chaque classe dans son unicité, mais également à l'école dans son ensemble. Il faut à quelque part retrouver son coeur d'enfants pour un projet comme celui-ci, travailler à un niveau différent et avec une structure et des éléments existants», mentionne-t-il.
La rapidité avec laquelle le projet s'est enclenché est également un facteur influençant le travail de l'architecte. L'idée du projet Au Millénaire a germé en décembre et les travaux ont débuté après les Fêtes. Ainsi, le chantier qui met à profit le savoir-faire de l'équipe du service des ressources matérielles de la commission scolaire se doit d'avancer rondement. Cela implique des réajustements et des prises de décision rapides.
«C'est un projet qui se bâtit au jour le jour, ajoute M. Hovington. Nous avons la chance d'avoir un bâtiment qui était déjà aux normes, avec une architecture intéressante, une fenestration abondante et une vaste cour extérieure. C'est une base de travail formidable. Il suffit maintenant de concevoir un milieu de vie répondant aux besoins du programme et des jeunes».
Pour ce faire, l'architecte a valorisé l'utilisation du matériau bois, un matériau chaleureux qui regagne tranquillement ses lettres de noblesse. Il a également conçu le décor autour d'un fil conducteur soit les cinq couleurs représentant le projet Au Millénaire : l'orange, le bleu, le vert, le rouge et le jaune. Une façon simple et efficace de créer l'harmonie.
«Un projet comme celui-ci ne coute pas plus cher qu'une rénovation traditionnelle. Ça demande sans doute plus d'imagination, mais tout est une question de comment on dépense l'argent, quel choix on fait et de quel manière on conçoit le projet», affirme l'architecte.
En plus des travaux intérieurs qui se poursuivront jusqu'à la fin juin, l'extérieur du bâtiment sera repeint et profitera d'un nouveau système d'éclairage.
Toujours dans l'optique de créer un milieu de vie pour lequel les élèves auront un réel sentiment d'appartenance, des arbres seront plantés dans la cour qui deviendra en quelque sorte une cour-école.