Réussir son recyclage: rincer, séparer et s’informer

Plusieurs d’entres nous se préoccupent de leurs empreintes écologiques. Avec la montée en popularité du mouvement zéro-déchet, des initiatives comme le Pacte et les informations qui circulent sur les dangers du plastique dans les océans, nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir poser des gestes pour aider la planète. Nous tentons de recycler le plus possible, un geste simple qui permet de réduire notre nombre de déchets enfouis. Et si nous tirions le maximum de bénéfice de cette habitude?

Le recyclage est un geste maintenant bien imprégné dans notre quotidien. Le tri des contenants se fait quasiment instinctivement, alors qu’on met le carton, le papier, le verre et l’aluminium dans le bac bleu.

Même si c’est anodin, il y a parfois quelques erreurs qui se glissent dans nos bacs. En plus, avec les années, les centres de tri ont évolué et nous ne connaissons pas toujours ce qu’ils acceptent. Il est bon de regarder sur les sites Internet de nos centres de régie des matières résiduelles afin de se mettre à jour sur les différentes matières acceptées.

Meilleures qu’on le pense

Selon Sophie Lapointe, écoconseillère à la Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean, les gens sont meilleurs qu’ils le pensent. Elle assure que nous nous sommes vraiment améliorés avec le temps. Il ne reste que quelques détails à peaufiner afin que tout soit parfait.

L’écoconseillère insiste sur le fait que le recyclage est plus simple qu’on le pense. Fini le temps ou il fallait enlever les étiquettes des cannes de conserve ou encore enlever les agrafes des feuilles brochées. On doit opter pour la simplicité.

Il faut savoir qu’environ 85 % de ce qu’on dépose dans le bac bleu est actuellement recyclé. Ce qui n’est pas recyclé est bien souvent trop contaminé pour être utile.

Afin de nous aider à nous améliorer, Mme Lapointe partage les trois concepts à garder en tête pour s’assurer d’avoir un recyclage impeccable. 

  1. Rincer nos contenants, pour ne pas contaminer le camion de collecte.
  2. Séparer les objets qui contiennent différentes matières, comme les cahiers à anneaux, ou choisir de les mettre à la poubelle. 
  3. S’informer, que ce soit sur Internet ou en communicant avec la RMR de son secteur, lorsqu’on hésite sur un produit.

Ce qu’il faut éviter

Il faut être prudent lorsque nous mettons des contenants au recyclage. En effet, si nous ne rinçons pas bien les contenants de nourritures, nous pouvons contaminer les déchets de nos voisins, ce qui nuirait à leurs efforts. Lorsque les contenants entrent dans le camion de transport, ils sont écrasés, ce qui fait que les aliments restés à l’intérieur sont propagés sur les autres déchets. «Si quelqu’un ne rince pas bien son pot de mayonnaise, il peut contaminer la moitié du camion, dans les cas les plus graves», rappelle l’écoconseillère. Mais, elle souligne qu’il ne faut pas virer fou avec le rinçage. «On ne demande pas de tout frotter intensément ou encore de passer les contenants au lave-vaisselle. Il suffit de rincer sommairement pour que ce soit efficace».

Les deux objets qui se retrouvent le plus souvent au centre de tri et qui ne devraient pas y être sont, selon Mme Lapointe, les seringues et les vêtements. «On voit beaucoup de seringues et lorsqu’on les trouve, on doit arrêter les chaînes de tri. C’est quelque chose qui va à la poubelle», rappelle-t-elle. De plus, pour ce qui est des vêtements, elle conseille de les amener à un comptoir vestimentaire lorsqu’ils sont en bon état, ou sinon, c’est la poubelle!

Selon elle, il n’y a pas vraiment de différences entre les critères des collectes du Saguenay et du Lac-Saint-Jean. Le seul plastique qu’ils ne prennent pas tous les deux est le #6. «Nous avons vraiment arrimé nos discours au fil des années pour éviter la confusion», continue la spécialiste. Selon elle, la seule différence provient du fait que la RMR du Lac-Saint-Jean demande de laisser les bouchons sur les contenants, tandis qu’à Saguenay on demanderait de les enlever avant de les mettre au recyclage.

Application Ça va où?

Recyc-Québec a créé une application pour les téléphones mobiles appelée Ça va où?. Elle indique aux citoyens où ils doivent placer leurs déchets. En entrant leur municipalité, les personnes ont accès aux règles exactes de leur régie des matières résiduelles, directement sur leur téléphone. Elles peuvent rechercher par objets ou matières. En quelques clics, elles peuvent rapidement éviter les erreurs et faciliter les tâches des travailleurs des centres de tri!

Rappel

À mettre dans le bac bleu

  • Les nouvelles installations du centre de tri de Saguenay et celles du Lac-Saint-Jean permettent de recycler les sacs de plastique et les pellicules d’emballage. Cela comprend les sacs à pain, de produits alimentaires, les pellicules d’emballage (telles que les Ziploc et Saran Wrap). Pour faciliter le tri, il faut tous les placer dans un même sac, noué à l’extrémité. Le sac doit obligatoirement être transparent et de petite taille, comme un sac à pain.
  • Pour que les papiers déchiquetés soient acceptés, il faut placer tous les morceaux dans un sac de plastique transparent.
  • Les bouteilles de verre se recyclent même si elles sont en morceaux, mais il est préférable qu’elles soient complètes.

À retirer du bac bleu

  • Les boîtes à pizza sales ne vont pas dans le bac bleu. Tous les cartons souillés par des aliments doivent être jetés à la poubelle. Les photographies, les papiers carbone et métalliques, les couches, les mouchoirs et les essuie-tout doivent aussi aller à la poubelle.
  • Le styromousse, les barquettes pour la viande, les ustensiles de plastiques, etc. ne sont pas acceptés dans le bac bleu.
  • Les petits pots de yogourt faits de plastique numéro 6 ne sont pas acceptés dans le bac bleu. Il est donc préférable d’acheter des pots de grand format qui sont généralement fait d'un autre type de plastique.