Contenu commandité

Art de vivre

Aménager un gym à la maison

RÉDACTION PUBLICITAIRE / S’entraîner à la maison n’a jamais été aussi simple et accessible. Avec la montée en popularité de l’entraînement de style libre, les Québécois prennent enfin conscience qu’il n’est plus nécessaire d’avoir une grande pièce dédiée au conditionnement physique pour s’entraîner chez soi.

Selon Patrice Savard, directeur des ventes chez Club Piscine Super Fitness de Chicoutimi, ceux et celles qui souhaitent prendre leur santé en main peuvent aujourd’hui se tourner vers les accessoires sportifs davantage que vers les centres multistations, ce qui leur permet de s’entraîner dans un plus petit espace.

«Avec un appareil permettant de travailler le cardio, un tapis de sol, un ensemble d’élastiques, quelques poids libres, un ballon et un rouleau de massage pour bien s’étirer après l’exercice, on a tout ce qu’il nous faut pour un programme complet», soutient M. Savard.

«S’entraîner à la maison est facile et comprend plusieurs avantages, mais il faut aussi que ce soit agréable. Les accessoires de fitness sont appréciés parce qu’ils sont multifonctionnels et nous permettent d’éviter la monotonie. Avec un jeu d’élastiques par exemple, on peut facilement faire au-delà d’une trentaine d’exercices», précise-t-il.

Quant aux appareils d’entraînement cardiovasculaire, il suffit de trouver celui qui saura répondre à nos besoins et nos objectifs, mais aussi celui que l’on souhaitera utiliser régulièrement et pour longtemps.

«Lorsqu’un client se présente chez Club Piscine Super Fitness, il est d’abord questionné sur le but qu’il cherche à atteindre, la fréquence d’utilisation qu’il fera de son appareil et le nombre d’utilisateurs qui s’y entraîneront. Ensuite, on l’oriente vers la machine répondant à ses besoins et à ce qu’il aime faire», explique M. Savard.

«On suggère également à nos clients d’apporter leurs espadrilles en magasin et on les encourage à essayer les tapis roulants, les vélos et autres appareils directement sur place. Ça leur permet de faire le bon choix et d’avoir une meilleure idée de l’expérience offerte».

Un vaste choix, des appareils de qualité

Si les vélos stationnaires de style «spinning» sont toujours aussi appréciés des sportifs qu’ils soient de niveau débutant ou avancé, les tapis roulants ne donnent pas leur place. De leur côté, les elliptiques conviennent toujours à un certain nombre de personnes qui veulent un entraînement plus en douceur, sans aucun choc, et qui permet aussi de travailler le haut du corps.

D’autres appareils d’entraînement cardiovasculaire sont également offerts sur le marché. Certains ont même fait leur apparition au cours des dernières années et gagnent à être connus. C’est le cas notamment des rameurs à eau et des «fan-bike»

«Les rameurs à eau de Water Rover Club sont des appareils vraiment très intéressants. À la base, tous les rameurs permettent un entraînement complet à la fois musculaire et cardiovasculaire. Ils font travailler les pectoraux, les cuisses, mais aussi les abdominaux et les dorsaux. La particularité des rameurs à eau est qu’ils utilisent la puissance hydraulique pour émettre de la résistance. Ils sont très silencieux et permettent un mouvement plus fluide que les rameurs traditionnels», explique Patrice Savard.

Pour leur part les «fan-bike» utilisent la force du vent pour l’obtention de résultats optimaux. Ils permettent, eux aussi, de travailler la partie supérieure du corps aussi bien que la partie inférieure. Chez Club Piscine Super Fitness, on propose ceux de la réputée marque BH Fitness.

«Notre partenaire d’affaires, BH Fitness, se spécialise en équipement sportif. En affaires depuis plus de 100 ans, l’entreprise est connue et reconnue. Elle offre d’ailleurs les meilleures garanties du marché sur ses produits dont une garantie d’usure de dix ans sur certains équipements», précise M. Savard.

Club Piscine Super Fitness offre les produits de BH Fitness en exclusivité au Québec.

Art de vivre

Recettes: des plats regorgeants de nutriments

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Pour vous aider à tenir votre résolution de manger plus sainement, voici deux recettes faciles à cuisiner qui regorgent de nutriments essentiels et de bonnes graisses.

Ravioli avec bacon de dinde, petits pois et courgette (ou version végétarienne)

Portion: Pour 2 personnes
Préparation: 5-10 minutes
Cuisson: 10-15 minutes
Temps total: 15-25minutes
Difficulté: Facile

Ingrédients:
- 1 à s. (15 ml) d’huile d’olive extra vierge Oleiva Traditionnelle
- 1 tranche de bacon de dinde cuite, hachée en petits carrés (peut être substitué par du tempeh ou tofu)
- 1 gousse d’ail fraiche écrasée
- Une pincée de piment séché
- 50 g (1 ¾ oz) de pois frais, en conserve ou surgelés (au choix)
- 1 petite courgette, râpée
- 200g (6 ½ oz) de raviolis frais ou préparés (préparés à l’avance)
- 1 c.à s. (15 ml) de zeste de citron
- 1 c. à s. (15 ml) de persil à feuilles plates
- 1-2 c.à s. (15 ml) de parmesan fraîchement râpé

Préparation:
1. Porter à ébullition une grande casserole d’eau légèrement salée. Pendant ce temps, verser l’HOEV Oleiva Traditionnelle dans une poêle à feu moyen.
2. Ajouter le bacon de dinde (tempeh ou tofu), l’ail et le piment et remuer pendant environ 4 minutes. Ajouter les petits pois et la courgette râpée et laisser cuire 2 à 3 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres.
3. Fair cuire les raviolis, puis égoutter bien. Ajouter les raviolis égouttés à la poêle, en remuant délicatement pour combiner les ingrédients. Servir immédiatement, parsemé de zeste de citron, de persil et de parmesan.

Art de vivre

Manger sainement, sans se priver, c'est possible

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Qui dit nouvelle année, dit résolution. Adopter un mode de vie plus sain, faire de l’exercice, perdre du poids et être en meilleure santé figurent en tête de liste des engagements d’auto-amélioration de début d’année. Malheureusement, rare sont les gens qui parviennent à atteindre leur objectif.

En fait, on estime que 80 % des résolutions du Nouvel An échouent dès février et qu’environ 8 % des gens parviennent à rester motivés et engagés jusqu’au bout.

Vous avez pris comme résolution de manger plus sainement ? Nul besoin de changements drastiques ! Il est possible d’avoir un impact notable sur votre santé en effectuant quelques modifications à vos habitudes quotidiennes. Voilà un élément qui vous aidera à ne pas décrocher de vos engagements et à atteindre les objectifs d’auto-amélioration que vous vous êtes fixés en début d’année !
Voici trois conseils faciles à mettre en œuvre pour vous aider à manger plus sainement.

Art de vivre

Du nouveau dans les cuisines québécoises

RÉDACTION PUBLICITAIRE / En 2018, les repas prêts-à-manger continueront de faire des adeptes, mais d’autres tendances culinaires seront également à surveiller pour l’année qui s’amorce. De plus en plus de familles devraient notamment redécouvrir les recettes traditionnelles familiales alors que bon nombre de consommateurs tenteront de réduire le gaspillage alimentaire.

C’est du moins quelques-unes des prédictions faites par la Table des tendances en alimentation, composée de chefs professionnels de partout au pays, de nutritionnistes, d’universitaires et d’experts en alimentation de Loblaw, qui a dévoilé, au début décembre, sa liste annuelle de tendances en alimentation.

Publiée pour une deuxième fois, cette dernière met en lumière ce que les professionnels de l’industrie voient comme les grands courants qu’adopteront les Québécois en cours d’année.

Ainsi, ils ciblent la volonté des consommateurs de mieux consommer en bouclant la boucle alimentaire.

Comme on est à même de le constater depuis quelques années, le jardinage tend à gagner en popularité. Qu’ils soient propriétaires ou locataires, les consommateurs n’hésiteront pas à jardiner dans leur cours arrière ou sur leur balcon. Certains iront jusqu’à se procurer des poulaillers et des ruches de cours afin de produire eux-mêmes leurs aliments.

Dans la même veine, ils se préoccuperont du gaspillage alimentaire. En 2018, ils chercheront davantage de nouvelles façons de récupérer leurs restes «l’une des choses simples que les gens peuvent faire à la maison pour lutter contre ce problème», croit Ned Bell, chef membre de la Table des tendances en alimentation.

Autre habitude alimentaire qu’on devrait observer cette année, la redécouverte des traditions.

«Les gens redécouvrent leurs traditions familiales et mettent au goût du jour ces mets savoureux d’autrefois pour leur propre famille en les transformant en des plats nutritifs et délicieux qui leur rappellent leur enfance», mentionne Dan Clapson, chroniqueur culinaire et membre de la Table des tendances en alimentation.

Les consommateurs mieux informés, plus conscientisés

Toujours selon les professionnels de la Table qui se sont penchés sur les données recueillies par Loblaw et au sein de l’industrie, les consommateurs sont aujourd’hui mieux informés que jamais sur leur santé intestinale et sur les produits qu’ils consomment.

En 2018, ils porteront une attention accrue à la consommation excessive de sucre et ses effets sur le corps et la santé. En contrepartie, étant mieux informés sur les bons et les mauvais gras, ils consommeront davantage de produits riches en matières grasses comme les yogourts de lait entier.

Ils chercheront également à connaître et comprendre les changements du nouveau Guide alimentaire canadien.

Finalement, comme mentionné plus haut, les repas prêts-à-manger seront toujours autant populaires pour la nouvelle année, sinon plus. Ce qu’on appelle les trousses repas répondront aux besoins des consommateurs à la recherche de repas frais, délicieux, rapides et faciles à préparer.

Pour en savoir davantage sur les tendances ciblées, visitez le www.provigo.ca/taste-the-new-next-2018.

Art de vivre

Pour venir à bout des virus!

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Alors que les vacances des Fêtes sont bel et bien terminées et qu’une nouvelle année débute, on pourrait croire que tous sont reposés et prêts à reprendre la routine. Hélas, pour plusieurs ce n’est pas le cas. Chaque année, de nombreux Québécois se retrouvent en effet cloués au lit après les festivités de Noël et du Jour de l’an. C’est que ces moments de réjouissance sont aussi propices à la propagation de nombreux virus, dont celui de la grippe et de la gastroentérite. Afin de réduire les risques de transmission, un bon nettoyage et la désinfection de la maison s’imposent!

Avant toute chose, il importe de savoir que certaines surfaces sont plus susceptibles que d’autres d’héberger des agents infectieux. C’est notamment le cas des surfaces et objets à risque de contact direct avec la peau et les liquides biologiques. On pense bien sûr à la toilette, la douche, le bain, mais aussi à la table à langer.

Les surfaces fréquemment touchées comme les poignées de portes et les poignées d’armoires, les jouets d’enfants, la table à diner et les téléphones sont aussi des surfaces sur lesquels peuvent se trouver les virus.

Afin de réduire les risques de propagation, trois niveaux d’entretien peuvent être envisagés : le nettoyage, la désinfection et l’assainissement.

La base

Dans tous les cas, même si l’objectif ultime est la désinfection de la maison, un bon nettoyage doit être effectué en premier lieu. Il permet d’éliminer les éléments qui sont propices à la prolifération des agents infectieux comme la saleté, l’eau, la graisse et la poussière.

S’il ne détruit pas les virus et les bactéries, le nettoyage permet aux produits désinfectants d’être plus efficaces.

Le nettoyage peut se faire avec de l’eau propre et du savon ou du nettoyant. Si vous désirez utiliser un même produit pour nettoyer et désinfecter, ou nettoyer et assainir, deux applications consécutives doivent être faites pour un maximum de résultats.

Selon ce qu'on peut lire dans un document préparé à l'attention des garderies par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), pour effectuer le nettoyage, les outils faits de microfibres représentent plusieurs avantages. Des lingettes jetables peuvent aussi être utilisées. Les éponges sont cependant à éviter puisqu’elles se contaminent rapidement.

La désinfection

La désinfection permet de détruire ou d’inactiver de façon irréversible les agents infectieux. Il est possible de désinfecter toutes surfaces non poreuses, jouets, comptoirs, poignées, tables, bain, etc., mais on ne peut désinfecter les surfaces poreuses telles que les tapis.

On peut évidemment utiliser des produits désinfectants vendus en magasin. L’eau de Javel étant sans doute le plus utilisé d’entre tous.

Il est cependant nécessaire de bien suivre les indications du fabricant pour maximiser l’efficacité des produits.
Aussi, on ne doit jamais mélanger différents produits au risque de produire des vapeurs toxiques.

Finalement, lors de la désinfection, on laisse le produit agir sur les surfaces avant de les rincer, on évite de retremper ou d’essorer un linge déjà utilisé dans la solution nettoyante et on commence par désinfecter les surfaces les moins souillées.

Assainissement

L’assainissement permet de réduire la quantité d’agents infectieux présents sur des objets à un niveau jugé sécuritaire sans les éliminer complètement.

On pense à l’assainissement, plus particulièrement l’assainissement à l’eau chaude, surtout pour la vaisselle et les objets pouvant être immergés. Pour être efficace, la température de l’eau doit être d’au moins 77°C et l’immersion doit durée plus de 30 secondes.

Les lave-vaisselles assainissent généralement de façon automatique lors du cycle de rinçage.

Art de vivre

Recevoir à la bonne franquette

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Vous recevez pour le Nouvel An? Pas de stress! L’équipe du Toit & Moi a pensé vous préparer un petit guide du parfait hôte, version 2018. Au menu: simplicité, efficacité et plaisir garanti!

«Potluck» ou repas à partager

Aujourd’hui, plus question de recevoir la famille et les amis avec un repas cinq services. On opte plutôt pour la formule «potluk» ou repas à partager. Comment ça marche? Chaque invité ou couple d’invités apporte un plat cuisiné. Ainsi, on garnit la table de délicieux mets variés préparés avec amour par les invités eux-mêmes.

Petit conseil : on recommande à nos invités d’y aller avec des valeurs sures. On peut aussi carrément leur suggérer un plat ou du moins les orienter vers une catégorie de mets à préparer, par exemple une salade ou un dessert.

Aussi, on leur rappelle qu’il n’est pas nécessaire de cuisiner pour 12 personnes si c’est ce nombre de convives qui sont attendus. Le but est d’avoir plein de petits plats à savourer. De plus, on ne veut pas avoir une quantité trop importante de restes.

Stations de rafraîchissement

Lorsqu’on est reçu chez la famille, on ne veut pas être constamment en train de demander un verre de jus pour notre petit dernier ou de la glace pour notre cocktail. En tant qu’hôte, on ne veut pas non plus courir à gauche et à droite toute la soirée. La solution : on installe une station de rafraîchissement où tout un chacun pourra se servir.

Si vous faites une soirée entre adultes, vous pouvez même transformer cette station en minibar. Demandez à vos invités de remplacer le traditionnel cadeau d’hôte par une bouteille de boissons alcoolisées qui servira à le garnir.

Aire de jeux

Pour les enfants, mais aussi pour les plus grands, prévoyez une aire de jeux. Installez une table et des chaises un peu à l’écart pour ceux et celles qui souhaiteraient se divertir avec une bonne vieille partie de Skip-Bo ou de UNO.

Pour les tout-petits, prévoyez aussi des crayons, du papier et pourquoi pas des casse-têtes.

Même si la soirée n’est pas spécialement dédiée aux jeux, certains apprécieront sans doute cet espace qui pourrait se transformer en coin poker plus tard dans la soirée.

Ambiance décontractée
Si vous êtes l’hôte du réveillon du Nouvel An alors c’est à vous qu’il revient d’informer les invités sur le genre de soirée à laquelle ils peuvent s’attendre. Notre suggestion, faites les choses simplement et optez pour une soirée décontractée.

Il n’y a rien de mieux que de commencer la nouvelle année de façon authentique, amicale et chaleureuse.

Invitez les membres de votre entourage à s’habiller de façon confortable. Mettez un peu de musique à la maison, préparez un punch de bienvenue, quelques bouchées si vous le jugez nécessaire et le reste ira de lui-même.

Art de vivre

4 facons de souligner le Nouvel An

RÉDACTION PUBLICITAIRE / La frénésie des Fêtes se poursuit alors que les festivités entourant le Nouvel An succèdent à celles de Noël! Que la dernière année ait été des plus réjouissante, marquante ou éprouvante, dites-lui au revoir de belle façon et surtout amorcez la nouvelle année sur une note positive.

Un souhait pour 2018

On parle souvent de résolution pour la nouvelle année, mais si pour une fois on y allait simplement d’un souhait. Seul, en famille ou entre amis, prenez un moment pour réfléchir à ce que vous désirez accomplir en 2018.

Il n’est pas question ici de gagner à la Loto. On parle davantage d’accomplissement personnel, professionnel, artistique ou sportif.

Vous souhaitez fonder une famille, trouver l’amour, compléter une formation, accéder à un nouveau poste, parcourir votre premier marathon…aucun rêve n’est trop grand ni trop beau!

Mettez votre souhait sur papier et avec vos proches rangez-le précieusement dans une boite. L’an prochain, vous pourrez vous réunir de nouveau et découvrir si vos souhaits se sont réalisés ou si, au contraire, il vous faudra renouveler ces mêmes souhaits pour 2019.

Souvenirs, souvenirs

Chaque début d’année marque aussi la fin d’une autre, et si on axe souvent sur l’année qui débute, il ne faut pas oublier celle qui se termine.

Dans cette optique, dressez votre bilan de 2017. À tour de rôle, invitez vos convives à écrire ou illustrer un moment marquant de leur année sur un seul et même carton.

Vous obtiendrez ainsi un document des plus précieux que vous pourrez conserver dans vos archives familiales et qui sait, peut-être en faire la lecture à vos enfants dans dix, vingt ou trente ans.

Dans les yeux de ceux que j’aime

Vous «défoncez» la nouvelle année entourés de vos proches? Profitez-en pour resserrer les liens qui vous unissent par le biais d’un petit jeu des plus simples.

Remettez à chacun de petits bouts de papier ainsi qu’un crayon. Ensuite, à tour de rôle, ciblez une personne présente à la soirée sur laquelle vous devrez écrire une phrase, ou pour laquelle vous devrez faire un souhait ou avoir une pensée.

Vous pourriez par exemple écrire «En 2017, tu as une véritable confidente pour moi» ou encore «J’apprécie ta spontanéité et ton humour».

Vous devrez évidemment lire à voix haute vos messages avant de passer à la personne suivante. Une sorte de déclaration d’amour et d’amitié pour bien entamer 2018.

C’est le début d’un temps nouveau

Vous avez vécu un évènement difficile en 2017 et avez envie de vous défaire de cette mauvaise énergie, ou peut-être aimeriez-vous faire une croix sur quelque chose pour l’année à venir, par exemple la cigarette?

Écrivez-le sur un bout de papier et aux douze coups de minuit, le 1er janvier, jetez-le dans les flammes.

Si vous n’avez pas de foyer ou la possibilité de faire un feu en toute sécurité, vous pourriez tout simplement déchiqueter votre papier en geste symbolique. Une activité à laquelle peuvent évidemment prendre part tous vos invités.

Art de vivre

Comment apprêter les restes de dinde

RÉDACTION PUBLICITAIRE / La dinde c’est bon, mais lorsqu’on en a mangé deux ou trois fois dans la période des Fêtes, la dodue volaille perd de son intérêt au menu. Voici quelques suggestions de mets pour apprêter vos restes de dinde et varier vos repas.

Au menu

- Nouilles chinoises ou riz à l’oriental.

- Soupe, à la manière d’une crème de poulet ou d’une « poulet et nouilles ».

- Soupe repas vietnamienne à la dinde.

- Sandwichs froid. Ma recette favorite : dinde, concombre ou pomme en petit morceaux, oignons verts, mayonnaise, sel et poivre au goût. Vous préférez les sandwichs chauds ? Optez alors pour un classique : le hot-chicken ou plutôt, le «hot-
turkey». Autre incontournable: le club sandwich.

- Pâté à la dinde. Pour un pâté plus feuilleté, utilisez de la pâte filo.

- Mets mexicains : tacos, fajitas, burritos ou enchiladas.

- Vol-au-vent.

- Salade fraîcheur à la dinde. Un repas léger et santé pour ceux qui ont envi de manger plus légers après des jours de copieux repas.

- Burger à la dinde effilochée.

Bref, dans toutes les recettes où l’on retrouve du poulet, vous pouvez remplacer ce dernier par de la dinde.  Pour vous inspirer consultez le lien suivant : www.recettes.qc.ca/dossiers/thematiques-culinaires/dossier/les-restes-de-dinde-75

Je vous souhaite de succulents repas des Fêtes!

Art de vivre

Sauces et accompagnements pour vos plats des Fêtes

RÉDACTION PUBLICITAIRES / Les sauces, gelées, chutneys, confits et confitures ajoutent aux assiettes de fromages, terrines, plats de viande et desserts des saveurs distinctives. Voici une sélection de produits québécois qui apporteront une note gastronomique à vos repas des Fêtes.

CANNEBERGE ET CHOCOLAT

Tartinade de canneberge chocolat noir de Canne Berge (Nutra-Fruit inc.). Fondre et verser sur des fruits ou une crème glacée.

Art de vivre

Un panier d’épicerie légèrement plus cher pour 2018

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Chaque année depuis maintenant huit ans, l’Université Dalhousie à Halifax présente son Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation. Pour 2018, c’est en collaboration avec la réputée Université de Guelph, en Ontario, qu’elle nous livre ses pronostics.

Encore une fois, il faut s’attendre à une hausse du coût du panier d’épicerie pour la nouvelle année. Pour les familles canadiennes, on parle d’environ 348$ supplémentaires qui seront dépensés en 2018 pour l’alimentation. Il en coutera donc en moyenne 11 948$ pour se nourrir.

Cependant, lorsqu’on regarde les prévisions détaillées par catégorie, on constate que ce sont principalement la restauration ainsi que les légumes qui seront touchés par une hausse plus marquée de 4% à 6%.

Les autres catégories devraient demeurer relativement stables avec une hausse variant de 0% à 2%, à l’exception des fruits et noix dont la hausse sera davantage de l’ordre de 1% à 3%.

Changements climatiques 

Le principal facteur expliquant la variation anticipée du prix des légumes pour l’année à venir est attribuable aux perturbations météorologiques qui influent sur la production des légumes à l’étranger. Ainsi, les ouragans qui ont frappé les Tropiques de même que le sud des États-Unis pourraient affecter la capacité de production de divers aliments ce qui conduirait directement à une hausse du prix de ces derniers.

Les sècheresses et les feux qui sévissent en Californie sont aussi au nombre des phénomènes météorologiques à surveiller, bien que dans le présent rapport, on note qu’ils ne représenteront pas un facteur d’influence sur le prix des fruits et légumes en 2018.

Il est aussi à noter que bien des incertitudes demeurent quant au commerce international. Les négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) sont à surveiller de près. Elles pourraient avoir un impact direct sur le coût du panier d’épicerie canadien.

Le prêt-à-manger de plus en plus populaire

Pour ce qui est de l’augmentation prévue dans la catégorie Restauration, elle serait en grande partie attribuable au phénomène du prêt-à-manger qui est en plein essor.

Pour 2018, on prévoit que la famille moyenne dépensera 208$ de plus en restauration. C’est donc dire que 59% de la hausse anticipée du coût du panier d’épicerie cette année est attribuable à des dépenses dans cette catégorie.

Il faut dire que la restauration et le prêt-à-manger prennent de plus en plus de place dans l’alimentation des familles canadiennes. On estime que celles-ci y consacrent près de 30% de leur budget alimentaire.

Les détaillants sont d’ailleurs nombreux à agrandir et diversifier leur offre dans ce secteur. Le rapport  parle d’une augmentation annuelle de pratiquement 4% par an des ventes en restauration.

Au Québec, les ventes de prêt-à-manger dépassent les 2,2 milliards de dollars.

On parle aussi du phénomène du «grocerant» soit un nouveau modèle unissant le supermarché au restaurant.