Contenu commandité
Bienvenue dans l'ère du chez soi!

Art de vivre

Bienvenue dans l'ère du chez soi!

Katherine Boulianne
Le Quotidien
Ces récentes habitudes du quotidien que nous avons développées en temps de pandémie sont définitivement là pour rester, selon un sondage mondial mené par Accenture dans 20 pays, dont le Canada. Les résultats amènent même les spécialistes à qualifier cette période comme le début de «l’ère du chez-soi».

C’est donc dire que la nouvelle routine que vous avez empruntée dans les derniers mois, celle d’enfiler vos pantoufles pour vous rendre au travail dans le sous-sol, n’est pas prête de s’essouffler. Tout comme celle où, toujours en pantoufles, vous faites vos achats et vos provisions en ligne. Mais qu’est-ce qu’on définit vraiment comme « chez-soi»? Selon la directrice générale d’Accenture Grace Ayoub, «Le chez-soi est désormais ce qui délimite géographiquement nos activités. Notre domicile est devenu un lieu de travail, une salle de classe, l’endroit pour socialiser…»

Ce phénomène est d’ailleurs bien ancré dans toutes les collectivités. Toujours selon l’étude d’Accenture, les gens ressentent encore un malaise persistant à l’égard des espaces publics et des voyages. Et si les consommateurs ont changé leurs habitudes en raison de la pandémie, l’industrie du commerce de détail a aussi dû revoir sa façon de faire et de planifier l’avenir. «Les entreprises doivent bien comprendre l’incidence de la pandémie à l’échelle locale, en faisant des suivis sur les affaires et les emplois régionaux, ainsi que sur la mesure dans laquelle les gens se sentent à l’aise de reprendre leurs activités pré-COVID», ajoute Mme Ayoub.

Comment se traduit cette tendance chez-nous? Tout d’abord, par l’achat local qui a gagné en importance auprès des consommateurs. On encourage le petit commerce au bout de la rue, on privilégie les producteurs régionaux ou Québécois, et on se renseigne davantage sur la provenance des produits avant d’acheter. Bien entendu, l’essor du commerce électronique est aussi une répercussion évidente de l’ère du chez-soi. Et quand vient le temps de mesurer l’attrait des achats sur le Web pour les Canadiens, les chiffres ne mentent pas. Pour plusieurs secteurs du commerce de détail, comme les meubles et accessoires de maison, l’alimentation et les vêtements, les transactions en ligne ont doublé en avril 2020, alors que les ventes en magasin ont chuté considérablement.

Redécouvrir les classiques avec Le Creuset

Art de vivre

Redécouvrir les classiques avec Le Creuset

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La prestigieuse entreprise Le Creuset fait un retour dans le passé et amène sur les tablettes des produits qui rappellent ses plus grands classiques, avec la collection Héritage.

 Avec des plats de cuisson avec ou sans couvercle, ainsi que des plats à gratin, cette collection se distingue par ses poignées délicatement festonnées, ses couvercles en dôme et ses couleurs aux tons de pierres précieuses. « Ils évoquent des souvenirs de plats faits maison et de recettes réconfortantes préparées avec les personnes qu’on aime », écrit Le Creuset, par voie de communiqué de presse. Héritage comporte dix articles qui se déclinent en différentes formes et dimensions.

« Les inconditionnels de la marque qui arpentent les antiquaires et les marchés aux puces à la recherche d’articles de collection fabriqués au cours des dernières décennies pourraient reconnaître certains articles de l’ensemble », écrit l’entreprise. Plusieurs pièces sont inspirées de versions rétro de produits de collections antérieures. 

On retrouve dans ces produits, les matériaux qui ont fait la réputation indétrônable des articles Le Creuset, comme le grès, qui permet de cuire au four, griller et rôtir les aliments sans risque. La glaçure en émail permet un nettoyage rapide alors qu’elle rend la surface anti-adhérente. « Il s’agit d’une collection dont la qualité n’a d’égal que son look », continue l’entreprise.

Des nouveautés culinaires alléchantes

Art de vivre

Des nouveautés culinaires alléchantes

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Les Éditions Cardinal préparent leur rentrée automnale et elle s’annonce savoureuse. Leurs dernières nouveautés comptent quelques recueils culinaires qui combleront tous les goûts : les apprentis végés, les amateurs de l’alimentation cétogène et même les plus traditionnels.

Trois fois par jour – Un peu plus végé

Le 1er septembre sera publié le tout nouveau livre de Trois fois par jour. Ce quatrième tome invite les lecteurs à découvrir les plaisirs de manger moins de viande. On y retrouvera des recettes de repas santé gourmands, des desserts et des collations « aussi réjouissants qu’équilibrés ». Marilou promet également des idées géniales qui deviendront tout autant « source de bonheur vitaminé que de réconfort santé. »

Comment s’initier au zéro déchet ?

Art de vivre

Comment s’initier au zéro déchet ?

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Couches lavables. Pailles réutilisables. Épiceries en vrac. Le mode de vie zéro déchet gagne en popularité dans la région. Que ce soit pour réduire le gaspillage et l’utilisation de plastique à usage unique ou encore améliorer son empreinte écologique, toutes les raisons sont bonnes pour s’initier à ce mouvement. Mais, plusieurs intéressés se demandent, par où commencer ?

Vanessa Gauthier est propriétaire de la boutique La Réserve, située sur le boulevard Mellon à Arvida. On retrouve dans ce petit local tout pour s’initier au zéro déchet. La première section est constituée de l’épicerie en vrac, où l’on peut se procurer uniquement la quantité dont on a besoin d’une variété d’items, dont le café, les épices, la farine, etc. Une autre partie de la boutique se concentre sur les produits du quotidien réutilisables. Vous trouverez, entre autres, des produits ménagers, des soins corporels, et des utilitaires réutilisables ou compostables.

Chaque semaine, la propriétaire reçoit de nouveaux clients qui ont entendu parler de ce mode de vie. « Souvent, les gens ne savent pas par où commencer donc ils viennent nous demander conseil », explique Mme Gauthier, dans un entretien avec Le Progrès. Ils débutent en essayant l’un des deux volets de la boutique, soit le vrac ou les objets réutilisables. Ils ajoutent ensuite au fur et à mesure différents produits à leur routine.

Poseidn - L’imprimerie 3D au service des boissons

Art de vivre

Poseidn - L’imprimerie 3D au service des boissons

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Mettre un peu de soleil dans votre verre, voilà la mission que s’est lancée l’entreprise québécoise Poseidn. Ce sont ces derniers qui sont derrière les «cocktails 3D», qu’on retrouve dans une foule de formes et saveurs. Fabriqués par imprimerie 3D, ils sont faits pour être dissous dans la boisson avec ou sans alcool de son choix, afin d’y créer un tout nouveau cocktail.

Cela fait un peu plus d’un mois que les gammes de produits signés Poseidn se retrouvent en magasin. Depuis 2015, l’entreprise basée à Québec planche pour créer de nouveaux produits alimentaires qui se démarqueront de ce qui se retrouve présentement sur le marché. C’est grâce à l’équipe composée de gourmets, de designers et d’ingénieurs que les premiers cocktails 3D ont vu le jour et permettent maintenant aux clients de découvrir une toute nouvelle façon de se créer des boissons savoureuses.

Les cocktails 3D sont offerts jusqu’à maintenant pour deux types de boissons : les alcools et les boissons chaudes. Des instructions viennent avec les cocktails à l’achat. De plus, des produits pour les boissons dites fonctionnelles, soit énergisantes, performantes ou relaxantes, seront disponibles à compter du 31 août.

Comment ça fonctionne ?

Par exemple, pour un produit pour les boissons alcoolisées, il ne suffit que de se verser un verre de sa boisson préférée. La quantité dépend des produits et est indiquée sur l’emballage. Chaque cocktail 3D a été pensé pour un type d’alcool en particulier.

On ajoute ensuite le cocktail 3D, qui se dissoudra rapidement. Il ne reste plus qu’à remuer et à ajouter la quantité d’eau recommandée. Ceux qui aiment les goûts plus relevés peuvent en mettre un peu moins. Et voilà ! Le tour est joué.

Litchi et framboise, feux de camp (ananas et cannelle), concombre et lime, les produits présentent une foule de saveurs différentes. Du côté des boissons chaudes, on retrouve un produit pour transformer son eau chaude en vanille française ou en thé matcha. Un produit permet aussi de transformer son lait chaud en chocolat chaud.

Les cocktails 3D sont disponibles depuis peu chez Eugène Allard. Il est également possible de les commander en ligne, sur le site Internet de l’entreprise, au fr.poseidn.com.

Le temps des pendaisons de crémaillère

Des idées-cadeaux originales pour la fête des Pères

Baisse de 50 % de l’utilisation de sacs en plastique pour Lowe’s

Art de vivre

Baisse de 50 % de l’utilisation de sacs en plastique pour Lowe’s

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Faites-vous partie de ceux qui choisissent d’apporter leurs sacs réutilisables en magasin? Pour la compagnie Lowe’s, qui possède les bannières Rona et Réno-Dépôt, la popularité de ces sacs est telle que le réseau multi-enseigne a enregistré une baisse de 58 % de l’utilisation des sacs de plastique par ses clients entre les années 2017 et 2019. Après avoir introduit la facturation sur les sacs en plastique en 2018, le nombre de sacs utilisés a drastiquement chuté. Entre 2017 et 2019, on parle d’une différence notable qui représente 10 millions de sacs.

«Chez Lowe’s Canada, nous sommes déterminés à réduire l’empreinte environnementale de nos activités, ce qui passe entre autres par la réduction de la quantité de matières résiduelles envoyées à l’enfouissement», a indiqué par voie de communiqué Jean-Sébastien Lamoureux, vice-président principal, Affaires publiques, protection des actifs et développement durable chez Lowe’s Canada. Il est heureux de voir que les mesures prises telles que la facturation et la sensibilisation faite en magasin ont pu aider les clients à modifier leurs habitudes.

Les sous amassés par la facturation des sacs en plastique sont remis à Conservation de la nature Canada pour financer différents projets au pays. L’organisation protège les zones naturelles qui abritent les végétaux, la faune et les communautés d’un bout à l’autre du pays. Depuis les débuts de la facturation, des sacs dans les magasins du réseau Lowe’s, les fonds amassés s’élèvent à 125 000 $ !

Lowe’s a annoncé qu’elle offrira dès l’automne un nouveau modèle de sac réutilisable. Les profits découlant de ces sacs iront également à Conservation de la nature Canada et pourront servir à protéger des dizaines d’aires naturelles au pays et les espèces qu’elles abritent.

Des nouveautés culinaire en librairies

Art de vivre

Des nouveautés culinaire en librairies

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Malgré la pandémie, certains plaisirs d’été ne changent pas. Barbecues avec la famille, fraicheur des fruits et des légumes, repas à l’extérieur, la saison chaude est le moment parfait pour prendre le temps de découvrir de nouvelles saveurs. Si l’inspiration vous manque, voici quelques nouveautés disponibles en librairies qui vous permettront d’essayer d’alléchantes nouvelles recettes.

100 % POULET - DU FOUR AU BBQ

100 % poulet - du four au BBQ contient plus de 60 recettes qui mettent en vedette un repas qui comble même les plus difficiles : le poulet ! Il s’agit du sixième recueil d’Antoine Sicotte, ce cuisinier rebelle qui a l’habitude de prendre sa cuisine comme un terrain de jeu et d’expérimenter de nouvelles saveurs. Dans 100 % poulet, il propose aux lecteurs des recettes simples, fraiches et économiques, dans un livre grand format où les photographies sont à l’honneur. Des ailes de poulet arrabbiata, des pilons lime-chipotle, des doigts de poulet colonel Tao, Sicotte propose même «le meilleur poulet au beurre du monde». Les façons d’apprêter cette viande sauront surprendre et séduire, que ce soit sur le gril, dans la marmite ou en marinade.

«Dans les temps difficiles, comme ce qu’on vit présentement, ce qui me fait le plus de bien, c’est de cuisiner pour ma famille. Et le poulet est vraiment ma viande préférée pour réussir des repas super faciles à préparer. C’est une viande pas trop chère et délicieuse, qui se fait au BBQ comme au four ! J’adore 100 % du poulet : les ailes, les poitrines, les cuisses, les pilons, la peau… rien ne se perd !», a indiqué le cuisinier rebelle, par voie de communiqué de presse.

Le livre est disponible dans une foule de libraires et magasins à grande surface, en plus que sur le site web de son éditeur, editions-cardinal.ca.

Les plateaux, plus que de simples objets décoratifs

Art de vivre

Les plateaux, plus que de simples objets décoratifs

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Juste à temps pour la saison du barbecue et des 5 à 7 sur la terrasse, il est de nouveau possible de se réunir à l’extérieur. Bien qu’il faille le faire sous certaines conditions, il va sans dire que cette nouvelle a de quoi réjouir. Ainsi reprendront, pour la saison estivale 2020, les va-et-vient dans la maison pour  apporter à boire aux invités et pour transporter tout le nécessaire à dresser la table extérieure. Afin de vous accompagner dans votre devoir d’hôte, pensez vous procurer un plateau de service. Plus qu’un simple objet décoratif, les plateaux sont d’une utilité remarquable pour transporter plusieurs objets à la fois et pour servir bouchées et cocktails. En voici quelques modèles dénichés pour vous.

Tchin-tchin

Provence fait son entrée dans la famille Le Creuset

Art de vivre

Provence fait son entrée dans la famille Le Creuset

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Alors que le printemps pointe le bout de son nez, Le Creuset nous dévoile une toute nouvelle couleur d’articles de cuisson inspirée des champs de lavande: Provence.  Cette couleur incarne la sérénité et la finesse de ces fleurs que l’on retrouve en abondance en France, pays qui a vu naître la célèbre marque.

Il n’est pas rare que Le Creuset profite de l’arrivée du beau temps pour lancer de nouvelles couleurs pour enrichir sa collection. Chaque fois, c’est un coup de cœur assuré et Provence ne fait pas exception avec sa teinte délicate de violet.

Pas moins de 18 produits sont offerts au Canada dans ce nouveau coloris, dont les cocottes en fonte émaillée qui font la renommée de l’entreprise fondée il y a 95 ans.

Visitez lecreuset.ca pour tous les détails.

L'Expo Manger Santé et Vivre Vert 2020 en mode virtuel

Art de vivre

L'Expo Manger Santé et Vivre Vert 2020 en mode virtuel

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Rendez-vous incontournable du printemps, L’Expo Manger Santé et Vivre Vert qui devait avoir lieu à Montréal, Québec et Sherbrooke aura finalement lieu sur le Web. Les organisateurs ont en effet décidé de tenir l’événement sous une toute nouvelle forme pour se conformer aux exigences de la Santé publique tout en répondant à la soif de connaissances de sa communauté. Ainsi, c’est à compter du 20 mars prochain, que se tiendra l’événement au expomangersante.com.

«Alors qu’une grande partie de la population doit respecter les mesures de confinement en demeurant à la maison, nous avons eu l’idée de cette vitrine virtuelle. Par le biais de nos plateformes numériques, les visiteurs pourront faire un tour d’horizon des innovations et découvertes en Alimentation saine, en Écologie et en Santé globale et ce, dans le confort de leur foyer» a annoncé Renée Frappier, fondatrice d’Expo Manger Santé et Vivre Vert.

En plus de pouvoir magasiner les produits présentés par les exposants, les visiteurs du site pourront visionner des capsules vidéos de conférences et de démos culinaires qui devaient être présentées devant public. Ils pourront également profiter des offres promotionnelles des exposants et participer aux divers concours organisés.

L’Expo Manger Santé et Vivre Vert se poursuivra jusqu’au 3 mai.

Le Jour de la Terre fête ses 50 ans

Art de vivre

Le Jour de la Terre fête ses 50 ans

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Depuis le confinement lié au Coronavirus, les médias du monde entier rapportent les impacts positifs de la crise actuelle sur l’environnement; que ce soit une baisse de la pollution atmosphérique dans certains pays  ou encore la faune qui reprend ses droits, là où la présence humaine l’avait chassée. Néanmoins,  les experts s’entendent pour dire que ces résultantes sont temporaires étant liées à l’arrêt de nombreuses activités commerciales et personnelles. Alors que le Jour de la Terre célèbre cette année ses 50 ans, plus que jamais la population mondiale est amenée à réfléchir à l’avenir qu’elle souhaite bâtir. Notre rapport à l’environnement en sortira-t-il gagnant?

Fondé en 1970, aux États-Unis, le Jour de la Terre a pour objectif d’encourager  les citoyens et les organisations à diminuer leurs impacts sur l’environnement. Il les accompagne via des activités de sensibilisation et de nombreux programmes d’actions qu’il déploie le 22 avril, mais aussi tout au long de l’année. Au Québec, on souligne le Jour de la Terre depuis 1995.

L’organisation valorise la méthode des 3RV dans les actions qu’elle met en place soit la réduction à la source, la réutilisation, la récupération et la valorisation.

En pleine crise sanitaire, le Jour de la Terre encourage les individus et les familles à passer à l’action au quotidien.

22 gestes pour la planète

Pour sa campagne 2020, le Jour de la Terre propose, via ses pages Facebook et Instagram, un geste quotidien spécifique à mettre en application durant le mois d’avril. Jusqu’ici, l’organisation a invité ses abonnées à diminuer leur empreinte numérique, réduire le gaspillage alimentaire, apprendre à faire des cosmétiques maison, réaliser des économies d’énergie, se lancer dans la culture des légumes et fines herbes, entre autres.

Elle tend ainsi à démontrer qu’il est possible de changer nos habitudes un geste à la fois, le 22 avril et tous les autres jours de l’année.

Beaucoup d’actions peuvent notamment être posées à la maison en ce qui a trait à la gestion de nos déchets, l’utilisation de produits nettoyants écologiques, la diminution du gaspillage alimentaire, la culture de légumes, de pousses et de fines herbes, la revalorisation de nos meubles et accessoires, l’achat de biens de provenance locale, le verdissement de notre environnement, l’utilisation d’ampoules à DEL et bien plus encore.

Pour plus d’information, visitez  jourdelaterre.org


Un brunch à saveur régionale

Art de vivre

Un brunch à saveur régionale

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Les entreprises agroalimentaires sont toujours en opération, étant considérées comme délivrant des services essentiels. Évidemment, elles ont elles-aussi revus leur manière d’opérer et de desservir leur clientèle, si bien qu’elles sont nombreuses à offrir le service de livraison ou de cueillette. De surcroît, il est toujours possible de se procurer leurs produits dans les épiceries et dépanneurs.

Alors que l’achat local trouve écho partout à travers la province et que de plus en plus de citoyens sont sensibilisés à l’avenir des entreprises québécoises, pourquoi ne pas profiter de la fête de Pâques pour faire le plein de produits régionaux et mettre le savoir-faire des entreprises d’ici au cœur de votre menu?

Célébrer Pâques confiné

Art de vivre

Célébrer Pâques confiné

Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Sophie Richard - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Depuis les débuts du confinement, tous ont vécu de nombreuses premières fois, que ce soit en lien avec l’organisation du travail à la maison ou de la vie familiale, et force est de constater que d’autres nouvelles expériences s’imposeront à nous au cours des jours et des semaines à venir.  Pas plus tard que demain, nous soulignerons d’ailleurs une première fête de Pâques, confinés à la maison. Exit les repas en famille, les brunchs aux restaurants et la visite chez les grands-parents. Il faudra faire preuve d’imagination pour souligner Pâques cette année et en faire un événement festif, malgré tout.

Ensemble, chacun chez soi

Grâce aux technologies modernes, il est aujourd’hui possible d’être plus connectés que jamais avec ceux que l’on aime. À l’occasion de Pâques, pourquoi ne pas faire un brunch version 2.0. Invitez vos proches à une vidéoconférence. Faites comme si vous les receviez à la maison. Sortez la porcelaine et les flûtes à mimosa, préparez un somptueux déjeuner et surtout, habillez-vous élégamment. Chacun chez vous, savourez votre repas, discutez et riez ensemble comme vous l’auriez fait en d’autres circonstances. Cette année, même les membres de votre famille vivant à l’extérieur de la région pourront être présents, virtuellement.

Chasse aux cocos

Vous avez de jeunes enfants? Faites leur vivre la magie de Pâques en commençant par organiser une chasse aux cocos. Celle-ci peut très bien avoir lieu à l’intérieur de la maison ou encore dans votre cour arrière.

Videz de leur contenu de véritables œufs, puis cachez-les à différents endroits dans la demeure. Encouragez les enfants à travailler en équipe pour les retrouver. Une fois chose faite, invitez-les à les peindre et à les décorer.

Hum, du chocolat

Si la fête de Pâques est avant tout une fête chrétienne commémorant la résurrection de Jésus, elle est également pour plusieurs la fête du renouveau, soulignant notamment l’arrivée du printemps.

Pour des raisons purement commerciales, on y associe également le don de cadeaux chocolatés. Petits et grands prennent en effet plaisir à offrir et à recevoir du chocolat à l’occasion de Pâques.  Lapins, canards, œufs, poules, licornes, oursons, camions, qu’importe le moule, tant qu’ils sont faits de chocolats, tous ont de quoi  nous ravir en cette journée de fête.

Si vous n’avez pas eu le temps de mettre la main sur vos chocolats favoris avant la pandémie, ou si vous avez épuisé vos réserves entre temps, rassurez-vous, les chocolateries de la région sont encore nombreuses à poursuivre leurs opérations. Elles offrent pour la plupart le service de livraison ou encore la cueillette sans contact.

Décorations faites maison

Vous êtes du genre à acheter une nouvelle décoration de Pâques tous les ans. Cette année, faites changement. Comme vous ne pouvez pas parcourir les magasins à la recherche d’un nouveau bibelot à ajouter à votre console, profitez-en pour user de créativité et fabriquer vos propres décorations maison.

Sans tomber dans le bricolage enfantin en papier construction, vous pouvez créer de belles pièces à partir d’articles que vous possédez déjà. Par exemple, vous pourriez peindre un petit lapin sur une jarre à biscuits en verre ou utiliser un vieux cadre en bois pour y accrocher de petites guirlandes. Besoin d’inspirations, référez-vous à notre page «DIY».

Travailler efficacement de la maison, c’est possible?

Art de vivre

Travailler efficacement de la maison, c’est possible?

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Plusieurs d’entre vous se sont retrouvés à travailler de la maison au cours des dernières semaines. Bien préparés ou pas, c’est un changement routinier de taille qui est à surmonter pour tous ceux qui doivent dès maintenant être productifs de leur domicile. À chacun ses défis! Si certains éprouvent de la difficulté à s’occuper des enfants en travaillant, pour d’autres, c’est de trouver comment se concentrer dans le confort de son domicile.

Si vous travaillez de la maison depuis longtemps ou si ce changement est tout récent, vous avez connu les difficultés qu’apporte le travail à la maison. Entre les distractions, comme le ménage, les enfants, votre ordinateur, la télévision, l’ennui et même l’envie d’une sieste sur le divan, la motivation est souvent difficile à aller chercher, loin de ses collègues. Il est normal au début d’être déboussolé. Heureusement, bien des gens sont passés par là avant vous et ont développé des trucs qui vous aideront sûrement à être plus efficace de la maison. En voici quelques-uns.

Avoir un espace

Tous les experts s’entendent, si vous travaillez de la maison, il vous faut avoir un espace dédié à cette tâche. Il sera plus facile pour vous de vous y consacrer, mais également d’y partir et de le laisser derrière vous à la fin d’une journée. Si vous hésitez entre deux endroits, comme la cuisine ou le sous-sol, optez pour celui qui est le plus loin des agitations du quotidien, car cela vous aidera à rester concentré. N’hésitez pas à opter pour des astuces qui vous permettent d’être plus alerte comme de la musique de fond, le port d’écouteurs, le parfum d’une bougie, etc.

Après avoir choisi l’espace, il faut, bien sûr, avoir le matériel adapté à ses besoins. Un bureau et une chaise de travail ergonomique sont essentiels pour un travail à la maison efficace, surtout s’il est de longue durée, tout comme un ordinateur de qualité.

Une planification structurée

Ce n’est pas parce que vous êtes à la maison que vous n’avez pas besoin d’un horaire de travail. Les experts s’entendent tous sur ce point : il vous faut planifier votre journée comme si vous étiez au travail et bien suivre cet horaire. Cela vous aidera également à mettre une limite entre votre vie familiale et celle professionnelle. Pour ceux qui ont des enfants et un conjoint, vous pouvez vous donner des temps de garde. Cela vous permettra à tous les deux d’avoir des moments pour travailler sans interruption.

Le travail à la maison peut être également une invitation au linge mou et à la grasse matinée. Attention! Vous serez certainement plus productif si vous vous habillez convenablement et que vous suivez votre horaire du bureau. De ce fait, vous serez prêts pour tout appels vidéo inattendus.

Briser l’isolement

L’une des difficultés du travail à la maison est bien sûr la distance plus accrue entre vous et vos collègues. Si au bureau, vous n’aviez qu’à étirer votre cou pour demander un conseil ou régler un problème, c’est maintenant un peu plus compliqué. N’ayez pas peur de les déranger et contactez vos collègues lorsque c’est nécessaire. Puisque la communication est moins évidente en ligne, n’hésitez pas à prendre tous les moyens nécessaires pour vous assurer que vos collègues ont bien reçu vos messages, comme une confirmation de réception, un appel pour valider une idée, etc. Après un long moment seul, parler avec un membre de votre équipe vous fera certainement du bien et vous aidera à rester motivé.

Faire des pauses

Il est tout aussi important de prendre des pauses à la maison qu’il ne l’est au bureau. Pour ceux qui ont peur de décrocher trop longtemps, n’hésitez pas à vous mettre une alarme qui vous rappellera le moment de retourner travailler. Même chose pour la pause dîner. Cet arrêt vous permettra de décrocher du travail, de penser à autre chose et de vous divertir. Le reste de votre après-midi sera de cette façon plus efficace. En plus, c’est une bonne occasion pour sortir prendre l’air et vous aérer l’esprit, ce qui n’est plus un automatisme maintenant que vous ne sortez plus pour vous rendre au bureau.

Laisser votre ménage de côté

C’est l’une des distractions principales d’une journée à la maison. Vous voyez votre linge qui n’a pas encore été plié, la vaisselle qui s’empile à côté de votre évier ou encore la poussière qui s’accumule sur le plancher. Si ce n’est pas dans votre habitude de faire le ménage en plein milieu de votre matinée, laissez-le de côté et faites-le au même moment que vous l’auriez fait si vous aviez travaillé au bureau. Vous pouvez garder ces tâches pour la fin de la journée et d’autres pour la fin de semaine.

Voir les avantages

En instaurant ces astuces dans votre quotidien, vous verrez qu’il y a plusieurs avantages à rester chez soi. Par exemple, travailler de la maison veut dire plus de trafic! Certains d’entre nous sauvent maintenant une demi-heure de leur journée qu’ils ne passent plus à être assis dans l’auto. Vous voyez également beaucoup plus vos enfants. Pour ceux qui sont confinés à la maison pour limiter les risques de contagion du COVID-19, dites-vous que cet effort vaut bien la santé des gens qui vous entourent.


Un bureau de travail fonctionnel à la maison

Pour un confinement occupé

Art de vivre

Pour un confinement occupé

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Alors que vous pensiez que votre routine allait retourner à la normale après une semaine de relâche mouvementée, vous voilà confiné à la maison, avec votre petite famille. Vos enfants ne vont plus à l’école et toutes vos activités sont annulées, ce qui fait que vous passez plus de temps qu’à l’habitude à la maison, tous ensemble. Même si ce temps peut paraître difficile à gérer, il faut savoir qu’il y a une foule d’activités intéressantes à faire, entre les quatre murs de notre demeure. Pourquoi ne pas profiter de ce temps pour faire des tâches utiles, découvrir de nouvelles recettes ou encore apprendre de nouveaux jeux?

1. Commencer le grand ménage du printemps

Et si vous commenciez votre ménage du printemps plus tôt cette année? Vous pouvez profiter du temps que vos enfants sont à la maison pour commencer à faire le tri dans leurs affaires. Avec eux, il sera plus facile de faire des choix et de décider quels morceaux vous souhaitez donner aux œuvres de charité. Vous pouvez commencer à ranger les chandails de laine, les foulards pour faire de la place aux vêtements d’été.  En faisant quelques bouts de ménage par-ci par-là, vous verrez votre tâche du printemps s’alléger à vue d’œil!

2. Essayer de nouvelles recettes

Ils traînent dans vos armoires depuis plusieurs mois. Profitez de ce temps de distanciation sociale pour dépoussiérer vos livres de recettes. En les feuilletant, vous découvrirez assurément de nouvelles recettes que vous n’avez jamais essayées. Vous pouvez même demander à vos enfants s’ils souhaitent s’initier à la cuisine. Vous pouvez les faire choisir des repas, les aider à apprendre à cuisiner, ou encore faire des soirées dégustations.

3. Bouger

Le confinement ne veut pas dire qu’il faut rester inactif. Une foule d’applications et de sites Web propose des idées d’entraînement demandant peu de matériel pour les petits, comme les grands. Il y a également certains jeux vidéo, que vos enfants apprécieront, qui sont aussi disponibles et qui vous feront sauter ou danser. Vous verrez qu’il peut être plaisant de bouger, même à la maison.

4. Trouver un nouveau passe-temps

Pour les petits et les grands, ce temps à la maison peut être le moment idéal pour renouer avec un vieux passe-temps. Jeux de société, casse-têtes, livres, journaux de bord, le nombre de possibilités n’a pas de limites. Ces loisirs vous feront certainement passer le moment de confinement beaucoup plus vite. Il y a également des applications qui permettent l’apprentissage d’une nouvelle langue beaucoup plus facilement. Laissez aller votre imagination pour trouver ce qui vous fera plaisir. 

5. Faire ses produits ménagers

Avec la propagation du COVID-19, le lavage des mains n’a jamais été aussi important. Plusieurs profitent donc de leur moment à la maison pour s’initier à la fabrication de produits ménagers. Aussi efficace pour passer le temps que pour désinfecter votre intérieur, vous serez fier de votre produit personnalisé que vous aurez adapté à votre goût. En plus, sa confection est sûrement plus simple que vous pouvez le penser! En voici un exemple.

Désinfectant pour les mains maison

•    1/3 de tasse (75 ml) de glycérine végétale

•    1/2 de tasse (125 ml) d’alcool à friction (Isopropanol) 99 %

•    Quelques gouttes d’huiles essentielles à la lavande

•    Une petite bouteille

Il ne suffit que de bien mélanger tous les ingrédients ensemble. Vous pouvez réutiliser une vieille bouteille de Purel comme contenant. De plus, il est très facile de faire son propre savon à vaisselle, nettoyant tout usage et bien plus !

Quelques conseils pour bien faire ses réserves

Plusieurs personnes tentent de se préparer à l’éventualité d’une quarantaine si jamais l’un de leurs proches ou elle-même tombait malade. Santé Canada recommande de se préparer, mais d’éviter la panique! Leur premier conseil est de stocker en denrées non périssables, ce qui éviterait aux gens atteints de sortir s’ils sont malades.

Puisqu’il faut éviter les déplacements et les sorties pour les prochaines semaines, il vaut mieux être efficace dans sa planification en vue d’un confinement. Santé Canada recommande d’y aller graduellement, en ajoutant quelques-uns de ces articles à votre panier d’épicerie, chaque fois que vous sortez.  Voici une liste des articles recommandés à avoir sous la main par Santé Canada.

•    Soupes en conserve

•    Pâtes sèches et sauce

•    Légumes et légumineuses en conserve

•    Papier hygiénique

•    Papiers-mouchoirs

•    Produits d’hygiène féminine

•    Aliments pour animaux de compagnie

•    Pour les familles avec des bébés, des couches

En adoptant ces conseils, vous éviterez de cette façon de sortir si vous êtes malades, mais également si vous êtes en santé, mais que l’éclosion du virus se produit dans votre ville. Vous pourrez dans ce cas rester en sécurité à la maison.

Du rangement personnalisé

Art de vivre

Du rangement personnalisé

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Le rangement est pour bien des familles, un véritable casse-tête. Alors que les garde-robes et les tiroirs débordent, vous ne savez plus où placer vos objets préférés. Et si vous vous fabriqueriez  un rangement abordable, original et pratique? Vous pourriez vous-mêmes fabriquer des tablettes de rangement qui iront à merveille dans votre décor, avec des objets inusités que vous pourriez avoir sous la main.

La fabrication de ce rangement sera moins difficile que vous pouvez le penser, car une foule d’objets du quotidien ne demandent que quelques coups de marteau, des clous et de la peinture pour se transformer en étagère utile et surtout ravissante. Vous pourrez choisir sa grandeur, sa couleur et son style, afin qu’elle soit exactement selon vos goûts. En créant ce meuble vous-mêmes, vous vous découvrirez peut-être un nouveau talent et épargnerez des sous, en plus de vous fabriquer un magnifique meuble personnalisé. Voici quelques idées de projets dans lesquels vous pourriez vous lancer.

À l'affût

Art de vivre

À l'affût

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
 Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

L’érable, c’est bon en sirop!

Au printemps, c’est le temps des sucres! Les dents sucrées l’attendent impatiemment, c’est le meilleur moment de l’année pour se procurer les produits de l’érable et de les déguster. C’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles recettes utilisant ces produits.

Il est possible de le faire avec L’érable, c’est bon en sirop !, le tout dernier libre de Micheline Mongrain-Dontigny. Cette nouvelle édition, revue et enrichie, du best-seller du même nom publié en 2016 revisite des recettes où l’érable est à l’honneur. De la casserole aux pommes, aux burgers de poulet et aux magrets de canard, l’auteure fait découvrir aux lecteurs comment les recettes favorites des Québécois peuvent être agrémentées par les produits de l’érable. Elle n’a tout de même pas oublié d’ajouter quelques classiques qui sont si appréciés dans les cabanes à sucre de la province. L’ouvrage contient 120 recettes variées, savoureuses et originales qui épateront certainement vos proches.

Le livre est sur les tablettes des librairies depuis la mi-février. La première édition avait été nommée gagnante nationale au Gourmand World Cookbook Awards en 2017, dans la catégorie «Best non alcoholic book».

Des cache-pots faits maison

Art de vivre

Des cache-pots faits maison

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
S’il y a bien un élément de décor qui ne semble pas passé de mode, c’est celui des plantes d’intérieur.

Il y a toujours de nouvelles espèces à découvrir, ce qui fait que nous avons constamment envie d’en avoir plus à la maison! Toutefois, toutes ces plantes ont un coût, que l’on doit additionner au pot, à la terre et aux engrais que nous devons également nous procurer. C’est pour cette raison ou par désir de recycler davantage, que plusieurs se tournent maintenant vers les objets du quotidien pour créer leur propre pot ou cache-pot personnalisé, à petit prix. 

Avec ces objets et quelques coups de pinceau, il est plus facile que nous le pensons de créer des pots à notre image, qui se glisseront à merveille dans nos intérieurs. Ces derniers, aussi pratiques que jolis nous permettront d’économiser lors de l’achat d’une nouvelle plante.

Un peu d’inspiration en cuisine

Art de vivre

Un peu d’inspiration en cuisine

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Plus les jours passent, plus il est difficile de trouver des idées de collations et de repas qui plairont à tous les membres de votre famille. Alors que l’on veut essayer quelque chose de nouveau, on veut aussi s’assurer que même les plus difficiles aimeront ce qui se trouve dans leur assiette. De plus, il faut trouver le temps de se  mettre aux fourneaux. Que faire?

Plusieurs nouveautés du côté des livres de cuisine peuvent certainement répondre à votre interrogation et vous donner l’inspiration qu’il vous faut. Ces deux récentes sorties vous suggèrent quelques idées de casse-croutes sains et repas rapides et savoureux. 

Rendre la maison plus chaleureuse

Art de vivre

Rendre la maison plus chaleureuse

Mélissa Viau - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Ce n’est pas seulement qu’à la Saint-Valentin que vous devriez plonger votre maison dans une ambiance chaleureuse. Voici quelques petits trucs pour rendre votre espace quotidiennement plus convivial pour votre bien-être personnel, pour celui de la personne aimée et pour vos invités.

D’abord, tamisez les lumières et de grâce, éteignez toute source de lumière ressemblant à des néons! Si vous n’avez pas de gradateur et que vos sources d’éclairage sont limitées, vous pouvez ajouter des petits ensembles de lumières de Noël LED. Les blanches ou les jaunes sont utilisées à l’année pour embellir les jardins ou rendre certaines pièces de la maison plus festives. Le secret est de les installer soigneusement, sans les laisser pendouiller n’importe comment.

Les bougies sont des incontournables pour mettre un peu de chaleur et de romantisme dans votre demeure. Par contre, il faut y aller avec prudence. Les bougies chauffe-plats, qu’on peut déposer dans des bougeoirs ou simplement dans des verres, sont sécuritaires et s’éteignent au bout de quelques heures. Elles ne risquent pas d’endommager vos meubles comme les traditionnelles chandelles qui répandent leur cire un peu partout.

Si vous avez des animaux, des enfants ou que vous vous méfiez du feu, vous pouvez aussi opter pour les chandelles sans flamme, qui fonctionnent à l’aide d’une pile. On en trouve facilement de plusieurs formats et styles. Certaines sont même faites de cire véritable. La plupart des restaurants priorisent ce genre de chandelles. 

On retrouve aussi les diffuseurs d’huiles essentielles qui ont des propriétés calmantes ou énergisantes, selon l’objectif de votre soirée. Certains sont aussi munis de modes d’éclairage. Même si l’odeur est discrète, n’ambitionnez pas sur la quantité d’huile, surtout si vos chandelles sont déjà parfumées. Comme ils agissent comme humidificateur, assurez-vous de ne pas ajouter une source d’humidité à une maison déjà trop humide.

Si vous aimez les diffuseurs d’odeurs plus intenses, les diffuseurs de parfum sans bougie sont aussi très tendance. La cire odorante propage son odeur en fondant grâce à une ampoule de faible intensité ou d’un élément chauffant. Mais certains sont si odorants que les vêtements de vos invités risquent d’être imprégnés par l’odeur de la cannelle pour le reste de la semaine !

Faites-le d’abord pour vous. Si votre espace de vie est chaleureux, vous serez la première personne à en bénéficier. Et si vous devez passer la Saint-Valentin en solitaire, la soirée vous semblera  plus agréable. 

À l'affût

Art de vivre

À l'affût

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Nouveau livre Pratico Santé pour les diabétiques

L’arrivée du diabète vient changer inévitablement les habitudes de vie de la personne atteinte et de ses proches. Au Québec, ils sont plus de 880 000 à vivre avec cette maladie. Pratico Édition a décidé de les aider, en lançant le tout premier livre de sa nouvelle collection Pratico Santé, intitulé «Diabète - 125 recettes simples et savoureuses pour toujours bien manger». Avec cet ouvrage, Pratico Édition souhaitait les aider à découvrir des recettes classiques qui s’intègrent bien au quotidien. Le livre est conçu à l’intention des personnes atteintes du diabète de type 1 et 2 ainsi que des prédiabétiques.

Comment gérer cette maladie? Quels aliments sont à privilégier? Comment adapter son rythme de vie? Ce livre vient répondre à toutes ces questions et même plus! Il a été mis au point avec des experts de chez Diabète Québec, afin d’offrir un menu complet, équilibré, simple et contrôlé en termes de glucides. «Diabète – 125 recettes simples et savoureuses pour toujours bien manger» se retrouve sur le site Web boutique.pratico-pratiques.com, ainsi qu’en magasins.

Légère hausse des prix des paniers d'épiceries en 2020

Art de vivre

Légère hausse des prix des paniers d'épiceries en 2020

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Le prix du panier d’épicerie des Québécois et Canadiens devrait légèrement augmenter dans la prochaine année, comparativement à ce qu’ils payaient l’année dernière. Les prix des viandes, des fruits de mer et des fruits et légumes sont ce qui devrait surprendre le plus les consommateurs lors de leur passage aux caisses, puisque ce serait dans ces secteurs que la hausse de prix serait la plus importante. C’est ce que concluent les chercheurs de l’Université de Dalhousie et de Guelph, dans la 10e édition du Rapport canadien sur les prix à la consommation, publié récemment.

Leurs prévisions suggèrent que les prix globaux des denrées alimentaires augmenteront de 2 % à 4 %, dans la prochaine année. En moyenne, la facture annuelle pour l’épicerie des familles québécoises devrait se chiffrer à 12 667 $, soit 487 $ de plus que l’année précédente. Même si à grande échelle, cette augmentation ne semble pas très importante pour les portefeuilles des ménages, il faut savoir que les salaires n’ont pas prévu d’augmenter donc cette hausse continuelle des prix exercera une pression financière plus accrue sur les consommateurs.

Les aliments étudiés sont regroupés en plusieurs catégories. Trois d’entre elles présentent des hausses importantes prévues, soit les viandes (6 % à 8 %), les poissons et fruits de mer (2 % à 4 %) et les fruits et légumes (2 % à 4 %). Le prix de la facture d’un repas au restaurant devrait également grimper de quelques pour cent, entre 2 % et 4 %. Pour les autres catégories, les augmentations sont moins importantes : boulangerie (0 % à 2 %), produits laitiers (1 % à 3 %) et autres (0 % à 2 %). Le prix de la facture des Québecois, comparativement au reste de la province, serait plus élevé que la moyenne canadienne.

L’année dernière, les chercheurs avaient prédit que les familles canadiennes dépenseraient jusqu’à 12 157 $ dans l’année pour l’achat de nourriture et les résultats à ce jour ont démontré qu’elles ont véritablement dépensé 12 180 $, soit 23 $ de plus que leurs prédictions. Pour eux, c’est ce qui démontre que leur modèle est efficace et performant. Pour arriver à des résultats aussi près de la réalité, les chercheurs s’appuient sur une multitude de données historiques, d’algorithmes d’apprentissage automatique et d’outils d’analyse prédictive. 

Chaque année, une foule de facteurs sont pris en compte lors de l’étude et influencent les résultats des chercheurs, tels que les changements climatiques, les conflits géopolitiques, l’énergie, les matériaux, l’inflation, les devises, les accords commerciaux, les chiffres de la vente au détail et de la fabrication de produits alimentaires, ainsi que la dette et les dépenses des consommateurs.

Influences des prix

Dans ce rapport, les chercheurs se penchent également sur les situations qui sont à surveiller par les ménages et qui pourraient entrainer des variations de prix des aliments dans la prochaine année. En 2020, les experts estiment que le plastique à usage unique pourrait créer des variations de prix, mais ne savent pas encore à quel degré.

En effet, ce sujet d’actualité ne cesse d’être sur le bout des lèvres des consommateurs, qui réclament aux industries, détaillants, restaurateurs et distributeurs, des efforts concrets pour diminuer l’usage de plastique et d’emballage superflus. Plusieurs entreprises tentent donc de réduire leur consommation, mais cela a un prix. C’est ce qui fait que la facture pourrait être compensée par les clients qui payeraient plus cher pour leurs aliments. 

Ils ont également analysé le coût de l’intelligence artificielle en alimentation, de plus en plus présente dans les commerces à grande surface. Ils citaient en exemple la chaîne Sobeys, qui depuis un an, propose aux clients d’un de ses magasins le premier panier d’achats intelligent. Ce dernier permet aux clients d’acheter des produits, d’obtenir des idées de recette, de savoir où trouver des ingrédients, de peser et de payer leurs aliments. Un GPS intégré permet même d’aider les consommateurs à trouver ce qu’ils recherchent à travers les rangées! 

Certes, ces idées innovantes ont des coûts importants pour les entreprises, qui se verront peut-être obligées d’augmenter la facture des clients. Toutefois, les chercheurs pensent que cette influence ne sera pas si importante. Selon eux, les épiciers rechercheront davantage des technologies qui permettront à leur succursale d’adopter une technologie de pointe, sans avoir à faire un ajustement couteux à leur infrastructure.

Foodvisor: quand prendre une photo nous aide à manger mieux

Art de vivre

Foodvisor: quand prendre une photo nous aide à manger mieux

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Et si une simple photo de votre assiette vous permettait de connaître le bilan nutritionnel de celle-ci? Et bien, c’est maintenant possible, avec l’application Foodvisor. Basée sur des algorithmes d’intelligence artificielle, cette application souhaite aider les gens à mieux manger en permettant à ses utilisateurs de découvrir les qualités du contenu de leur assiette, en plus d’une foule d’informations nutritionnelles sur les produits qu’ils consomment, le tout, à partir d’une photo de votre téléphone.

Le fonctionnement est très simple. L’utilisateur prend une photo de son assiette et l’application reconnaît automatiquement les aliments et leurs quantités. Foodvisor fournit alors à l’utilisateur un bilan nutritionnel complet de ce qu’il va manger. Si l’application fait une erreur dans la reconnaissance des aliments, l’usager peut changer lui-même l’information ou ajouter les aliments manquants pour avoir un bilan plus complet. 

Pour avoir accès à ces informations, l’utilisateur doit créer un profil. Il pourra ensuite apprendre le nombre de calories qu’il devrait consommer selon son poids, sa grandeur et son âge. Dans le calcul, l’application prend également en compte les activités physiques pratiquées par la personne dans sa journée. L’utilisateur peut connaître le nombre de calories qu’il dépense en pratiquant son sport et s’outiller pour mieux comprendre comment adapter le contenu de son assiette en conséquence. En s’inscrivant, l’utilisateur a accès à quelques conseils généraux, des recettes et aux commentaires de d’autres utilisateurs.

L’application de base est gratuite, mais une version payante Premium est également offerte et permet de communiquer avec des diététiciens et de recevoir un programme alimentaire adapté à ses goûts. Par exemple, l’usager peut choisir un programme végétarien, avec une faible teneur en glucides ou encore sans gluten. Des recettes et des conseils quotidiens sont également envoyés aux personnes qui choisissent ce programme payant.

Cette application a été créée en 2015, par trois ingénieurs français et une diplômée. C’était au départ un projet de fin d’études, qui est rapidement devenu une entreprise. Lancée depuis 2018, elle ne cesse de trouver de nouveaux usagers. Depuis sa création, plus de 2 millions de personnes ont utilisé cette application qui reconnaît maintenant quelque 1 200 aliments. Plus de 20 millions de repas ont été entrés dans sa banque de données. Foodvisor a gagné plusieurs prix à travers le monde depuis sa création. 

Presque végé: une approche réaliste pour manger moins de viande

Art de vivre

Presque végé: une approche réaliste pour manger moins de viande

La nutritionniste Geneviève O’Gleman lance son troisième livre de cuisine en solo, intitulé Presque végé. Il sera sur les tablettes à partir du 23 janvier prochain. Dans celui-ci, elle explore les nombreuses possibilités du véganisme, « sans rigidité, sans jugement et sans obligation. »

L’auteure espère encourager les Québécois à troquer petit à petit les portions de viande pour les légumes et les sources de protéines végétales. Mme O’Gleman propose donc aux consommateurs de diminuer leurs portions de viande, sans toutefois essayer de devenir végétariens du jour au lendemain. Elle « lance une invitation à élargir ses horizons, un petit pas à la fois, avec des recettes faciles à cuisiner, savoureuses, et gourmandes », écrit son équipe, par voie de communiqué de presse. 

Il faut savoir que ce livre n’est pas un adieu à la viande, puisqu’elle y est tout de même présente dans les différentes recettes, sauf qu’elle y est en plus petite quantité. La nutritionniste souligne qu’en suivant Presque végé, on devient un végétarien à temps partiel ou encore un carnivore en congé!

Revaloriser son sapin de Noël

Art de vivre

Revaloriser son sapin de Noël

Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Myriam Arsenault - Rédactrice publicitaire
Le Quotidien
Différentes collectes sont organisées samedi, afin que les habitants du Saguenay-Lac-Saint-Jean puissent donner une deuxième vie à leur sapin de Noël naturel. Plusieurs municipalités de la région participent à ces initiatives écologiques.

Sapin du bon sens 

La 28e édition de la collecte Sapin du bon sens, organisée par l’Association forestière Saguenay-Lac-Saint-Jean et plusieurs partenaires, se déroulera tout au long de la journée de samedi, aux quatre coins de la région. La collecte des sapins naturels s’effectuera dans plus d’une trentaine de municipalités. 

Le but de cette activité est de sensibiliser la population à son choix de consommation d’arbre, ainsi qu’à la récupération de ce dernier à la fin du congé des fêtes. «Ce geste vert permet de donner une deuxième vie à votre arbre, car on en fait du compost, du pallis, des huiles essentielles ou on l’utilise à diverses autres fins. Chaque 1000 arbres recueillis servent à la production de 22 mètres cubes de compost, soit 630 sacs de 35 litres, ce qui évite l’enfouissement de 12 tonnes de matières», écrit l’organisation sur son site Internet.

L’année dernière, 1664 sapins avaient été récupérés. Depuis le début de l’opération, c’est un total de 176 993 sapins qui ont été recueillis lors des événements.

Les municipalités participantes, leur point de dépôt ainsi que leurs heures d’ouverture se retrouvent sur le www.rmrlac.qc.ca.

Distille ton sapin

La municipalité de Ferland-et-Boilleau organise sa propre activité, samedi, à compter de 11 h 30. On invite tous les intéressés à venir déposer leur sapin naturel au Centre de valorisation des ressources forestières de la municipalité. Tous les participants peuvent ensuite repartir avec une bouteille d’huile essentielle faite à partir des sapins. Ce cadeau est également offert à ceux qui n’apportent pas de sapin. 

Une foule d’activités entourent la collecte. Un verre de vin chaud et de la tisane boréale seront servis sur place et une tourtière sera également partagée. Des desserts aux huiles essentielles boréales seront offerts. Il y aura aussi la possibilité de faire un tour de traîneau à chiens et les participants pourront profiter de la musique de Ovide Coudé. 

L’activité est gratuite pour tous. Tous les détails se retrouvent sur l’événement Facebook Distille ton sapin.