Construit de 1928 à 1929 selon les plans de l'architecte Charles Lafond, la mairie de Roberval a été désignée lieu historique national du Canada en 1984 et citée immeuble patrimonial en 2009.

Reconnu pour sa valeur historique et architecturale

Bâtiments phares du paysage architectural québécois, les hôtels de ville ont une longue histoire rappelant l'importance des collectivités dans lesquelles ils se trouvent. C'est entre les années 1900 et 1930 qu'ils ont, pour la majorité, fait leur apparition dans bon nombre de villes canadiennes devenant des lieux centraux pour la vie administrative et communautaire.
Plusieurs éléments architecturaux d'origine sont toujours présents sur l'hôtel de ville de Roberval tels que les fenêtres du corps central en arc segmentaire et les lucarnes avec oeil-de-boeuf.
De multiples insertions de granit ornent le bâtiment.
Parmi les hôtels de ville emblématiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on retrouve celui de Roberval, désigné lieu historique national du Canada en 1984 et cité immeuble patrimonial en 2009.
Un peu d'histoire
Érigée en 1928 et 1929 selon les plans de l'architecte Charles Lafond, la mairie de Roberval se trouve en plein coeur du centre-ville, sur le boulevard St-Joseph.
En retrait de la voie publique, l'imposant édifice d'influence Second Empire - période victorienne, impressionne notamment par ses tourelles en saillie surmontées de terrasses faîtières avec crêtes en fonte.
S'il est aujourd'hui destiné uniquement à accueillir les bureaux municipaux, il faut se rappeler qu'il fût un temps où l'hôtel de ville de Roberval était utilisé à de multiples fins.
Construit durant la période de «l'entre-deux-guerres», il a servi à dynamiser le milieu de vie robervalois autant qu'à assurer l'administration de la ville.
De 1930 à 1945, la grande salle de la mairie fût notamment louée pour la projection de films. Puis de 1952 à 1967, on y retrouvait, au rez-de-chaussée, le magasin général «Comptoir Roberval Inc.», longtemps seul détenteur du permis de vente d'alcool de la localité.
Durant quelques années, l'édifice servit aussi à loger le chef de police et sa famille.
Une architecture élaborée
Alors qu'au cours des années 30, les édifices municipaux adoptaient une architecture somme toute assez simple, l'hôtel de ville de Roberval se distingue par une allure élaborée et une ornementation généreuse.
Frontons, bandeaux, arcs décoratifs, pilastres, crêtes faîtières et médaillons en granit insérés dans la brique sont au nombre des détails qui embellissent l'édifice et lui confèrent toute sa prestance.
Bien qu'on ait, au fil des ans, procédé à quelques modifications du bâtiment original de 1928, telles que la démolition du grand escalier central qui fût remplacé par un balcon en 1967, la mairie conserve un grand nombre d'éléments architecturaux qui la démarquent.
Son plan en forme de «U», un soubassement surhaussé en pierre à bossage ainsi qu'un imposant avant-corps central et des tours d'angle carrées surmontés d'un toit en pavillon percé de lucarnes font partie des caractéristiques d'importance toujours présentes sur l'édifice.
Autres éléments architecturaux distinctifs : le toit principal à deux versants à pente douce, les fenêtres du corps central en arc segmentaire et les lucarnes intégrant des oeils-de-boeuf.
Fait de brique d'argile et de granit, le bâtiment a toujours fière allure et rappelle une époque prospère pour Roberval, devenu ville en 1903. Encore aujourd'hui, les touristes sont nombreux à s'y attarder pour en apprécier l'architecture.
Depuis 1992, la Place de la Mairie, un aménagement avec chute d'eau, permet par ailleurs aux passants de s'y arrêter plus longuement.