Construction du Weatherbreak, 1950

«Montréal et le rêve géodésique»

L'année 2017 marque les 50 ans de l'Exposition universelle tenue à Montréal, en 1967. C'est également le 50e anniversaire du dôme géodésique faisant partie intégrante de cette expo, soit le pavillon américain conçu par R. Buckminster Fuller et Shoji Sadao. Pour l'occasion, le Centre de design de l'UQAM, en collaboration avec les Archives d'architecture canadienne de l'Université de Calgary, propose l'exposition Montréal et le rêve géodésique, présentée du 21 septembre au 10 décembre 2017.
Pavillon américain d'Expo 67 conçu par R. Buckminster Fuller et Shoji Sadao.
Celui qui abrite aujourd'hui la Biosphère, est le plus imposant dôme du genre au monde et fût sans l'ombre d'un doute le pavillon le plus célèbre de l'Expo 67. Mais longtemps avant lui, des premières expérimentations furent menées afin de construire des dômes géodésiques. De nombreux modèles «faits main» proliférèrent également au début des années 70 au Québec et ailleurs sur la planète.
Il n'en demeure pas moins que Montréal et la province de Québec jouèrent un important rôle dans le développement de cette innovation constructive qui a marqué le XXe siècle.
L'exposition Montréal et le rêve géodésique nous offre ainsi une vision plus globale de cette percée du domaine de l'architecture et révèle ce rôle souvent oublié.
L'histoire du dôme géodésique au Québec
L'exposition présente notamment des photographies, des dessins et autres documents empruntés au Fonds Jeffrey Lindsay des Archives d'architecture canadienne de l'Université de Calgary, ainsi que diverses autres archives et collections servent à illustrer toute la complexité des créations architecturales que sont ces structures sphériques.
Des maquettes, des détails constructifs à l'échelle 1 :1 ainsi qu'un prototype de dôme géodésique de 20 pieds de diamètre conçus et construits par Studio Cube, en collaboration avec une équipe d'étudiants de l'École de design de l'UQAM, seront également présentés aux visiteurs.
De plus, l'exposition mettra à l'honneur le travail du designer montréalais Jeffrey Lindsay (1924-1984), fondateur et directeur de la Fuller Research Fondation Canadian Division basée à Montréal entre 1949 et 1956.
Ce dernier a conçu de nombreux projets, dont «Weatherbreak», le premier dôme géodésique autoportant de grande portée (conçu suivant les concepts de Fuller) construit à Baie-D'Urfé (1949-1950); «Skybreak» érigé à Beaurepaire (1951); «Skigloo», un chalet de ski bâti à Morin-Heights (1952); et la grange géodésique Hackney érigée à Senneville (1952-1954).
L'exposition explore également la diffusion du dôme géodésique au Québec - dont l'habitat des ours polaires du zoo de Granby (Paul O. Trépanier et Victor Prus, 1962-1963) - et culmine avec le dôme du pavillon des États-Unis à Expo 67.
Une exposition qui ravira certainement les personnes férues d'architecture et de design, mais aussi les curieux qui souhaitent en apprendre davantage sur ces constructions sphériques exceptionnelles, témoins de l'ingéniosité humaine.
Source : V2com