Le jury de la Table des milieux documentaires et archivistes du Québec a eu un coup de cœur puissant et unanime pour l’intérieur de la Maison de la littérature.

La Maison de la littérature honorée

La Ville de Québec et la firme Chevalier Morales architectes ont reçu, la semaine dernière, le prix Architecture 2017 de bibliothèques pour la Maison de la littérature, érigée dans le Vieux-Québec.

Ce prix est décerné tous les deux ans par la Table des milieux documentaires et archivistes du Québec (TAMDAQ).

Le jury a souligné «la complémentarité architecturale très réussie» entre l’édifice patrimonial (le temple Wesley de style néo-gothique anglais) et l’annexe contemporaine. Il a noté le «trait d’union pertinent et en douceur entre le moderne et l’ancien», grâce aux traits à angle dans le mur rideau qui s’inspirent de la toiture du temple.

Le jury a souligné «la complémentarité architecturale très réussie» entre l’édifice patrimonial et l’annexe contemporaine.

Le jury a apprécié aussi, à l’intérieur de l’édifice, «les courbes des escaliers hélicoïdaux et de l’espace de travail central qui contribuent à la fluidité des parcours et à la définition de l’esprit du lieu».

Il a salué la conservation, la restauration et la mise en valeur de ce patrimoine architectural. La nouvelle entrée latérale de l’annexe contemporaine, au ras du trottoir, «transforme et tempère délicatement le côté religieux, mais sans oblitérer sa vocation initiale».

«L’ajout extérieur est un modèle d’intégration architecturale dans l’environnement exigu et contraignant de l’arrondissement historique du Vieux-Québec», a mentionné le jury.

Le jury a aussi eu un coup de cœur puissant et unanime pour l’intérieur de la Maison de la littérature. Le projet est «d’une élégance raffinée et intemporelle». «L’abondante lumière naturelle et la blancheur de la nef rappellent la pureté céleste...» Le jury évoque «un rassurant sentiment d’apaisement et de sérénité».

Le jury a apprécié aussi, à l’intérieur de l’édifice, «les courbes des escaliers hélicoïdaux et de l’espace de travail central qui contribuent à la fluidité des parcours et à la définition de l’esprit du lieu».

Patrimoine universel

«La Maison de la littérature [...] écrit la bibliothèque dans le patrimoine urbain et universel.»

Et le jury de conclure : «Inspirant pour de prochaines restaurations patrimoniales d’églises d’ici et d’ailleurs, le concept proposé par la Maison de la littérature est unique en Amérique du Nord sur le plan bibliothéconomique et culturel, et tout aussi exemplaire par son architecture de calibre international.»

La TAMDAQ regroupe neuf associations professionnelles représentant l’ensemble des milieux documentaires du Québec (bibliothécaires, techniciens en documentation et archivistes). Elle organise ce concours pour mieux faire connaître les bibliothèques et les centres d’archives auprès de la population et des élus. «On veut éveiller les gens à la beauté», a résumé un porte-parole de la TAMDAQ,  Yves-André Lacroix, ancien directeur général de la Grande Bibliothèque, à Montréal.

Les bibliothèques, a-t-il précisé, sont les institutions culturelles les plus fréquentées dans le monde (plus que les musées, les théâtres ou les cinémas). L’accès gratuit contribue à leur popularité. La Grande Bibliothèque voit passer entre 7000 et 10 000 personnes par jour.

Située au 40, rue Saint-Stanislas, la Maison de la littérature avait huit adversaires cette année, dont la bibliothèque du cégep Garneau, dans la région de Québec.

Les gagnantes des années précédentes ont été la bibliothèque Raymond-Lévesque de l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil (2011), la bibliothèque Laure-Conan de La Malbaie (2013) et la bibliothèque de Montmagny (2015).