Bâtiment le Nest, University of British-Colombia (UBC).

La biophilie au profit de l'apprentissage scolaire

RÉDACTION PUBLICITAIRE / La biophilie est un autre élément dont nous aurions avantage à tenir compte dans la conception des environnements scolaires.

Mais qu’est-ce que la biophilie? Ce terme formé à partir de la racine grecque « bio » (la vie) et du suffixe -phile (« qui aime ») a été proposé par le biologiste Edward O. Wilson. Il désigne l’affinité innée de l’homme pour le vivant et les systèmes naturels. En architecture, la biophilie fait référence à une conception qui se rapproche ou qui imite les conditions d’un environnement naturel.

Plusieurs études ont révélé que la conception biophilique peut réduire le stress, augmenter la créativité et la clarté de la pensée, améliorer notre bien-être et accélérer la guérison.

Conception biophilique
Théoriciens, chercheurs et architectes ont travaillé pendant des décennies pour définir quels sont les aspects de la nature influençant le plus notre satisfaction de notre environnement bâti. Il résulte de ces travaux 14 modèles de conception biophilique, ceux-ci sont répartis selon trois grands principes, soit : les principes de nature, d’analogies naturelles et de nature de l’espace.

Le lien visuel avec la nature fait partie des 14 modèles de conception biophilique. Sur la photo: Installation de démonstration de recherche en bioénergie (bâtiment BRDF), UBC.

Voici les 14 modèles de conception biophilique

Principes de nature dans l’espace
1. Lien visuel avec la nature
2. Lien invisible avec la nature
3. Stimulations sensorielles non rythmiques
4. Variabilité thermique et renouvellement d’air
5. Présence de l’eau
6. Lumière dynamique et diffuse
7. Lien avec les systèmes naturels

Principes d’analogies naturelles
8. Formes et motifs biomorphiques
9. Lien matériel avec la nature
10. Complexité et ordre

Principes de nature de l’espace
11. Perspective
12. Refuge
13. Mystère
14. Risque

Installation de démonstration de recherche en bioénergie (bâtiment BRDF), UBC.

Bois et éclairage naturel

Le matériau bois est un élément qui entre en lien avec les 14 modèles de conception biophilique que nous aurions tout intérêt à exploiter dans les écoles du Québec.

Ce matériau naturel est générateur d’ambiances visuelles et a aussi une incidence sur le confort environnemental

Édifice Open Kitchen, UBC.

UBC, un modèle inspirant

J’ai eu la chance de visiter en mars dernier, le campus de Vancouver de l’Université de Colombie-Britannique (UBC) qui est une véritable vitrine pour le matériau bois et la conception biophilique. Je peux vous assurer que lorsqu’on entre dans ces bâtiments à l’architecture étudiée, où le bois est omniprésent et l’éclairage naturel abonde, on se sent réellement bien. L’ambiance y est chaleureuse, feutrée.

Je ne dispose d’aucune donnée me permettant d’affirmer que le taux de réussite scolaire des étudiants à UBC est lié à la qualité architecturale des édifices sur le campus. Toutefois, je suis certaine que cet environnement bâti contribue à leur bien-être. Chaque bâtiment a été pensé en fonction des matières enseignées et des étudiants. Certains édifices, comme le Nest, ont même été conçus par et pour les étudiants. Communément appelé le Nid des étudiants, le Nest est un bâtiment certifié LEED Platine (la plus haute note de Green Building en Amérique du Nord). Sa construction, dont le coût s’élève à 107 M$, a été financée par les étudiants, en collaboration avec l’université.

Le bâtiment de recherche et de démonstration en bioénergie est un autre beau modèle. L’édifice qui est à la fois une usine de production d’énergie par biomasse et un centre de recherche est entièrement fait en bois. Il est situé dans un secteur du campus profitant d’une forêt luxuriante peuplée d’arbres gigantesques et de grandes fenêtres apportent un peu de cette nature à l’intérieur du bâtiment. Lorsqu’on se promène dans l’édifice, on a littéralement l’impression d’être en pleine nature.

Communément appelé le Nid des étudiants, le Nest est un bâtiment certifié LEED Platine. Sa construction, dont le coût s’élève à 107 M$, a été financée par les étudiants, en collaboration avec l’université.
Atrium de l'édifice Forest Sciences Centre, UBC.
Bâtiment des sciences de la terre (ESB), UBC