Contenu commandité

Maison

Mérites d’architecture : des «réalisations d’exception» récompensées

La maison située au 720, rue Richelieu, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, à Québec, a remporté le prix du public à l’occasion des Mérites d’architecture, dont le gala annuel s’est tenu mercredi soir, au Palais Montcalm.

Il s’agit d’un «projet de restauration exemplaire» d’un bâtiment construit vers 1895. Ses propriétaires ont su lui redonner un deuxième souffle, en plus de participer à l’embellissement et à la conservation du patrimoine du quartier. Le jury des Mérites lui a aussi décerné une récompense dans la catégorie Patrimoine. La conception et la réalisation sont signées Tergos Architecture.

Le jury a remis son prix spécial à «une intégration urbaine très réussie», soit le projet Tandem Condos sur cour, situé au 190, rue Saint-Jean, près de l’intersection des rues D’Aiguillon et Philippe-Dorval, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Le jury a salué l’intégration exemplaire de l’immeuble sur un «îlot aux caractéristiques complexes» et d’une densité adaptée au milieu. Il a souligné la qualité des espaces intérieurs qui découlent d’exigences en matière de développement durable.

Tandem Condos sur cour a aussi raflé le Mérite d’architecture dans la catégorie Construction neuve (moyenne et haute densité). L’immeuble a été conçu par Fugère Architecture.

Maison

La Maison Tanguay, sophistiquée et... virtuelle

La Maison Fondation Maurice Tanguay n’existe que virtuellement. Ses concepteurs n’en déploient pas moins tous leurs talents pour la rendre attrayante, désirable même, et pour transformer la visite sur un écran d’ordinateur en expérience agréable.

L’architecte Yvan Deschênes et la designer Caroline Fréchette abordent ce projet comme tous leurs autres contrats. Ils ont un budget à respecter, soit environ 425 000 $, un client à satisfaire, la Fondation Maurice Tanguay, et des commanditaires dont ils doivent utiliser les meubles, les accessoires et les matériaux. Devant le garage, c’est d’ailleurs une Mercedes-Benz qui est stationnée...

La maison de 3536 pieds carrés est contemporaine : volumes cubiques, organisation asymétrique, toits plats, fenestration linéaire. L’arrière est à l’avenant, avec des cubes qui s’emboîtent et dont les planchers composent le toit d’une vaste terrasse en équerre.

L’enveloppe extérieure est sophistiquée : lambris d’acier galvanisé fini bois, profilé mural en acier couleur zinc brossé, panneaux d’acier blancs et noirs, brique d’argile noire, fenêtres hybrides aluminium/PVC noires.

Maison

La firme Lemay saluée par un prix international

La firme Lemay a remporté un prix d’excellence de l’American Architecture Prize pour l’édifice qu’elle a conçu à Lévis pour l’entrepreneur général en construction Pomerleau.

La firme fondée en 1957, qui a ouvert 10 bureaux dans le monde, dont un dans le quartier Saint-Roch, à Québec, s’est illustrée dans la catégorie design industriel pour ce bâtiment de 3230 mètres carrés construit en 2016. Il se déploie en trois ailes et n’a pas de plafond. Ainsi, la structure en acier et les équipements mécaniques sont exposés.

L’utilisation de matériaux bruts (pin, béton poli, placage en acier) confèrent un look industriel au bâtiment et contribuent à son intégration dans l’ensemble «du campus existant, composé d’entrepôts et de garages».

Maison

La Maison de la littérature honorée deux fois par l'Ordre des architectes

Conçue par la firme montréalaise Chevalier Morales Architectes, la Maison de la littérature de Québec a été récompensée deux fois, jeudi, à Montréal. L’Ordre des architectes du Québec, en effet, lui a décerné le Grand Prix d’excellence et le Prix d’excellence dans la catégorie bâtiments culturels.

Présidé par l’architecte française Isabel Hérault, le jury a récompensé 14 projets parmi les 148 candidatures reçues. La Maison de la littérature s’est distinguée, elle qui avait reçu un Mérite d’architecture de la Ville de Québec, en 2016, et le Prix Architecture de bibliothèques 2017, à la mi-octobre, remis à tous les deux ans par la Table des milieux documentaires et archivistes du Québec.

L’entreprise de Québec Bourgeois Lechasseur a raflé un Prix d’excellence pour la Place des gens de mer et le parcours insulaire de Cap-Aux-Meules, aux îles de la Madeleine, une «œuvre hors catégorie». Cette place publique est implantée sur les ruines d’une usine de transformation de poissons qui a été rasée par les flammes. 

Architecture

Un mélange harmonieux de styles

RÉDACTION PUBLICITAIRE / L’hôtel de ville de Chicoutimi, monument portant la signature de l’architecte Alfred Lamontagne, figure parmi les plus beaux édifice anciens de Saguenay.

L’imposant édifice, construit par la firme Lamontagne, Gravel, Brossard, présente un amalgame de styles architecturaux. En scrutant le bâtiment, on remarque tantôt une influence Art Déco, des marques du savoir-faire des Beaux-Arts, tantôt des caractéristiques gothiques ou encore des traits de l’ère moderniste.

Chantiers de la Crise économique
Haut lieu de la vie politique municipale, de Chicoutimi et, depuis la fusion de 2002, de Saguenay, l’hôtel de ville de Chicoutimi a été érigé en 1932, et sa réalisation a été rendue possible grâce au programme d’aide aux chômeurs pendant la Crise économique. Ce dernier a d’ailleurs donné naissance à plusieurs grands chantiers dans les années 1930, dont l’ouverture de la rue de l’Hôtel-de-Ville, suite à la canalisation de la rivière aux Rats.

Influence Art Déco et gothique
Le contraste marqué entre la pierre de granit noire des marbriers Delwaïde et Goffin qui pare le bâtiment, et les accents de pierre claire des contreforts stylisés, évoquent les inclinaisons Art Déco de l’École d’Amsterdam (Amsterdamse School), un style très populaire dans les années 1910 à 1940. L’École d’Amsterdam, un mouvement d’architectes inspirés des grands courants de l’époque comme l’art déco, le Bauhaus et l’expressionnisme, se caractérise par ses façades arrondies organiques, ainsi que ses éléments purement décoratifs et non-fonctionnels (par exemple, des pinacles, des sculptures et des fenêtres originales.

Le parement de pierre texturée rappelle également la tradition gothique. D’ailleurs l’apparence rugueuse de la pierre donne au bâtiment une certaine austérité qui vient amplifier la silhouette trapue de la tour de l’horloge et l’élancement de l’ordonnance.

Architecture

La pierre grise de Montréal révèle son histoire

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Les bâtiments de pierre grise qui se dressent dans les rues de Montréal font partie des traits caractéristiques de l’architecture de la métropole. Elles sont aussi le fil conducteur de l’histoire de cette ville.

Utilisée à l’origine pour des raisons purement fonctionnelles, la pierre calcaire grise a occupé une place essentielle au début de la colonie, en offrant une protection aux bâtiments contre les attaques, le feu et le froid. 

Au XIXe, ce matériau est passé d’une fonction pragmatique à un rôle symbolique à travers des transformations matérielles successives, qui reflètent l’épanouissement de la politique, du commerce, l’identité culturelle, la société et les ambitions humaines.

Maison

La Maison de la littérature honorée

La Ville de Québec et la firme Chevalier Morales architectes ont reçu, la semaine dernière, le prix Architecture 2017 de bibliothèques pour la Maison de la littérature, érigée dans le Vieux-Québec.

Ce prix est décerné tous les deux ans par la Table des milieux documentaires et archivistes du Québec (TAMDAQ).

Le jury a souligné «la complémentarité architecturale très réussie» entre l’édifice patrimonial (le temple Wesley de style néo-gothique anglais) et l’annexe contemporaine. Il a noté le «trait d’union pertinent et en douceur entre le moderne et l’ancien», grâce aux traits à angle dans le mur rideau qui s’inspirent de la toiture du temple.

Maison Festivalma 2018

Découvrez la Maison Festivalma 2018

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Le 28 septembre dernier avait lieu le dévoilement de la Maison Festivalma 2018, événement donnant le coup d’envoi de la 35e campagne de financement de Festivalma, une corporation à but non lucratif qui stimule le paysage événementiel sur le territoire de Ville d’Alma.

Depuis 35 ans, cette initiative permet à Festivalma d’offrir à la population des activités de grande envergure.

Fidèle à la tradition, la Maison Festivalma 2018 est unique et son décor signé Centre Art Déco met de l’avant les plus récentes tendances en matière de design. Son architecture contemporaine comme ses aménagements intérieurs lui confèrent un caractère remarquable. Cette somptueuse maison ne passe pas inaperçue sur la rue Archambault!

Bref, la 35e Maison Festivalma promet d’en faire rêver plus d’un. Elle fera assurément le bonheur des gens qui auront la chance de la remporter.
Découvrez cette luxueuse propriété, d’une valeur de 194 900 $, dans cette édition du Toit & Moi.

Maison Festivalma 2018

Une maison moderne et lumineuse

RÉDACTION PUBLICITAIRE / Pour une deuxième année consécutive, les plans de la Maison Festivalma ont été réalisés par la technicienne en architecture Manuella Flamand. Grands espaces, luminosité et fonctionnalité ont été les lignes directrices de ce projet pour le moins particulier.

Faire des plans de maisons alors qu’on ne connaît pas encore les propriétaires ni leurs besoins est peu banal. Selon Manuella Flamand, il s’agit cependant d’un défi plus stimulant qu’autre chose.

«Dans les faits, réaliser les plans de la Maison Festivalma n’est pas compliqué. On cherche à faire une maison qui plaira au plus grand nombre et ne pas avoir de propriétaires à consulter nous donne simplement plus de liberté», explique Mme Flamand.

Pour s’inspirer, la professionnelle a entre autres consulté les registres des commentaires laissés par les visiteurs au cours des années antérieures. Cela lui a permis de cibler ce qui leur plaisait davantage et ce qu’ils avaient moins apprécié.

«Ça m’a permis de constater que les gens aimaient la formule présentée depuis deux ans soit d’avoir un rez-de-chaussée avec une seule chambre au lieu de deux et une salle de lavage connexe à la salle de bains», explique celle qui a une fois de plus utilisé le concept pour la Maison Festivalma 2018.

Son expérience professionnelle l’a aussi guidée dans son travail et l’a amenée à créer une maison dont les pièces familiales sont à aires ouvertes avec des plafonds de neuf pieds de hauteur, un incontournable d’aujourd’hui selon la technicienne en architecture.

Autre élément essentiel pour les maisons modernes, selon Mme Flamand, l’ajout de grandes fenêtres permettant à la lumière naturelle de pénétrer à l’intérieur de la résidence.

Ainsi, même au sous-sol de la Maison Festivalma, la professionnelle a utilisé toute la hauteur disponible pour l’installation des fenêtres. On y retrouve donc des fenêtres d’une hauteur de 30 pouces.

Retour de la brique blanche

En plus de réaliser les plans de la maison d’une superficie de 1200 pieds carrés, Manuella Flamand s’est également occupée du choix des matériaux de finition extérieure.

Pour la propriété qui se veut chaleureuse et moderne, elle a opté pour une brique blanche, une teinte qui effectue un retour en design et qui tend à remplacer la brique de couleur anthracite. À cette dernière, elle a choisi d’ajouter un revêtement en fibrociment au fini effet bois. Une toiture de couleur foncée, des fenêtres et une porte noire complètent l’agencement.

Toit et moi

Projet Humaniti vise la norme Well

Le mégaprojet montréalais HUMANITI vise la certification WELL. Une première percée au Québec pour cette norme qui repose sur la santé et le bien-être des humains.
HUMANITI, rappelons-le, comprendra un hôtel, des logements locatifs, des copropriétés, des espaces de bureaux et des espaces commerciaux. Le projet occupera tout l'espace du quadrilatère formé par les rues Viger, De Bleury, De La Gauchetière et Hermine.