Contenu commandité

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Armarii Design 

Armarii Design ouvre ses portes au 1426 rue Bagot, à La Baie. L’entreprise, spécialisée en design d’intérieur pour le secteur résidentiel et commercial, accueille à compter d’aujourd’hui ses clients dans un nouvel espace plus convivial et inspirant.

Aux services déjà offerts par la designer Ingrid Thibeault s’ajoute un large choix  de produits pour la maison : couvre-plancher, accessoires décoratifs et plus encore.

Le commerce se veut par ailleurs une vitrine pour les artisans régionaux. Un espace est en effet dédié aux artisans qui proposent des articles pour la maison, une façon pour la designer de soutenir les créateurs d’ici.

Cour et jardin

Chasse aux herbes à poux

Le 30 avril dernier, l’Association pulmonaire du Québec (APQ), en collaboration avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), lançait sa 13e campagne provinciale d’arrachage de l’herbe à poux. Les villes et municipalités de la province étaient invitées à se joindre à l’association afin de sensibiliser les citoyens aux possibles ravages que peuvent occasionner ces mauvaises herbes. Depuis l’ouverture de la campagne, 65 villes ont déjà rejoint le mouvement, dont Victoriaville qui est la ville hôte pour l’année 2019.

Victoriaville, l’exemple à suivre 

Victoriaville est considérée comme une ville exemplaire, puisque depuis 2007, elle entreprend des actions pour lutter contre l’herbe à poux. Cette année, la ville hôte a comme objectif d’éradiquer pas moins de 1500 livres d’herbe à poux. 

D’autres villes de la province comme Chambly, Tremblant et Baie St-Paul ont également décidé de suivre les traces de cette ville phare et d’éliminer cette plante à l’origine des allergies pendant la saison estivale. 

Passer à l’action 

L’allergie à l’herbe à poux touche plus de 1,4 million de Québécois(es). En prenant part à la campagne de l’Association pulmonaire du Québec, les municipalités s’engagent à informer la population sur cette plante afin que les citoyens soient en mesure de l’identifier, de la contrôler et de l’éradiquer. Les villes souhaitant rejoindre la campagne peuvent faire la demande de matériel informatif auprès de l’APQ à moindre coup. 

L’Association pulmonaire du Québec

L’APQ a comme mission l’éducation, la promotion de la santé respiratoire, la prévention des maladies pulmonaires ainsi que la réadaptation. Elle offre également des services aux personnes atteintes, en accompagnant leurs proches et en soutenant la recherche. 

Pour plus d’informations, visitez le www.pq.poumon.ca    

Tout savoir sur l’herbe à poux 

L’herbe à poux, qui est en fait une mauvaise herbe, est très répandue au Québec. Lorsqu’elle commence à fleurir à la mi-juillet, elle produit du pollen qui se retrouve dans l’air et provoque des réactions allergiques. L’herbe à poux est souvent confondue avec l’herbe à puce. Toutefois, elles n’ont pas les mêmes conséquences sur la santé, d’où l’importance de savoir les reconnaître. 

Herbe à poux

L’herbe à poux est facilement reconnaissable grâce à son feuillage dentelé, qui s’apparente à celui des carottes. Sa taille est variable en fonction des stades de croissance, mais elle peut atteindre jusqu’à un mètre de hauteur. Ces mauvaises herbes poussent principalement dans les sols peu fertiles. 

On les retrouve notamment : 

•    le long des rues et des trottoirs;

•    au bord des routes asphaltées;

•    sur les terrains vagues;

•    sur les terrains en construction;

•    sur les terrains industriels;

•    sur les terrains servant de dépôts à neige.

Herbe à puce

Les feuilles, d’allure lustrée, ont une bordure lisse et changent de couleur selon les saisons, passant du rouge vin au printemps au vert foncé en été. La sève contenue dans la plante est toxique et est à l’origine de réaction allergique de la peau. 

Prévenir au lieu de guérir

L’herbe à poux se développe très peu dans les pelouses fertiles et abondantes. Pour empêcher qu’elle ne pousse dans des endroits non désirés, il est recommandé de : 

•    améliorer la qualité du sol avec de l’engrais ou un terreau de qualité;

•    recouvrir le sol de paillis ou de plantes couvre-sol aux endroits où la pelouse a mauvaise mine;

•    ensemencer le terrain ou planter des végétaux, comme des fleurs ou des petits arbustes. 


Pour une expertise complète de votre pelouse, faites appel à des professionnels dans le domaine qui pourront vous recommander les traitements appropriés pour empêcher l’herbe à poux de s’emparer de votre terrain! 


Source : www.quebec.ca/habitation-et-logement/milieu-de-vie-sain/reconnaitre-et-limiter-l-herbe-a-poux/

Cour et jardin

Des écrans d’intimité à l’abri des regards indiscrets

Les aménagements extérieurs actuels permettent de créer des espaces de vie pour recevoir la visite, pour se prélasser au soleil, pour cuisiner un bon repas ou tout simplement pour se ressourcer dans un espace invitant qui inspire la quiétude et le repos. Afin de préserver votre intimité et de jouir pleinement de ce lieu de rassemblement par excellence, plusieurs solutions s’offrent à vous. Voici donc quelques idées d’obstacles visuels pour vous tenir à l’abri des regards indiscrets!

1. Les persiennes en bois

Ces écrans en bois apporteront chaleur et intimité à votre cour extérieure. Pour gagner un peu d’intimité tout en conservant une certaine luminosité, optez plutôt pour des persiennes en bois mobiles. Qui plus est, ces écrans ajourés vous permettront d’ajuster le degré d’intimité souhaité, ainsi que la quantité de soleil. Fignolez cette toile de fond en y fixant des guirlandes de lumières pour un effet enveloppant. 

Habitation

À quelques boîtes du déménagement

Au Québec, le premier juillet, les rues sont assaillies de camion de déménagement, le ruban adhésif devient une denrée rare et les boîtes de carton se multiplient dans les logis. Puisque, le scénario parfait du déménagement parfait ne s’écrit pas en un claquement de doigts, une bonne préparation ainsi que la présence de personnes ressources sont de mises pour éviter de vous retrouver le bec à l’eau le jour J. Déménager en toute « zénitude », est-ce que cette idée relève de l’IMPOSSIBLE? Voici quelques suggestions pour sortir vainqueur de cette journée tout en évitant les sources de stress inutiles. Parce que rien n’est impossible!

Désencombrer l’espace

Faire des boîtes est une tâche fastidieuse qui requiert de la patience, de l’organisation et encore de la patience! Avant de vous atteler à la tâche, faites un tri des objets que vous avez accumulés au cours des dernières années. L’exercice est fort simple, déterminez en trois piles distinctes si vous souhaitez donner, vendre ou garder l’objet en question. Ainsi, vous diminuerez le nombre de boîtes à transporter et éviterez d’encombrer votre nouvel espace.

Bien équipé

Comment maximiser votre temps lors de la journée venue? Soyez prévoyants et ayez en main tout l’équipement nécessaire afin d’éviter les allers et retours dans les magasins. Ruban adhésif, boîtes supplémentaires, crayons, papier d’emballage, coffre à outils, produits ménagers, balais, vadrouille, sacs à ordures, dressez une liste exhaustive de tout le matériel dont vous aurez besoin. 

Identification des boîtes

Des boîtes éparpillées et non identifiées sont source de chaos et puisque vous êtes en quête d’un déménagement zen et organisé, l’identification des boîtes s’avère plus que nécessaire! Inscrivez sur plusieurs surfaces de la boîte la pièce où elle sera déposée (cuisine, salon, salle à manger, etc.), inscrivez également les éléments contenus dans la boîte (vêtements, jouets, assiettes, etc.). Utilisez un crayon rouge pour identifier les boîtes qui contiennent des objets fragiles et surtout, évitez de les surcharger afin de minimiser les risques de blessures. 

Vous pouvez également prévoir une boîte « emménagement » dans laquelle vous mettrez vos effets personnels pour vous laver, des serviettes ainsi que des vêtements de rechange pour passer la première nuit dans votre nouvelle habitation. 

Bien s’entourer

Entourez-vous de gens fiables en qui vous avez pleinement confiance. Des membres de la famille, des amis, qui seront fidèles au poste le jour du déménagement. Étant donné que votre logis se transformera en petite fourmilière, il est préférable de répartir les différentes tâches à accomplir selon le nombre de personnes. Ainsi, vous évitez les bombardements de questions à savoir qui fait quoi et où vont les choses. Cette organisation participera à créer une ambiance détendue loin de toute cacophonie! 

Surtout, n’oubliez pas d’offrir des rafraîchissements à vos acolytes ainsi que de la nourriture pour garder le moral des troupes! 


Art de vivre

Célébrer l’HOMME de la situation

Cette personne phare, ce pilier, ce mentor, cet homme d’action, celui de peu de mots. Qu’il soit un frère, un oncle, un cousin, un conjoint, peu importe la nature de son titre, il incarne un rôle de premier plan dans la vie d’un enfant. En cette fête des Pères, le moment est tout indiqué pour dire merci à cette personne d’exception qui occupe une place indétrônable dans notre vie. Pourquoi ne pas souligner cette occasion en lui offrant une petite pensée, un présent représentatif et personnalisé. Amateur de pêche, érudit de nature, bricoleur aguerri? Dénichez un cadeau sur mesure qui lui ressemble! Voici quelques suggestions originales!

Art de vivre

Des factures d’épicerie gourmandes

L’édition 2019 du Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation, publiée conjointement par l’Université Dalhousie à Halifax et l’Université de Guelph, en Ontario, nous apprenait dernièrement que les Canadiens verraient leur facture d’épicerie grimpée de 1,5 % à 3,5 % au cours de l’année. Ainsi, le rapport prévoit que pour la famille canadienne moyenne (deux adultes et deux enfants), il en coûtera 411 $ de plus qu’en 2018 pour une dépense annuelle de 12 157 $. Comme toute économie est bonne à faire, voici quelques petits changements qui pourraient vous être profitables afin de réduire autant que possible les dépenses associées à la nourriture, sans toutefois négliger votre santé!

Couponner 

Il peut être amusant de feuilleter les circulaires afin de dénicher des aubaines fabuleuses, par contre cela requiert de la patience et du temps. Il existe également plusieurs applications mobiles qui donnent accès à des rabais ainsi que des programmes de récompenses et de remises en argent qui sont accessibles du bout des doigts. Le piège avec les coupons-rabais demeure cependant la surconsommation de biens. Ainsi, avant tout achat, posez-vous la fameuse question mise de l’avant dans le livre de Pierre-Yves Mcsween « En as-tu réellement besoin? » Cette formule vous aidera à relativiser vos besoins et à éviter d’acheter des articles qui bien vite, passeront aux oubliettes. Selon le Conseil national zéro déchet, il est estimé que 63 % des résidus alimentaires sont jetés à la poubelle ou au compostage par les citoyens dans leurs maisons, alors qu’ils auraient pu être consommés. Un ménage canadien gaspille donc en moyenne 140 kg de nourriture chaque année, ce qui représente une perte annuelle de 1100 $. 

Planification 

En vue des rabais que vous aurez dérobés dans les différentes circulaires, planifiez vos repas et dressez une liste des aliments dont vous aurez besoin pour réaliser vos recettes. Cela demande une certaine rigueur et un peu de votre temps, mais en définitive, vous sauverez du temps puisqu’il ne sera plus nécessaire de retourner à l’épicerie chaque jour. Le défi ultime est toutefois de respecter la liste et de s’en tenir aux articles nécessaires et essentiels pour cuisiner vos repas de la semaine. Cela va s’en dire qu’aller à l’épicerie le ventre vide augmente la tentation et les achats impulsifs. 

Produits locaux 

Profitez de la saison estivale pour encourager les producteurs locaux et optez pour des produits frais et savoureux. L’achat local est bénéfique pour la richesse collective, mais également pour l’écologie. De plus, vous retrouverez des produits à moindre coût, notamment en raison de la diminution des coûts de transport. Pour prolonger cette saison d’abondance, congelez quelques aliments comme les fraises et les framboises, dont le prix monte en flèche lors de la saison hivernale. La mise en conserve est un excellent moyen de donner une seconde vie à vos aliments. Transformez vos concombres en marinade et faites vos propres cornichons. Créez un succulent ketchup maison avec vos tomates rabougries ou simplement une base de tomates que vous pourrez ajouter à vos recettes durant l’année à venir.

Recette de cornichons à l’aneth gracieuseté de Ricardo, délicieuse et facile à réaliser!

INGRÉDIENTS

•    1 kg (2 lb) de concombres Kirby, bien lavés et coupés en 2 ou en 4 sur la longueur (selon la grosseur)

•    1 oignon, tranché en rondelles

•    4 branches d’aneth frais

•    500 ml (2 tasses) de vinaigre blanc

•    500 ml (2 tasses) d’eau

•    3 gousses d’ail, pelées et coupées en deux

•    45 ml (3 c. à soupe) de sucre

•    30 ml (2 c. à soupe) de sel

•    15 ml (1 c. à soupe) de graines de moutarde

•    5 ml (1 c. à thé) de poivre en grains

•    3 baies de genièvre

•    ¼ de bâton de cannelle

•    1 feuille de laurier

•    1 clou de girofle

PRÉPARATION

1.    Dans 3 bocaux de 1 litre (4 tasses), placer les cornichons, l’oignon et l’aneth.

2.    Dans une casserole, porter à ébullition le reste des ingrédients. Laisser mijoter environ 5 minutes. Verser sur les cornichons. Fermer les bocaux et laisser tiédir. Réfrigérer. Attendre et laisser macérer environ deux semaines. 

Se conservent environ 3 mois au réfrigérateur.

Habitation

À l'affût

Voici un résumé des événements à surveiller ainsi que des nouveautés qui ont récemment marqué le monde de l’habitation, de l’immobilier, du design et de la décoration.

Lancement de la 12e édition du guide 300 adresses design pour aménager et rénover

Index-Design a dernièrement dévoilé la toute nouvelle édition du guide «300 adresses design pour aménager et rénover» lors d’un lancement qui a eu lieu à l’atelier-boutique de Céragrès, à Québec. Plus de 250 designers d’intérieur, architectes et fournisseurs ont assisté à l’événement afin de découvrir cette nouvelle édition qui se veut un outil de référence pour les professionnels de l’industrie.

Le tout nouveau guide répertorie 300 adresses design incontournables au Québec afin de guider et d’inspirer les professionnels de l’industrie. Pour permettre une recherche efficace en toute rapidité, chacune des entreprises est classée parmi douze catégories de produits et présentée à l’aide d’une courte définition, de mots-clés liés à son offre de produits, de son site Internet et des coordonnées de sa salle d’exposition. Les catégories se déclinent ainsi : bureaux, cuisines et salles de bain, déco et accessoires, design de présentation, éclairage, extérieur, matériaux, mobilier, produits architecturaux, revêtements de sols et muraux, services et technologie ainsi que textiles. 

Tendances et inspirations

L’équipe de rédaction présente dans la rubrique éditoriale du guide des tableaux d’inspiration guidés par les tendances des plus grands salons internationaux et des entreprises spécialisées en design. Cette rubrique « Inspirations » présente en image les tendances actuelles relatives au mobilier, aux revêtements ainsi qu’aux accessoires.  

Pour découvrir les photos de la soirée de lancement, rendez-vous sur la page Facebook d’Index-Design. 

Art de vivre

Le pique-nique; un plaisir saisonnier

Les journées qui s’allongent, les pelouses verdoyantes ainsi que les températures de plus en plus clémentes, réveillent l’envie de sortir au grand air et de profiter des plaisirs saisonniers. En forêt, au parc ou sur le bord d’un lac, le pique-nique compte parmi l’un de ces petits plaisirs indétrônables à faire durant l’été. L’instant d’un repas, nous brisons la routine et partons à l’aventure, à la découverte d’espaces verts! La région abonde d’ailleurs d’endroits magnifiques au cœur de la nature. Voici quelques conseils pour faire de votre prochain pique-nique une expérience agréable dénuée de tout stress!

Votre destination 

Il pleut à verse et la température est morose? Surprenez les enfants en improvisant un pique-nique dans le salon. Assoyez-vous en indien devant un bon film et dégustez des friandises! Si le soleil est présent, choisissez l’endroit où vous souhaitez vous rendre. Il sera plus simple par la suite de déterminer l’équipement dont vous aurez besoin. Partir à la montagne exige une plus grande préparation qu’une petite virée dans un parc du quartier. Il vous faudra tenir compte de la distance à parcourir et de la température qu’il fera, car lors des grandes chaleurs, l’humidité est souvent à son comble dans les forêts. Avec les parcs nationaux, vous serez en mesure de choisir des parcours adaptés et vous aurez également accès à des commodités, comme des toilettes ainsi que des tables pour manger. 

Un repas pratico-pratique

En pique-nique, on laisse tomber les règles de bienséances habituelles, on s’assoit par terre et on mange avec les doigts! Prévoyez des aliments qui se conservent bien comme les crudités, les biscuits, les salades, l’houmous, etc.  Assurez-vous de garder les aliments au froid pour éviter la croissance de bactéries. N’oubliez pas d’apporter des linges humides pour vous désinfecter les mains et nettoyer la bouche des enfants. Prévoyez également un sac pour mettre les déchets ainsi qu’un autre pour accueillir la vaisselle sale. Pour les breuvages, apportez des gourdes d’eau froide et ajoutez-y des feuilles de basilic, des fraises ou des concombres pour un peu de fantaisie. 

Animer votre activité 

Si les enfants sont de la partie, il faut prévoir de quoi les tenir en action après le repas. Cerf-volant, ballon, frisbee, jeux de société, lecture, articles pour jouer dans le sable, papier et crayons de couleur. Autrement, si vous êtes à proximité d’une forêt, partez en exploration et découvrez la flore environnante. 

Voici quelques indispensables pour agrémenter votre pique-nique

Architecture

L’Assemblée nationale du Québec revampée

Le président de l’Assemblée nationale, M. François Paradis, invitait la semaine dernière, la population à venir découvrir le nouveau pavillon d’accueil de l’Assemblée nationale. Plus de 3500 citoyens ont répondu présents à l’invitation. Un investissement de 60,5 millions de dollars a permis de rendre le nouvel espace plus moderne, sécuritaire et accueillant. Il s’agit des plus grands travaux jamais réalisés au parlement depuis l’ouverture du restaurant Le Parlementaire en 1917.

« C’est avec enthousiasme et beaucoup de fierté que j’accueillerai les Québécoises et Québécois dans leur maison citoyenne! Ce nouveau pavillon moderne confirme qu’un parlement n’est pas un lieu figé dans le temps, mais une institution ouverte et tournée vers l’avenir où chaque personne peut s’y sentir chez elle », a déclaré le président.

Les travaux de rénovation et d’agrandissement, qui se sont déroulés sur une période de trois ans, ont permis de doter le parlement d’infrastructures modernes répondant à la réalité d’aujourd’hui. Le nouveau pavillon d’accueil étant construit en souterrain, l’intégrité architecturale du bâtiment patrimonial a été entièrement préservée. Lors de leur visite, les citoyennes et citoyens ont pu découvrir les nouveaux espaces, contempler des œuvres d’art, assister à des expositions, visionner des projections, le tout dans une ambiance festive et animée. 

L’Assemblée nationale sera maintenant munie :

  •  d’infrastructures de sécurité qui répondent à la réalité d’aujourd’hui;
  •  d’aires d’accueil mieux adaptées au nombre grandissant de visiteurs;
  •  d’installations plus accessibles aux personnes à mobilité réduite;
  • d’un centre de visiteurs incluant un parcours thématique sur l’histoire et la démocratie québécoise;
  • d’une salle multifonctionnelle pour l’accueil de groupes;
  • d’une agora permettant la tenu de projections, d’expositions thématiques et de conférences;
  • de deux salles de commission parlementaire fonctionnelles et accessibles.


Art de vivre

Un virage écologique dans le domaine de l’alimentation

L’écoresponsabilité se retrouve désormais dans plusieurs sphères de la société et les consciences écologiques sont de plus en plus aiguisées. De nombreuses initiatives environnementales sont d’ailleurs mises de l’avant par plusieurs organismes et entreprises. On pense entre autres à la compensation carbonique rendue possible grâce au programme Carbo neutre. Un virage écologique a également été entrepris dans le domaine de l’alimentation avec la chaîne Métro Québec qui depuis le 22 avril dernier, propose aux consommateurs d’utiliser leurs propres contenants pour emballer les aliments achetés. La bannière IGA a elle aussi emboîté le pas avec un projet pilote ciblant 10 magasins IGA dans la province, dont le IGA de la famille Verreault situé à La Baie.

Dans le but de réduire l’utilisation des emballages à usage unique, il est maintenant possible d’apporter les contenants réutilisables en plastique, ainsi que des sacs à glissière propres aux comptoirs de la charcuterie, des mets cuisinés, de la viande, de la poissonnerie et de la pâtisserie de ces épiceries. 

«Nous souhaitons réduire l’utilisation des emballages à usage unique. Nous avons donc mis en place une structure simple qui permet à nos clients d’apporter leurs contenants de la maison, tout en ne faisant aucun compromis sur la qualité et la salubrité des produits qu’ils se procurent chez nous», a déclaré le vice-président principal de l’entreprise Métro, Marc Giroux. 

Conformités des contenants

Métro

Contenants autorisés : En plastique ainsi que sacs à glissières propres.  

Contenants refusés : Abîmés et brisés, souillés et tachés, en verre.

IGA

Contenants autorisés : Sac de tissu, contenants en plastique et en verre.

Contenants refusés : Tout contenant avec un code à barres, tout sac de plastique, tout contenant malpropre. 

Exigences minimales pour l’utilisation de contenants

Les chaînes d’alimentation se réservent le droit de refuser d’utiliser un contenant qui contrevient à la règlementation quant à la salubrité. Il est donc de la responsabilité du consommateur de s’assurer que :

  • le contentant soit propre, exempt de fentes, de taches,
    d’impuretés et de rouille et qu’il soit conçu pour entreposer les aliments; 
  • le contenant soit fait d’un matériau qui peut être facilement nettoyé; 
  • le contenant soit muni d’un couvercle ou d’un dispositif de fermeture. Selon la nature du produit, le contenant doit être étanche;
  • Que vous n’utilisiez pas un contenant commercial portant un code à barres; 

Cette initiative environnementale, dont Métro est le chef de file au Québec, fera sans aucun doute des petits, IGA, qui est présentement en projet pilote, en est d’ailleurs la preuve. 

À suivre…