Samuel Girard avait été l’un des derniers joueurs retranchés l’an dernier avec Équipe Canada junior.

Une occasion unique pour l’Avalanche

Contrairement au Canadien, l’Avalanche du Colorado n’a pas rendu disponibles Samuel Girard et Tyson Jost pour Équipe Canada, qui a amorcé son camp de sélection final. Joe Sakic, directeur-gérant de l’Avalanche, a encore quelques jours devant lui pour changer d’idée et c’est un scénario qu’il doit étudier minutieusement.

En prêtant Girard et Jost, l’Avalanche se retrouverait vraisemblablement avec trois ténors au sein de l’équipe de Dominique Ducharme, l’autre étant Cale Makar. Ces trois joueurs pourraient vivre une expérience commune enrichissante, qui pourrait leur servir dans leur parcours professionnel. 

La Tornade de Roberval est un peu moins flamboyant depuis quelques semaines. Rien d’étonnant là-dedans. Avec son âge, et son gabarit, il doit jouer la pédale au plancher tous les soirs dans ce monde de géants. L’Avalanche a commencé à diminuer son temps de jeu et comme la cadence va s’accélérer après Noël dans la LNH, pas impossible que Girard ait du mal à gober ce rehaussement.

Jost, lui, a bien du mal à s’installer dans le circuit Bettman. Il a été blessé, il a joué quelques matchs dans la Ligue américaine, son entraîneur le promène d’un trio à l’autre. En somme, l’Avalanche ne compte pas actuellement sur ses deux jeunes surdoués pour faire la différence dans ses matchs. 

La situation serait complètement différente avec Équipe Canada junior. Jost serait probablement le capitaine de l’équipe. Girard, même si Joël Bouchard et Ducharme ne font pas partie de son Fan Club, serait mandaté pour animer le jeu de puissance avec Makar. Voilà des opportunités qui passent rarement dans une carrière. 

Dans le cas de Girard, Sakic doit aussi se demander s’il serait préférable de le retourner chez les juniors après le Mondial. Le petit arrière offensif serait échangé à un club de pointe, et obtiendrait le mandat de le mener à la Terre Promise en séries. Avant ça, Hockey Canada pourrait même utiliser son agilité sur la grande glace des Jeux Olympiques. Sean Burke a dit mercredi chercher en ce moment un ou deux joueurs juniors qui pourraient aider son équipe. Imaginez tout ce millage de qualité pour un jeune homme qui n’a pas encore atteint 20 ans! En prime, l’Avalanche retarderait d’un an son accès à l’autonomie...

L’exemple de beauvillier et barzal

Les Islanders avaient une occasion semblable sous le nez à pareille date l’an dernier avec Anthony Beauvillier. En plus, ce dernier mourait d’envie d’aller au championnat du monde junior. Garth Snow a préféré le garder à Long Island. Son choix a-t-il servi le développement de son choix de première ronde? Pas convaincu. En tout cas, on lui fait encore sauter des matchs cette saison même s’il est en parfaite santé. Pendant ce temps, Mathew Barzal, qui a passé la dernière saison dans le junior, se bat pour le Calder à ses côtés. D’accord, les deux joueurs n’ont pas exactement le même profil, Barzal a plus de magie dans ses bâtons. Reste qu’il a profité de sa dernière campagne avec les joueurs de son âge pour bonifier sa confiance tandis que Beauvillier fait du surplace. 

Il me semble que si j’étais dans les souliers de Joe Sakic, je m’assurerais de prendre la bonne décision. L’Avalanche aura besoin plus tôt que tard des dons de Girard, Jost et Makar pour épauler les Mackinnon, Landeskog et Rantanen si elle veut se remettre sur les rails. Plus ils auront d’outils dans leur coffre, mieux ces jeunes hommes seront armés pour camper les rôles qui les attendent. La plus grande scène du hockey junior sur la planète a permis à bien des vedettes de grandir en l’espace de trois semaines...