Michel Therrien avait raison, Pacioretty est le pire capitaine de l’histoire du Canadien.

Pacioretty: catastrophe évitée

Il était minuit moins une, mes amis!

À l’aube du tournoi de golf de l’équipe, alors qu’une ambiance de zoo était déjà installée depuis deux semaines, Marc Bergevin a trouvé son prix sur le marché pour Max Pacioretty.

C’était loin d’être évident de boucler une transaction décente dans les circonstances. Tous les autres directeurs généraux savaient que Bergevin négociait avec un fusil sur la tempe. Son rapport de force était encore plus affaibli par le fait que son capitaine venait de connaître une saison médiocre. Ce qui ne l’empêchait pas de viser la lune pour son prochain contrat… Parlez-en aux Kings, avec qui une transaction a avorté en juin dernier, justement en raison des attentions salariales de Monsieur Pacioretty.

Bergevin s’en tire donc très bien. Un espoir décent en Nick Suzuki, un marqueur en Tomas Tatar et un choix de deuxième ronde, c’est quand même un retour intéressant. Quand on compare avec ce que les Hurricanes ont obtenu pour Jeff Skinner il y a quelques semaines, il faut se rendre à l’évidence que Bergevin a bien joué ses cartes.

Bien sûr, le pactole aurait été encore plus alléchant si le dg du Canadien avait misé sur le bon cheval il y a deux ans. Il a malheureusement chassé Subban, un pur-sang, alors que la décision logique aurait été de plutôt monnayer le capitaine, dont la valeur était à ce moment-là à son paroxysme en raison de ses succès et de son contrat à rabais. Mais bon, on ne peut revenir dans le passé, hein?

Pire capitaine de l’histoire du Canadien
Suzuki n’est pas un marchand de vitesse ni un gros bonhomme, mais il a toutes les autres qualités d’un futur joueur capable d’animer un trio offensif. Au centre ou à l’aile.

Le passage de Tatar a été catastrophique à Vegas, mais ça reste un attaquant d’une vingtaine de buts même s’il n’est pas exactement dans la palette de Claude Julien.

Et puis Trevor Timmins a eu du flair par le passé lorsqu’il a pris le micro en deuxième ronde, c’est un joli complément dans l’équation.

Tout ça pour un joueur de périphérie qui mourait d’envie d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs.

Michel Therrien avait d’ailleurs raison, Pacioretty est le pire capitaine de l’histoire du Canadien. Vrai que la liste avant lui est glorieuse. Pacioretty est unidimensionnel: c’est un marqueur de saison régulière. Un bon, soit. Mais sa façon de jouer – lire de tricher en zone ennemie – le disqualifie comme meneur, même si c’est sûrement le plus gentil des garçons à l’extérieur de la surface de jeu.

Place au hockey
Ce dossier étant réglé, le Canadien peut se concentrer sur ce qui se passe sur la glace et c’est tant mieux. Parce que votre club va en avoir plein les bras. On vous rappelle que le Canadien a maintenant liquidé ses deux meilleures paires de mains durant l’été, lui qui disposait pourtant d’une attaque anémique. Et que son pilier en défense, Shea Weber, est emprisonné à l’infirmerie jusqu’en décembre. À pareille date l’an dernier, on se demandait qui allait jouer à la gauche de Weber sur le premier duo. Cette fois, on se demande qui va épauler… Jeff Petry pour stopper les meilleurs éléments ennemis!

Paraît que Carey Price était de bonne humeur au tournoi de golf lundi. Ce sourire devrait disparaître assez rapidement merci quand l’Élu verra quel niveau de protection sa brigade défensive pourra lui fournir. Même s’il retrouve ses plus beaux élans, Price ne pourra tout faire seul. Dans la LNH, si tu donnes du temps et de l’espace aux meilleurs joueurs, ils vont déculotter n’importe quel gardien…

Oubliez les séries!
Il y a toujours des surprises dans la LNH, c’est la beauté du hockey. Sachez quand même que sur papier, compte tenu de la puissance de la division, votre équipe devrait être exclue de la course aux séries avant Noël.

Le camp d’entraînement n’est toutefois pas dénué d’intérêt pour autant, avec la présence de Suzuki et de Jesperi Kotkaniemi. Sont-ils prêts pour la grande ligue? Chose certaine, il y a des trous dans l’alignement. S’ils se montrent convaincants, les chances sont bonnes qu’ils restent avec le grand club.

Pariez que Geoff Molson va se coucher les prochains soirs en priant que ce dernier scénario se concrétise. Il a des billets à vendre. Pas mal de billets, contrairement à l’habitude. Si le présent n’est pas réjouissant, reste le futur pour éviter que les fans ne désertent…