Si Mondou a voulu laisser les joueurs décider de l’orientation à donner à la prochaine période de transactions, qui s’amorce dans une dizaine de jours, le message est clair: il a le champ libre pour reconstruire et cela pourrait passer par les départs de Gabriel Sylvestre et Simon Benoît, entre autres.

Le champ libre pour liquider

(Commentaire) Préparez-vous à une période de transactions mouvementée au sein de la plus vieille concession de la LHJMQ.

À partir du moment où son club s’est fait surprendre en première ronde des séries le printemps dernier face aux Foreurs, le plan de Martin Mondou a toujours été de profiter de la saison 2017-18 pour faire un pas de recul et liquider les vétérans des Cataractes afin de renflouer sa banque de choix et sa réserve de jeunes éléments de qualité. 

Il a essayé de faire le virage au repêchage, mais il a été déçu des offres de ses homologues et il a prôné la patience. C’était la bonne chose à faire au plan stratégique, car la campagne actuelle s’annonçait bourrée de rebondissements, sans aucune super puissance établie. 

Dans ces conditions, avec le meilleur joueur du circuit en Samuel Girard et une bombe offensive comme Brandon Gignac, ça valait la peine d’attendre de voir si ces ténors pouvaient procurer un quatrième top 5 d’affilée aux fans shawiniganais.

On connaît tous la suite. Girard et Gignac ne sont pas revenus en Mauricie. Ces départs précipités ont fait chuter le château de cartes. Les Cataractes sont vissés au dernier rang du classement général. Leurs unités spéciales sont gênantes. Les vétérans attaquants ne livrent pas la marchandise. Bref, si Mondou a voulu laisser les joueurs décider de l’orientation à donner à la prochaine période de transactions, qui s’amorce dans une dizaine de jours, le message est clair: il a le champ libre pour reconstruire. 

Sylvestre et Benoît peuvent rapporter gros

À court terme, un virage jeunesse va bien sûr plomber les résultats de l’équipe en deuxième moitié de saison. Mais bon, l’équipe a déjà besoin de jumelles pour apercevoir les premiers échelons du classement général, alors ça ne changera pas grand-chose. 

Mondou est chanceux, il va offrir ses vétérans dans un marché qui sera clairement favorable aux vendeurs cet hiver. Pourquoi? Parce qu’il y a au moins une dizaine d’équipes qui rêvent actuellement de parader dans les rues de leur ville avec la Coupe du Président dans cinq mois. C’est le double qu’à l’habitude! C’est l’effet direct d’un classement où la parité est dominante, avec seulement 12 points d’écart entre la première et la 13e place. Ces conditions font qu’il y a donc pas mal plus d’acheteurs que de vendeurs!

Mondou détient notamment les droits sur deux défenseurs de 19 ans qui font saliver les clubs prétendants. Gabriel Sylvestre en est à sa quatrième saison dans la LHJMQ. Depuis son arrivée junior, il a toujours fait partie du top 4 de son équipe. 

Ce n’est pas un quart-arrière, mais son jeu défensif est reconnu et c’est une machine à bloquer des tirs. Il n’hésite jamais non plus à se porter à la défense de ses coéquipiers. Admissible à un retour l’an prochain comme un vétéran de 20 ans. Les Mooseheads d’Halifax ont pu obtenir un choix de première ronde pour Taylor Ford l’an dernier. Pour Sylvestre, il est donc facile d’anticiper un retour un peu plus alléchant encore. 

À condition, bien entendu, que le grand défenseur accepte de bouger. Il détient une clause de non-échange, Sylvestre. Il l’a utilisé pour bloquer une transaction potentielle l’an dernier, alors qu’il aurait servi comme compensation future. Son équipe étant dans une position pas mal moins enviable cette saison, il est permis de croire qu’il sera plus tenté de joindre une nouvelle formation. Reste qu’il contrôle une partie de sa destinée.

Ce n’est pas le cas pour Simon Benoît, qui pourrait rapporter le même genre de butin que Sylvestre. Il est taillé dans un moule différent, il a plus d’offensive à offrir. Benoît est aussi plus autoritaire le long des rampes. Mais il n’a rien d’un matamore, malgré son physique enviable. Benoît joue présentement le meilleur hockey de sa carrière. Il a été choisi sur l’équipe d’étoiles de la LHJMQ pour affronter les Russes il y a un mois. 

Denisov a perdu de la valeur

À part Sylvestre et Benoît, Mondou va aussi recevoir des coups de fil pour Samuel Asselin et Mikhail Denisov. Asselin est très polyvalent et si sa production est sous les attentes actuellement, son dynamisme ne passe pas inaperçu. Il va revenir à 20 ans l’an prochain, alors le directeur-gérant des Cataractes ne peut se permettre de le céder à rabais, il en a trop besoin pour la relance. Évidemment, si un club est agressif dans ce dossier, il peut obliger Mondou à réfléchir. 

Denisov, lui, a vu sa valeur chuter après un début de saison bien ordinaire. Choisi sur la première équipe d’étoiles l’an dernier, les derniers mois l’ont transformé en point d’interrogation. Pas sûr que Mondou obtiendra beaucoup, mais je crois qu’il va quand même quitter afin de faire plus de place à Lucas Fitzpatrick.

Si Sylvestre, Benoît et Denisov se retrouvent sous d’autres cieux, les Cataractes ne sortiront pas de la queue du classement général. Avec ce constat, mieux vaut aussi se débarrasser de Vasily Glotov et Cameron Askew et offrir le temps de jeu de qualité aux jeunes. Jérémy Martin, Gabriel Denis, Mathieu Samson, Antoine Demers, Fitzpatrick, Alex DeGagné, Leon Denny et Simon Dubois-Thibergen, voilà le noyau autour duquel il faut bâtir. 

À court terme, ça va faire mal. Les victoires seront rares d’ici mars. Mais ce sacrifice permettra à Mondou de repartir le même genre de cycle qui vient de se terminer. L’investissement en vaut le coup.

Saguenéens et Foreurs dans le même bateau

Outre les Cataractes, deux autres clubs sont vendeurs à l’approche du marché des transactions, soit les Saguenéens de Chicoutimi et les Foreurs de Val-d’Or.

Les Saguenéens vont vraisemblablement offrir leur capitaine Olivier Galipeau aux enchères. Seul hic, Galipeau a 20 ans, alors ça limite le nombre de destinations potentielles. 

C’est le même raisonnement qui guette Étienne Montpetit avec les Foreurs. Meilleur gardien de la ligue. Mais Montpetit prend lui aussi un casier de 20 ans. Ce «détail» diminue son attrait. Mais pas assez pour le garder à Val-d’Or, même si le pilote Mario Durocher fait du lobbying auprès de ses patrons pour garder ses vétérans. 

Citation de la semaine

«Il ne s’en va nulle part»

- Jim Hulton à propos de son défenseur vedette Pierre-Olivier Joseph, choix de premier tour des Islanders de Charlottetown. Même si cette équipe a vidé sa banque de sélections l’an dernier, il semble qu’elle va résister à la tentation de monnayer son meilleur joueur, qui est âgé de 18 ans. «Dans notre évaluation, on croit qu’il sera de retour dans le junior en 2018-19 . Or il peut très certainement nous aider l’an prochain!»