La saison 2017-18 ne s’est pas déroulée comme prévu pour les Cataractes de Shawinigan, qui espéraient accéder aux séries éliminatoires pour la première campagne de Daniel Renaud derrière le banc.

Cataractes: une saison en six actes

CHRONIQUE / Les dés sont jetés. Dans moins d’une semaine, les Cataractes seront en vacances prématurées. Une déception pour l’état-major, qui croyait avoir les effectifs pour se faufiler en séries malgré le virage jeunesse. Coup d’œil sur les moments-clés de cette 49e saison, qui se termine par une exclusion de la grande danse du printemps.

L’optimisme
Daniel Renaud est reparti du repêchage des joueurs midgets soulagé. Son directeur-gérant Martin Mondou n’avait pas obtenu d’offres à son goût pour liquider ses meilleurs éléments aux Assises de la LHJMQ, alors le pilote recrue allait faire ses premières armes avec une douzaine de vétérans. Du lot, il y avait deux joueurs retenus sur l’équipe d’étoiles de la LHJMQ, soit Samuel Girard et Mikhail Denisov. Tout indiquait aussi que le rapide Brandon Gignac disputerait une cinquième saison dans le junior. Quand ils se comparaient aux autres équipes de la ligue sur papier, Renaud et Mondou étaient confiants que les Cataractes pouvaient rivaliser avec tout le monde. D’ailleurs, Mondou a transigé pour améliorer son trio de 20 ans, en obtenant les services de Vasily Glotov.

Le choc
Rien ne se passe comme prévu en début de saison. Contre toute attente, les Devils changent leur plan et décide de faire graduer Brandon Gignac chez les pros. Pire, Samuel Girard est tellement impressionnant au camp des Predators que David Poile le garde à Nashville. Sans ces deux ténors, évidemment que le portrait change dramatiquement. Surtout que Mikhail Denisov n’est pas l’ombre de lui-même entre les poteaux. Cam Askew semble victime du même virus, le gros Américain n’arrive plus à marquer. Les Cataractes perdent leurs huit premiers matchs. La confiance du groupe est ébranlée. Les unités spéciales en arrachent, la défensive est poreuse.

La valse des 20 ans
Martin Mondou réagit à ce faux départ, il fait l’acquisition de Charlie Roy pour stabiliser le champ arrière. Seul hic, Roy a 20 ans, donc les Cataractes doivent retrancher Samuel Blier de l’alignement. L’impact de Roy est positif... mais de bien courte durée. L’ex-joueur de l’Armada écope d’une lourde suspension, forçant les Cataractes à se débrouiller avec seulement deux joueurs de 20 ans dans l’alignement pour 15 matchs! Roy ne reviendra pas à Shawinigan après sa suspension. Par contre, Mondou et Renaud ramènent Blier dans l’équation durant cette période, jonglant donc avec trois vétérans de 20 ans pour deux postes disponibles. Autant Blier que Cameron Askew et Vasily Glotov sont laissés de côté à un moment donné. Ce contexte amène beaucoup d’instabilité autour de l’équipe.

Les sacrifices
Les Cataractes font partie des pires équipes au classement. Mondou a donc beau jeu afin de sacrifier les vétérans en demande, question de renflouer sa banque de choix et son lot de jeunes joueurs prometteurs. Gabriel Sylvestre, Samuel Asselin, Mikhail Denisov et Cameron Askew doivent faire leurs valises. Les départs de Sylvestre et Asselin font mal, mais Mondou a monnayé au maximum leurs services. Denisov et Askew ont pour leur part été cédés à rabais. Par contre, Mondou peut se vanter d’avoir obtenu Mathieu Bellemare pour une bouchée de pain, lui qui a pris la place de Denisov. Askew n’a toutefois pas été remplacé, Mondou préférant offrir plus de temps de jeu à ses jeunes plutôt que de combler le troisième casier de 20 ans.

L’espoir
Mathieu Bellemare est intraitable à son retour avec l’équipe de son patelin. Guidé par son brio, les Cataractes se rapprochent du 16e et dernier rang donnant accès aux séries après la période de transactions. Ayant plus d’espace sur l’échiquier offensif, Vasily Glotov et Jan Drozg connaissent leurs meilleurs moments dans l’uniforme shawiniganais. Le valeureux guerrier Samuel Blier hérite du titre de capitaine, Vincent Senez s’établit comme une pièce maîtresse de l’offensive. En défensive, Leon Denny progresse bien, il devient une option de qualité pour le jeu de puissance.

L’effondrement
Vincent Senez se blesse à la fin janvier à Rimouski. Vasily Glotov et Jan Drozg n’arrivent pas à garder leur belle cadence des dernières semaines. Même chose pour Mathieu Bellemare, soudainement plus vulnérable. Très compétitifs depuis le début de la saison, les Cataractes commencent à récolter des défaites sans appel. Faut dire que les unités spéciales font pitié. Le désavantage numérique a beau s’être un peu amélioré, il reste l’un des pires de l’histoire de la ligue. Invraisemblable mais vrai, l’avantage numérique accorde plus de chances de marquer de qualité qu’il n’en génère! Le capitaine Samuel Blier n’arrive pas à produire offensivement, après avoir montré de beaux flashs avant les Fêtes. Aucune stabilité dans les trios, Renaud joue aussi à la chaise musicale en défensive. À part Simon Benoît, tous les autres défenseurs sont rayés de l’alignement à un certain moment. Alors qu’ils luttent pour leur survie, les Cataractes encaissent 12 revers de suite. Cette triste séquence exclut l’organisation des séries pour la troisième fois en cinq décennies de hockey junior à Shawinigan.