En janvier, la Félicinoise Catherine Saint-Gelais (à l’avant) participera pour une deuxième année consécutive au Wodapalooza Fitness Festival, une compétition de calibre international qui regroupe les meilleures équipes de CrossFit à Miami, en Floride. Elle fera équipe avec Carol-Ann Reason-Thibault, un fleuron québécois du CrossFit, et Emmanuelle Blais.

Wodapalooza Fitness Festival: Saint-Gelais à Miami

Pour une deuxième année consécutive, la Félicinoise Catherine Saint-Gelais prendra part au Wodapalooza Fitness Festival, une compétition de calibre international qui regroupe les meilleures équipes de CrossFit, du 12 au 14 janvier, à Miami, en Floride. Cette fois-ci, elle fera équipe avec Carol-Ann Reason-Thibault, l’un des fleurons québécois du CrossFit et Emmanuelle Blais.

Mais contrairement à l’an dernier, Saint-Gelais n’aura pas à passer par les qualifications pour accéder au grand rendez-vous de janvier. En effet, la Québécoise Reason-Thibault ayant participé aux Mondiaux de CrossFit, elle a reçu une invitation spéciale de l’organisation du Wodapalooza qui permet, à elle et ses coéquipières, d’accéder directement à la compétition. Catherine Saint-Gelais et Emmanuelle Blais ont donc obtenu du même coup leur laissez-passer pour le grand show.

« Je m’entraîne avec Emmanuelle, qui est entraîneur au même gym que moi (à Montréal). Sa copine, Carol-Ann, se cherchait des partenaires pour faire cette compétition », raconte l’athlète de 23 ans qui est maintenant installée à Montréal. Ça tombait bien puisqu’elle ne pouvait faire à nouveau équipe avec ses deux partenaires de l’an passé, Audrey Paradis étant enceinte, et Mirakim Couvrette s’étant qualifiée pour les compétitions individuelles. L’an dernier, le trio avait réussi à se hisser en 14e position.

S’attend-elle à faire mieux, puisqu’elle fera équipe avec une machine comme Reason-Thibault ? « Normalement, on devrait faire mieux, mais c’est à suivre cette fois-ci, convient la Félicinoise. Carol-Ann est l’une des meilleures et Emmanuelle est aussi très forte. Et moi, je me suis améliorée. »

Mais réunir trois bons éléments n’est pas gage de podium pour autant. « Ce qui fait en sorte qu’une équipe est bonne, c’est l’ensemble de l’équipe. Même si Carol-Ann est bonne, si c’est mon tour d’y aller et que je ne suis pas à la hauteur, ce ne sera pas suffisant. C’est vraiment un travail d’équipe. »

Bien sûr, la jeune femme compte donner son maximum, mais le plaisir sera aussi de la partie. « On est capable de faire un top-10 et c’est ce qu’on va viser. Carol-Ann souhaite aller s’amuser. Oui, elle est bonne, mais elle ne nous a pas pris parce qu’elle voulait gagner, mais parce qu’elle nous trouve drôles et qu’elle nous aime bien. L’objectif est d’avoir du plaisir et d’en profiter un peu comme des vacances. »

Cela dit, ce genre de compétition comporte toujours une petite part de stress. « Ce sera la même chose que l’an dernier, sauf que les épreuves seront différentes et on ne les connaîtra qu’une fois là-bas. C’est toujours comme ça, mais c’est plus énervant que stressant », avoue celle qui y retourne avec plaisir, car « c’est une super belle compétition ».

D’ailleurs, la jeune femme s’est mieux préparée pour faire face aux défis qui risquent de se présenter et elle estime s’être améliorée dans les différentes facettes de son sport : haltérophilie, gymnastique, endurance cardiovasculaire et même la natation.

« L’an dernier, on s’est fait un peu surprendre parce que c’était censé être un genre de triathlon. Donc, dans une équipe, une personne faisait la natation, une courait et l’autre faisait du ‘‘Paddleboard’’. Mais comme il y avait trop de vent, ils ont décidé de faire nager tous les athlètes. Je n’étais pas prête pantoute. Cette année, je ne veux pas paniquer comme l’an dernier. Depuis un mois, je vais m’entraîner à la piscine. »

Passion

La Félicinoise s’entraîne plus sérieusement en CrossFit depuis trois ans. Cette discipline très exigeante est devenue une passion. Avec son diplôme de nutritionniste-diététicienne en poche depuis un an, Catherine Saint-Gelais peut combiner ses deux passions. Elle travaille dans des gyms où, en plus d’être entraîneur de CrossFit, elle met ses connaissances aux services des sportifs en leur préparant des programmes alimentaires. 

« Quand j’ai commencé mon bac, je savais que je voulais travailler en nutrition sportive. Oui, j’ai eu la piqûre pour ce sport, mais ce sont plus les gens avec qui je me suis entraînée qui m’ont transmis cette passion, estime-t-elle. Mes collègues de travail sont aussi mes partenaires d’entraînement et coachs en même temps. Ils me connaissent par coeur et ils investissent du temps dans moi, ce qui fait que c’est le fun d’investir du temps dans le gym. C’est du donnant-donnant. »