Martin Pouliot ne se berce pas d’illusions quant à la prochaine saison des Voyageurs. Il est conscient que les victoires seront difficiles à obtenir.

Reconstruction totale pour les Voyageurs

À sa quatrième saison à la barre des Voyageurs de Saguenay, Martin Pouliot amorce un nouveau chapitre avec un alignement composé d’une poignée de vétérans et de nombreuses recrues. L’entraîneur de la formation junior élite ne s’en cache pas, les victoires vont être rares, au cours de la prochaine saison qui s’amorce samedi, à Coaticook, face au Rocket.

Après des transactions majeures la saison dernière, les Voyageurs ont mis tous leurs œufs dans le même panier pour tenter de faire un bon bout de chemin en séries. La route s’est terminée au deuxième tour, à la suite d’une élimination en sept matchs face aux Diamants de Québec. C’est maintenant l’heure de payer la carte de crédit.

« C’est l’an 1 d’une totale reconstruction, a concédé Martin Pouliot au bout du fil. Les victoires vont être très dures à aller chercher cette année. La plupart de nos joueurs de position vont avoir 18 ou 19 ans et les lanceurs ne sont pas faciles à trouver. »

La position de lanceur est effectivement celle qui pose le plus problème aux Voyageurs. Sélectionnés cet hiver au repêchage annuel de la Ligue de baseball junior élite du Québec, Thomas Couture et David Grondin ont choisi de demeurer dans le junior AA dans la région de Québec au lieu de s’aligner avec les Voyageurs.

« Après avoir été dominants dans le junior AA, on pensait que ces deux joueurs allaient se joindre à nous, a mentionné Pouliot. C’est plate parce qu’ils auraient pu lancer junior élite et on leur aurait donné autant de manches que dans le junior AA. »

Le lanceur de 22 ans Keven Fortin, qui envisageait d’effectuer un retour au jeu cette saison, est finalement revenu sur sa décision. Dans le cas d’Emanuel Rochon Nunez, il a demandé une transaction. « On va essayer de l’avoir une couple de matchs en attendant que je l’échange, mais il nous a dit qu’il ne voulait pas jouer avec nous », a fait savoir Martin Pouliot. Finalement, Luis Guitierrez risque d’être présent à temps partiel seulement.

« Au total, il y a cinq ou six gars qui ont choisi une autre option, donc ça nous met à court un peu », a concédé l’entraîneur des Voyageurs, qui va tenter de trouver du renfort dans les calibres inférieurs.

« Ça va être une année assez rock and roll, mais le bon côté, c’est que j’ai un bon groupe de joueurs et j’ai des bons leaders, a relativisé Martin Pouliot. Il n’y a pas de têtes fortes dans l’équipe ou de gars difficiles à diriger. On va prôner la patience et on va travailler avec les joueurs que nous avons. »

Martin Pouliot a également subi une première défaite avant même que la saison commence. Alors qu’il militait pour un calendrier équilibré à travers la ligue, c’est plutôt le contraire qui attend les Voyageurs cette saison, qui vont jouer huit matchs contre Charlesbourg, Québec et Trois-Rivières, trois rivaux de division pressentis pour faire partie des bonnes équipes du circuit.

« On joue 24 de nos 44 matchs contre ces trois équipes », a soulevé Pouliot, bien conscient que les chances de victoires sont plutôt minces lors de ces duels. Même si 12 des 13 équipes de la LBJEQ accèdent aux séries éliminatoires, rien n’est assuré pour la formation régionale.

« Ça fait 25 ans que je suis coach et je n’ai jamais eu ce semblant d’équipe, a-t-il ajouté. On va essayer d’avoir la meilleure atmosphère possible et faire comprendre aux jeunes qu’on veut gagner avec eux dans les prochaines années. On part du bas, mais espérons qu’on va redevenir compétitifs d’ici trois ou quatre ans. »

Ouverture locale repoussée

Comme c’est souvent le cas au Saguenay, le terrain du Stade Richard-Desmeules ne sera pas prêt à temps pour l’ouverture de la saison locale, le 18 mai, contre les Orioles de Montréal. Au lieu de reporter le programme double, les deux équipes ont plutôt choisi de jouer dans la métropole.