Les frappeurs des Voyageurs ont été bien timides lors des deux rencontres face aux Diamants, ne frappant que sept coups sûrs.

L’attaque tombe à plat face aux Diamants

Après un début de saison explosif, les bâtons des Voyageurs (6-5) sont tombés à plat face aux Diamants de Québec (7-4). Jeudi soir, au Stade municipal, les Jonquiérois n’ont frappé que deux petits coups sûrs pour subir une deuxième défaite en un peu plus de 24 heures face à leurs rivaux de la Capitale nationale, au compte de 1-0.

Les Voyageurs, qui avaient marqué 69 points lors de leurs dix premiers matchs de la saison, ont été réduits au silence par les artilleurs des Diamants. Si le partant des Diamants Xavier Bilodeau a été brillant pour le match complet, son vis-à-vis Yan-Éric Tremblay a été aussi solide. L’artilleur des régionaux a également permis seulement deux coups sûrs, mais un point en troisième manche, ce qui a fait la différence.

Malgré tout, avec quelques buts sur balles, les Voyageurs ont eu des coureurs sur les buts à toutes les manches, mais comme la veille, le gros coup sûr n’est jamais venu. Jean-Nicolas Lebrun est celui qui s’est approché le plus d’un tour des sentiers, mais son périple a pris fin au troisième coussin en cinquième manche. En sixième, avec un coureur au deuxième, Raphaël John Leblanc a tout juste passé sous la balle qui a terminé dans le gant du champ centre à quelques pieds de la clôture. « On est proches, mais pas assez », a laissé tomber l’entraîneur Frédérick Lajoie, qui remplaçait encore Martin Pouliot à la barre de la formation jonquiéroise. Le recruteur des Capitals de Washington assistait en personne à la cinquième rencontre de la finale de la coupe Stanley, à Las Vegas.

« Il n’y a pas grand-chose à dire, sauf qu’on ne s’est pas ajustés. Il y a encore eu un manque d’émotion, comme la veille. On a laissé sept coureurs sur les buts encore une fois. Tu ne peux pas espérer gagner en laissant autant de gars sur les buts avec seulement deux coups sûrs. Personnellement, je n’ai jamais gagné en ayant marqué aucun point. Ça devient difficile et d’après moi, je ne suis pas le seul à qui c’est arrivé », de rappeler Frédérick Lajoie, trouvant tout de même quelques points positifs malgré la défaite, dont la tenue de Yan-Éric Tremblay, qui a connu son meilleur départ de la saison à son avis, ainsi que la tenue en défensive.

« Bilodeau a également lancé un bon match de l’autre côté. Je pense qu’on aurait pu être meilleurs collectivement au bâton et exécuter mieux. On a eu moins de chances que mercredi, malgré des coureurs au 3e ou au 2e et deux retraits, on n’a pas réussi à mettre des points en banque. On sort de là avec une autre défaite et une deuxième de suite. 3-2 et 2-0, c’est le même discours que j’ai parce que c’était le même genre de match. On a mieux joué et exécuté, mais il en manquait encore. Il manque clairement d’émotion sur ce banc-là. Je crois que c’était pire que mercredi », d’estimer l’entraîneur, qui pensait qu’après une bonne discussion après la rencontre de mercredi, ses troupiers sortiraient avec le couteau entre les dents.

« Le lanceur de l’autre bord est bon, mais un moment donné, c’est du junior élite. Il y a une raison pourquoi il lance dans notre ligue. S’il était trop bon, il ne serait pas dans notre ligue. On doit trouver une manière de battre ces gars-là, parce que c’est le genre de matchs qu’on va jouer en séries. C’est aussi bien qu’on perde là et qu’on gagne en septembre, mais deux défaites par un point, c’est décevant », de poursuivre Frédérick Lajoie, affirmant qu’avec autant de vétérans dans l’alignement, les solutions sont dans le vestiaire.

Les Voyageurs seront de retour en action dimanche soir au Stade Richard-Desmeules lors de la visite des Alouettes de Charlesbourg. Ce sera du même coup la reprise de l’ouverture officielle. Le vétéran Derek Côté sera le partant des locaux.