Vaincus par le Royal de Repentigny en manches supplémentaires dans le match décisif de la finale de la LBJÉQ, les joueurs des Diamants étaient dépités par la tournure des événements.

Fin de saison crève-coeur pour les Diamants

Les Diamants de Québec ont vécu le plus crève-coeur des scénarios : une défaite dans les manches supplémentaires du septième match d’une grande finale. Et ils n’ont eu d’autres choix que d’observer, en pleurs, les joueurs adverses crier leur joie, soulever le trophée.

Le Royal de Repentigny a remporté les grands honneurs de la Ligue de baseball junior élite du Québec, samedi soir, au terme d’un match fertile en rebondissements au parc Henri-Casault. Une victoire de 5-3 en neuf manches. Mais pour l’adversaire, une terrible déception. D’autant plus que les Diamants ont eu leurs chances, comme le témoignent ces 17 coureurs laissés sur les sentiers.

«Ça n’a pas de cr… de bon sens», a lancé l’un des sept finissants de l’équipe, Jérôme Duchesneau, en parlant de toutes ces occasions bousillées, qui s’ajoutent à ce fameux sixième match, où les Diamants étaient à trois retraits du championnat. «Finir sur une victoire, ça aurait été fou. Ne pas l’avoir fait en ayant été si proches pendant deux matchs… Je ne sais pas comment je vais tourner la page», a ajouté l’agile premier frappeur, les yeux rougis par l’émotion. 

C’est d’ailleurs en pensant à ses vétérans que le gérant Dominik Walsh avait le plus de peine à digérer la défaite. «C’est toujours l’affaire la plus difficile. Un paquet de personnes qui ne seront pas de retour... Ces gars-là étaient l’image de l’équipe depuis quatre ans. Alors, de les voir partir aujourd’hui, c’est aussi douloureux que la défaite en tant que tel», a affirmé Walsh, pendant que les gagnants criaient back to back pour souligner leur deuxième triomphe consécutif.

Héros improbable

La rencontre était dans l’impasse 3-3 en début de neuvième lorsque le Royal s’est démarqué. En frappant un circuit en solo contre Vincent Ruel, Anthony Marcano est devenu l’improbable héros du plus important match de la saison, du haut de ses 18 ans. Repentigny a ajouté un autre point dans cette manche.

Dire que les Diamants étaient à 90 pieds de l’emporter en fin de septième! Les buts étaient remplis avec deux retraits lorsque Tristan Pagé a frappé un faible roulant vers le joueur de deuxième-but. Le relais est arrivé à temps, même si Pagé semblait avoir vu le joueur de premier-but retirer son pied du coussin. 

Étrange scénario, car le premier frappeur des Diamants dans cette manche, Maxime Martin Gagnon, avait été impliqué dans un jeu similaire. Cette fois-là, l’arbitre avait vu le pied du joueur défensif quitter le coussin, déclarant le coureur sauf au premier-but. L’entraîneur-chef du Royal, Danny Prata, en a perdu son calme, enguirlandant les arbitres pendant quelques minutes avant de se faire expulser.

Une poubelle a ensuite virevolté à l’extérieur de l’abri des joueurs. Cette séquence aurait pu être un moment-clé, mais elle est demeurée anecdotique. Car Repentigny a gagné.

«Tu ne peux pas avoir plus grosse déception que ça, je pense», a déclaré Walsh. On peut être déçus de notre défaite, mais on ne peut qu’être fiers de notre chemin depuis le mois de mars», a-t-il ajouté, rappelant le championnat de la saison régulière et le championnat canadien gagnés par ses joueurs «résilients».

Connu aussi pour avoir disputé quelques matchs avec les Capitales, Duchesneau ignore ce qui l’attend. «Je ne sais pas si je vais me réengager aussi sérieusement que ça dans le baseball. Avec le Midget AAA, le junior, le sports-études, t’as peut-être hâte de faire autre chose de ta fin de semaine, des fois. Même si c’est le sport qu’on aime le plus au monde, les plus beaux moments de notre vie...»