L’entraîneur-chef des Voyageurs, Martin Pouliot, a été expulsé après une longue discussion avec son vis-à-vis Dominik Walsh. Les événements se sont produits en cinquième manche après que Yan-Éric Tremblay ait atteint Raphaël Prémont.

En bonne position

QUÉBEC — Les Diamants de Québec et les Voyageurs de Saguenay sont prêts pour un possible affrontement en deuxième ronde des séries. Dans un match tumultueux au Stade municipal de Québec mardi soir, les Voyageurs ont gardé bien vivantes leurs chances de mettre la main sur le titre de la division Sunlife de la Ligue de baseball junior élite du Québec avec une grosse victoire de 7-2.

Avec leur 23e gain cette saison, les Jonquiérois se sont approchés à un match des Diamants, qui terminaient mardi leur calendrier régulier. Les régionaux ont encore du travail à faire pour décrocher le premier rang, soit remporter leurs quatre dernières parties, mercredi à Charlesbourg, un programme double contre Granby samedi et un match à conclure face à LaSalle, où ils tirent de l’arrière 3-1 en cinquième manche. Une défaite signifierait un match suicide entre les deux rivaux. 

Le partant jonquiérois Yan-Éric Tremblay a été au centre de l’action. Pour un deuxième départ de suite à Québec, il a retiré 12 frappeurs sur des prises en cinq manches et un tiers de travail. «Il a leur numéro. Ils ne sont pas capables de le frapper. Il doit leur faire peur», a confié l’entraîneur-chef Martin Pouliot. 

Lors des deux manches initiales, les deux lanceurs partants, Tremblay, pour les Voyageurs, et son vis-à-vis Vincent Ruel, ont été très expéditifs. Les Voyageurs ont été les premiers à placer un coureur sur les sentiers, en début de troisième manche, mais ce sont les Diamants qui ont inscrit les premiers points. Avec les buts remplis et aucun retrait, Tremblay est venu bien près de s’en sortir avec deux retraits sur des prises, mais Raphaël Prémont a donné deux gros points aux siens avec un solide simple. Loin d’être abattus, les Voyageurs sont revenus au pointage dès leur retour au bâton. Félix Castilloux et Jean-Nicolas Lebrun ont cogné des doubles pour permettre à des coéquipiers de croiser le marbre.

Le lanceur partant des Voyageurs, Yan-Éric Tremblay, a encore été sublime face aux Diamants, réalisant 12 retraits au bâton pour un deuxième match de suite.

Les esprits s’échauffent

Les choses se sont envenimées en fin de cinquième manche. Avec un coureur au deuxième but et deux retraits, Martin Pouliot a d’abord tenu un conciliabule avec sa défensive alors que Raphaël Prémont s’amenait au bâton. Sur le premier tir, Tremblay a solidement atteint le frappeur des Diamants, qui n’était pas de bonne humeur. Venu s’enquérir de sa situation, l’entraîneur des Diamants, Dominik Walsh, en avait long à dire au banc des Voyageurs. Pouliot est sorti pour lui faire part de ses récriminations et a été expulsé par l’arbitre. Les choses se sont calmées, mais quand il s’est présenté au bâton quelques minutes plus tard, Yan-Éric Tremblay a été atteint d’une balle courbe, ce qui semblait bien involontaire, mais les deux bancs se sont toutefois vidés et l’officiel a expulsé à la fois Walsh et Ruel. 

Forcés d’utiliser un releveur, les Diamants ont décidé d’y aller avec Simon Bédard et c’est à ce moment que l’attaque jonquiéroise a débloqué. Avec les buts remplis, Mathieu Tremblay a été atteint avec deux prises. Nicolas Doré a ensuite enchaîné avec un double causé par le terrain synthétique du Stade municipal, puis Frédéric Girard a donné une priorité de cinq points aux Jonquiérois avec un simple.

Les Diamants ont été les premiers à célébrer un point, mais les Voyageurs ont eu le dernier mot.

+

LES ENTRAÎNEURS SE RELANCENT

Après la rencontre, les deux entraîneurs ont continué à se relancer lors des entrevues d’après-match et il n’y avait pas beaucoup d’amour dans l’air. 

Dans un premier temps, Dominik Walsh a lui-même offert sa version des faits au journaliste du Quotidien. 

« Je connais bien leur entraîneur, qui m’a dirigé pendant cinq ans. Je sais très bien que de temps en temps, il a de petits spasmes. Tout le monde savait sur le terrain que c’est ce qui allait arriver. Je l’avais dit à l’arbitre juste avant. Ça demeure un sport amateur où les joueurs paient pour jouer par passion. Un entraîneur s’en va dire à un joueur de lancer haut à l’intérieur parce que le joueur est trop collé sur le marbre. Pour moi, c’est dégradant et irrespectueux. Ça ne devrait pas arriver dans notre ligue, a-t-il déploré. Quelles sont les valeurs qu’on donne à nos jeunes ? Ok, oui, on veut gagner. Je suis le premier à vouloir gagner et je suis super compétitif, mais jamais je vais faire de tels gestes au détriment de mes valeurs fondamentales et d’esprit sportif. Certains joueurs de Saguenay étaient gênés du geste. »

« Je trouve ça plate parce que c’était une méchante bonne partie de baseball. C’était un match incroyable entre deux équipes qui ont une rivalité. Ça ternit le match », a-t-il poursuivi, assurant que le tir de Vincent Ruel était bien involontaire, ce qui est prouvé par le fait qu’il s’agissait d’une balle courbe. 

« C’est un des pires visages à deux faces que j’ai vu de toute ma vie », a pour sa part lancé Martin Pouliot, rappelant qu’un événement semblable était survenu la saison dernière. 

« Si tu penses qu’on a fait exprès, recule Prémont dans la boîte des frappeurs. Il est sur le marbre. Arrêtez de toujours dire que c’est la faute à Pouliot. De toute façon, c’est toujours la même affaire avec Walsh de toute manière. Ce n’est jamais de sa faute », de reprendre Pouliot, précisant que Raphaël Prémont était habitué d’être atteint. 

« Les chiffres ne mentent pas. Prémont mène la ligue pour avoir été atteint et Yan-Éric mène pour les frappeurs atteints. J’ai dit à mes adjoints avant que l’affrontement n’était pas trop bon. On a un gars qui atteint des frappeurs sur la butte et le frappeur à deux pouces du marbre », de rappeler Martin Pouliot, disant assumer qu’il était le méchant dans l’histoire avec la réputation qu’il le précède. Il a du même coup rappelé qu’il était expulsé pour la première fois de la saison. 

« Il faut que tu sois capable de l’assumer comme entraîneur, mais aussi comme joueur. Il faut que Prémont soit capable de l’assumer qu’il a été atteint 20 fois cette saison et qu’il est à deux pieds du marbre. »